AID Association initiatives dionysiennes
Quand l’Etat n’assume plus ses tâches régaliennes

Que fait-on dans les jungles urbaines ?

Derrière les statistiques il y a des citoyens abandonnés

dimanche 27 septembre 2009 par JMT

Le ministre de l’Intérieur a répondu dimanche à la demande des élus locaux : il recevra mardi le maire PCF de Saint-Ouen, où deux hommes sont morts dans une fusillade entre bandes samedi.

Des échanges de coups de feu ont fait deux morts samedi à Saint-Ouen. Il pourrait s’agir d’un règlement de compte entre bandes. La police était encore sur place samedi soir et un périmètre de sécurité a été établi.

Saint-Ouen - Fusillade : colère des élus, Hortefeux recevra le maire

le 27/09/2009 à17h31

Le ministre de l’Intérieur a répondu dimanche à la demande des élus locaux : il recevra mardi le maire PCF de Saint-Ouen, où deux hommes sont morts dans une fusillade entre bandes samedi.

Crédit Photo : TF1/LCI La police sur le lieu d’une fusillade à Saint-Ouen, dans le quartier Arago (26 septembre 2009)

Les maires PCF de Saint-Ouen et Saint-Denis ont exigé dimanche un rendez-vous avec le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux pour lui demander des moyens supplémentaires contre le trafic de drogue, après la fusillade qui a fait deux morts à Saint-Ouen (lire notre article).

Jacqueline Rouillon et Didier Paillard, accompagnés de nombreux élus et représentants associatifs, s’étaient rassemblés à la mi-journée dans l’Hôtel de Ville dirigé par Mme Rouillon.

Une fusillade entre deux bandes s’est soldée samedi après-midi par la mort de deux hommes, âgés de 25 et 29 ans, à Saint-Ouen, les enquêteurs privilégiant l’hypothèse d’un règlement de comptes lié au trafic de stupéfiants, à l’origine de nombreux incidents ces derniers mois.

Finalement, ce sera Jacqueline Rouillon que le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux recevra mardi soir, ont annoncé dimanche la mairie de Saint-Ouen et le ministère de l’Intérieur.

"L’entretien du ministre avec le maire de Saint-Ouen permettra de faire le point sur les actions engagées et à mettre en oeuvre dans cette commune pour faire reculer la délinquance et, en particulier, pour lutter sans relâche contre les trafics de drogue", précise le ministère dans un communiqué.

Les élus entendent lui demander des moyens supplémentaires dans la lutte contre le trafic de drogue, à la suite d’une fusillade entre bandes qui a fait deux morts, deux hommes âgés de 25 et 29 ans, samedi après-midi à Saint-Ouen.

Les enquêteurs privilégient l’hypothèse d’un règlement de comptes lié au trafic de stupéfiants, à l’origine de nombreux incidents ces derniers mois. Le syndicat Union-SGP-Unité Police a également dénoncé dimanche les réductions d’effectifs dans la police nationale et réclamé au contraire davantage de personnels sur le terrain pour lutter au mieux contre le trafic de drogue.

D’après agence

Seine-Saint-Denis - Sanglante fusillade aux portes de Paris

le 27/09/2009 à14h53

Des échanges de coups de feu ont fait deux morts samedi à Saint-Ouen. Il pourrait s’agir d’un règlement de compte entre bandes. La police était encore sur place samedi soir et un périmètre de sécurité a été établi.

Crédit Photo : TF1/LCI La police sur le lieu d’une fusillade à Saint-Ouen, dans le quartier Arago (26 septembre 2009)

La fusillade, révélée par le site internet du Parisien, puis confirmée par un syndicat de police, s’est produite samedi après-midi à Saint-Ouen, dans le quartier Arago.

Elle a été meurtrière : deux personnes ont été tuées. Un homme de 25 ou 29 ans, selon les versions, a été retrouvé mort dans la rue à 16h10 avec une arme de poing à proximité. Il gisait au pied d’un immeuble d’une dizaine d’étages au 59 rue Arago, dans un quartier en plein bouleversement, mêlant immeubles d’habitation, friches industrielles et buildings de bureaux fraîchement sortis de terre.Un deuxième jeune majeur est mort peu après à l’hôpital Bichat, dans le nord de Paris, où il avait été transporté.

Selon une femme qui dit s’être trouvée à proximité lors des tirs, "une première bagarre a éclaté. Un garçon voulait venger son frère qui avait pris une balle dans le pied il y a quatre mois. Les choses ont dégénéré et il a été tué".

Des sources policières évoquent plutôt un "règlement de compte lié au marché de la drogue". La maire PCF de Saint-Ouen également : Jacqueline Rouillon a évoqué auprès "la pratique mafieuse pour le contrôle des stupéfiants sur la ville", dressant un parallèle entre "l’installation et la profondeur du trafic de drogue" autour de la gare de Saint-Denis, toute proche, et "l’augmentation du trafic" à Saint-Ouen, vieille ville ouvrière frappée par la désindustrialisation. "Bouleversée par cette fusillade", elle a réclamé que "la police et l’Etat soient présents dans ces quartiers pour rétablir l’ordre".

Bandes rivales

La police était sur place samedi soir et un périmètre de sécurité a été délimité. Des représentants de la mairie de Saint-Ouen se sont également rendus sur les lieux. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Saint-Ouen avait déjà été le théâtre d’une fusillade le 13 juillet : un homme de 20 ans était mort après avoir reçu une balle dans la tête lors d’une rixe avec armes à feu entre bandes rivales.

