AID Association initiatives dionysiennes
Accueil du site > CHRONIQUES DE LA MACRONESIE

CHRONIQUES DE LA MACRONESIE

Il nous est apparu que face au changement majeur de la politique en France introduit par l’OPNI "En Marche" (aux initiales de son fondateur Emmanuel MACRON, transformé en "La République En Marche" qui marie opportunément les députés Les Républicains qui se sont "vendus" à EM pour garantir leur réélection) une rubrique dédiée s’imposait pour montrer la cohérence du prôôôôô jjjjjjjjêêêêêêêt qui est en réalité tout sauf comique. Ce projet dont MACRON est le NOM... Nouvel Ordre Mondial

Articles de cette rubrique


32 ème chronique de la Macronésie

La Dotation Universelle d’Autonomie (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
dimanche 7 janvier 2018 par JMT

Qui a dit que l’histoire ne se répétait pas ? mais peut-être qu’elle bégaie ? Lors de la précédente mondialisation libérale, au XIXè siècle, avec les grands empires politiques colonisant à tout va, à coup de guerres d’agression s’il le fallait, lors du "paradis des rentiers" qui a vu se constituer de nombreuses dynasties particulièrement fortunées toujours présentes, le travail des politiques était d’organiser la société en faisant respecter un "ordre bourgeois" au service des blancs quinquagénaires qui détenaient la quasi totalité des leviers de commande. On a ainsi vu se durcir les contraintes, qui allaient loin dans le détail jusqu’à réglementer la tenue (interdiction du pantalon pour les femmes !). Ca ne vous rappelle rien ? depuis quelques décennies nous sommes revenus dans les mêmes errements et sous prétexte de "sécurité", on réglemente tout et on pond une loi chaque fois qu’un incident secoue notre société surmédiatisée. Mais il y a un autre point commun avec le XIXè triomphant : la crainte des pauvres que les bien-pensants ont toujours voulu "civiliser", "éduquer", "normaliser" pour en faire des bons petits soldats du capitalisme (et au passage sa viande à canons au cours des guerres pour le partage du pouvoir et des richesses). On les a sans cesse rabaissés. Certes il fut une époque où entre les ravages de l’alcool, des maladies vénériennes et de la malnutrition, les "cours des miracles" des villes abritaient une faune propre à effrayer la bourgeoisie victorienne. Mais un siècle a passé. Désormais 40% des classes d’âge récentes chez nous sont du niveau universitaire. Doit-on continuer à considérer nos concitoyens comme des imbéciles incapables de gérer leurs vies et leurs finances ? Encore en 1945, lors de la création de la Sécu, on a commis, pour des raisons pratiques qui tenaient à la perpétuation du paiement en liquide (mais cela aurait été l’occasion de généraliser en même temps le paiement par chèque !) , un premier détournement des fonds revenant aux salariés en appelant "cotisations patronales" de l’argent pris sur le juste salaire (si les patrons français n’avaient pas reconnu qu’il fallait augmenter des ouvriers jusque là sous-payés pour le bien-être même de l’économie et de leurs affaires, ils n’auraient jamais accepté de payer lesdites "charges patronales"). Au lieu, comme en Suisse, d’augmenter les salaires et de laisser les salariés (ou leur banque) payer leurs assurances sociales obligatoires ou facultatives, on a précompté et on a introduit le patronat dans la gestion des caisses d’abord au 1/4 puis à 50% en 1967. Et depuis "la crise" de 1974, on ne cesse de voler les salariés, et surtout les moins payés, en "abaissant les charges" ce qui est un détournement de leur salaire indirect qu’on "compense" comptablement en leur demandant de contribuer par de la fiscalité qu’ils paient, double peine.

Le revenu de base sous toutes ses formes est clairement une réforme nécessaire pour remettre à plat tout le système social, pour revenir aux bases et faire en sorte que personne ne soit victime des "accidents" de la vie, sans bénéficier de la solidarité nationale.

