AID Association initiatives dionysiennes
A l’approche de l’hiver boréal

La météo malade du climat

Qu’alors y faire ?

samedi 14 novembre 2009 par JMT

A un mois de la conférence de Copenhague, la France et le Brésil ont engagé samedi une course contre la montre pour tenter d’y arracher un accord "ambitieux" sur le climat, en présentant un texte commun que leurs deux présidents veulent "vendre" au reste du monde.

Le bilan des pluies torrentielles du dernier week-end au Salvador s’est alourdi à au moins 189 morts, a annoncé samedi la Protection civile de ce pays d’Amérique centrale.

Un fort coup de vent de plus de 100 km/h qui a balayé le département du Finistère dans la nuit de vendredi à samedi a entraîné 250 interventions des sapeurs-pompiers, a-t-on appris auprès du service départemental d’intervention et de secours.

Une douzaine de militants de Greenpeace, en combinaison orange, ont manifesté samedi sur la promenade des Anglais à Nice pour dénoncer l’exploitation par le groupe pétrolier Total des sables bitumineux notamment au Canada.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva rencontre samedi à Paris son homologue français Nicolas Sarkozy pour tenter de mettre au point une position commune sur le changement climatique, trois semaines avant le sommet de Copenhague.

Au moins 38 personnes sont mortes dans le nord de la Chine, où certaines provinces ont connu leurs plus fortes chutes de neige en plusieurs décennies, a rapporté la presse vendredi.

Climat : France et Brésil engagent une course contre la montre pour sauver Copenhague

PARIS (AFP) - 14/11/09 23h06

A un mois de la conférence de Copenhague, la France et le Brésil ont engagé samedi une course contre la montre pour tenter d’y arracher un accord "ambitieux" sur le climat, en présentant un texte commun que leurs deux présidents veulent "vendre" au reste du monde.

Les présidents français Nicolas Sarkozy et brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, le 14 novembre au palais de l’Elysée, à Paris

Dévoilé à l’issue d’un entretien d’une heure entre Nicolas Sarkozy et Luiz Inacio Lula da Silva, ce document, qualifié de "bible climatique" par le chef de l’Etat brésilien, détaille les grandes lignes minimales de l’accord qu’ils souhaitent à Copenhague, sans entrer dans les détails, notamment chiffrés, sur lesquels renâclent notamment les Etats-Unis et la Chine.

Les deux pays n’y rappellent que l’objectif final d’une "réduction mondiale d’au moins 50% d’ici à 2050 par rapport à 1990" des réductions des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais avec, pour les pays développés, des "objectifs ambitieux de réduction à moyen terme".

Les pays en développement doivent eux "contribuer activement à l’effort mondial par une déviation substantielle de leurs émissions par rapport au scénario +business as usual+", mais "dans un cadre juste, global et robuste pour l’adaptation", qui doit inclure "un soutien financier nouveau et substantiel" pour les plus pauvres.

Paris et Brasilia s’accordent enfin sur la création d’une Organisation mondiale de l’environnement, qui pourrait être mise en place dès 2012.

La France et le Brésil ont adopté un texte commun pour la conférence de Copenhague sur le climat

"Nous rendons public aujourd’hui un texte brésilien-français parce que le Brésil et la France nous voulons que Copenhague soit un succès (...) nous n’accepterons pas un accord au rabais", a menacé samedi Nicolas Sarkozy.

"C’est un document historique (...) j’espère qu’il pourra servir de paradigme pour encadrer les discussions que les chefs d’Etat et de gouvernement devront avoir à Copenhague", a renchéri Lula.

Pour y parvenir, les deux chefs d’Etat ont annoncé qu’ils allaient sans tarder multiplier les contacts pour tenter de rallier un maximum de partenaires autour de leur texte. "Désormais, avec le président Lula, nous allons tout faire pour rassembler le plus grand nombre", a promis Nicolas Sarkozy.

Le président français a détaillé un programme de contacts et de visites qui débutera jeudi soir à Bruxelles, avant le sommet européen qui doit attribuer les nouveaux postes européens prévus par le traité de Lisbonne, par un entretien avec la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen.

