AID Association initiatives dionysiennes
Des idées, des hommes et des femmes, des territoires

COMMENT VIVRE LA POLITIQUE ?

La notoriété, nationale ou régionale, assure l’avenir

mardi 12 janvier 2010 par JMT

Au plus haut dans les sondages, Martine Aubry veut faire de 2010 "l’an I de la reconquête" pour les socialistes qu’elle voit sortis des basses eaux, "frétillants", et prêts au grand chelem pour les régionales de mars.

Une étude de l’Observatoire français des drogues et toxicomanie (OFDT) publiée mardi et portant sur des jeunes âgés de 17 ans relève l’existence de spécificités régionales marquées concernant les usages de substances licites et illicites.

Daniel Bensaïd, un des fondateurs de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) qui avait également participé activement à la création du NPA d’Olivier Besancenot en février dernier, est mort mardi matin à 63 ans, des suites d’une longue maladie, a annoncé le NPA.

Pour faire fructifier un carnet d’adresses ou s’offrir le frisson de la plaidoirie, les responsables politiques tentés par le métier d’avocat sont de plus en plus nombreux, au risque de nourrir le soupçon d’un certain mélange des genres.

Martine Aubry lance le PS à la reconquête des Français en 2010

PARIS (AFP) - 12/01/10 20h59

Au plus haut dans les sondages, Martine Aubry veut faire de 2010 "l’an I de la reconquête" pour les socialistes qu’elle voit sortis des basses eaux, "frétillants", et prêts au grand chelem pour les régionales de mars.

La Première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, le 12 janvier 2010

"Pour nous socialistes, 2010 doit être l’an I de la reconquête", a déclaré la première secrétaire du PS lors de ses voeux mardi à la presse, Rue de Solférino, avec aux premiers rangs les membres de sa direction au complet.

"J’ai l’impression que les Français se rendent compte que nous frétillons à nouveau !", s’est-elle réjouie, à deux mois des régionales. Dans la rue, a confié la numéro un socialiste, les Français ne l’interpellent plus pour lui dire "bon courage, tenez bon" mais pour l’assurer de leur "confiance" et lui dire "ça bouge, on est avec vous".

La présidentielle de 2012 est en ligne de mire, mais Mme Aubry, deuxième personnalité favorite des Français après Dominique Strauss-Kahn selon un dernier sondage Sofres, reste fidèle à sa méthode -son "dada", comme elle dit- pas de précipitation : "nous allons donner le temps au temps", "sans brûler les étapes".

"Les idées doivent précéder tout le reste : les alliances, les candidatures", prévient-elle alors que les ténors PS comme François Hollande sont déjà partis à l’assaut de la primaire PS, mettant en exergue leurs idées.

"2010 doit être l’année du projet" du PS, insiste Mme Aubry, pour qui il ne s’agit pas d’aligner un "catalogue" de mesures, mais de définir un "nouveau modèle de développement" face au "modèle libéral".

Le calendrier est fixé : une Convention en mai doit inventer ce "modèle". Deux autres conventions sont projetées l’une sur "les grands enjeux internationaux" et l’autre sur "l’égalité réelle".

De plus, "dans les jours qui viennent", le PS va lancer un "Forum des idées"- au travers de débats animés par des personnalités du parti autour de thèmes comme la ville, l’université, la VIe République, la santé.

Rénover le PS c’est aussi tenter de le moderniser : un nouveau site internet, un "nouvel hebdo" et un nouveau réseau social, "la coopol", ouverte aux sympathisants, sont lancés.

La maire de Lille élude la cacophonie qui continue de brouiller parfois le message socialiste- ainsi Manuel Valls veut une loi contre la burqa alors que le PS est contre. Elle ne veut retenir que la richesse des "vrais débats" aux bureaux nationaux.

Lors du test majeur des régionales dans deux mois, la patronne du PS entend prendre sa revanche, après la défaite aux européennes. Elle semble ultra-confiante et "ambitionne la conquête de toutes les régions".

