AID Association initiatives dionysiennes
Les suites des universités d’été.....

LA GAUCHE BOUGERAIT-ELLE ?

Les Verts veulent disputer la présidence de l’Ile de France au PS

mardi 25 août 2009 par JMT

Après Valérie Pécresse, la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, brigue la tête de liste écologiste pour les élections régionales de mars prochain.

La main tendue de la vice-présidente de Modem Marielle de Sarnez aux formations de gauche samedi à Marseille n’a pas suscité lundi d’opposition de fond au sein du parti centriste, même si la méthode a surpris et fait grincer quelques dents

Le NPA a ouvert dimanche sa première Université d’été dans l’Aude. Besancenot fustige les manoeuvres d’approche lancées par Peillon pour une "espèce d’union de centre gauche". Il a réuni samedi Marielle de Sarnez, Daniel Cohn-Bendit et Robert Hue lors des "premiers ateliers d’été" du courant L’espoir à gauche.

Il est une voix que l’on n’entend pas dans la cacophonie socialiste en cette rentrée, celle de Ségolène Royal. Pourquoi ce jeûne médiatique ?

Régionales - Une deuxième femme veut l’Ile-de-France

le 25/08/2009 - 10h27

Après Valérie Pécresse, la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, brigue la tête de liste écologiste pour les élections régionales de mars prochain.

Crédit Photo : TF1-LCI Cécile Duflot, 31 ans, nouvelle secrétaire nationale des Verts en 2006

La secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, annonce qu’elle est candidate pour mener la liste écologiste aux élections régionales en Ile-de-France, dans une interview au quotidien Le Parisien - Aujourd’hui en France publiée mardi.

"Après nos journées d’été à Nîmes (20 au 22 août), j’avais dit que je prenais deux jours pour réfléchir. C’est fait et j’ai décidé de me lancer, je suis candidate à la candidature en Ile-de-France", déclare Cécile Duflot.

Sa candidature doit être avalisée par les Verts et le mouvement Europe-Ecologie. Mme Duflot indique qu’elle en a "parlé à tout le monde". La liste d’Europe Ecologie menée par Daniel Cohn-Bendit avait largement devancé celle du PS en Ile-de-France aux élections européennes du 7 juin par 20,87% des suffrages contre 13,57%.

Alors que le président sortant de la région, le socialiste Jean-Paul Huchon qui a gouverné avec les Verts, souhaite se représenter, la candidate, 34 ans, affirme que "ce n’est pas s’opposer que de proposer un projet différent".

"Nous montrerons aux électeurs ce qui changera s’ils nous donnent les clés de la région. Nous en ferons la région majeure de la lutte contre le réchauffement climatique. Nous insisterons aussi sur les questions de solidarité et d’emploi, sur les services publics et la nécessité de retisser du lien social", affirme-t-elle.

(Avec agence)

La main tendue de Sarnez à la gauche ne choque pas au MoDem

Afp, 25/08/2009, 8h03

La main tendue de la vice-présidente de Modem Marielle de Sarnez aux formations de gauche samedi à Marseille n’a pas suscité lundi d’opposition de fond au sein du parti centriste, même si la méthode a surpris et fait grincer quelques dents

Réunion marseille 21 Août 2009

La numéro deux du MoDem a tendu, samedi, la main aux partis de gauche lors des ateliers d’été de l’Espoir à gauche, courant du PS animé par le député européen Vincent Peillon.

"Nous venons d’horizons divers, mais si nous croyons qu’il y a de l’insupportable dans ce qui se fait aujourd’hui (...) alors ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise", a lancé à Marseille l’eurodéputée, bras droit de François Bayrou, applaudie par des militants socialistes enthousiastes.

"Ce qui s’est engagé n’est pas anodin, c’est le début d’un processus", estime Jean-Luc Bennahmias, autre vice-président du parti, selon qui Marielle de Sarnez "engage forcément le MoDem" par ses propos.

"L’alliance du MoDem avec la majorité présidentielle n’est pas possible", explique cet ex-dirigeant des Verts. "On est en train de faire bouger les lignes. Il reste encore du travail mais nous avons le temps".

"Je ne suis pas contre la position exprimée par Marielle de Sarnez. Mais c’est un engagement extrêmement fort qui aurait mérité d’être discuté préalablement en interne", tempère Corinne Lepage, elle aussi vice-présidente et eurodéputée.

"Je pense que pour nos militants, comme pour nos cadres qui vont être des candidats aux régionales, c’est un sujet qui mérite d’être débattu et devrait l’être lors des prochaines universités d’été" (à la Grande-Motte, du 4 au 6 septembre), a ajouté l’ex-ministre.