Une trentaine de jeunes formant deux bandes de la cité Sousbise et du quartier Garibaldi s’étaient affrontés avec ces armes sur la voie publique peu avant minuit, tout près du centre de la ville. Alertée par des témoins qui avaient entendu des coups de feu, la police avait découvert sur place le jeune homme inanimé.

Dimanche, les maires PCF de Saint-Ouen et Saint-Denis ont exigé un rendez-vous avec le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux pour lui demander des moyens supplémentaires contre le trafic de drogue.

D’après agence

Une fusillade entre bandes fait deux morts à Saint-Ouen

AFP, Mise a jour : 26/09/2009 23:14

Des échanges de coups de feu ont fait deux morts samedi à Saint-Ouen. Il pourrait s’agir d’un règlement de compte entre bandes. La police était encore sur place samedi soir et un périmètre de sécurité a été établi.

Crédit Photo : fusillade à Saint-Ouen, dans le quartier Arago (26 septembre 2009)

Une fusillade entre bandes s’est soldée par la mort de deux jeunes hommes, samedi après-midi à Saint-Ouen, les enquêteurs privilégiant l’hypothèse d’un règlement de comptes lié au trafic de stupéfiants, à l’origine de nombreux incidents ces derniers mois.

La préfecture de police de Paris (PP), confirmant une information du Parisien.fr, a indiqué à l’AFP que "vers 16H10, un jeune homme de 25 ans avait été retrouvé grièvement blessé sur la voie publique avec deux balles dans le thorax : il est décédé peu après sur les lieux".

Un second, âgé de 29 ans, blessé également lors de la fusillade, est mort après son transfert à l’hôpital Bichat.

Selon une autre source policière, la fusillade a éclaté cité Arago : elle parle du décès sur place d’un jeune homme de 29 ans, habitant Saint-Ouen, "connu des services de police pour des trafics de stupéfiants".

Il a été retrouvé au pied d’un immeuble d’une dizaine d’étages au 59 rue Arago, dans un quartier en plein bouleversement, mêlant immeubles d’habitation, friches industrielles et buildings de bureaux fraîchement sortis de terre.

L’enquête a été confiée au service départemental de la police judiciaire, a précisé la PP. Un périmètre de sécurité a été délimité sous le regard de dizaines d’habitants de cette ville de 43.000 habitants située dans la proche banlieue nord de Paris.

Une jeune femme, Nadia, 27 ans, a confié sous-couvert d’anonymat à une journaliste de l’AFP : "c’est grave qu’on assiste à ces violences en plein jour, un week-end. Il y avait non loin de là une fête pour fêter l’Aïd, avec l’accord de la mairie : des femmes et des enfants se trouvaient là. Tout le monde a eu très peur. La fête a été interrompue".

Selon cette femme, "une première bagarre a éclaté. Un garçon voulait venger son frère qui avait pris une balle dans le pied il y a quatre mois. Les choses ont dégénéré et il a été tué".

Des sources policières croient à un "règlement de compte lié au marché de la drogue". La maire (PCF) de Saint-Ouen également : Jacqueline Rouillon a évoqué auprès de l’AFP "la pratique mafieuse pour le contrôle des stupéfiants sur la ville", dressant un parallèle entre "l’installation et la profondeur du trafic de drogue" autour de la gare de Saint-Denis, toute proche, et "l’augmentation du trafic" à Saint-Ouen, vieille ville ouvrière frappée par la désindustrialisation.

"Bouleversée par cette fusillade", elle a réclamé que "la police et l’Etat soient présents dans ces quartiers pour rétablir l’ordre".

Une habitante du quartier, Martine, 52 ans, qui a requis l’anonymat, a jugé "prévisible ce qui est arrivé". "En France, on tolère qu’une zone de non-droit puisse se constituer, que des populations soient laissées dans cette situation", a-t-elle dénoncé, ajoutant : "je me sens abandonnée".

Farid Afella, président de l’association Jeunes et police Ile-de-France, également à la tête d’une société de gardiennage, a affirmé aux journalistes accourus dans le quartier que "la police n’a pas assez d’effectifs et de véhicules". "Du coup", a-t-il dit, "les habitants sont délaissés" et "on laisse les voyous faire ce qu’ils veulent".

Saint-Ouen a déjà été le théâtre d’une fusillade le 13 juillet : un homme de 20 ans était mort après avoir reçu une balle dans la tête lors d’une rixe entre bandes rivales.

Selon Mme Rouillon, une autre fusillade a eu lieu "la semaine dernière", sans toutefois faire de blessé.

Début septembre également, un policier de 24 ans qui sortait d’une intervention dans un squat de Saint-Ouen, en civil, avec le brassard "police", avait été renversé par une moto qui avait foncé sur lui.

VIDEOS

Seine-Saint-Denis : L’inquiétude à Saint-Ouen après une fusillade

Le 27 septembre 2009 à12h40

Une fusillade entre bandes s’est soldée par la mort de deux hommes, samedi. Il pourrait s’agir d’un règlement de comptes lié au trafic de stupéfiants..

Par TF1

Seine-Saint-Denis : L’inquiétude à Saint-Ouen après une fusillade

Le 27 septembre 2009 à12h40

Une fusillade entre bandes s’est soldée par la mort de deux hommes, samedi. Il pourrait s’agir d’un règlement de comptes lié au trafic de stupéfiants..

Par TF1


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1908761

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site POLITIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License