AID Association initiatives dionysiennes
Semaine agitée

Jeux de dames....

FRA-TER-NI-TE

dimanche 20 septembre 2009 par JMT

Samedi, l’ex-candidate organise un rassemblement à Montpelllier dans un contexte de tensions avec la direction du PS.

Invitée mercredi dans les locaux du Parisien, la patronne du PS affirme que "Ségolène Royal sait que je n’ai pas triché".

En sommant la direction de faire la lumière sur des "fraudes" électorales internes dénoncées dans un livre, elle ravive les braises de sa rivalité avec Martine Aubry.

PS - Royal fête la Fraternité

le 19/09/2009 - 16h15

Samedi, l’ex-candidate organise un rassemblement à Montpelllier dans un contexte de tensions avec la direction du PS.

Crédit Photo : AFP Le président de la région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche (ex-PS), a accueilli samedi à son arrivée à la gare de Montpellier Ségolène Royal, vue comme "la seule qui déplace les lignes" et qui est "moderne".

Désormais isolée au PS, Ségolène Royal va tenter samedi à Montpellier une démonstration de force lors de sa "fête de la Fraternité", une valeur plutôt malmenée dans le parti, avec l’objectif de prouver aux caciques qu’il faudra encore compter avec elle.

Après avoir ravivé les braises avec Martine Aubry à la faveur d’un livre sur l’élection controversée de la première secrétaire, la présidente de Poitou-Charentes sera la vedette de cette Fête qui se déroule dans le fief de Georges Frêche.

Exclu du PS, le président de la région Languedoc-Roussillon a "reçu une invitation comme l’ensemble des élus locaux", précise Guillaume Garot, un des porte-parole de Ségolène Royal. Il l’a accueillie à la gare de Montpellier, saluant "la seule qui déplace les lignes" et qui est "moderne". Cette Fête de la fraternité se déroule donc dans un contexte de tension avec la direction du parti. Martine Aubry a laconiquement reconnu que "dernièrement, les choses se sont un peu distendues" avec sa rivale.

Mais pour le député Claude Bartolone, membre de la direction du PS, Ségolène Royal "joue les Français contre le Parti socialiste", afin "peut-être de préparer la primaire" ouverte prévue en 2011 pour désigner le candidat à la présidentielle.

Guillaume Garot estime lui que "Ségolène Royal est pleinement socialiste, elle est exigeante avec la direction du PS car elle aime le parti, elle a envie que le PS change profondément pour retrouver la confiance des Français". Certains de ses lieutenants du Congrès de Reims se sont éloignés, comme Manuel Valls ou Vincent Peillon, mais plusieurs proches seront présents, comme Jean-Louis Bianco, Najat Belkacem, Dominique Bertinotti et Delphine Batho.

Moins de musique, plus de débats

L’avocat Jean-Pierre Mignard qui se dit "fidèle en amitié, mais autonome politiquement", ne viendra pas, "pour des raisons strictement personnelles et professionnelles".

L’an passé au Zénith de Paris, Ségolène Royal avait organisé une première Fête de la Fraternité qui avait fait couler beaucoup d’encre, inaugurant un meeting d’un genre entièrement nouveau, mêlant musique et politique.

Cette deuxième édition comportera une "partie studieuse et une partie festive autour d’une intervention politique de Ségolène Royal" prévue à 17H30. Plus de débats pour cette fête en plein air dans le vaste parc de Grammont, et ancien domaine viticole. Au programme, une "Université populaire" sur l’éducation avec des acteurs locaux, une autre sur la fraternité.

Dans son discours, Ségolène Royal s’exprimera d’ailleurs "sur la valeur fraternité, valeur fondamentale de notre République", "valeur puissante pour un nouveau projet de société" qu’il s’agit de faire vivre "concrètement" et sur la mondialisation, quelques jours avant le sommet du G20, selon Guillaume Garot.

Des artistes se succèderont, allant de rappeurs au chantre occitan Claude Marty, en passant par des gypsies et des musiciens orientaux. "Entre 3 à 5.000 personnes sont attendues. 1.500 personnes sont inscrites hors Languedoc-Roussillon", précise à l’AFP le montpelliérain Brahim Abbou, 32 ans, président de Cités d’avenir, coordinateur de la Fête. Une vingtaine de bus sont attendus de toute la France.

"Seule compte ma constance"

Ségolène Royal écarte les commentaires sur sa "solitude", en assurant, dans le JDD que "seule compte" sa "constance". "Ce que représente un leader politique ne s’étalonne pas dans des commentaires de presse ou des positionnements dans l’appareil du PS", observe l’ex-candidate à la présidentielle.