Un pays ruiné et a moitié démoli a su le faire, sans compromettre, bien au contraire, son relèvement, tout en menant 17 ans de guerres coloniales d’un coût exorbitant,qui peut croire que la 6ème puissance mondiale actuelle en soit incapable ? Non, c’est l’imaginaire de la classe dominante qui déteint, toujours cette peur des pauvres qu’on dissimule derrière leur soit-disant incapacité à être autonomes si on leur en donne les moyens.

 > suite


31 ème chronique de la Macronésie

En finir avec le gaspillage alimentaire (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
mercredi 3 janvier 2018 par JMT

319 Unités de méthanisation à la ferme, France 2 annonçait hier qu’il y en avait au total environ 500 en France et 10.000 en Allemagne. Certes nos voisins teutons boivent plus de bière et mangent plus de saucisses, deux sources importantes de matières premières méthanisables mais celà n’explique pas tout.

Il y a aussi le fait qu’en Allemagne les gros agriculteurs doivent plus se démerder qu’en France et en conséquence, ils optimisent tout ce que leur terre peut produire de la manière la plus rémunératrice. Bien que cela déplaise à certains (une agricultrice regrettait qu’il faille faire autre chose sur une ferme que des productions agricoles vendables), de plus en plus se prémunissent contre une baisse des prix agricoles en refusant de vendre et en méthanisant.

Le gaz se stocke, la chaleur aussi, ils produisent l’électricité à la demande en suréquipant leurs installations et dans un pays densément peuplé et froid, sillonné de gazoducs et de lignes à haute tension, ils ont le choix de vendre un mix de chaleur, de biométhane et d’électricité. Solution élégante mais qui peut dériver en ferme des mille vaches ou des 15000 poulets nourris au soja transgénique importé d’Argentine ou du Brésil avec force fuel et engrais chimiques en amont. renouvelables vous avez dit ?

Comme toujours il faut raison garder et suivre l’exemple danois où un village investit collectivement (avec éventuellement des aides fiscales) dans un mix d’énergies renouvelables associant l’éolien, le thermique solaire et le photovoltaïque et les énergies tirées de la biomasse. Une maison isolée aura ses capteurs solaires plus le renfort du réseau électrique l’hiver. Les maisons groupées en hameaux auront en plus l’accès au gaz et parfois aux réseaux de chaleur. Problématique de pays froid. Pour les pays chauds, la chaleur excédentaire peut être utilisée pour dessaler de l’eau de mer ou bien pour faire fonctionner des systèmes de production de froid à adsorption tout à fait efficaces.

Sans compter que pour tout cela, la Réunion est en pointe avec une start-up qui se prépare à vous étonner par ses propositions pratiques péi !

 > suite


30 ème chronique de la Macronésie

Changement climatique : changer nos comportements (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
mardi 2 janvier 2018 par JMT

Ah le sommet du 12/12/17... il arrive juste 5 ans trop tard pour être remarquable : 12/12/12 ça aurait mieux fait le buzz. Mais à l’époque on se vautrait dans la volte face économique qui fit du capitaine de pédalo un "one term president" (ce qui aux USA n’est pas spécialement élogieux :-) et on n’avait rien à cirer de ces zistoirs, malgré deux ministres EELV au gouvernement, qui, for prudemment, ne s’occupaient ni de climat, ni d’énergie, ni d’agriculture, ni de transports .... rien qui puisse soulever l’ire de corporations dont on a vu plus tard qu’elles pouvaient faire reculer l’Etat et mettre des milliards d’investissements public au rencart !

Comme la COP21 il y a deux ans, il a fait pschitt : dans la première,beaucoup de tralala médiatique, l’interdiction aux dangereux terroristes écolos de manifester leur soutien en public, madame Bravitude prenant la suite de l’ex "jeune premier ministre que j’ai donné à la France" prudemment recyclé pour 9 ans à la présidence inamovible et fort dorée du Conseil Constitutionnel.