Un regroupement de cadres et de militants du MoDem, "les promoteurs", a également regretté mardi une absence de débat interne préalable sur les orientations stratégiques du parti centriste. Il demande la convocation dans les plus brefs délais d’une conférence nationale du parti et la présentation d’une note d’orientation stratégique sur les élections pour que les militants puissent se prononcer démocratiquement.

"En aucune manière, ce n’est l’orientation politique du MoDem qui a été discutée samedi avec une tendance du parti socialiste", précise Christophe Madrolle, secrétaire du Conseil national du MoDem, soulignant cependant que les représentants élus du parti avaient une parfaite légitimité pour s’exprimer.

"Nous avons insisté sur les contours des discussions pour des rapprochements éventuels dans les mois et les années à venir. Nous avons tiré le constat que beaucoup de points nous rapprochent des présents à Marseille. Mais nous avons encore des discussions à mener et nous favoriserons toutes les ouvertures avec ceux qui souhaitent construire une alternative à l’Etat UMP", a-t-il expliqué.

"Le discours de Marielle de Sarnez est dans le prolongement de celui prononcé par François Bayrou à Cap-Estérel l’an dernier", note Christophe Madrolle, en assurant qu’il n’est pas non plus déconnecté de ce que pensent les sympathisants du MoDem.

Selon un sondage Viavoice-Libération, 77% des sympathisants du MoDem plébisciteraient un rapprochement avec le PS. En revanche, seuls 42% des Français le souhaitent, 52% y étant hostiles.

NPA - Besancenot veut unifier la gauche de la gauche

le 24/08/2009 - 07h59

Le NPA a ouvert dimanche sa première Université d’été dans l’Aude. Besancenot fustige les manoeuvres d’approche lancées par Peillon pour une "espèce d’union de centre gauche". Il a réuni samedi Marielle de Sarnez, Daniel Cohn-Bendit et Robert Hue lors des "premiers ateliers d’été" du courant L’espoir à gauche.

Crédit Photo : TF1/LCI Olivier Besancenot (à l’extrême-gauche sur la photo) à Port-Leucate, dans l’Aude (23 août 2009)

Après son semi-échec aux européennes, le NPA, qui a ouvert dimanche sa première Université d’été à Port-Leucate, dans l’Aude, tente de se repositionner en leader d’une gauche qu’il reste à rassembler, au moment où s’expriment des souhaits d’alliance entre la gauche, les écologistes et les centristes dans la perspective de la présidentielle de 2012.

"Il y a une espèce d’union de centre gauche qui va commencer à voir le jour entre ce qui sortira du PS, les Verts d’Europe-Ecologie et le MoDem, plus ce qu’ils pourront grappiller dans la gauche radicale", estime Olivier Besancenot.

Pour lui, "les grandes manoeuvres commencent" après l’idée lancée samedi d’un rassemblement "écologique, socialiste et démocratique" lors des "premiers ateliers d’été" du courant L’espoir à gauche de Vincent Peillon (PS) avec Marielle de Sarnez (MoDem), Daniel Cohn-Bendit (Europe-Ecologie) et le communiste Robert Hue.

Mais ce rapprochement est selon lui voué à l’échec et le NPA n’y prendra pas part : "On a des désaccords profonds avec le programme du Parti socialiste qui inscrit son orientation dans le cadre de l’économie de marché. C’est vrai aussi de Daniel Cohn-Bendit, par exemple, sur des questions environnementales".

Le NPA sera-t-il invité à la fête de L’Humanité ?

Une telle alliance échouera même si elle l’emporte dans un premier temps, souligne-t-il, citant l’Italie, où le rassemblement de gauche a perdu face à la droite menée par Silvio Berlusconi.

Au NPA, au contraire, "on propose un vaste rassemblement unitaire mais qui soit sur des bases anticapitalistes" et des discussions sont en cours avec le Parti communiste, Lutte ouvrière, le Parti de gauche, des syndicalistes et des militants, assure Olivier Besancenot.

Quid du débat sur l’opportunité de primaires pour désigner un candidat de gauche en 2012 ? "Ça nous fait marrer", assure Olivier Besancenot. "Il y en a qui imaginent des primaires à gauche pour 2012, ils feraient bien de chercher à ne pas être les derniers contre la droite en 2009. Prenons nos responsabilités maintenant et luttons contre la politique du gouvernement actuel".

Le PCF, lui, n’a pas encore dévoilé ses intentions. Il tient son université d’été à Vieux-Boucau, dans les Landes, le week-end prochain avant la traditionnelle fête de L’Humanité (11-13 septembre) où le NPA "espère être invité".