Martine Aubry a affirmé, lors de ses voeux à la presse à Paris, que le PS pouvait remporter toutes les régions aux prochaines élections.

A une gauche désunie au premier tour, elle lance un appel au rassemblement au second : "Les Français ont besoin de régions-remparts".

Pour les échéances suivantes et en particulier 2012, "nous allons mettre toutes nos forces" au service du rassemblement de gauche et des écologistes, promet-elle.

Désormais présidentiable, Mme Aubry lance une violente charge contre Nicolas Sarkozy qui n’a "tenu aucune de ses promesses". "L’hyper-présidence ne rime pas avec hyper-efficacité", affirme-t-elle, accusant le chef de l’Etat d’avoir "brouillé" la "place et le message de la France dans le monde".

Elle veut faire du PS un parti de "propositions" : mardi les députés socialistes ont déposé une proposition de loi pour le droit de vote des étrangers aux élections locales. Elle réclame aussi des "emplois jeunes" et entend lutter contre les "discriminations".

Une citation d’Albert Camus "éclaire", pour elle, l’année : "si l’homme échoue à concilier la justice et la liberté alors il échoue à tout".

Usages de drogues à 17 ans : des spécificités régionales marquées, selon une étude

PARIS (AFP) - 12/01/10 15h24

Une étude de l’Observatoire français des drogues et toxicomanie (OFDT) publiée mardi et portant sur des jeunes âgés de 17 ans relève l’existence de spécificités régionales marquées concernant les usages de substances licites et illicites.

Drogue saisie le 18 décembre 2009 à Montpellier

L’étude, publiée en ligne sur le site de l’OFDT (www.ofdt.fr), est la déclinaison régionale de la sixième "Enquête sur la santé et les consommations (de substances psychoactives) lors de l’appel de préparation à la défense" (Escapad) portant sur 39.542 jeunes âgés de 17 ans, interrogés en 2008.

Après les résultats nationaux publiés en juin et révélant une stabilité, voire une baisse de l’alcool, du tabac mais aussi du cannabis et la progression des expérimentations de cocaïne, l’OFDT se livre à une analyse des résultats dans 21 régions métropolitaines (sans la Corse où l’échantillon était insuffisant).

L’OFDT parle de spécificités régionales "marquées" au niveau des consommations d’alcool et de cannabis, tout en soulignant que les usages de tabac apparaissent, pour leur part, plutôt uniformes sur l’ensemble du territoire. Ainsi la variance relative du niveau d’usage d’alcool est deux fois plus élevée que celle du tabac.

Dans un contexte de baisse généralisée du tabagisme au quotidien depuis plusieurs années, les résultats font apparaître "cinq régions sur-consommatrices de tabac au quotidien" (entre 32 et 36% des jeunes interrogés) chez les jeunes de 17 ans (Basse-Normandie, Poitou-Charentes et Languedoc-Roussillon et à un niveau un peu moindre l’Aquitaine et la Haute-Normandie). Les régions l’Ile-de-France et de Rhône Alpes se distinguent en revanche par des usages plus faibles (entre 25 et 27%).

Le rayon d’un buraliste le 14 octobre 2009 à Bordeaux

En 2008, les niveaux d’usages réguliers d’alcool (au moins 10 usages au cours des 30 derniers jours) sont marqués par un nombre de régions sous consommatrices plus élevé qu’en 2005. Néanmoins, quatre régions (contre six en 2005) continuent de se distinguer par des niveaux plus élevés que dans le reste du territoire (entre 11 et 14%) : Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Bourgogne et Languedoc-Roussillon.

La cartographie des ivresses alcooliques répétées (trois au moins au cours des douze derniers mois) est "plus contrastée", relève l’OFDT. Ainsi, la moitié Ouest de la France affiche des niveaux plus élevés, surtout la Bretagne avec 39%. L’Est est moins concerné, à l’exception de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA, 24%).

