AID Association initiatives dionysiennes
Fraudes massives et petites vexations ordinaires

La crise n’est pas la meme pour tous !

mardi 3 février 2009 par JMT

La suppression de l’allocation de fin de formation (AFF) plonge des milliers de chômeurs dans l’embarras ; aucun dispositif n’a pris le relais de cette aide. Cette allocation était réservée aux chômeurs qui suivaient une formation dans un secteur porteur d’emplois.

Un cabinet d’avocats espagnol estime que le nombre de victimes de l’escroquerie Madoff pourrait avoir fait 3 millions de victimes directes ou indirectes. Des estimations établies à partir de données recueillis dans 30 cabinets d’avocats défendant des victimes de cette fraude.

Aujourd’hui 600.000 personnes âgées en France vivent sous le seuil de pauvreté, dénonce la Fondation Abbé Pierre. Et la crise ne va qu’amplifier leurs difficultés. Pour Patrick Doutreligne, délégué général de la fondation, le vieillissement de la population "ne semble pas pris en compte par les pouvoirs publics".

Emplois - Ces chômeurs privés de formation

Véronique BUONOMANO - le 03/02/2009 - 17h38

La suppression de l’allocation de fin de formation (AFF) plonge des milliers de chômeurs dans l’embarras ; aucun dispositif n’a pris le relais de cette aide. Cette allocation était réservée aux chômeurs qui suivaient une formation dans un secteur porteur d’emplois.

Crédit Photo : TF1/LCI Demandeurs d’emploi attendant à un guichet. En surimpression : le logo du Pôle Emploi (montage)

Seraient-elles les premières victimes de la refonte de la formation professionnelle ? C’est en tout cas ce que pensent les bénéficiaires de l’allocation de fin de formation (AFF), qui ont alerté LCI.fr.

Cette allocation prenait le relais des Assedics pour les chômeurs en fin de droit, ce qui leur permettait de bénéficier d’un revenu équivalent pendant toute la durée de leur formation.

Stéphanie d’Hossegor, devait bénéficier de cette allocation. Titulaire d’un baccalauréat, elle cumulait de longues périodes de chômage. Elle a passé le concours infirmier avec succès, et devait commencer sa formation le 23 février avec l’accord de l’ex-"ANPE".

Ses indemnités chômage s’arrêtent en juin 2009, elle nous écrit "je fais comment ? Et je ne parle pas que de moi, je parle aussi de tous les autres, comment va-t-on financer cette formation qui dure quand même trois ans, sans ressource ?". Même interrogation chez Véronique de Thionville "l’AFF devait me financer la quasi-totalité de mes études".

Economie de 169 millions d’euros

Cette allocation avait été créée en 2001 pour les chômeurs qui suivaient une formation "diplomante" dans un secteur porteur d’emplois. Depuis sa mise en place, environ 25 000 personnes en bénéficiaient chaque mois.

Comme l’explique le Pôle emploi, contacté par LCI.fr, cette allocation a été supprimée le 31 décembre 2008 dans le cadre des lois de refonte de la formation professionnelle.

Petit "hiatus", la nouvelle loi n’a pas vu le jour et aucune date n’est communiquée. On parle d’une économie de 169 millions d’euros pour l’Etat, information non confirmée par Bercy.

Le Pôle emploi précise que les personnes qui en bénéficiaient avant le 31 décembre 2008, continueront à la percevoir jusqu’à la fin de leur formation. Pour les autres, Il les engage à se rapprocher de leur conseiller pour étudier d’autres possibilités de financement.

Fraude Madoff - Jusqu’à trois millions de victimes dans le monde

le 03/02/2009 - 16h18

Un cabinet d’avocats espagnol estime que le nombre de victimes de l’escroquerie Madoff pourrait avoir fait 3 millions de victimes directes ou indirectes. Des estimations établies à partir de données recueillis dans 30 cabinets d’avocats défendant des victimes de cette fraude.

