AID Association initiatives dionysiennes

CAFECO 153 - Economie : après les PIGS*, la France ?

présenté par Jean-Marc TAGLIAFERRI

vendredi 21 mai 2010 par JMT

Rendez-vous au bar-restaurant « K T Dral » Mardi 25 MAI 2010, de 18h à 20h30, 5 Ruelle Saint Paul (derrière la cathédrale, tel 0262511282).

Repas partagé pour ceux qui désirent continuer à échanger.

Contact Philippe BARBIER (0692882148) ou JMT 50692029271)

Navigation rapide

Télécharger l’affiche A4

PDF - 90.4 ko

Présentation

* ce charmant acronyme désigne pour la finance internationale les « pays métèques » de l’Euroland destinés à passer sous les fourches caudines du FMI comme n’importe quelle république bananière, savoir « Portugal, Italy, Greece, Spain »

Crise ?

Quelle crise ? On a vu fleurir les plans d’austérité dans l’Euroland. Quelle en est la véritable raison ? Pédagogique essentiellement, les montants étant insuffisants à faire disparaitre rapidement les soit-disant déficits.

Essentiellement la cause en est l’attitude fort peu européenne de l’Allemagne qui depuis 2000 profite à plein des économies de son marché captif (UE dont l’Euroland) sans en contrepartie jouer son rôle de puissance économique majeure en réinvestissant dans ce marché captif les excédents commerciaux qu’elle y fait.

Sans l’Euroland, c’en serait fini de la puissance allemande qui a absolument besoin des marges qu’elle y fait pour rester compétitive au dehors. Successivement tous ses « clients » sont passés dans le rouge, France en tête.

Tout cela date d’avant la crise qui n’a été qu’un révélateur. L’Allemagne a transféré la majorité des charges de son économie sur les ménages et a pu ainsi rendre ses entreprises terriblement compétitives, TROP compétitives par rapport à celles des autres pays.

Ceux-ci auraient pu faire pareil et détruire leurs systèmes économiques et sociaux, mais le modèle économique « rhénan » version Merkel n’a plus rien à voir avec le modèle rhénan jadis vanté, for proche du modèle français sauf que les investissements publics dans les firmes privées étaient portés par les landers et pas par l’Etat fédéral.

Peut-on y parer ? Evidemment.Si l’on reste soft, c’est à la France grande économie vitale pour l’Allemagne, de prendre la tête des autres pays de l’Euroland, pour faire face d’un bloc à l’ Allemagne : ou elle change ou et recycle ses dizaines de milliards pour redynamiser l’économie de l’UE ou on boycottera ses produits, de facto la plupart du temps parce qu’on n’aura plus les moyens de les acheter. Il y a des solutions plus drastiques

Merkel c’est une Allemagne globalement super riche avec des tas d’allemands appauvris. La différence avec la France c’est l’excédent commercial entraînant un excédent financier, même si l’Etat doit emprunter pour ses fins de mois (l’Allemagne n’exporte des capitaux que pour investir dans des choses rentables). C’est aussi que la « classe moyenne supérieure » y est plus riche et plus nombreuse que la française. Le chômage y est aussi élevé qu’en France (Plus de 8%)

Sarkozy c’est une France globalement très riche, avec un tas de français pauvres et appauvris, avec un déficit commercial et financier extérieur, un état terriblement impécunieux à cause des baisses colossales d’impôts sans contreparties, des baisses de charges sociales non compensées mettant le système de sécurité sociale en péril pour le privatiser, des revenus qui baissent et des dépenses obligatoires qui augmentent pour 80% de la population frappée par un chômage massif (près de 10%).

Allons-nous nous laisser faire par ces deux tristes clowns dont la tâche réelle est de casser les citoyens pour ouvrir de nouveaux marchés juteux à leurs sponsors des multinationales ?

PROCHAINES SEANCES PROGRAMMEES

·Mardi 8 Juin Repaire de Là-Bas Si j’y Suis 55

·Mardi 22 Juin Cafeco 154


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1968572

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Cafeco  Suivre la vie du site 2010   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License