AID Association initiatives dionysiennes
Production de crédits insuffisantes

LES BANQUES DANS LE COLLIMATEUR

mais bonus toujours présents !

lundi 24 août 2009 par JMT

Les représentants du secteur bancaire retrouvent lundi et mardi Christine Lagarde, puis Nicolas Sarkozy. Au coeur des discussions : la question des bonus, et un meilleur accès au crédit. Selon l’Elysée, le président, qui recevra les banquiers pour la septième fois depuis moins d’un an, procédera à un rappel à l’ordre sur la question des bonus. Dans le milieu bancaire, on se dit prêt à aller plus loin.

Une délégation du CAP (Comité d’action populaire) s’est rendue ce lundi 24 août 2009 au siège de la CGSS (Caisse générale de sécurité sociale) « afin de faire le point sur la situation des dossiers RSTA sur l’île ».

Plus de 15.000 entreprises ont saisi le Médiateur en 9 mois. Et le rythme ne s’est pas ralenti en été. La proportion des PME connaissant des difficultés de crédit est en hausse. 85% des dossiers ont été acceptés, représentant un encours de crédit de 2,91 milliards d’euros au total.

Bonus - Les banquiers prêts à faire plus et mieux ?

le 24/08/2009 - 18h24

Les représentants du secteur bancaire retrouvent lundi et mardi Christine Lagarde, puis Nicolas Sarkozy. Au coeur des discussions : la question des bonus, et un meilleur accès au crédit. Selon l’Elysée, le président, qui recevra les banquiers pour la septième fois depuis moins d’un an, procédera à un rappel à l’ordre sur la question des bonus. Dans le milieu bancaire, on se dit prêt à aller plus loin.

Crédit Photo : TF1-LCI Christine Lagarde, au Forum de Davos le 1er février 2009

Encadrement des bonus et réouverture du robinet des crédits, notamment pour les PME, figureront en bonne place des thèmes des réunions que les banquiers doivent avoir ces lundi et mardi tout d’abord avec Christine Lagarde, puis avec Nicolas Sarkozy.

Le gouvernement avait déjà demandé, début août, que les banques veillent à ce que ménages et entreprises bénéficient de conditions de financement "plus favorables".

Les banques devraient, en ce début de semaine, effectuer un point d’étape détaillé sur le crédit à l’économie, dont la distribution s’est ralentie avec la dégradation de la situation économique.

L’objectif d’une hausse du volume des crédits de 3 à 4% sur l’année 2009, sur lequel les banques s’étaient engagées à l’automne 2008, ne devrait ainsi pas être tenu.

Mais si les difficultés d’accès au crédit pour les particuliers et petites entreprises sont connues depuis l’arrivée de la crise en France et ont déjà fait l’objet de divers engagements des banques, la question des "rémunérations variables" est devenue particulièrement sensible depuis l’affaire BNP Paribas.

Aussi les banques françaises, qui se sont dotées cette année d’un code de bonne conduite sur les bonus dans leurs salles de marché, sont-elles prêtes à aller plus loin pour s’aligner sur les meilleures pratiques au niveau international, selon une source proche d’une grande banque de la place.

Un code éthique peu contraignant

Christine Lagarde y compte bien, puisqu’elle a indiqué attendre des banquiers des propositions sur les rémunérations variables, pour aller "plus loin" que les dispositions actuellement en place.

A l’issue de la réunion de lundi, Bercy a publié un communiqué indiquant : "La réunion a duré près de trois heures. Il y a eu des débats fournis. Tous les sujets ont été mis sur la table", indique-t-on dans l’entourage de Christine Lagarde, la ministre de l’Economie, à l’issue d’une réunion au cours de laquelle le financement de l’économie et les bonus ont été abordés.

"Les banques françaises se sont déjà engagées. Si de nouvelles propositions sont faites, nous sommes prêts à aller plus loin", a de son côté déclaré une source bancaire qui n’a pas souhaité être citée.

"Il faudra que le G20 s’en inspire". "On peut faire des propositions. Mais il faut qu’elles le soient aussi au niveau international", a ajouté une autre source bancaire, indiquant que les banques françaises allaient détailler leur code de bonne conduite en matière de rémunération variable.

Selon l’Elysée, le président, qui recevra mardi les banquiers pour la septième fois depuis moins d’un an, procédera à un rappel à l’ordre sur la question des bonus, mais ne devrait pas s’exprimer publiquement à l’issue de la réunion.

Les engagements déjà pris en France pour encadrer les rémunérations variables prévoient notamment un versement étalé dans le temps et la limitation à un an des bonus garantis.

Depuis le rebond de la polémique début août, les autorités de régulation britannique et allemande ont mis en place des codes de conduite sur les rémunérations variables, qui vont dans le sens des recommandations du G20 et de la charte française.

