AID Association initiatives dionysiennes
Après les incidents du 19 décembre 2009

EUROSTAR : PEUT MIEUX FAIRE LA PROCHAINE FOIS ?

mais les autres exploitants ferroviaires doivent aussi améliorer leur service

vendredi 12 février 2010 par JMT

La compagnie ferroviaire Eurostar a annoncé vendredi qu’elle allait investir plus de 30 millions de livres (34 M EUR) dans les prochains mois pour améliorer la fiabilité de ses trains et les informations en cas de perturbations, en réponse à un rapport publié vendredi.

Environ un train sur cinq sur les grandes lignes de la SNCF a eu plus de cinq minutes de retard l’an dernier, une baisse de la ponctualité qui s’explique par les travaux sur le réseau, ont annoncé vendredi les chemins de fer français, confirmant une information parue dans Les Echos.

Une centaine de membres d’associations de communes midi-pyrénéennes riveraines de la future ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse ont manifesté vendredi à Toulouse devant le conseil général contre les projets de tracé de la ligne qui menace, selon eux, leurs villages.

La commission d’enquête sur les incidents ayant bloqué des milliers de passagers d’Eurostar dans le tunnel sous la Manche avant Noël a concentré vendredi ses critiques sur la compagnie ferroviaire, qui avait mal préparé ses trains et n’a pas informé correctement ses clients.

Eurostar avait mal préparé ses trains aux conditions hivernales et ses plans d’urgence pour aider les passagers étaient insuffisants, a conclu la commission d’enquête sur les pannes de la compagnie ferroviaire en décembre, dans son rapport publié vendredi à Londres.

VIDEOS

Le rapport d’enquête épingle Eurostar

LONDRES (AFP) - 12/02/10 23h04

La commission d’enquête sur Eurostar a concentré vendredi ses critiques sur la compagnie ferroviaire, qui avait mal préparé ses trains et n’a pas informé correctement ses clients.

Durée : 0mn43

Pannes d’Eurostar : interview du directeur-général adjoint, N. Petrovic

LONDRES (Royaume-uni/Greater London) (AFP) - 12/02/10 20h55

La commission d’enquête sur les incidents ayant bloqué des milliers de passagers d’Eurostar dans le tunnel sous la Manche avant Noël a concentré vendredi ses critiques sur la mauvaise préparation des trains et le manque d’information aux clients. Interview de Nicolas Petrovic, directeur-général adjoint d’Eurostar.

Durée 1mn20

Eurostar réagit à un rapport critique, va investir 34 millions d’euros

LONDRES (AFP) - 12/02/10 20h56

La compagnie ferroviaire Eurostar a annoncé vendredi qu’elle allait investir plus de 30 millions de livres (34 M EUR) dans les prochains mois pour améliorer la fiabilité de ses trains et les informations en cas de perturbations, en réponse à un rapport publié vendredi.

Nicolas Petrovic, directeur général adjoint d’Eurostar, le 12 février 2010 à Londres

Eurostar a fait cette annonce moins de deux heures après la publication des conclusions de la commission d’enquête indépendante qu’elle avait mise en place à la suite des perturbations de son trafic dans les jours précédant Noël.

Plusieurs milliers de passagers avaient été coincés dans le tunnel sous la Manche dans la nuit du 18 au 19 décembre, et le trafic d’Eurostar avait été trois jours d’arrêt complet du trafic avaient suivi, perturbant les déplacements familliaux de dizaines de milliers de personnes entre Paris, Londres et Bruxelles.

Des passagers d’Eurostar en attente à la gare de St Pancras à Londres le 19 décembre 2009

Dans son communiqué, Eurostar indique que son conseil d’administration, présidé par Guillaume Pepy, s’est dès mercredi engagé à mettre en oeuvre l’ensemble des préconisations qui lui seraient faites, "dans les meilleurs délais".

En l’occurrence, la compagnie s’apprête à investir 30 millions de livres (soit environ 34 millions d’euros) dans "l’amélioration de la fiabilité des rames Eurostar dans des conditions météorologiques extrêmes", "l’information et l’assistance des voyageurs en cas de perturbations", et dans "les circuits de communication à l’intérieur comme à l’extérieur du Tunnel sous la Manche".