Cette fois-ci, beaucoup de tralala, Jupiter soi-même tentant de motiver les foules (il sait mais ça ne sert à rien), les milliardaires (il sait aussi, mais ils se méfient avant d’aligner les gros chèques) et les chefs d’ Etat (il sait encore mais on en est toujours à quasiment +4°C au rythme actuel des mesures mises en peuvre contre un objetif de +1,5°C ) . Ah mais il a eu le renfort très espéré de notre hélicologiste national qui tel une oie au gavage, avale les couleuvres à un rythme impressionnant sans faillir (ah il aura une fois de plus bien mérité de la Macronésie !) et vient exhiber sa face douloureuse devant ce spectacle affligeant. Signe qu’il se rend compte qu’il va devoir péter un câble pour se faire entendre ? genre boire un grand verre de glyphosate à sa prochaine conférence de presse et agoniser en public pour finir en martyr de la cause écolo ? Car on se demande bien qu’est-ce qui peut toucher les foules, les milliardaires et les chefs d’Etat dans l’inventaire à la Prévert, bien gentillet tout de même, de Bruno ? Car en gros tout ce qu’il cite est réparable (et c’est bon pour le PIB en plus) : le barrage de Glen Canyon a failli être emporté par des crues en 1983/1984 qui n’avaient qu’une fréquence de 25ans du fait d’un évacuateur de crues très sous-dimensionné et défaillant (Comme le barrage d’Oroville en Californie en février 2017 !) et si le débit des affluents baisse il est logique de laisser le plan d’eau plus bas pour diminuer la superficie et les pertes par évaporation... et de compenser en diminuant les gaspillage en aval tels que l’arrosage par aspersion en plein désert ! Idem pour la vallée de la Segura où l’agriculture exportatrice à coup d’irrigation massive, d’OGM, de chimie, de marocains et roumains esclaves n’a pas beaucoup d’avenir (surtout quand en même temps on instaure des interdictions d’exportation en Russie, l’un de leur plus gros marché. Idem pour la Tunisie : avec le réchauffement climatique, les oliveraies très exposées à un biotope changeant ne survivront qu’avec des ombrières et des protections contre les tempêtes de sable. On ne peut pas grand chose pour Saint Louis condamnée par la montée des océans, à moins de découper le sol autour et sous les bâtiments remarquables pour y construire des radiers leur permettant de flotter. Si on veut vraiment protéger la Mer de Glace, il faudrait songer là aussi à des vélums pour intercepter la chaleur solaire (et produire de l’énergie renouvelable par la même occasion). L’Australie est la moins à plaindre, elle dispose à la fois de l’océan tout autour d’elle et d’une insolation record et peut parfaitement produire toute l’eau qu’elle veut avec le dessalement solaire. Certes l’algue est ennuyeuse esthétiquement quand on la laisse pourrir au soleil, mais elle a des tas d’applications économiques dont la fourniture de biométhane pour remplacer les combustibles fossiles. Pour la Chine, le programme de fermeture des mines de charbon, celui qui a décuplé l’installation annuelle de panneaux solaires et d’éoliennes, le programme de barrages hydroélectriques soutenu, l’aménagement continu de transport en commun représentent un effort national coordonné (et planifié sur 30ans) qui laissent sur place les velléités occidentales en général et françaises en particulier. Pour l’Inde, le Pakistan et le Brésil, voilà trois vilains gros canards qui n’ont pas encore tout à fait compris. Même s’ils multiplient les mégabarrages hydroélectriques, l’environnement n’est nullement leur tasse de thé, alors que les conséquences des politiques qu’ils mènent, sur fond de corruption débridée dans les trois cas, prédisent un avenir catastrophique pour le gros de leur population.Et deux d’entre eux sont des puissances nucléaires avérées !