Crédit Photo : TF1/LCI Bernard Madoff le 18 décembre 2008

L’escroquerie du financier Bernard Madoff pourrait avoir fait jusqu’à trois millions de victimes directes ou indirectes dans le monde, a estimé mardi à Madrid un cabinet d’avocats espagnol qui a déposé plainte aux Etats-Unis au nom de clients espagnols.

"Selon nos calculs, au moins trois millions de personnes ont été affectées par l’affaire Madoff, trois millions de particuliers qui peuvent être directement ou indirectement affectés", a déclaré lors d’une conférence de presse à Madrid Javier Cremades, du cabinet Cremades & Calvo Sotelo.

L’avocat a souligné que cette estimation avait été faite en recoupant les données recueillies par 30 cabinets d’avocats défendant les victimes réparties dans 25 pays de cette escroquerie pyramidale estimée à 50 milliards de dollars. Il a estimé que le montant total de l’escroquerie imputée au financier américain Bernard Madoff, pourrait s’avérer "encore plus élevé".

Des victimes sur le continent américain, en Europe...

Le cabinet d’avocat Cremades & Calvo Sotelo représente les intérêts de certains des investisseurs espagnols qui ont été victimes de cette escroquerie, via un fonds d’investissement du groupe bancaire Santander.

Les clients espagnols du fonds Optimal de Santander ont été exposés à hauteur de la somme record de 2,33 milliards d’euros, alors que le géant bancaire espagnol n’est lui-même exposée qu’à hauteur de 17 millions d’euros.

Santander est devenu le 27 janvier le premier établissement financier touché par le scandale Madoff à proposer à ses clients particuliers le remboursement intégral de leur mise, pour un total de 1,38 milliard d’euros.

Parmi ces clients figurent plusieurs grandes fortunes espagnoles et de nombreux investisseurs latino-américains. En Amérique latine, il y a "plus de 1500 affectés", qui en réalité "pourraient être au moins le triple", soit 4500, notamment en Argentine, au Chili, au Brésil, en Uruguay, au Pérou, en Colombie, en Bolivie, au Mexique et aux Bahamas, a estimé Javier Cremades.

(D’après agence)

Pauvreté - Ces aînés qu’on laisse dans la misère

le 03/02/2009 - 07h21

Aujourd’hui 600.000 personnes âgées en France vivent sous le seuil de pauvreté, dénonce la Fondation Abbé Pierre. Et la crise ne va qu’amplifier leurs difficultés. Pour Patrick Doutreligne, délégué général de la fondation, le vieillissement de la population "ne semble pas pris en compte par les pouvoirs publics".

Crédit Photo : Abaca

Après une "parenthèse heureuse" d’une trentaine d’années, le recul de la pauvreté des plus de 65 ans, enregistré sur la période récente, est aujourd’hui terminé.

La Fondation Abbé Pierre en dresse le constat avec des chiffres cruels : aujourd’hui 600.000 personnes âgées vivent avec une allocation de solidarité de 628 euros qui les situe sous le seuil de pauvreté, fixé par la norme européenne à 752 euros.

Dans son rapport annuel, l’association estime que les politiques publiques n’ont pas pris la mesure de ce phénomène qui ne peut qu’accroître les inégalités et appelle à des solutions innovantes en particulier dans le domaine du logement.

Selon Patrick Doutreligne, le délégué général de la fondation, la réforme des retraites, l’explosion du prix de l’immobilier et des loyers depuis dix ans, à peine compensée par un début de baisse, et le fait d’avoir "aidé les familles aisées", et non les plus modestes, ne peuvent qu’aggraver la situation.

"Alors qu’on pouvait espérer des politiques publiques qu’elles cherchent à atténuer la disparité de revenu, les réflexions en cours font craindre le contraire", souligne le rapport.