Enfin, Eurostar va mettre en place une équipe dirigée par Richard Morris, un ancien cadre d’Eurotunnel, qui supervisera la mise en oeuvre des recommandations du rapport.

Le directeur général d’Eurostar Richard Brown s’est dit, dans le communiqué, "déterminé à remettre les choses en ordre".

"Notre priorité, assure-t-il, est de regagner la confiance de nos voyageurs en prenant toutes les mesures nécessaires pour qu ?une telle situation ne puisse plus jamais se produire".

Eurostar va selon lui "s’attacher à appliquer à la lettre les recommandations issues de l’enquête, ainsi qu’à mettre en oeuvre toutes les autres actions utiles que nous avons nous-mêmes identifiées pour améliorer notre qualité de service".

De son côté, le directeur général adjoint d’Eurostar, Nicolas Petrovic, s’est dit "satisfait" des conclusions de l’enquête.

"C’est un rapport très complet, il confirme notre analyse sur les causes des pannes", et "il est équilibré et émet des recommandations très claires, a-t-il déclaré dans un entretien à l’AFP.

La commission d’enquête sur les incidents ayant bloqué des milliers de passagers d’Eurostar dans le tunnel sous la Manche avant Noël a concentré vendredi ses critiques sur la mauvaise préparation des trains et le manque d’information aux clients. Interview de Nicolas Petrovic, directeur-général adjoint d’Eurostar.

"La situation était exceptionnelle", mais Eurostar "peut mieux faire et doit mieux faire", a-t-il poursuivi, ajoutant que "nous sommes vraiment déterminés à ce que cela ne se reproduise plus", et que "si ces conditions climatiques extrêmes se reproduisent, nous serons prêts".

Les secrétaires d’Etat aux Transports français et britannique, Dominique Bussereau et Andrew Adonis, avaient demandé un peu auparavant qu’Eurostar et Eurotunnel mettent "immédiatement en oeuvre" les recommandations du rapport sur les pannes de la compagnie ferroviaire en décembre.

Eurostar a par ailleurs annoncé dans son communiqué que le remaniement de sa gouvernance, prévu depuis l’an dernier mais qui avait été reporté en raison des incidents de Noël, interviendrait le 5 avril.

Comme convenu, l’actuel président Guillaume Pepy (qui dirige également la SNCF) sera remplacé par Richard Brown, auquel M. Petrovic succèdera à la direction générale.

Près d’un train sur cinq en retard sur les grandes lignes SNCF en 2009

PARIS (AFP) - 12/02/10 19h09

Environ un train sur cinq sur les grandes lignes de la SNCF a eu plus de cinq minutes de retard l’an dernier, une baisse de la ponctualité qui s’explique par les travaux sur le réseau, ont annoncé vendredi les chemins de fer français, confirmant une information parue dans Les Echos.

Des passagers en attente le 21 décembre 2009 gare du Nord à Paris

Le taux de régularité des TGV et des trains grande ligne Téoz et Corail est tombé de 82,6% en 2008 à 81,2% en 2009, selon la SNCF. De même, celui des trains Intercités, qui font des trajets interprovince, a reculé de 84,84% en 2008 à 83,93% en 2009.

Le fait s’explique essentiellement par les travaux effectués dans le cadre de la rénovation du réseau ferré, dit la SNCF.

Sur les courtes distances (transiliens et TER) et le fret en revanche, la régularité a été plus grande, selon la SNCF.

Ligne à grande vitesse en Midi-Pyrénées : manifestations contre le tracé envisagé

TOULOUSE (AFP) - 12/02/10 19h06

Une centaine de membres d’associations de communes midi-pyrénéennes riveraines de la future ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse ont manifesté vendredi à Toulouse devant le conseil général contre les projets de tracé de la ligne qui menace, selon eux, leurs villages.

Des habitants, militants et élus de Langon en Gironde participent, le 28 novembre 2009 à un rassemblement contre la LGV (Ligne à Grande Vitesse).

