AID Association initiatives dionysiennes
51 morts et 8 disparus, nouveau bilan provisoire

XYNTHIA (suite)

Des dizaines de milliers d’abonnés encore privés d’électricité et de téléphone.

mardi 2 mars 2010 par JMT

Victimes en 2008 d’une hécatombe provoquée par un virus chez les huîtres, touchés en 2009 par une forte surmortalité des jeunes huîtres, les ostréiculteurs sont confrontés à une nouvelle catastrophe, la tempête Xynthia qui a mis leurs installations électriques hors d’usage.

Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a estimé mardi que l’heure était "au recueillement et à la solidarité", après le passage de la tempête qui a fait 51 victimes et 8 disparus, et que "le temps des questions et des réponses" viendrait ensuite.

Electriciens et équipes des opérateurs de télécommunications continuaient de travailler d’arrache-pied mardi pour tenter de rétablir l’électricité, le téléphone ou internet, coupés dans les zones sinistrées par la tempête Xynthia, qui a fait au moins 51 morts et 8 disparus.

CATASTROPHE - Trois jours après le passage de Xynthia sur la France et la façade Atlantique, les secouristes sont toujours à pied d’oeuvre pour retrouver des victimes...LIVE

VIDEOS

Aytré : parfois 1,50 mètre d’eau dans leur maison

Les habitants de ces pavillons de la banlieue rochelaise, à Aytré, savaient que cette ancienne zone marécageuse était régulièrement inondée, mais nul n’avait imaginé de telles hauteurs d’eau, jusqu’à 1,50 mètre dans certaines maisons.

Durée : 01:14

Evaluation des dégâts matériels, deux jours après la tempête

Deux jours après le passage de la tempête meurtrière Xynthia, les communes les plus touchées de Vendée commençaient mardi à évaluer des dégâts encore très difficiles à chiffrer.

Durée : 1mn23.

Questions sur les constructions en zone inondable

Les habitants de ces pavillons de la banlieue rochelaise, à Aytré, savaient que cette ancienne zone marécageuse était régulièrement inondée, mais nul n’avait imaginé de telles hauteurs d’eau, jusqu’à 1,50 mètre dans certaines maisons.

Durée : 01:14

INFOGRAPHIE

La tempête Xynthia ravage l’Europe

Graphique interactif présentant le bilan de la tempête Xynthia qui a fait une soixantaine de morts en Europe, avec un focus sur le département vendéen particulièrement touché en France, et un décryptage du phénomène de rupture des digues.

Les ostréiculteurs confrontés à une nouvelle catastrophe

AFP, Mise a jour : 02/03/2010 12:59

Victimes en 2008 d’une hécatombe provoquée par un virus chez les huîtres, touchés en 2009 par une forte surmortalité des jeunes huîtres, les ostréiculteurs sont confrontés à une nouvelle catastrophe, la tempête Xynthia qui a mis leurs installations électriques hors d’usage.

Un ostréiculteur le 21 juillet 2009 sur l’île de Ré/AFP/Archives

"On n’avait pas besoin de ça", déclare à l’AFP, Michel Bertin, ostréiculteur à La Tremblade, en Charente-maritime, un des deux départements les plus touchés par la tempête avec la Vendée.

Les inondations provoquées par la montée inhabituelle des eaux ont causé d’importants dégâts aux installations ostréicoles de la région, grande productrice d’huîtres. "Tout marche à l’électricité dans un établissement ostréicole et les moteurs électriques, quand ils baignent dans l’eau salée, ils n’aiment pas ça", explique l’ostréiculteur.

Contrairement aux années précédentes, ce n’est pas la production des huîtres qui est touchée, c’est le fonctionnement même des établissements qui est concerné. "Le produit lui-même est impeccable mais on ne peut plus le commercialiser", se lamente Michel Bertin.

Les machines électriques qui servent à trier les huîtres, à les laver ou à cercler les paniers, sont hors d’usage. Les ordinateurs également. "Les ostréiculteurs sont en panne technique", résume-t-il. "C’est pire que la tempête de 1999", même s’il y eu moins de dégâts aux toitures, le vent ayant été moins violent, "mais l’eau est montée entre 20 et 25 cm plus haut qu’en 1999", explique-t-il.

Les effets de la tempête Xynthia qui a fait selon le dernier bilan 51 morts et 8 disparus sur la côte Atlantique ont été amplifiés par une marée d’ampleur exceptionnelle qui a provoqué des ruptures de digues dans de très nombreux endroits du littoral.