Les décisions finales sur les alliances seront connues à l’automne. Dans son discours à Port-Leucate, Olivier Besancenot a par ailleurs, dimanche, "revendiqué le droit de contester cette séparation arbitraire" entre partis et syndicats sur les questions sociales, appelant "l’ensemble du mouvement ouvrier en entrer en résistance".

Début août, la CGT avait décliné l’invitation du NPA à Port-Leucate, lui reprochant de "prétendre donner des leçons aux responsables syndicaux".

D’après agences

PS - La discrète

Renaud PILA - le 24/08/2009 - 18h30

Il est une voix que l’on n’entend pas dans la cacophonie socialiste en cette rentrée, celle de Ségolène Royal. Pourquoi ce jeûne médiatique ?

Crédit Photo : LCI Ségolène Royal le 6 septembre 2006

Vendredi après-midi, on va les voir côte à côte, à la Rochelle, presque en bonnes copines. Pour ouvrir sa première université d’été, Martine Aubry a souhaité avoir, à ses côtés à la tribune, Ségolène Royal qui en, présidente de la région Poitou-Charentes, dira un mot d’accueil.

"Mais on ne va pas refaire Rezé, tempère un proche de l’ex-candidate. Ségolène et la Première secrétaire ensemble, c’est maintenant un non-évènement. Elles se téléphonent régulièrement et se comprennent mieux, en femmes durement attaquées".

Ségolène Royal n’a pas prévu de s’éterniser à la tribune, encore moins de délivrer un message politique. Elle aura juste réuni la veille ses fidèles pour faire un point sur la rentrée mais passera peu de temps dans l’enceinte de l’université d’été.

Laissant bien volontiers à la Première secrétaire le soin de répondre aux flots de critiques qui émanent des "quadras" (primaires, alliance avec le Modem, etc...), la présidente de la région Poitou-Charentes souhaite prendre de la hauteur par rapport aux querelles du PS.

"Elle ne peut pas à la fois dire qu’elle veut bosser sur le fond et se mêler des petites phrases polémiques, explique un parlementaire ségoliste. Elle a passé une partie de ses vacances à travailler, à lire et à consulter". Son objectif : offrir à l’automne l’image d’une présidentiable qui ne s’expose plus à tout-va mais qui dessine un projet cohérent pour les Français.

La rentrée de Ségolène Royal se fera donc plus tard, en deux temps, loin du brouhaha socialiste. Le 19 septembre, elle organisera au Zénith de Montpellier un concert pour la fraternité où elle espère rassembler plusieurs milliers de personnes.

Une façon de montrer que côté foule sentimentale, elle reste la meilleure. Puis après la fête, ce sera début octobre le fond, avec les journées studieuses de "l’Université Européenne et Internationale". Le penseur Edgard Morin, notamment, sera là pour débattre des "sept défis pour une politique de civilisation".

Politique de civilisation ? Il y a quelques mois, l’expression avait été préemptée par un certain Nicolas Sarkozy lors d’une cérémonie de voeux. Ségolène Royal entend bien revenir le chercher sur ce terrain-là. Discrète mais tenace

VIDEOS

PS : "Le moment est venu de mettre la tête sur le billot"

Le 24 août 2009 - 09h29

Arnaud Montebourg, interrogé sur France Inter, interpelle Martine Aubry en plaidant une nouvelle fois la cause des primaires à gauche : "Je suis secrétaire national à la rénovation, pas à l’immobilisme !"..

Par TF1

PS : Pour Fabius, les primaires "sont devenues inévitables"

Le 24 août 2009 - 09h27

Laurent Fabius, jusque-là très réservé sur cette question, a estimé lundi sur Europe 1 que l’organisation de primaires à gauche était désormais "inévitable", alors que la direction du PS n’a pas tranché sur ce sujet..

Par TF1

PS : Montebourg et Hamon main dans la main à Frangy-en-Bresse

Le 24 août 2009 - 08h49

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon sont apparus côte à côte dimanche à Frangy-en-Bresse pour plaider la cause des primaires à gauche..

Par TF1

PS : Montebourg croit à un consensus sur des primaires

Le 23 août 2009 - 18h36

Arnaud Montebourg, soutenu par Benoît Hamon, a donné dimanche sur ses terres de Frangy-en-Bresse un coup de fouet à son projet des primaires, qu’il juge prioritaire pour résoudre la crise du PS..

Par TF1

Europe Ecologie : L’alliance avec le MoDem divise

Le 21 août 2009 - 19h15

Dany et les amis de Cécile Duflot ne sont pas encore d’accord sur la stratégie d’alliance future. .

Par Renaud PILA


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1789313

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site POLITIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License