Non le petit Emmanuel et la petite Angela ne sauveront rien du tout, même pas l’Europe qui aurait dû se mettre en ordre de défense contre la guerre climatique et économique, totalement prévisible depuis 1972, qui lui est menée, qu’elle se mène elle-même de surcroit avec un acharnement qui montre que quand elle veut, elle peut.

Alors imaginons quelle catastrophe pourrait sortir les Européens de leur torpeur ? l’équivalent de la grande Peste Noire avec 30% de morts en moyenne qui déclencha un boom économique sans précédent ? mais nous sommes tellement blasés et tellement dans le virtuel que nous risquons de mourir tous avant d’avoir réagi.... en pensant qu’il suffit de faire "reset" pour avoir une nouvelle chance ?

Meilleurs Voeux pour 2018 et les suivantes :-)

 > suite


29 ème chronique de la Macronésie

Partager le temps de travail (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
vendredi 22 décembre 2017 par JMT

Le partage du temps de travail j’ai eu l’occasion d’y réfléchir et d’essayer, en vain, de l’expérimenter. En 1996-1997 en découvrant les délices de l’internet naissant et des forums de discussion, j’ai découvert aussi les diverses propositions visant à réduire la fracture sociale (Chirac avait été élu en 1995 sur ce thème) , en réduisant les inégalités de revenu et de fortune. Deux moyens étaient en concurrence : le revenu de base et le partage du temps de travail.

Comme toujours, au lieu de chercher LA formule miracle qui résoud tous les problèmes de l’humanité pour les siècles des siècles, aurait-il été sage de ne pas vouloir une solution "facile", le rêve de tous les politicards qui ne maîtrisent pas leurs dossiers, mais à problèmes compliqués solutions compliquées, multiples, évolutives !

Si on prétend que le travail apporte la dignité à l’être humain, alors il faut absolument que chacun en ait. Il y a d’ailleurs un préambule de la constitution de 1946, qui fait partie intégrante du bloc de constitutionnalité qui l’exigerait et l’Etat est donc gravement défaillant depuis plus de 70ans dans l’absolu (en considérant que la situation n’est pas parfaite) et depuis 45 ans bientôt dans le relatif (en considérant que l’Etat ne fait même plus semblant de vouloir résoudre vraiment les inégalités).

Avec un revenu de base qui éviterait de voir la misère fleurir dans nos rues et dans les zones oubliées par la République, avec le corpus des services publics au sens du programme du CNR du 15 Mars 1944, avec la possibilité pour tout un chacun de gagner le smic en travaillant 32 heures par semaine et avec une puissance publique assurant TOTALEMENT son rôle de régulateur en faisant respecter TOUTES les lois par TOUT le monde, riches et puissants comme pauvres et faibles, nous aurions une autre société, plus égalitaire, plus fraternelle, nécessairement moins gaspilleuse et probablement plus intelligente. Mais quand la réalité du pouvoir est dans les mains de salopards pour la plupart relativement bornés dans d’autres domaines que celui de "faire du fric" en exploitant la bêtise et les faiblesses humaines, on peut difficilement arriver à autre chose que notre société qui sait qu’elle court à sa perte et qui accélère !

 > suite


28 ème chronique de la Macronésie

Appel pour un pacte Finance-Climat européen (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
jeudi 21 décembre 2017 par JMT

J’ai relayé dès le 10 décembre cet appel européen lancé par plusieurs dizaines de personnalités que nous connaissons et avec qui nous avons l’occasion de travailler pour certaines et qu’avec AID nous vous appelons à signer. L’appel est également relayé par d’autres organisations avec qui nous sommes en lien . Il a été lancé notamment par Jean JOUZEL climatologue français, ancien vice-président du GIEC.