Conférence des présidents français Nicolas Sarkozy et brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, le 14 novembre au palais de l’Elysée, à Paris

Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il se rendrait le 26 novembre à Manaus (Brésil), où doivent se réunir dix pays amazoniens, puis au sommet des pays du Commonwealth prévu les 27 et 28 novembre à Trinidad et Tobago, auquel participeront la Grande-Bretagne, l’Inde, le Canada ou l’Australie, et enfin en Afrique, sans autre précision.

Le président Lula a pour sa part indiqué qu’il téléphonerait, probablement lundi, au président américain Barack Obama, qu’il a clairement présenté avec son homologue chinois Hu Jintao comme les principaux freins aux discussions. Les deux dirigeants doivent se rencontrer mardi à Pékin.

"Il ne faut pas permettre à Obama et Hu Jintao de célébrer un accord qui prenne pour base les seules réalités économiques de leurs deux pays", a-t-il lancé, fustigeant un "G2 aux intérêts très particuliers". "Il faut qu’Obama et la Chine aient un peu plus d’audace", a-t-il insisté.

"Il faut prendre des engagements politiques contraignants, précis", a souligné Nicolas Sarkozy, "on se bat pour que le monde soit à la hauteur de sa responsabilité historique". "Nous n’exigeons pas l’impossible, nous voulons faire seulement ce qui est raisonnable", a pour sa part conclu Lula.

Pluies diluviennes au Salvador : le bilan s’alourdit à 189 morts

SAN SALVADOR (AFP) - 14/11/09 20h03

Le bilan des pluies torrentielles du dernier week-end au Salvador s’est alourdi à au moins 189 morts, a annoncé samedi la Protection civile de ce pays d’Amérique centrale.

Des corps non identifiés de victimes des inondations sont enterrés dans une fosse commune, à San Vicente le 10 novembre 2009

Quelque 80 personnes sont toujours portées disparues, pour la plupart dans le département de San Vicente, ajoute la Protection civile dans un communiqué.

En outre, 14.295 personnes sont toujours réfugiées dans des centre d’accueil provisoires montés dans différentes régions du pays.

Près de 2.000 maisons ont été endommagées ou détruites par les pluies diluviennes qui ont provoqué 176 glissements de terrain, selon les services de secours.

Le président salvadorien Mauricio Funes a ordonné jeudi le déploiement de l’armée pour contribuer à la distribution de l’aide alimentaire aux sinistrés.

Il a également obtenu le débloquage de 150 millions de dollars pour financer des mesures d’urgence. Cette somme provient d’un prêt de 300 millions de dollars initialement destiné à financer un plan anticrise.

Finistère : 250 interventions des sapeurs-pompiers après un fort coup de vent

BREST (AFP) - 14/11/09 19h17

Un fort coup de vent de plus de 100 km/h qui a balayé le département du Finistère dans la nuit de vendredi à samedi a entraîné 250 interventions des sapeurs-pompiers, a-t-on appris auprès du service départemental d’intervention et de secours.

Des vagues déferlantes viennent s’écraser, le 12 janvier 2004 sur la jetée du port breton de Lomeneur

Ces interventions ont concerné des dégâts matériels tels que fils électriques arrachés ou toitures abîmées, mais aucun blessé n’a été enregistré, a-t-on également indiqué.

Sur les quelque 2.500 foyers privés d’électricité dans le département, un millier a pu être raccordé au réseau en début d’après-midi, selon Electricité de France, qui prévoit un retour à la normale dans la journée.

Le trafic ferroviaire entre Rennes et Quimper était "très perturbé" en raison de défauts d’alimentation électriques provoqués par des chutes d’arbres, selon un communiqué de la SNCF. "L’ensemble des circulations TGV et TER est et restera perturbé jusqu’à la fin de soirée", précise-t-on de même source.

Les liaisons maritimes avec les îles de Sein, Molène et Ouessant ont été interrompues toute la journée de samedi.

Des rafales jusqu’à 125 kilomètres/heure ont été enregistrées à la pointe du Raz et 118 km/h à Brest, vendredi, entre 21H00 et 22H00, selon la station météorologique de Brest-Guipavas.