"On verra si je suis seule au moment des régionales. En attendant, je ne demande rien et je n’ai rien à distribuer", poursuit-elle. "Certains sont libres de se dire : ’si on veut des places allons voir ailleurs, ce n’est pas avec elle qu’il faut rester’", déclare encore Ségolène Royal.

"C’est transitoire. Seule compte ma constance à incarner un leadership, la constance de mon discours, et ce que je veux dire aux Français, à Montpellier". "Les idées de droite débouchent sur le malheur humain, la loi implacable et inefficace du profit. Sarkozy s’en rend compte ? Tant mieux", dit-elle encore à propos du bonheur comme critère économique prôné par le rapport Stiglitz remis au chef de l’Etat.

PS - Aubry répond à Royal... et aux lecteurs

le 17/09/2009 - 12h40

Invitée mercredi dans les locaux du Parisien, la patronne du PS affirme que "Ségolène Royal sait que je n’ai pas triché".

Crédit Photo : LCI Martine Aubry à l’Elysée

Martine Aubry estime jeudi dans Le Parisien que les déclarations de Ségolène Royal sur la taxe carbone et sur les fraudes présumées au sein du PS ont nui à leur relation, mais se défend à nouveau de toute tricherie.

"Ségolène Royal sait que je n’ai pas triché", affirme-t-elle. "La commission a jugé que mon élection était incontestable. On ne peut pas salir tout un parti sans apporter de preuves." La victoire sur le fil de la maire de Lille avait été contestée par les partisans de Ségolène Royal.

Après la parution du livre "Hold-uPS, arnaques et trahisons", la présidente de Poitou-Charentes a réclamé mardi "toute la vérité" et demandé à la direction du parti de prendre des sanctions si la fraude était avérée.

Elle a en outre suggéré que le PS poursuive en justice les auteurs de l’ouvrage si les faits relatés étaient faux, mais le parti est apparu divisé mercredi sur les suites à donner à cette affaire

Plusieurs personnalités ont ainsi proposé une confrontation devant des journalistes avec les auteurs de l’ouvrage, option que semble également privilégier Martine Aubry.

"Nous proposons une solution plus efficace et plus rapide, car devant la justice ce serait très long. Les procédures dureraient deux ou trois ans, pendant lesquels l’opprobre serait jeté sur notre parti", dit-elle.

Après plusieurs semaines d’apaisement, la révélation des fraudes présumées a aussi alimenté de nouvelles tensions entre les deux anciennes rivales. Interrogée sur ses rapports avec Ségolène Royal, Martine Aubry explique : "Jusqu’à (l’université d’été de) La Rochelle, ils étaient très bons. Nous avions réussi à retrouver des relations normales."

"Dernièrement, les choses se sont un peu distendues. Il y a eu sa prise de position sur la taxe carbone puis sa réaction sur le livre. J’espère, comme tous ses amis, que tout cela va rapidement se dissiper", ajoute-t-elle.

Ségolène Royal s’est prononcée contre la taxe carbone décidée par le gouvernement français alors que le PS en accepte le principe mais en critique les modalités d’application.

PS - Royal joue l’opinion contre le parti

le 16/09/2009 - 21h47

En sommant la direction de faire la lumière sur des "fraudes" électorales internes dénoncées dans un livre, elle ravive les braises de sa rivalité avec Martine Aubry.

Crédit Photo : TF1/LCI La Présidente de la région Poitou-Charente était l’invitée du 20 heures de TF1. Elle a demandé au PS d’engager une "action" contre l’ouvrage "Hold-ups, arnaques et trahisons" et a ajouté qu’elle ne demandait pas un "nouveau vote" au parti.

"Déclaration solennelle", selon la présidente de Poitou-Charentes, "déclaration de guerre faussement ingénue", selon un de ses détracteurs : mardi soir, réagissant au livre "Hold-uPS, arnaques et trahisons", Mme Royal a voulu acculer la direction du PS à trancher.

Soit, a-t-elle dit, les faits relatés sont "faux", et il faut saisir la justice contre les deux auteurs pour rétablir "l’honneur" du Parti. Soit ils sont "vrais" et la direction doit "sanctionner" les fraudeurs "pour que cela ne recommence jamais". L’ex-candidate à la présidentielle s’est certes placée au dessus de la mêlée, assurant que "la page est tournée".

Mais en réclamant la "vérité", et la réparation du "dommage", elle rouvre les hostilités du Congrès de Reims de novembre 2008, à l’issue duquel elle avait été battue de 102 voix seulement par la maire de Lille pour le poste de Première secrétaire.