Il est tout simplement dramatique pour le pays qui a abrité la COP21, la première qui prenait des engagements tangibles aussi forts bien que notoirement insuffisants, ce que l’ONU a dû rappeler, d’être dirigé par un président qui cause beaucoup, fourbi et gourbi, mais qui ne (se) donne pas plus les moyens de sa politique que ses prédécesseurs, dont un ministre d’Etat est plus hélicologiste qu’écologiste et cède devant tous les lobbys, et dont le Président de l’Assemblée Nationale, rallié de la première heure a ainsi été subtilement neutralisé. On constate qu’une fois de plus que le président des riches a fait le choix mortifère du court-terme, démontrant ainsi qu’il n’est que la marionnette de vieillards cacochymes qui n’ont qu’un avenir temporel donc mental très réduit et qui préfèrent donc jouir encore un peu de l’intégralité de leur pouvoir et de leurs caprices et après eux le déluge ! Sans doute certains oeuvrent-ils à leur rêve secret, leur exfiltration de cette planète pourrie pour aller d’en haut, dans un confort pour happy few et quelques serviteurs zélés, regarder les hordes qui l’encombrent y crever, laisser la nature réparer en espérant, eux ou leurs descendants y revenir poursuivre leurs petits jeux stériles ? sauf que pour le coup les quelques 450 réacteurs nucléaires laissés à l’abandon vont contaminer à jamais des zones étendues et qu’il n’est pas sûr que les perturbations climatiques laisseront beaucoup d’espaces habitables ! Et nous que faisons-nous ? on attend gentiment la mort annoncée ?

 > suite


27 ème chronique de la Macronésie

Lettre à Mme Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités : Résister à l’obligation vaccinale (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
mardi 5 décembre 2017 par JMT

Il y a 40 ans et un jour, jeune VSNA à quelques jours du retour au bercail, j’assistais aux cérémonies du couronnement de Sa Majesté Impériale Bokassa Ier dans le "Stade des Amitiés Yougoslaves" retapé et rebaptisé "Palais du Couronnement". Malgré la présence de quelques autres dictateurs africains, de quelques sous-fifres de royautés diverses et du ministre français à la Coopération en mission de représentation dont il se serait bien passé, tout n’allait pas pour le mieux depuis un an que la République Centrafricaine (RCA) s’était déguisée en Empire Centrafricain (ECA). Déjà le parti unique MESAN avait renâclé 2 jours avant d’élever celui qui appelait De Gaulle "Papa", à cette dignité (tout était prévu pour le faire le 2/12 anniversaire d’Austerlitz (1805) et du Couronnement de Napoléon Ier (1804)). Ensuite, les caisses publiques étaient encore plus vides que d’habitude. Dans une tentative pour les remplir (et remplir également la cassette impériale), Bokassa décréta que les élèves de l’enseignement public devraient dorénavant porter un uniforme fabriqué sous son contrôle financier. Cette dernière vilenie dans un pays aussi pauvre allait entraîner sa chute suite à une révolte des familles (pas d’uniforme = pas d’école), des élèves défilant dans les rues et caillassant les magasins, puis l’engrenage de l’arrivée des troupes zaïroises, le tir à balles sur des jeunes désarmés en janvier 1979 et le coup d’état ourdi par la France, à son départ en Libye le 21 Septembre 1979, pour ramener l’ancien président David Dacko.

Le rapport avec la choucroute ? heu les vaccins ? en principe (sait-on jamais avec les multinationales ?) pas de coup d’état étranger en vue, mais pour tout le reste l’allégorie reste valable !

Macron a raison de parler des liens étroits qui nous unissent à "l’Afrique" : nous sommes en bonne voie pour devenir une vraie république bananière, caractérisée par une démocratie factice qui cache un pouvoir réel qui ne sort pas des urnes, l’asservissement et l’abêtissement du peuple par tous les moyens,dont les médias et les religions, la concentration croissante de la richesse nationale dans les mains des classes dirigeantes, la corruption à tous niveaux, les conflits d’intérêts, le clanisme revisité au niveau des réseaux qui formatent les relations sociales des classes dirigeantes, etc....sans oublier la complicité entre classes dirigeantes des deux continents (mais de tous en fait !)