Le vent se maintiendra samedi à 100 km/h sur les rivages et 80 km/h à l’intérieur du département, accompagné d’averses localement orageuses, selon Météo-France qui prévoit une pause pour la soirée.

Nice : manifestation de Greenpeace sur la promenade des Anglais

NICE (AFP) - 14/11/09 17h48

Une douzaine de militants de Greenpeace, en combinaison orange, ont manifesté samedi sur la promenade des Anglais à Nice pour dénoncer l’exploitation par le groupe pétrolier Total des sables bitumineux notamment au Canada.

Manifestation de Greenpeace à Nice pour dénoncer l’exploitation par le groupe pétrolier Total des sables bitumineux, le 12 novembre 2009.

A l’entrée d’une station-service, les manifestants ont déployé une banderole sur laquelle était écrit "Total invente la destruction durable" et distribué des tracts expliquant que "Total investit dans la manière la plus chère et la plus sale pour produire du pétrole".

"Il s’agit d’un vrai crime climatique car pour produire un baril de pétrole, il faut deux tonnes de sables bitumineux, cinq barils d’eau et l’équivalent d’une journée et demi de consommation de gaz d’une famille" a déclaré à l’AFP la porte-parole de Greenpeace Nice, Nathalie Bruzzese.

Des photos grands formats de marées noires étaient également exposées par les manifestants qui sont restés sur place jusqu’en fin de matinée.

A un mois de la conférence de Copenhague sur le climat, Greenpeace a annoncé l’organisation de manifestations similaires samedi dans sept villes françaises (Angers, Nice, Poitiers, Brest, Chambéry, Aix-en-Provence et Rouen) pour protester contre "cette fuite en avant que sont ces nouveaux pétroles non conventionnels" et épingler le rôle des groupes privés dans les changements climatiques.

L’organisation écologiste dénonce en outre les subventions accordées aux groupes pétroliers, dont Total, par l’Union européenne et les évalue à 6 milliards d’euros entre 2004 et 2008. "L’UE accompagne donc dans leur fuite en avant les groupes privés comme Total vers des énergies fossiles de plus en plus nocives pour le climat. Qui les arrêtera ?", s’interroge l’organisation.

Climat : Lula recontre Sarkozy à Paris pour mettre au point une position commune

RIO DE JANEIRO (AFP) - 14/11/09 14h21

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva rencontre samedi à Paris son homologue français Nicolas Sarkozy pour tenter de mettre au point une position commune sur le changement climatique, trois semaines avant le sommet de Copenhague.

Nicolas Sarkozy et Luiz Inacio Lula da Silva le 7 septembre 2009 à Brasilia

Cette escale parisienne a été ajoutée au dernier moment au déplacement prévu du président brésilien à Rome où il doit participer à un sommet sur la sécurité alimentaire dans le monde. Là aussi, une initiative franco-brésilienne pour une régulation mondiale des marchés agricoles est attendue.

MM. Lula et Sarkozy devaient également discuter de "la coopération franco-brésilienne et (de) l’approfondissement du partenariat stratégique entre nos deux pays", a indiqué la présidence française.

Ces discussions devaient être une nouvelle occasion pour M. Sarkozy de pousser l’avion de combat français Rafale, construit par Dassault, en compétition pour équiper les forces aériennes brésiliennes avec l’américain Boeing et le suédois Saab.

L’entretien, qui se tiendra au palais de l’Elysée, sera l’occasion "de discuter pour annoncer des points communs à Copenhague", a déclaré à la presse Marco Aurelio Garcia, conseiller diplomatique de Lula. "Nous sommes préoccupés par le risque que Copenhague soit un fiasco, un échec", a-t-il ajouté, alors que les négociations en vue d’un accord mondial contre le réchauffement climatique piétinent.

Lors de sa visite au Brésil le 7 septembre, Nicolas Sarkozy avait annoncé que les deux pays défendraient une position commune lors du sommet mondial sur la lutte contre le réchauffement climatique qui se tiendra du 7 au 18 décembre dans la capitale danoise. Le Brésil "se propose d’être un pont" entre pays industrialisés et en développement, avait alors déclaré à l’AFP le ministre de l’Environnement Carlos Minc.