En Charente-Maritime, "il y a 95% des établissements ostréicoles qui ont subi des dégâts, si ce n’est 100%", estime Michel Bertin. "C’est surtout le matériel qui a souffert", indique Alain Courdavault, ostréiculteur sur l’île d’Oléron (Charente-Maritime), soulignant que les dégâts sont encore difficiles à évaluer.

"De mémoire d’oléronais, il n’y a jamais eu de montée des eaux pareille", déclare-t-il à l’AFP. "Camions, élévateurs, tracteurs, chaînes d’assemblage, tout est sous l’eau, tout est paralysé", précise-t-il, soulignant que la reprise de son activité dépendra de ses fournisseurs de matériel.

Le président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé lundi à Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime) un "plan spécial" en faveur des ostréiculteurs. Le ministre de l’Agriculteur "Bruno Le Maire va venir cette semaine" dans ce but, a-t-il précisé lors d’un déplacement en Vendée. "Il va falloir déterminer quels sont ceux qui sont le plus en difficulté, toutes les aides sont bonnes à prendre", réagit l’ostréiculteur de La Tremblade.

L’arrêté de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, publié au Journal Officiel mardi, concerne les départements de la Charente-Maritime, de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Vienne.

Les sinistrés de ces départements peuvent déposer leur dossier de demande d’indemnisation auprès de leur assureur. Les experts sont mobilisés pour estimer les dégâts dans les milliers de maisons affectées par les intempéries de dimanche, et pour les producteurs d’huîtres dont les exploitations ont été touchées.

Xynthia : l’heure est au "recueillement", le temps des questions viendra, estime Hortefeux

AFP, Mise a jour : 02/03/2010 10:42

Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a estimé mardi que l’heure était "au recueillement et à la solidarité", après le passage de la tempête qui a fait 51 victimes et 8 disparus, et que "le temps des questions et des réponses" viendrait ensuite.

Nicolas Sarkozy avec les sinistrés de la tempête Xynthia le 1er mars 2010 à L’Aiguillon-sur-Mer/AFP

"Il faut procéder par étapes", a déclaré le ministre, sur Canal Plus, soulignant qu’"aujourd’hui c’est le temps du recueillement et de la solidarité".

"C’est certainement un des drames les plus durs que nous ayons collectivement à vivre", depuis la tempête de 1999, a ajouté le ministre, qui a accompagné lundi le président de la République dans les zones sinistrées.

"Il y a une mobilisation totale forte pour venir en aide à ceux qui sont aujourd’hui les plus touchés", a assuré mardi M. Hortefeux, citant notamment l’aide de 3 millions d’euros annoncée lundi par le président Sarkozy et l’état de catastrophe naturelle décrété dans quatre départements.

"Il viendra naturellement le temps des questions et des réponses", a poursuivi M. Hortefeux, notamment interrogé sur le fait de savoir si les zones inondées auraient dû être évacuées dès l’alerte de Météo France.

Lundi, M. Sarkozy avait appelé à "faire de toute urgence la lumière sur ce drame inacceptable et incompréhensible" et promis d’engager la réflexion "sur le plan de l’urbanisme pour qu’une catastrophe de cette nature ne se reproduise plus".

"Il y a plusieurs éléments", a détaillé mardi le ministre de l’Intérieur : "d’un côté les digues", dont certaines "ont été insuffisantes compte tenu de l’ampleur de ce cataclysme et puis il y a la question des constructions en zones inondables".

Xynthia tempête meurtrière

C’est l’objet de la mission d’inspection, confiée conjointement à son ministère et à celui de l’Ecologie par le chef de l’Etat, a-t-il rappelé. Nicolas Sarkozy a annoncé lundi avoir avoir demandé cette mission aux deux ministères qui devront remettre un rapport dans les dix jours "pour comprendre ce qui s’est passé".

Le bilan de la catastrophe s’élève toujours à 51 victimes et huit disparus, a indiqué mardi à l’AFP, le lieutenant-colonel Patrick Vailli, porte-parole de la Sécurité civile. "Une vingtaine de maisons n’ont pas encore été reconnues en Vendée et une autre vingtaine l’ont été mais n’ont pu encore faire l’objet d’une investigation précise compte tenu du niveau important de l’eau à l’intérieur", a-t-il ajouté.