 > suite


26 ème chronique de la Macronésie

Avertissement de 15 000 scientifiques : L’humanité court à sa perte (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno BOURGEON, président d’AID
jeudi 30 novembre 2017 par JMT

Nous publions ce texte dans les Chroniques de la Macronésie, non pas contre Macron personnellement qui n’en porte pas toute la responsabilité, mais parce que l’ère Macron est dans l’anthropocène.

Il est important d’insister sur les tabous : nous sommes déjà trop d’humains sur Terre pour notre mode de vie "moyen". Les plus impactants sont les "riches" : dans les 10% les plus riches soit 760 millions d’habitants, on trouve 99% des français ! Si la France devait se débrouiller seule avec son territoire, elle serait bien incapable d’assurer le même niveau de vie aux 67 millions de français.

Actuellement c’est la prédation des territoires tiers qui nous le permet, parce que ce qu’on appelle "les termes de l’échange" est encore en notre faveur (technologie, armes, culture, luxe,services, tourisme...)

Récemment encore on disait qu’il fallait diviser par 4 l’empreinte écologique du français actuel .... mais vu l’augmentation continue de notre population, même si elle paraît faible, ce sera bientôt 5 fois. La science est incapable d’assurer ce miracle rapidement et à bas coût : il va falloir changer notre mode de vie et il va falloir cesser d’être plus nombreux, voire même viser à faire décroitre notre nombre de riches repus si nous voulons continuer à garder un certain "confort".

Car on ne pourra jamais obtenir des pays plus pauvres et encore plus vertueux écologiquement de faire le même effort, si on ne leur permet pas d’augmenter leur propre confort car ils ont le même droit que nous à la même part individuelle d’empreinte écologique supportable par la planète.

Va-t-on encore manger de la viande ? oui mais moins et tous ceux qui en veulent et pas seulement certains privilégiés : nous avons besoin des déjections des animaux pour fumer les prairies qui rendent d’autres services collectifs que l’herbe à vache, et nous avons besoin du piétinement des animaux sur leurs prairies pour lutter contre la désertification par des moyens plus soft que la grande cavalerie genre tracteur + rampes d’arrosage + pipelines + usine de dessalement :-)

Certains optimistes disent qu’on a 3 ans pour décider de s’en sortir en se retroussant les manches tout de suite dans le bon sens. Et là on retombe dans la problématique Macron qui croit pouvoir tordre les événements à sa guise par la Puissance du Verbe : et ne voilà-t-y pas ce trou du cul de ministre allemand de l’agriculture, probablement vendu à Bayer Monsanto and Co, qui vote OUI au nom de l’Allemagne, à la prolongation du glyphosate sur 5 ans en entraînant un certain nombre de pays clients d’icelle à faire de même.

C’est un très mauvais signal général à toute la planète (l’Europe cause et fait autre chose !) et au passage un échec fracassant pour les relations privilégiées entre le petit Emmanuel trahi par sa nouvelle copine et la petite Angela cocufiée par son ministre qui expédie les affaires courantes en attendant le nouveau gouvernement dont elle a le plus grand mal à accoucher !.

 > suite


25 ème chronique de la Macronésie

Cancers liés à la dioxine d’un incinérateur en Ile-de-France (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
mercredi 29 novembre 2017 par JMT

Pour perpétuer la civilisation du gaspillage, du bling-bling, du jetable, le capitalisme financiarisé a recyclé le vocabulaire mais avec de curieuses définitions si on va y voir d’un peu près ! Ainsi, quelqu’un qui s’efforce de réparer les conneries générées par certains comportements primaires pratique "l’économie circulaire" : après les derviches tourneurs, voilà l’économie toupie qui ralentit, vacille et se casse la gueule :-)