Un exercice difficile, alors que le Brésil, comme les autres grands pays émergents, demande aux pays industrialisés - pollueurs historiques - de mettre la main à la poche pour aider les plus pauvres à faire face aux effets du réchauffement climatique.

L’Union européenne a fixé à 100 milliards d’euros par an les besoins en financements pour aider les pays plus pauvres entre 2013 et 2020. Mais jusqu’à présent, aucun pays riche n’a mis d’argent sur la table.

Le Brésil est le 4ème émetteur mondial de gaz à effet de serre, principalement en raison de la déforestation de l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale du monde.

Le gouvernement brésilien devait annoncer vendredi ses propositions pour Copenhague en réitérant sa promesse de réduire de 80% le déboisement de l’Amazonie d’ici à 2020.

Dans le cadre de la préparation de Copenhague, le Brésil organise le 26 novembre à Manaus, au coeur de l’Amazonie, un sommet des pays amazoniens pour discuter d’une position commune.

Selon Lula, la France doit "assumer son côté sud-américain" et prendre part aux discussions puisqu’elle possède un territoire d’outre-mer, la Guyane, qui fait partie de la région amazonienne.

Après Paris, Lula se rendra à Rome pour réclamer, devant l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), un plus grand engagement des pays riches contre la faim dans le monde, en mettant notamment fin aux subventions agricoles.

Chine : au moins 38 morts après de fortes chutes de neige dans le nord

PEKIN (AFP) - 13/11/09 10h36

Au moins 38 personnes sont mortes dans le nord de la Chine, où certaines provinces ont connu leurs plus fortes chutes de neige en plusieurs décennies, a rapporté la presse vendredi.

Des piétons se fraient un passage dans la neige, dans les rues de Shijiazhuang, le 12 novembre 2009 dans la province de Hebei

La neige, précoce et abondante cette année, a également entraîné de graves perturbations dans les provinces septentrionales pour le trafic aérien, ferroviaire et pour les automobilistes, même si la situation revenait lentement à la normale vendredi.

La province du Shanxi a été la plus touchée, près de 500 accidents de la route ayant fait 24 morts depuis le début de la semaine, a rapporté l’agence semi-officielle China News Service.

Certaines provinces ont enregistré leurs plus fortes chutes de neige en 60 ans et un million de Chinois ont été victimes de sinistres, a ajouté CNS.

Les chutes de neige ont entraîné la fermeture partielle ou totale des aéroports de Pékin, Taiyuan, Xian, Shijiazhuang entre autres et l’annulation de centaines de vols en Chine du Nord.

Des axes routiers importants ont également dû être temporairement fermés et dans la seule province du Shanxi quelque 30.000 automobilistes se sont retrouvés bloqués pendant des heures.

Le trafic ferroviaire n’a pas été épargné et de nombreux trains ont été longuement retardés. Jeudi soir, au moins 20.000 voyageurs ont dû passer la nuit dans la gare Ouest de Pékin, a rapporté le Beijing News.

La télévision faisait état vendredi d’un retour progressif à la normale.

VIDEOS

La Chine, 1er pays pollueur au monde, amorce un virage

Diffusé le : 15 novembre 2009 (bonus !)

Résumé : La Chine consomme autant de charbon que les USA, l’UE et le Japon réunis. Consciente de courir au suicide écologique, la Chine développe depuis 2 ans les énergies renouvelables.

Extraits Durée : 4 min 04 Source de la vidéo : Actualité et Actu France

Sarkozy : "nous voulons que Copenhague soit un succès

Diffusé le : 14 novembre 2009

Résumé : A un mois de la conférence de Copenhague, la France et le Brésil ont engagé samedi une course contre la montre pour tenter d’arracher un accord "ambitieux" sur le climat en présentant un texte commun.

Extraits Durée : 0 min 46 Source de la vidéo : Actualité et Actu France


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1796803

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License