Au PS, plusieurs se font Cassandre : "Tout ça ne sert à rien si ce n’est à abîmer Ségolène Royal elle-même et le Parti socialiste en même temps", selon le député Michel Sapin, proche de François Hollande.Jean-Christophe Cambadélis, membre de la direction, juge que "la déclaration de guerre faussement ingénue de Ségolène Royal contre Martine Aubry abîme la gauche et isole son auteur".

Pour le député, "ce combat sans fin, sans raison, hors du temps, hors de propos, n’a aucun sens. Ségolène Royal doit se reprendre". Soutien de Mme Royal à Reims, Malek Boutih, prophétise "une crise terrible", "mortifère", "si personne ne veut bouger".

Le "bras de fer" Royal-Aubry est "extrêmement dangereux pour l’avenir" du PS, mais opposant notoire à Mme Aubry il voit aussi une "heure de vérité" pour la patronne du PS.

"Une opération tous perdants"

L’armistice entre les deux dames avait pourtant été conclu avec l’entrée en février des "royalistes" dans la direction, avant d’être symbolisé par la photo réconciliation lors d’un meeting commun pour les européennes à Rezé (Loire-Atlantique) en juin.

Après l’embellie de La Rochelle, la parution du livre a empoisonné l’atmosphère au PS, qui a lancé malgré tout samedi le chantier de sa rénovation. Le politologue Stéphane Rozès décrit "une opération tous perdants.

Pour Martine Aubry, ça pollue la question de la rénovation et pour Ségolène Royal, ça l’incruste dans une posture qui la ramène au passé, dans une position victimaire et non de résolution des problèmes des Français".

Pour M. Rozès, il sera difficile à l’ex-candidate à l’Elysée d’en tirer profit "parce que le climat de crise économique et sociale rend les Français assez peu tendres avec ces affaires de pieds nickelés internes au PS".

"Elle fait le pari d’une bataille de l’opinion, mais je pense que c’est un pari erroné", juge M. Rozès. "C’est une façon pour elle de continuer à exister dans l’opinion".

Et le Vert Daniel Cohn-Bendit de mettre les pieds dans le plat, assurant que les deux dames "savent que ça fait maintenant trente ans qu’on triche au Parti socialiste". Ségolène Royal fait "la jeune outrée alors qu’elle-même, elle participait de ce jeu dans les mêmes élections", accuse-t-il.

Quant aux auteurs du livre, Karim Rissouli et Antonin André, pressés par la direction du PS de se livrer à une "confrontation", leur éditeur a tranché : "pas question qu’ils aillent devant une sorte de tribunal rue de Solferino, avec des confrères journalistes pris comme juges".

Royal va améliorer son site internet

Le nouveau site de Désirs d’avenir, association de Ségolène Royal, a suscité une pluie de critiques de militants et d’internautes, mais attentive à ces réactions, la présidente de Poitou-Charentes va le faire évoluer pour en faire "un vrai média".

Sur fond d’écran montrant un soleil bas sur une prairie verte, le site évoque l’affiche électorale de François Mitterrand ou celle de Nicolas Sarkozy. Pas de portrait mais un titre énorme, comme un néon : "Désirs d’avenir".

Un sous-titre : Ségolène Royal. "J’assume totalement l’avoir choisi sur une base de donnée gratuite d’internet parce qu’elle me plaisait", s’est justifiée mercredi soir Ségolène Royal en réponse, sur son site, au flot de reproches contre cette image.

Ce site a été lancé mardi avec la "déclaration solennelle" de Mme Royal sur le livre ravivant la querelle de fraudes présumées au PS. Victime de son succès, Désirs d’avenir (DA) a été vite saturé.

(Avec agence)

VIDEOS

PS : Royal : la fraternité "depuis un an s’est invitée partout"

Le 19 septembre 2009 - 18h47

Célébrant la fraternité samedi un an après le meeting du Zénith, Ségolène Royal s’est fécilité, sourire au coin des lèvres qu’après les moqueries, "le mot fraternité s’est invité partout". Le public a alors entonné....

Par TF1

PS : Fête de la Fraternité : les enjeux pour Royal

Le 19 septembre 2009 - 16h12

Délaissée par nombre de ses soutiens socialistes, elle va tenter samedi de remobiliser ses partisans lors de cette 2e Fête organisée à Montpellier..

Par TF1

Gauche : PS, que sont devenus tes militants ?

Le 16 septembre 2009 - 16h55

Michel Field débat avec ses invités de la capacité des socialistes à renouer (ou non) avec la société. .

Par TF1


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1477622

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site POLITIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License