Pour vendre toujours plus de produits merdiques à des tarifs de racket (si on divise le coût même apparemment modeste par la quasi inexistence de contenu respectant le vivant et le long terme) , il faut tromper le client par de la mise en scène et par exemple forcer sur l’emballage, parfois en couches successives. Comme on cherche à produire au moins cher, on ne sait pas quoi faire de tout ce qui est inutile. Alors on se souvient des mythes ancestraux du "feu purificateur", version magique car tout ne saurait disparaître comme "la balayure sous le tapis" , soit en version industrielle la mise en décharge !

Les premiers incinérateurs furent une catastrophe. Le mélange des produits incluant plastiques souvent chlorés , incinérés à une température insuffisante génère un poison violent, la dioxine, célèbre après Seveso , mais qui avait déjà gravement sévi dans les années 60 en polluant l’agent orange, au départ simple défoliant, devenu ce faisant la malédiction de millions de vietnamiens contaminés dans leur chair et dans leur descendance par cette dioxine insoluble dans l’eau mais très soluble dans les graisses. Voir le site d’Orange DiHOxyn, une association amie, à peine plus grosse qu’un colibri, qui essaye d’y remédier avec un certain succès.

Alors on nous a vendu les incinérateurs de 2ème génération, toujours producteurs de dioxine, de furanes, de mâchefer MAIS bardés de filtres (forcément !) sublimes chargés de retenir toutes les saloperies imbrûlées. et bien concentrées... tant que les filtres sont neufs, propres...et en bonne place. Parfois plusieurs de ces critères manquent à l’appel. Car comme tout domaine financièrement juteux, celui-ci est soumis au bon vouloir des mafias, venant s’ajouter à toutes les causes naturelles de dysfonctionnement !

Et comme on s’est rendus compte que la 2ème génération ne passait pas, on a inventé la "valorisation énergétique". En gaspillant un peu plus d’énergie fossile, les éléments combustibles présents dans les ordures ménagères sont transformés en combustibles solides de récupération. Soyons clairs : l’incinérateur brûle des ordures quand l’UVE brûle des CSR :-). mais le problème est toujours là puisque c’est la combustion le problème !!!! Et une fois Moloch lancé il faudra l’alimenter à plein débit donc transformé des éléments recyclables voire réutilisables en vulgaire combustible : là question magie c’est carrément Bernard Palissy qu’il faut appeler à la rescousse ! Surtout que côté "bijoux de famille", on ne va pas faire dans le cheap, avec 300 Millions d’euros l’unité ! Plus des flottes de camions pour transporter les ordures.

Souriez braves gens qui laissez faire ces projets bâclés pour perpétuer un passé révolu : quand votre taxe d’enlèvement des ordures ménagères aura triplé sous l’effet des coûts communément constatés, vous rirez jaune !

 > suite


24 ème chronique de la Macronésie

Les vaccins : argumentaire pour ou contre l’obligation (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
samedi 18 novembre 2017 par JMT

Obliger pour augmenter la confiance ? Avec mesures de coercition à l’appui ? ça me rappelle furieusement ceux qui prétendent prendre à la lettre le stupide adage "qui aime bien châtie bien" et donc qui tabassent allègrement, dans la joie et la bonne humeur, leur conjoint, leurs enfants, leurs parents ou pour se faire aimer de leurs sujets les envoient dans des camps ou les font tabasser par leurs sbires. Pour être logique, ce n’est donc pas Agnès Buzyn qu’il fallait nommer à la Santé mais quelqu’un dans le genre de Toto Riina, le "capo di tutti i capi" mafioso. Manque de bol il vient de casser sa pipe dans sa prison italienne : un de chute, contré, vulnérable :-)

