AID Association initiatives dionysiennes
En France comme en Inde,

ON EST BIEN DANS LA MEEEEEEEEEEEEEERD(R)E !

Incohérences dans l’assainissement !

samedi 21 novembre 2009 par JMT

Bruxelles a assigné vendredi la France devant la Cour européenne de justice concernant des défaillances dans le traitement des eaux usées dans 64 agglomérations, dont Bordeaux, Lyon, Avignon et Arles, selon un communiqué.

Personne n’oserait dire que Radha Jagarya a de la chance : cette veuve de 45 ans et ses quatre enfants ont élu domicile sur un trottoir d’un quartier aisé du sud de Bombay où ils vendent des fleurs aux automobilistes. Mais, eux, au moins, vivent près de toilettes publiques

L’eau et l’assainissement sont deux enjeux majeurs du XXIe siècle. Notre action consiste à fournir de l’eau aux populations en situation de crise et à combattre les maladies à contamination hydrique qui touchent des populations démunies dans les zones les plus peuplées.

Dans les 2 mois suivant la réception de votre don, la Croix-Rouge française vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt de 75% du montant de votre don dans la limite de 510€ et au-delà, d’une réduction d’impôts de 66% dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Bruxelles saisit la justice sur le traitement des eaux usées en France

BRUXELLES (AFP) - 20/11/09 16h39

Bruxelles a assigné vendredi la France devant la Cour européenne de justice concernant des défaillances dans le traitement des eaux usées dans 64 agglomérations, dont Bordeaux, Lyon, Avignon et Arles, selon un communiqué.

Station de traitement des eaux usées.

"Les eaux urbaines résiduaires non traitées peuvent présenter un danger pour la santé des citoyens européens et pour l’environnement. Nous devons garantir le même niveau de traitement des eaux urbaines résiduaires dans toute l’Union européenne", a rappelé Stavros Dimas, commissaire européen chargé de l’Environnement.

"Il est inacceptable que les Etats membres ne se conforment pas à la législation. Je leur demande instamment de prendre des mesures pour remédier à cette situation".

La Commission souligne qu’elle est préoccupée "depuis plusieurs années" par les lacunes de la France en la matière. Une première lettre d’avertissement avait été envoyée à la France en juillet 2004 et une seconde en décembre 2008.

Aux termes de la législation européenne, la France aurait dû mettre en place, avant le 31 décembre 2000, des systèmes de collecte et de traitement des eaux usées dans les zones urbaines de plus de 15.000 habitants (qui ne les rejettent pas dans des zones sensibles).

La Commission européenne a également envoyé vendredi un "premier avertissement écrit" à cinq Etats pour leur traitement des eaux "inadéquat" dans des villes plus petites. La France est à nouveau épinglée, aux côtés de la Belgique, du Luxembourg, du Portugal et de l’Allemagne.

Les petites agglomérations avaient jusqu’au 31 décembre 2005 pour se conformer à la législation.

Les eaux résiduaires non traitées peuvent être contaminées par des bactéries et des virus dangereux, rappelle la Commission.

Elles contiennent également des nutriments tels que l’azote et le phosphore, susceptibles de nuire aux réserves d’eau douce et au milieu marin en favorisant la prolifération d’algues qui étouffent les autres formes de vie.

Par ailleurs, Bruxelles a demandé vendredi aux pays de l’UE de mieux appliquer la législation européenne en matière de "déchets".

Dans des rapports, la Commission note qu’elle reçoit régulièrement des plaintes émanant de citoyens ou du Parlement européen concernant la mauvaise gestion des déchets.

Elle critique notamment le fait que les équipements électriques et électroniques, les véhicules hors d’usage ou les emballages ne fassent pas toujours l’objet d’une collecte séparée. "On constate également un nombre important de transferts illicites de déchets".

Dans l’Inde moderne, il manque 600 millions de toilettes

BOMBAY (AFP) - 20/11/09 15h46

Personne n’oserait dire que Radha Jagarya a de la chance : cette veuve de 45 ans et ses quatre enfants ont élu domicile sur un trottoir d’un quartier aisé du sud de Bombay où ils vendent des fleurs aux automobilistes. Mais, eux, au moins, vivent près de toilettes publiques.

Des Indiens se soulagent dans un urinoir public à Bombay, le 18 novembre 2009

Dans les bidonvilles, où habite plus de la moitié de la population de la mégapole, on compte environ un WC pour 81 personnes. Dans certains endroits, la moyenne monte à 273 personnes et même le taux le plus bas s’élève à 58 habitants, selon les chiffres des autorités locales.

Dans ce contexte, rien d’étonnant à voir des gens accroupis dans la rue, le long des voies de chemins de fer, sur la côte ou déféquer dans la capitale économique de l’Inde où vivent certains des plus riches au monde.

Les Nations unies estiment que 600 millions d’Indiens, soit 55% de l’immense population, sont contraints de se passer de toilettes.

