AID Association initiatives dionysiennes
Un océan pas toujours pacifique....

OLI DEVASTE LA POLYNESIE

Intervention massive de l’armée pour sécuriser les populations isolées

dimanche 7 février 2010 par JMT

Le passage dévastateur du cyclone Oli sur l’île de Tubuai, vendredi dans l’archipel polynésien des Australes, a laissé "une impression de fin du monde" aux quelque 2.000 habitants, selon des témoignages recueillis par un correspondant de l’AFP.

Le cyclone Oli poursuivait sa progression, au sud de la Polynésie française et devait passer, avec une moindre intensité, à 150 km de Rapa, l’île française habitée la plus isolée au monde, vers 05h00 samedi (16h00 à Paris), a indiqué le Haut commissariat.

Le cyclone Oli, qui balaye la Polynésie française, a fait un mort, un homme emporté par la houle dans l’archipel des Australes, frappé par des vents d’une grande violence.

Les 4.700 candidats aux concours de recrutement des professeurs de lycée professionnel et de l’nseignement technique devront repasser des épreuves le 25 mars en métropole et outremer en raison de l’alerte au cyclone décrétée sur le territoire polynésien, a annoncé le ministère de l’Education.

VIDEO

Le cyclone Oli frappe la Polynésie

RAIATEA (Polynésie Francaise) (AFP) - 04/02/10 18h22

Après Bora Bora, c’est au tour de Tahiti d’être frappée par le cyclone Oli : inondations, coupures d’électricité, les populations ont été évacuées des bords de mer et des centaines de touristes sont immobilisés dans leurs hôtels. Images de l’île de Raiatea.

Durée : 0mn21

A Tubuai "dévasté" par le cyclone Oli, "une impression de fin du monde"

PAPEETE (AFP) - 07/02/10 13h39

Le passage dévastateur du cyclone Oli sur l’île de Tubuai, vendredi dans l’archipel polynésien des Australes, a laissé "une impression de fin du monde" aux quelque 2.000 habitants, selon des témoignages recueillis par un correspondant de l’AFP.

Voiture à Tubuai le 5 février 2010 après le passage du cyclone Oli

L’île, où une personne a trouvé la mort, a été "dévastée" selon le Haut-commissariat de la République en Polynésie française.

"150 maisons sont détruites ou abîmées, comme le réseau routier et le réseau d’eau. C’est un paysage de désolation, l’île est à reconstruire", a déclaré à l’AFP Magali Charbonneau, directrice de cabinet du Haut-commissaire.

"Comme c’était la nuit, on n’entendait pas le vent venir, juste des craquements de branches. A 04H00 du matin, tout est devenu calme. Et puis de 04H00 à 05H00 du matin pile, le vent est revenu. Pendant une heure, on était en plein dans l’oeil du cyclone. Ca soufflait à plus de 200 km/h. C’est comme si on tronçonnait les arbres, ça volait de toutes parts", a témoigné, encore sous le choc, Daniel Aumeran, chef de chantier à Tubuai.

"C’est une impression de fin du monde, du bruit, des craquements, des sifflements, la pluie qui tape sur les volets, qui rentre sous les portes, sous les fenêtres, et ça dure des heures", a ajouté Michel Fischer, le commandant de la brigade de gendarmerie.

Le montant des travaux de reconstruction sera évalué dans les jours à venir, grâce au pont aérien qui achemine gendarmes et techniciens vers l’île, à bord d’avions militaires.

Mais le président de la Polynésie française, Gaston Tong Sang, a estimé qu’il faudrait "au moins un demi milliard" de francs Pacifique (4,19 millions d’euros) rien que pour les routes, dont au moins 20 km sont à reconstruire, et "un milliard pour les habitations " (8,38 millions d’Euros).

Maison détruite à Tubuai le 5 février 2010 après le passage du cyclone Oli

Le cyclone Oli s’est ensuite affaibli et les dégâts sur les deux dernières îles des Australes touchées, Raivavae et Rapa, sont bien moindres.