Ensuite en Macronésie on est pour la transparence, c’est tendance, mais "on ne nous dit pas tout" : merci Anne Roumanoff (tiens ça me fait penser que "Par Jupiter" (mdr !) sur France Inter vient d’annoncer que Charlotte de Turckheim reprend à la scène son irrésistible one-woman-show "Une journée chez ma mère"...seule en scène et cette-fois elle mime même les accessoires :-). Jupiter ne nous a pas vraiment présenté notre ministre de la santé.... ni plein d’autres de ses ministres qui ont un riche pedigree ! Mais là les ministres c’est normal, allô quoi, il faut bien récompenser les "premiers de cordée" qui doivent se coltiner à tirer la corde avec les feignasses à la traîne :-)

Dans ce zafèr comme dans d’autres, il n’y a pas de réponse simple et ceux qui prétendent vous en donner une vous enfument et vous feriez bien de vous demander quel est leur intérêt ? Je préfère entendre des gens qui ont des doutes motivés, qui essaient de vous les expliquer, de vous expliquer qu’il n’existe nulle part de risque zéro, ni vraiment de risque 100% et que vouloir faire croire qu’on peut avoir une protection maximale, dans n’importe quel domaine est juste un leurre. Voyez la magie des statistiques : vous pouvez jouer avec une chance sur des milliards, faire le calimero (ou le cacou) mais si le bon (ou mauvais) numéro sort, pour vous c’est 100% de réussite (ou de scoumoune !).

T’as entravé queue d’ale à ces zistoirs ? alors bouge tes fesses et viens le samedi 25 Novembre à 14h30 à la salle Canter, à la conférence-débat de Médocéan, la salle est confortable,il y a des gens bons et toujours un cocktail sympa à la fin :-)

 > suite


23 ème chronique de la Macronésie

Le faux discours d’Emmanuel Macron à la COP23 (CHRONIQUES DE LA MACRONESIE)

par Dr Bruno BOURGEON, président d’AID
jeudi 16 novembre 2017 par JMT

23 par ci (Macronésie, traderi ?), 23 par là (COP, tralala ?). Tout un symbole que cette "conférence des parties" ait été présidée dans une grande indifférence par un tout petit état très concerné, la République de Fidji, et se soit déroulée à Bonn, triste petite cité rhénane qui hérita de la lourde tâche de succéder à Berlin, en devenant capitale de la loin d’être petite République Fédérale Allemande, ci-devant ex-trizone d’occupation franco-anglo-étatsunienne, le 4ème compère occupant ayant érigé en état vassal sa propre zone, la pas si petite République démocratique Allemande où naquit la petite Angela.

« J’aime tellement l’Allemagne que je préfère qu’il y en ait deux », aurait écrit, au temps de la guerre froide, l’écrivain François Mauriac, si proche du général de Gaulle qu’il en exprimait souvent officieusement la pensée. Et la diplomatie française suivit pendant 40 ans et quand le mur tomba, les illusions de Mitterrand avec !

Mais voilà-t-y pas que l’ petit’ Emmanuel a tenté, les poches vides mais le verbe enjôleur de conclure avec "Mutti" le mariage de la carpe et du lapin censé remettre en piste l’UE largement aux abonnés absents dans tous les domaines !

Heureusement qu’il y a le bouffon d’outre-atlantique pour animer un peu : notre divin mais néanmoins impécunieux Emmanuel a décidé que les européens allaient remplacer le financement défaillant des USA pour le GIEC, il a posé quelque fausse monnaie sur la table (à qui va-t-il devoir la piquer ?) , Angela a suivi avec la monnaie de ses courses et tous deux attendent que les autres 25 de l’UE fassent leur devoir...un peu comme à la fin d’un bon repas quand on s’est partagé l’addition et que quelqu’un fait remarquer perfidement d’un air détaché à ceux qui filent à l’anglaise que ce serait bien de laisser quelque chose pour le pourboire :-). Que ferait-on sans la France ?

 > suite


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2117832

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site CHRONIQUES DE LA MACRONESIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License