Jack Sim prend le sujet au sérieux. Le fondateur et président de l’organisation mondiale des toilettes (WTO) s’est approprié la mission d’améliorer l’accès aux sanitaires partout dans le monde.

Selon lui, l’Inde a "un énorme travail à faire", non seulement en raison des effets sur la santé —la diarrhée tue chaque jour en Inde 1.000 enfants de moins de cinq ans— mais aussi en raison de l’image que le pays donne à l’étranger.

Cette situation ternit le blason d’un pays qui aime à se dépeindre comme une super puissance économique, juge l’homme d’affaires originaire de Singapour lors d’une visite à Bombay pour promouvoir la journée mondiale des toilettes, le 19 novembre.

M. Sim prévient notamment que lors des jeux du Commonwealth à New Delhi l’an prochain, les autorités devront veiller à doter la capitale d’un nombre suffisant de toilettes publiques pour ne pas dégoûter les touristes.

Un Indien urine dans une ruelle de Bombay, le 18 novembre 2009

En mars, la municipalité de Bombay a reconnu qu’il manquait 64.157 toilettes dans les bidonvilles de la ville, qui n’en comptent pour l’heure que 77.526. Des travaux sont en cours pour en construire 6.500.

Et même lorsqu’elles existent, il n’y a souvent ni eau ni électricité, ce qui les rend inutilisables, souligne le rapport 2009 des Nations unies sur le développement.

Conséquence, de nombreuses femmes attendent la fin de la journée pour se soulager à la nuit tombée, augmentant ainsi les risques d’infections, d’agressions voire même de piqûres de serpents dans les endroits reculés.

Selon le ministère de la Santé, l’insuffisance des sanitaires et les maladies qui en découlent coûtent quelque 255 millions de dollars chaque année à l’économie indienne.

Selon Jack Sim, des investissements du secteur privé aideraient à réduire le nombre de gens obligés de déféquer dans la rue dans les pays en développement, estimé aujourd’hui à 2,6 millions de personnes.

L’eau et l’assainissement, deux enjeux majeurs

La Croix Rouge Française

L’eau et l’assainissement sont deux enjeux majeurs du XXIe siècle. Notre action consiste à fournir de l’eau aux populations en situation de crise et à combattre les maladies à contamination hydrique qui touchent des populations démunies dans les zones les plus peuplées.

Aujourd’hui, plus d’un milliard d’individus manquent d’eau pure, et plus de trois milliards – soit la moitié de la population mondiale – ne disposent pas de systèmes d’assainissement adéquats.

La demande croissante et la diminution des ressources en eau potable sur la planète sont à l’origine de tensions croissantes entre les populations. Par ailleurs, l’assainissement des eaux usées représente un véritable enjeu de santé publique.

Nos objectifs

* finaliser des actions concrètes en faveur des populations défavorisées former des ressources humaines sanitaires

*capitaliser sur les interventions déjà menées sur des thématiques sanitaires.

Nos trois champs d’action

*L’amélioration de l’accès à l’eau potable

*Le développement de l’assainissement

*La sensibilisation à l’hygiène

Le cadre de notre action

Une démarche humanitaire durable basée sur :

*L’implication des populations pour assurer la pérennité des actions entreprises

*L’utilisation de technologies appropriées

*Le choix de sites où les risques sont limités

*La protection de l’environnement

Une méthodologie basée sur une exigence de qualité et de professionnalisme :

*Renforcement des équipes opérationnelles par des experts en eau et assainissement

*Validation des projets par des bureaux d’études.

*Suivi régulier des chantiers

*Vérification de la qualité des ouvrages réalisés.

Un programme de recherche s’appuyant sur :

*La géophysique, pour répondre à la diminution des ressources en eau sur la planète,

*Des nouvelles méthodes d’assainissement respectueuses de l’environnement et peu coûteuses

*L’intégration des plans stratégiques de réduction de la pauvreté pour améliorer la qualité et les résultats à long terme dans le domaine de l’eau et de l’assainissement.

Chiffres clés

En 2008, la Croix-Rouge française mène 19 programmes eau et assainissement dans 14 pays :

•en Afrique (Comores, République Centrafricaine, Tchad, Madagascar, Djibouti, Togo)

•en Amérique (Haïti, Guyana)

•en Asie (Cambodge, Laos, Sri Lanka, Vietnam)

•au Moyen-Orient (Yémen, Liban).

Au total, ce sont 270.000 personnes qui sont concernées par ces programmes.

Vous voulez agir ?

Faites un don, avant le 31/12 c’est déductible

Dans les 2 mois suivant la réception de votre don, la Croix-Rouge française vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt de 75% du montant de votre don dans la limite de 510€ et au-delà, d’une réduction d’impôts de 66% dans la limite de 20% de votre revenu imposable.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1810894

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License