Même si le niveau d’usage régulier de cannabis a baissé au plan national entre 2005 et 2008, les régions affichant les niveaux les plus élevés de consommations régulières chez les jeunes de 17 ans sont surtout dans la moitié sud du pays (Aquitaine, Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon, région PACA et Franche-Comté entre 9 et 11%).

Déjà particulièrement concernées par les expérimentations de produits rares en 2005, le Languedoc-Roussillon et PACA se distinguent par une expérimentation supérieure au reste du territoire en ce qui concerne la cocaïne (entre 5 et 6%), l’ecstasy (de 5 à 6%) et les poppers (de 16 à 19%).

L’OFDT souligne également que "le Nord-Pas-de-Calais continue pour sa part de se démarquer par une expérimentation élevée d’ecstasy" (4%) ainsi que la Picardie (4%).

L’Ile-de-France présente pour la première fois une expérimentation de cocaïne supérieure à celle du reste du territoire (4%).

Daniel Bensaïd, un des fondateurs de la LCR, est mort

PARIS (AFP) - 12/01/10 20h40

Daniel Bensaïd, un des fondateurs de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) qui avait également participé activement à la création du NPA d’Olivier Besancenot en février dernier, est mort mardi matin à 63 ans, des suites d’une longue maladie, a annoncé le NPA.

Le philosophe Daniel Bensaïd à un meeting de la LCR organisé pour fêter mai 68 le 30 mai 2008 à la Mutualité à Paris

M. Bensaïd était un des théoriciens du mouvement trotskiste en France.

Militant révolutionnaire depuis l ?adolescence, il avait été l’un des fondateurs de la JCR (Jeunesse communiste révolutionnaire) avec Alain Krivine en 1966, puis l’un des acteurs du mouvement de Mai 68 avant de participer à la création de la Ligue communiste en avril 1969, devenue Ligue communiste révolutionnaire (LCR) en 1973.

Olivier Besancenot a salué un "ami cher, un camarade de combat". Le leader du NPA qui avait écrit l’an dernier, en collaboration avec M. Bensaïd, "Prenons parti pour un socialisme du XXIe siècle" (Editions Mille et une nuits), a déclaré à l’AFP : "le mouvement ouvrier a perdu le penseur le plus brillant de la pensée marxiste contemporaine".

Pour Marie-George Buffet et Pierre Laurent (PCF), "disparaît une des figures les plus marquantes du courant révolutionnaire français", un "homme de grande culture", "simple et attachant" qui "n’aura eu de cesse de revisiter l’apport de Marx à la lumière de l’expérience historique et des enjeux théoriques et politiques de notre époque".

Au PS, Benoît Hamon a rendu hommage, "avec émotion et tristesse", à "ce grand penseur", "inspiré par la défense d’un marxisme ouvert et généreux", un "infatigable débatteur" qui était "un des théoriciens les plus solides intellectuellement" du mouvement trotskiste, "en France et dans le monde".

Longtemps membre de la direction de la LCR et un des principaux dirigeants de la IVe Internationale (organisation communiste trotskiste fondée en 1938), M. Bensaïd était engagé dans tous les combats internationalistes.

Né le 25 mars 1946 à Toulouse, ce philosophe, enseignant à l’Université de Paris VIII, a publié de très nombreux ouvrages de philosophie ou de débat politique, animé les revues Critique Communiste et ContreTemps, et participé à la création de la Fondation Louise Michel.

Le parti anticapitaliste annonce qu’il organisera une soirée d’hommage militant samedi 23 janvier à Paris.

Les responsables politiques tentés par le métier d’avocat

PARIS (AFP) - 12/01/10 13h33

Pour faire fructifier un carnet d’adresses ou s’offrir le frisson de la plaidoirie, les responsables politiques tentés par le métier d’avocat sont de plus en plus nombreux, au risque de nourrir le soupçon d’un certain mélange des genres.

Dominique de Villepin le 15 décembre 2009 à Bordeaux

Au barreau de Paris, chaque saison apporte son nouvel élu : après les UMP Jean-François Copé, Frédéric Lefebvre, Dominique de Villepin, le Vert Noël Mamère, le socialiste Christophe Caresche, c’est l’ex garde des Sceaux Rachida Dati qui prononcera son serment à la fin du mois. On prête à Julien Dray l’intention de venir allonger la liste.