Tempête Xynthia : les recherches se poursuivent, des foyers toujours sans électricité

AFP, Mise à jour : 02/03/2010 09:41

Electriciens et équipes des opérateurs de télécommunications continuaient de travailler d’arrache-pied mardi pour tenter de rétablir l’électricité, le téléphone ou internet, coupés dans les zones sinistrées par la tempête Xynthia, qui a fait au moins 51 morts et 8 disparus.

Des secouristes le 1er mars 2010 dans les rues inondées de La Faute-sur-mer/AFP

Face aux risques de crues en raison du niveau élevé des cours d’eau, Météo-France a maintenu mardi matin le département du Morbihan en vigilance orange.

Les équipes de secouristes se préparaient à une troisième journée de recherches des victimes dans les départements maritimes les plus touchés par les inondations (Vendée et Charente-Maritime), tandis que s’accélère le pompage des eaux. Ces activités pourraient être compliquées par les marées exceptionnellement fortes attendues pour la journée, et qui risquent de provoquer de nouveaux afflux, selon les autorités.

L’arrêté de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle a été publié au Journal Officiel mardi. Il concerne les départements de la Charente-Maritime, de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Vienne.

Les sinistrés de ces départements peuvent déposer leur dossier de demande d’indemnisation auprès de leur assureur. Les experts sont mobilisés pour estimer les dégâts dans les milliers de maisons affectées par les intempéries de dimanche, notamment pour les producteurs de moules et d’huîtres dont les exploitations ont été touchées.

Sur le terrain, les équipes d’ERDF -filiale de distribution d’électricité d’EDF- se débattaient contre un terrain difficile pour remettre le courant. "Il est difficile de dire combien de foyers il reste à réalimenter car nous sommes dans les départements inondés. C’est vraiment complexe, ça se fait client par client", a déclaré mardi à l’AFP une porte-parole du groupe, qui prévoit un retour à la normale chez 80% des foyers touchés mercredi. Quelque 72.000 clients d’EDF restaient privés d’électricité lundi soir à 19H00.

Des clients de France Télécom (63.000) et de SFR (13.000) étaient encore privés de téléphone fixe ou d’internet.

Côté téléphone mobile, 400 antennes relais étaient privées d’électricité chez Orange (France Télécom) tandis que SFR en comptait 250 (soit 125.000 abonnés SFR environ). Bouygues Telecom avait fait état lundi à la mi-journée de "moins de 100.000 clients" touchés.

Après l’émotion, la presse recherchait mardi les responsabilités du drame et stigmatisait "le manque de détermination" des autorités pour faire appliquer les règles d’urbanisme.

La préfecture de Vendée a ordonné un renforcement des digues pour tenter de limiter le phénomène, alors que le pompage y a débuté lundi.

En Charente-Maritime, où l’installation des moyens de pompage doit être effective ce mardi, les secouristes redoutent la découverte de nouveaux corps dans les zones qui seront asséchées.

La pêche à pied a été interdite en Vendée et en Loire-Atlantique en raison des risques sanitaires de contamination bactériologique liés aux débordements d’eaux usées.

Dans le massif pyrénéen, la plupart des stations de sport d’hiver de Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées ont annoncé leur réouverture mardi

Suivez les dernières évolutions, trois jours après le passage de Xynthia

Mis à jour le 02.03.10 à 08h00

CATASTROPHE - Trois jours après le passage de Xynthia sur la France et la façade Atlantique, les secouristes sont toujours à pied d’oeuvre pour retrouver des victimes...LIVE

tempête avec inondation

11h57 : Les victimes de Xynthia ont jusqu’au 31 mars pour déclarer les sinistres à leur assureur. La ministre de l’Economie, Christine Lagarde, a allongé le délai légal à 30 jours, contre 10 habituellement. Le régime des catastrophes naturelles s’applique aux « dommages causés par les inondations, les coulées de boue et les chocs mécaniques liés à l’action des vagues ». Pour les dégâts relevant de la seule tempête, qui n’entrent pas dans ce régime, le délai légal pour déclarer un sinistre aux assurances est de 5 jours.

11h45 : Bernard Accoyer veut une « mission d’information parlementaire pluraliste » sur les raisons des dégâts provoqués par Xynthia. Le président de l’Assemblée nationale fera cette proposition dès la reprise des travaux du Parlement, le 23 mars.

11h33 : 49.700 foyers toujours privés d’électricité ce mardi matin à 9h30, selon ERDF. L’entreprise prévoit un retour à la normale au plus tard mercredi. Environ 56.000clients ne disposaient toujours pas de téléphone fixe ou d’internet.