Etre propriétaire ne protège pas de la précarité

Patrick Doutreligne, qui espère être entendu du gouvernement, souligne comme de nombreux responsables d’associations que le phénomène s’est amplifié depuis septembre avec la crise financière et sociale.

Il cite l’exemple de personnes âgées allant au-devant des maraudes d’aide aux sans-abris pour réclamer des fruits ou des produits alimentaires. "Depuis quelques années, on voit des retraités toquer à la porte des associations (caritatives). Il y a un mouvement massif", renchérit Christophe Robert, directeur des études de la fondation.

Pour Patrick Doutreligne, le vieillissement de la population "ne semble pas pris en compte par les pouvoirs publics". Le responsable de la fondation remet notamment en cause l’idée développée par le président Nicolas Sarkozy selon lequel le fait d’être propriétaire serait un bouclier contre la précarité et compenserait les problèmes de retraite.

En effet, 84% des ménages âgés pauvres sont propriétaires mais ce statut est paradoxalement "une source de difficultés" en raison des problèmes qu’ils rencontrent pour en payer l’entretien et les charges.

Une demande croissante de logements sociaux

Les responsables de l’association insistent sur un autre phénomène, le nombre croissant de retraités demandant à loger dans les logements sociaux, ce qui engendre de nombreux problèmes. L’arrivée de personnes âgées freine en effet la mobilité dans le parc HLM et les logements sont souvent inadaptés.

Entre 1990 et 1999, la part des locataires de 75 ans et plus a progressé de 33%. Le rapport souligne également l’impact négatif qu’aura le passage à la retraite pour les travailleurs migrants âgés qui n’ont pas d’autre choix que de rester dans des foyers inadaptés et les personnes vivant dans des logements insalubres.

Dans ce contexte, la part des dépenses engagées par la collectivité publique en faveur du logement (1,79 % du PIB en 2008) est en recul, connaissant son niveau le plus bas depuis 30 ans, un recul essentiellement imputable à la diminution de la contribution de l’Etat, passée de 1,36% du PIB en 2000 à 1,1% en 2008, souligne la Fondation dans son "tableau de bord" du suivi des politiques du logement.

Parmi les effets de ce désengagement, la Fondation dénonce la relégation des 4,6 millions de personnes vivant dans les 750 quartiers définis comme ZUS (zone urbaine sensible).

Elle pointe ainsi le "blocage de la mobilité résidentielle" et la "spécialisation" des 750 ZUS dans l’accueil des immigrés (18% contre 7,5% pour l’ensemble de la population) et des ménages pauvres (27% soit 3 fois plus que dans le reste de l’espace urbain).

D’après agence

VIDEO

Crise : Les transporteurs routiers frappés de plein fouet par la crise

03 février 2009 - 20h00

Le secteur des transports routiers a déjà perdu 10.000 emplois en 2008 et s’apprête à en perdre quatre fois plus cette année. En cause ? La baisse du nombre de marchandise en circulation. Reportage dans la Sarthe.

La Redaction

Relance : Chérèque fustige la "rigidité" du gouvernement

03 février 2009 - 08h49

Le secrétaire général de la CFDT demande au gouvernement de "compléter" son plan de relance en soutenant l’emploi et le pouvoir d’achat afin d’éviter "un conflit qui va s’amplifier".

LCI.fr

Mobilisation : Syndicats : "La balle est dans leur camp"

02 février 2009 - 21h47

L’intersyndicale a décidé lundi soir le statu quo jusqu’à l’intervention TV de Nicolas Sarkozyjeudi , tout en menaçant de nouvelles actions faute d’être entendue. LCI.fr

Fraude Madoff : Fraude Madoff : les Français font front commun

16 janvier 2009 - 20h00

Une douzaine de cabinets d’avocats ont décidé de demander conjointement à la banque UBS le remboursement de l’argent investi par leurs clients dans un fonds impliqué dans le scandale Madoff.

La Redaction


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1573682

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License