Mais à un mois du G20 de Pittsburgh, la France conserve une longueur d’avance sur le sujet, car ses dispositions sont plus larges et elle s’est assurée que la Commission bancaire, régulateur du secteur, vérifierait leur application.

Reste que si le code éthique français va dans le bon sens, les recommandations faites jusqu’à présent sont peu contraignantes. Mais face à tout durcissement de ces recommandations, les banquiers évoquent le risque d’une perte de compétitivité des banques françaises.

Nicolas Sarkozy doit ainsi ménager l’opinion, mais aussi l’attractivité de la place financière de Paris et préserver les centaines de milliers d’emplois du secteur.

D’après agence

Réunion Lumière sur la gestion du RSTA

La Réunion (IPR) - 24/08/09 17h00

Une délégation du CAP (Comité d’action populaire) s’est rendue ce lundi 24 août 2009 au siège de la CGSS (Caisse générale de sécurité sociale) « afin de faire le point sur la situation des dossiers RSTA sur l’île ».

Lundi 24 août 2009 CGSS Jean Hugues Ratenon demande des précisions sur le versement du RSTA

C’est à 9 heures 30 que la délégation du CAP menée par Jean-Hugues Ratenon, Patrick Techer et Brigitte Mallet, est arrivée au siège de la CGSS. Les 3 représentants ont été reçus par le directeur de la structure, Jean-Paul Philippeau, ainsi que par Pierre Jean Dalleau, responsable de la cellule RSTA.

Ils ont, durant cette rencontre, abordé la question du traitement des dossiers RSTA, alors que de nombreux bénéficiaires se plaignent de ne pas avoir reçu de versement. Selon les informations communiquées par la CGSS, 93 000 dossiers ont été enregistrés à ce jour et 18 490 paiements ont été effectués. Sur ces 93 000 dossiers, 67% présenteraient des anomalies et seraient donc rejetés par le système informatique centralisateur à Bordeaux.

Pour y remédier, la direction de la CGSS a d’ores et déjà embauché 94 personnes pour « accélérer le processus ». Elle prévoit également un traitement au cas par cas par le biais d’une plateforme téléphonique ou par courrier en vue de régulariser ces situations dans les meilleurs délais et de « satisfaire la totalité des paiements vers la mi-octobre ».

Au cours de cette réunion, les membres du CAP ont également demandé le report de la date butoir de remise des formulaires au 15 septembre 2009. Demande qui sera étudiée par la direction de la CGSS.

Le comité d’action populaire rappelle également que pour la demande de RSTA concernant les mois de juin à août 2009, le plafond de ressource passe de 1849,46 euros à 1872,82 euros, conformément à la revalorisation du SMIC.

www.ipreunion.com

Crise - Pas de trêve estivale pour le Médiateur du crédit

le 23/08/2009 - 12h30

Plus de 15.000 entreprises ont saisi le Médiateur en 9 mois. Et le rythme ne s’est pas ralenti en été. La proportion des PME connaissant des difficultés de crédit est en hausse. 85% des dossiers ont été acceptés, représentant un encours de crédit de 2,91 milliards d’euros au total.

Crédit Photo : Sxc Lusi Image d’archives Billets euros

Avec la saison d’été, le rythme aurait logiquement dû se ralentir. Mais, preuve des difficultés rencontrées par les entreprises dans leur quête aux subsides auprès des banques, le flux de dossiers nouveaux est resté stable en juillet-août.

Désormais, depuis le lancement du dispositif il y a 9 mois, plus de 15.174 entreprises ont saisi le Médiateur du crédit : c’est l’évaluation qui ressort de son rapport d’activité bimensuel publié dimanche par le Médiateur.

85% des dossiers ont été acceptés, représentant un encours de crédit de 2,91 milliards d’euros au total. Le premier motif de saisine concerne toujours les banques, suivi des problématiques liées à l’assurance-crédit puis au financement du crédit interentreprises.

La proportion des PME en hausse de 2,5 points

Le Médiateur "constate avec préoccupation un retour des petites entreprises en médiation", indique le rapport d’activité, en soulignant que "le nombre des dossiers déposés par des entreprises de moins de 10 salariés est en augmentation de 2,5 points sur la période".

Créée en novembre, la médiation intervient en cas de difficultés pour une entreprise à obtenir un crédit. Elle se targue d’avoir contribué à conforter "près de 6633 sociétés dans leur activité" et à préserver "141.546 emplois en France".

D’après agence

VIDEOS

Banque : Crédit immobilier : moins cher et plus accessible

Le 24 août 2009 - 20h15

La chute des prix de l’immobilier conjuguée à une baisse des taux d’intérêt a relancé les demandes de crédit. Désormais, les banques prêtent plus facilement..

Par TF1

Immobilier : Vers une reprise des transactions

Le 24 août 2009 - 13h15

Les transactions immobilières reprennent peu à peu. Une situation possible grâce à la baisse des taux d’intérêt et aux banques qui prêtent davantage..

Par TF1


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1574430

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License