Les manifestants, portant tous un gilet jaune, se sont d’abord réunis à l’appel du collectif "Union pour la sauvegarde des villages" devant le siège de Réseau ferré de France (RFF), dont la façade a été escaladée par deux alpinistes, a constaté un journaliste de l’AFP.

Devant le conseil général, ils ont déployé des banderoles demandant que la "LGV (passe) au plus près de l’autoroute", appelant à la "sauvegarde de Castelnau ou déplorant "Pompignan sacrifié".

Les manifestants contestent particulièrement les trois tracés envisagés entre Montauban et Toulouse, qui traverseraient des villages et obligeraient à détruire certaines habitations, d’ici à la la mise en service prévue en 2020.

"Certaines de nos maisons, classées en zone inondable, sont rachetées pour une bouchée de pain", a affirmé à l’AFP Laurette Monbrun, précisant que d’autres habitants auront la ligne sous leurs fenêtres.

Des élus souhaitent un tracé longeant l’autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) pour ne pas accumuler les nuisances, mais des divergences existent sur le côté (est ou ouest) à privilégier.

"Il n’y a pas eu de concertation", a déploré Mme Monbrun, et "l’enquête d’utilité publique est prévue pour 2011, quand tout aura déjà été décidé".

Le tracé de la LGV devait être annoncé en janvier, mais conformément aux souhaits de plusieurs collectivités, une nouvelle réunion du comité de pilotage (Copil) se déroulera en mai, le temps pour RFF de mettre à l’étude des tracés proposés par le conseil général du Tarn-et-Garonne et par la communauté d’Agglomération de Montauban.

Eurostar : le rapport d’enquête épingle impréparation et manquements

LONDRES (AFP) - 12/02/10 18h15

La commission d’enquête sur les incidents ayant bloqué des milliers de passagers d’Eurostar dans le tunnel sous la Manche avant Noël a concentré vendredi ses critiques sur la compagnie ferroviaire, qui avait mal préparé ses trains et n’a pas informé correctement ses clients.

Nicolas Petrovic, directeur général adjoint d’Eurostar, avec le rapport de la commission d’enquête, le 12 février 2010 à Londres

Cette commission, lancée par Eurostar après les pannes ayant paralysé cinq de ses trains dans le tunnel dans la nuit du 18 au 19 décembre, a conclu qu’elles avaient été provoquées, comme l’avançait la compagnie, par les "conditions climatiques extrêmes" régnant à l’époque dans le nord de la France.

Mais elle a conclu que "les trains d’Eurostar n’ont pas reçu de préparation hivernale suffisante pour supporter ces conditions, et que les procédures de maintenances devraient être révisées".

Elle a affirmé que l’évacuation des passagers s’était effectuée "de façon sûre et efficace", mais a jugé insuffisants les plans d’urgence d’Eurostar pour aider ses passagers, et en particulier ses dispositifs d’information.

"Il n’y a eu ni blessés ni morts, Dieu merci, ce qui veut dire que ça (l’évacuation des passagers) a été fait(e) de façon très inconfortable pour les passagers, mais sûre", a expliqué lors d’une conférence de presse Claude Gressier, coprésident de la commission.

"C’est pas glorieux, loin de là, mais l’essentiel, la sécurité, a été préservé", a-t-il ajouté.

De son côté, le coprésident britannique Christopher Garnett a dénoncé le fait que les passagers d’un des trains bloqués, aient été transférés dans des conditions déplorables dans une navette Eurotunnel prévue pour les véhicules, avec seulement quatre WC pour 670 personnes.

Quant à la gare londonienne de St Pancras, "c’est une gare magnifique, mais où sont les informations pour la clientèle ?", a-t-il ajouté, concluant que la compagnie "n’était pas à la hauteur" et que ses clients "ne doivent plus jamais subir une telle situation".

La commission a émis une série de recommandations à Eurostar, dont la SNCF est l’actionnaire majoritaire : améliorer la fiabilité de ses trains, revoir les procédures d’évacuation, et informer de manière effective les passagers.