Rachida Dati le 11 janvier 2010 à Bruxelles

"Devenir avocat quand on est politique, c’est s’assurer un statut social tout en conservant une forme d’indépendance, comparé à un poste en entreprise, plus connoté", analyse un avocat d’affaires qui voit avec amusement débouler ces confrères d’un genre nouveau.

La marche à suivre est simple : comme les juristes, magistrats, hauts fonctionnaires, les responsables politiques, pour peu qu’ils possèdent un minimum de culture juridique, sont dispensés de formation initiale et d’examen. Après validation du conseil de l’ordre et du parquet de Paris, ils accèdent directement à la prestation de serment.

Avec un autre avantage sur les jeunes diplômés : un nom et un carnet d’adresses qui séduit les cabinets d’avocat soucieux de "bénéficier d’une image, d’un réseau de relations", observe Thierry Wickers, président du Conseil national des Barreaux (CNB).

Les cabinets en question préfèrent parler de "synergies" et "d’enrichissement mutuel".

"Nous travaillons notamment dans le domaine du droit public. Les politiques connaissent les rouages de l’administration, nous aident à anticiper la réglementation", explique-t-on au cabinet August§Debouzy où travaille Christian Pierret, ancien ministre de l’Industrie du gouvernement Jospin.

"Ce n’est pas parce qu’on a des relations, qu’on va se voir confier un dossier. Si un politique a un carnet d’adresses à vendre, il le négociera plus facilement dans une entreprise de relations publiques, chez un consultant qui ne sera bridé par aucune déontologie", assure Dominique Holtzer du cabinet Orrick-Rambaud-Martel qui compte dans ses rangs le député et ancien garde des Sceaux Pascal Clément.

Le code de déontologie des avocats interdit à ceux "investis d’un mandat public" d’intervenir contre l’Etat ou les collectivités.

Pour le député UMP Manuel Aeschliman, il y a bien deux profils distincts d’élus avocats : "ceux qui se considèrent avant tout comme des apporteurs d’affaires, qui voient peu les clients, et ceux qui mettent les mains dans le cambouis" de la justice pénale, allant jusqu’à plaider des dossiers.

L’ancien maire d’Asnières, qui a prêté serment en janvier 2009, se targue de faire partie de la seconde catégorie, tout comme le député François Baroin qui privilégie les affaires de droit commun.

Un choix qui ne lui épargne pas la polémique sur de possibles conflits d’intérêt, comme lorsqu’il dépose, en juillet 2009, avec le socialiste Jack Lang, une proposition de loi permettant aux cours d’assises de choisir entre huis-clos ou procès public lorsque des mineurs sont en cause. Une réforme réclamée par l’avocat de la mère d’Ilan Halimi, Francis Szpiner, au cabinet duquel François Baroin a travaillé.

Jean-François Copé le 11 janvier 2010 à Paris

L’arrivée de l’ancien ministre du budget Jean-François Copé au cabinet Gide-Loyrette-Nouel, conseil de l’Etat dans le cadre de la fusion GDF-Suez, avait également nourri les critiques. Une biographie récemment parue affirme que M. Copé s’est servi de son influence de président du groupe UMP à l’Assemblée nationale pour stopper une proposition de loi dont son employeur privé est un opposant résolu.

VIDEOS

Les Verts en appellent au "courage politique"

PARIS (AFP) - 12/01/10 22h00

Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, et ses amis ont appelé la classe politique à faire preuve de davantage de "courage politique" en 2010.

Durée : 01minute

Aubry : l’ambition du PS est de "remporter toutes les régions"

PARIS (AFP) - 12/01/10 19h37

La première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a affirmé mardi, lors de ses voeux à la presse à Paris, que le PS pouvait remporter toutes les régions aux prochaines élections.

Durée : 47s


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1812865

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site POLITIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License