Selon un premier bilan global du Haut-commissariat, le cyclone a détruit ou sérieusement endommagé 303 habitations aux Îles Sous le Vent (Bora Bora, Maupiti, Raiatea, Tahaa et Huahine), 78 aux Îles du Vent (Tahiti, Moorea et Maiao), et 154 aux Australes, dont la majeure partie à Tubuai, ainsi que de nombreux bâtiments publics. Le bilan humain s’élève à un mort, un blessé grave et six blessés légers.

Le cyclone Oli faiblit mais frappe toujours la Polynésie

PAPEETE (AFP) - 06/02/10 17h33

Le cyclone Oli poursuivait sa progression, au sud de la Polynésie française et devait passer, avec une moindre intensité, à 150 km de Rapa, l’île française habitée la plus isolée au monde, vers 05h00 samedi (16h00 à Paris), a indiqué le Haut commissariat.

Carte de localisation de la trajectoire du cyclone Oli en Polynésie

C’est sur l’île de Tubuai (2.000 habitants) qu’Oli a fait le plus de dégâts : un décès, 150 à 200 maisons détruites, les réseaux d’eau et d’électricité coupés, et les routes très endommagées.

Champ inondé après le passage du cyclone Oli sur l’ïle Tubuai, le 5 février 2010

Oli frappe depuis six jours la Polynésie où il a touché trois archipels. Si les populations ont pu se mettre à l’abri à temps, 500 à 600 habitations, en tôle ou en matière végétale, ont été détruites ou endommagées, par les rafales allant jusqu’à 260 km/h, par la houle, avec des vagues jusqu’à 8 mètres, ou par les inondations.

"Ce qui fait défaut en Polynésie, c’est le logement, l’habitat est très dégradé, précaire", a déclaré à l’AFP Marie-Luce Penchard, ministre de l’Outre-mer. "Il ne faut pas avoir peur de le dire, il y a de la misère en Polynésie", a-t-elle ajouté.

Une femme devant sa maison détruite par le cyclone Oli, le 5 février 2010

A Papeete depuis dimanche, Mme Penchard a repoussé à samedi son départ, prévu jeudi. Elle s’est rendue vendredi à Rurutu et Tubuai (archipel des Australes), et a annoncé le déblocage imminent du fond de secours par son ministère.

La ministre compte délivrer ces aides sous forme de forfaits pour que les sinistrés puissent les utiliser plus vite, sans avoir à produire de factures au préalable.

Le président de la Polynésie, l’autonomiste Gaston Tong Sang, a adressé ses remerciements à l’Etat pour son aide, tout en délivrant un message explicite à ses adversaires indépendantistes. "Lorsque la population voit l’Etat et le Pays (cette collectivité d’outre-mer, ndlr) intervenir ensemble, elle ne peut qu’être réconfortée de voir qu’on n’est pas seuls", a-t-il dit.

Ce premier bilan soulève la question du départ progressif des forces armées, omniprésentes pendant les phases de secours. Ses avions et ses hélicoptères ont été indispensables pour des îles réparties sur une surface aussi étendue que le continent européen.

"On ne peut pas laisser les moyens qu’on a connus au temps du nucléaire, mais notre retrait a été trop important", a affirmé Marie-Luce Penchard. "Ce qui vient de se jouer avec Oli peut remettre en cause ce retrait, il faudra laisser plus de moyens que prévu", a-t-elle ajouté.

Cyclone Oli : un mort aux îles Australes frappées par des vents à 185 km/h

PAPEETE (AFP) - 05/02/10 13h23

Le cyclone Oli, qui balaye la Polynésie française, a fait un mort, un homme emporté par la houle dans l’archipel des Australes, frappé par des vents d’une grande violence.

Une route de Papeete balayée par le vent, le 4 février 2010

L’homme de quarante ans a péri sur Tubuai, île de 2.090 habitants au sud de Papeete, a indiqué vendredi matin le ministère de l’Outre-mer.

C’est le premier mort annoncé à la suite de ces intempéries.

Les vents se renforçaient sur cet archipel du Pacifique, avec des moyennes à 185 km/h et des pointes à 260, selon la même source. Les communications étaient extrêmement difficiles avec cette zone.

L’alerte route - impliquant une interdiction de circuler après mise à l’abri des populations - a été imposée sur cet archipel des Australes, situé sur le tropique du Capricorne et constitué de cinq îles hautes.

La ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, en déplacement en Polynésie depuis dimanche, avait déclaré jeudi à l’AFP, alors que le cyclone se dirigeait vers le sud, s’être "assurée que tous les moyens militaires sont mobilisés et que toutes les personnes peuvent être sécurisées dans des abris, comme les écoles", aux Australes.

"On veut être très réactifs. Un avion de reconnaissance partira à l’aube demain ; un hélicoptère partira dès que possible pour apporter les premiers secours. On va réquisitionner aussi les moyens du Pays, comme les avions de la compagnie Air Tahiti. On ne pourra poser un appareil que douze heures après le passage de cyclone, car son rayon est très important", avait indiqué Mme Penchard.

C’est dans la nuit de mercredi à jeudi (heure de Paris, mercredi après-midi heure locale) que la dépression tropicale au large de la Polynésie s’était transformée en cyclone.

Avant de se diriger vers le sud du pacifique tout en gagnant en puissance, Oli est passé au large de Tahiti, entraînant l’évacuation de 4.000 personnes.

L’alerte rouge a été imposée, puis levée aux Iles Sous le Vent (dont Bora-Bora) et aux Iles du Vent (dont Tahiti).

Les dégâts provoqués par le passage du cyclone Oli, le 5 février 2010 à Bora-Bora

La mer restait très forte après le passage d’Oli, avec des creux de 6 mètres. Quelques dizaines d’habitations ont été détruites par les crues des rivières ou les vents à Tahiti. Les dégâts apparaissaient limités sur l’île, selon un correspondant de l’AFP, avec quelques inondations, quelques toits arrachés et des routes coupées.

Le bilan est plus lourd aux Iles Sous le Vent, premier archipel touché, à l’extrême ouest, où "quelque 300 maisons ont été détruites, abîmées ou inondées, et une détruite par un incendie électrique", selon Magali Charbonneau, directrice de cabinet du Haut-commissaire. Nombre d’habitants étaient privés d’électricité.

Dans cette zone frappée mercredi, on recensait six blessés légers à Raiatea, deux à Maupiti, et un grave à Bora Bora, un homme tombé de son toit.

A Bora Bora, poumon touristique du territoire, près de 700 vacanciers sur le départ étaient toujours bloqués dans leurs hôtels, le trafic aérien n’ayant pas repris.

Nelia Tchee, adjointe au maire de Bora Bora, a assuré que ces touristes "ont plutôt été contents de rester, personne ne s’est plaint".

La Polynésie française compte 121 îles au total dont 76 habitées.

Cyclone : report dans toute la France d’épreuves d’un concours de recrutement de profs

PARIS (AFP) - 04/02/10 18h18

Les 4.700 candidats aux concours de recrutement des professeurs de lycée professionnel et de l’nseignement technique devront repasser des épreuves le 25 mars en métropole et outremer en raison de l’alerte au cyclone décrétée sur le territoire polynésien, a annoncé le ministère de l’Education.

Devant le lycée Chaptal à Paris, le 16 juin 2008

"Les épreuves écrites d’admissibilité des concours de recrutement interne des CAPET de sciences et techniques médico-sociales, CAPET de technologie, CAPLP de langues vivantes-lettres, CAPLP de lettres-histoire, CAPLP de mathématiques-sciences physiques sont reportées du jeudi 4 février au jeudi 25 mars en raison de l’alerte cyclonique rouge décrétée sur le territoire polynésien", indique le ministère dans un communiqué.

Les épreuves de ce jeudi sont annulées sur tout le territoire, sinon "il y aurait rupture d’égalité" des candidats à un concours de la fonction publique, a affirmé le ministère à l’AFP.

"Les 4.700 candidats inscrits à ces concours recevront une nouvelle convocation des services académiques des examens et concours très prochainement", précise le communiqué.

"Le bénéfice des épreuves subies le mercredi 3 février par les candidats au CAPLP interne sera conservé", ajoute-t-il.

Le cyclone Oli poursuivait sa progression jeudi sur les îles les plus fréquentées de l’archipel polynésien, entraînant l’évacuation des populations du bord de mer et l’immobilisation de centaines de touristes dans leurs hôtels.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1842142

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE  Suivre la vie du site Climat   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License