Informations à destination des usagers de l’Eurostar le 8 janvier 2010 gare du Nord à Paris

Toutefois, la commission n’a pas réclamé un départ de ses dirigeants. Le président Guillaume Pepy (également patron de la SNCF) sera de toute façon remplacé début avril par l’actuel directeur général Richard Brown, auquel succèdera à son tour le directeur général adjoint, Nicolas Petrovic.

Ce dernier s’est dit "satisfait" de l’enquête. "C’est un rapport très complet, il confirme notre analyse sur les causes des pannes", a-t-il déclaré à l’AFP, en promettant qu’Eurostar investira 34 millions d’euros pour mettre en oeuvre les recommandations.

Le groupe Eurotunnel, l’exploitant du tunnel sous la Manche, qui avait depuis le début rejeté la cause des incidents sur Eurostar, et qui doutait de l’impartialité de la commission, a au contraire été largement épargné par le rapport, qui a principalement critiqué le système de communication au sein du tunnel.

"Le rapport confirme que la sécurité des passagers et la conduite des opérations d’évacuation ont été assurées de manière efficace par Eurotunnel", s’est félicité le groupe, se disant prêt à aider Eurostar à appliquer les recommandations.

Après ce rapport sévèrement critique, Eurostar est désormais confronté au défi délicat de regagner la confiance des passagers.

"La situation était exceptionnelle", mais Eurostar "peut mieux faire et doit mieux faire", et "si de nouvelles conditions climatiques extrêmes se produisent, nous serons prêts", a assuré M. Petrovic.

Pannes d’Eurostar : les trains étaient mal préparés pour l’hiver, conclut l’enquête

LONDRES (AFP) - 12/02/10 14h44

Eurostar avait mal préparé ses trains aux conditions hivernales et ses plans d’urgence pour aider les passagers étaient insuffisants, a conclu la commission d’enquête sur les pannes de la compagnie ferroviaire en décembre, dans son rapport publié vendredi à Londres.

Passagers bloqués gare du Nord à Paris en raison des pannes d’Eurostar le 19 décembre 2009

La commission, qui avait été lancée par Eurostar elle-même après les incidents ayant bloqué plus de 2.000 de ses passagers dans le tunnel sous la Manche dans la nuit du 18 au 19 décembre, en raison de pannes liées aux intempéries, a conclu que "les trains d’Eurostar n’ont pas reçu de préparation hivernale suffisante pour supporter ces conditions, et que les procédures de maintenances devraient être révisées".

De plus, même si elle estime que l’évacuation des passagers s’est effectuée "de façon sûre et efficace", elle juge que les plans d’urgence pour aider les passagers à la suite des incidents "étaient insuffisants", et que "les dispositifs d’information dans les gares, via les centres d’appel et sur le site internet n’étaient pas satisfaisants".

La commission a donc émis une série de recommandations à l’intention de l’entreprise ferroviaire, dont la SNCF est l’actionnaire principal, consistant notamment à améliorer la fiabilité des trains et revoir les procédures d’évacuations en cas de panne de l’alimentation des trains.

Elle préconise également une meilleure communication de crise avec Eurotunnel (l’exploitant du tunnel sous la Manche), et un renforcement des procédure de gestion des interruptions de trafic majeures, visant à limiter les perturbations pour les passagers.

Passagers bloqués à la gare St-Pancras en raison des pannes d’Eurostar le 19 décembre 2009 à Londres

Dans la nuit du vendredi 18 au samedi 19 décembre, cinq Eurostar ont été bloqués dans le tunnel en raison d’une série de pannes liées aux intempéries. Plus de 2.000 personnes, coincées sans eau, ni nourriture, ni information, ont mis jusqu’à seize heures pour faire le voyage.

D’autres trains étaient restés bloqués à l’air libre, de part et d’autre du tunnel, et des dizaines de milliers de passagers ont été affectés par la suppression de tous les trains dans les jours qui ont suivi.

La commission d’enquête, confiée à un tandem d’experts indépendants, le Britannique Christopher Garnett et le Français Claude Gressier, a été lancée le 21 décembre par Eurostar pour faire la lumière sur ces incidents, avec l’aval des gouvernements français et britannique.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1973743

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Transport   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License