9h03 : Pour Brice Hortefeux, l’heure est « au recueillement et à la solidarité ». Interrogé sur Canal Plus sur le fait de savoir si les zones inondées auraient dû être évacuées dès l’alerte de Météo France, le ministre de l’Intérieur a botté en touche, indiquant : « Il viendra naturellement le temps des questions et des réponses » plus tard.

8h58 : Le Journal officiel a publié mardi l’arrêté de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour l’ensemble des communes des quatre départements (Charente-Maritime, Deux-Sèvres, Vendée, Vienne) touchés dimanche par la tempête Xynthia. Cet arrêté est signé par les ministres Christine Lagarde (Economie), Brice Hortefeux (Intérieur) et Eric Woerth (Budget).

8h24 : 63.000 clients de France Télécom, 13.000 chez SFR, sont encore privés de téléphone fixe ou d’internet. Côté téléphone mobile, 400 antennes relais sont privées d’électricité chez Orange, tandis que SFR en compte 250 (soit 125.000 abonnés SFR environ). Bouygues Telecom avait fait état lundi à la mi-journée de « moins de 100.000 clients » touchés.

8h15 : Sur France Info, la chef de file d’Europe Ecologie Cécile Duflot s’exprime sur la polémique des constructions en zones inondables : « Il faut un suivi sur les aides et sur le suivi de la politique. C’est vrai qu’il y a des pressions, des habitants et notamment des promoteurs. Il ne faut pas seulement s’en inquiéter quand il y a un drame. Ainsi, il y a un an et demi, le Sénat a levé des règles d’urbanisme et assoupli la loi littoral et maintenant on veut faire une mission d’inspection. Les pouvoirs doivent protéger les populations, malgré les pressions. En Vendée, les élus ont trainé à adopter la plan de prévention des inondations, c’est le préfet qui a du l’imposer en 2007. »

8h : En Charente-Maritime, certaines routes restent encore difficilement praticables, selon Bison Futé. Certains axes secondaires sont toujours inondés, notamment au nord de la Rochelle dans l’anse d’Aiguillon, et au sud de Rochefort dans le secteur de Saint Froult-Plaisance. En règle générale, la zone côtière de la Charente maritime reste perturbée.

7h35 : Météo-France maintient ce mardi matin le département du Morbihan en vigilance orange en raison du niveau élevé des cours d’eau en crue qui pourraient entraîner des inondations. Cette vigilance est valable jusqu’à mercredi 6h.

7h25 : Didier Deschamps, capitaine des champions du monde 1998, a annoncé qu’il souhaitait organiser un match de solidarité en faveur des sinistrés de Xynthia, « à la fin du Championnat de France », peut-être à Nantes, à la Beaujoire.

7h10 : Les secouristes s’apprêtent à reprendre les recherches. En Charentes-Maritime, des moyens de pompage doivent être installés ce mardi. Les secours redoutent la découverte de nouveaux corps dans les zones qui seront asséchées.

7h : Les communes des départements de Charente-Maritime, de Vendée, des Deux-Sèvres et de la Vienne, sont placées en état de catastrophe naturelle à compter de ce mardi, en vertu d’un arrêté interministériel.

Les secouristes se préparent ce mardi à une troisième journée de recherches des victimes de la tempête Xynthia dans les départements maritimes les plus touchés par les inondations, tandis que s’accélère le pompage des eaux.

La tempête a fait au moins 51 morts et 8 disparus en France, principalement des habitants surpris dans leur sommeil par l’irruption de la mer dans leurs logements. La préfecture de Vendée, l’un des départements les plus touchés, notamment dans le secteur de L’Aiguillon-sur-Mer, a ordonné un renforcement des digues pour tenter de limiter le phénomène, alors que le pompage y a débuté lundi.

Estimation des dégâts et retour de l’électricité

Les experts sont mobilisés pour estimer les dégâts dans les milliers maisons affectées par les intempéries de dimanche, ainsi notamment que pour les producteurs de moules et d’huîtres dont les exploitations ont été touchées.

Les opérateurs électriques s’efforcent par ailleurs de rétablir le courant sur l’ensemble du territoire, alors que des dizaines de milliers de foyers ont encore passé la nuit sans électricité.

La pêche à pied a été interdite en Vendée et en Loire-Atlantique en raison des risques sanitaires de contamination bactériologique liés aux débordements d’eaux usées. En revanche, dans le massif pyrénéen, la plupart des stations de sport d’hiver de Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées ont annoncé réouvrir mardi.

B.D. avec agence


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1968572

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License