AID Association initiatives dionysiennes
SCOOP OU DELIRES DE LA THEORIE DU COMPLOT ?

la grippe A est-elle un projet d’assassinat programmé de 3 à 5 milliards de personnes "inutiles" ?

vendredi 14 août 2009 par JMT

Les premiers cas de grippe porcine ont été déclarés chez des Indiens d’Amazonie, les Matsigenka du Pérou, rapporte l’ONG Survival, qui craint une "contagion dévastatrice" parmi les peuples isolés de la planète n’ayant "aucune immunité contre les maladies extérieures".

Cet article, qui fait suite à Eugénisme & darwinisme social qui lui jetait les bases historiques de cette idéologie, se veut une compilation d’évidences en vue de prouver que l’élite a été obsédée par l’eugénisme et son incarnation moderne, le contrôle de la population, depuis plus d’une centaine d’années, et que ce but de réduction de la population globale est toujours en pleine force jusqu’à ce jour.

Les peuples indigènes, premières victimes de la grippe A

LEMONDE.FR le 14.08.09 19h22

Les premiers cas de grippe porcine ont été déclarés chez des Indiens d’Amazonie, les Matsigenka du Pérou, rapporte l’ONG Survival, qui craint une "contagion dévastatrice" parmi les peuples isolés de la planète n’ayant "aucune immunité contre les maladies extérieures".

Crédit Photo David Hill / Survival Hipa, un Indien mastanahua du Pérou.

L’ONG, qui milite pour la défense de la vie, des terres et de l’avenir des peuples indigènes, s’inquiète notamment du sort des Aborigènes d’Australie et des communautés des Premières Nations au Manitoba (Canada).

L’anthropologue Glenn Shepard, expert des Indiens matsigenka, estime que "l’arrivée de la grippe A chez les Matsigenka est particulièrement préoccupante puisqu’ils ont des contacts intermittents avec des groupes d’Indiens très isolés qui vivent à proximité", rapporte l’ONG sur son site internet. Or, explique le professeur de médecine à l’université de Bristol, Stafford Lightman, "les Indiens isolés n’ont aucune immunité face aux maladies contagieuses qui se répandent parmi notre société industrielle et seront particulièrement vulnérables à la grippe A. Cela pourrait être dévastateur et pourrait contaminer simultanément des communautés entières."

Afin d’illustrer son cri d’alarme, Survival met en ligne le témoignage de Jorge, un Indien murunahua, qui se souvient de la tragédie qu’a connue son peuple dans les années 1990 lors de sa première rencontre avec un groupe de bûcherons. La moitié des siens avait alors succombé à la grippe, un virus jusque-là inconnu dans sa communauté :

Selon les autorités locales péruviennes, les sept indigènes contaminés, qui vivent le long du rio Urubamba en Amazonie, sont désormais "hors de danger". "Le groupe d’indigènes affectés a reçu le traitement adéquat. Ils ont réagi favorablement et sont en train de guérir. Il n’y a aucun problème majeur", a déclaré le directeur régional des services de santé de Cusco (Sud-Est), Santiago Saco Mendez, cité par l’agence officielle Andina.

Survival redoute néanmoins que le virus ne se transmette à la quinzaine de groupes isolés vivant au Pérou. Parmi eux, les Cacataibos, les Isconahua, les Matsigenka, les Mashco-Piro, les Mastanahua, les Murunahua (ou Chitonahua), les Nanti ou encore les Yora habitent dans les régions les plus reculées de la forêt amazonienne. L’ONG affirme en outre qu’en Australie, près d’un Aborigène sur dix meurt de la grippe A, et que le taux d’infection parmi les communautés des Premières Nations au Manitoba (Canada) est de 130 pour 100 000, contre 24 pour 100 000 pour l’ensemble de la population.

Eugénisme et agenda mondial de dépopulation

par François Marginean Mondialisation.ca, Le 12 aout 2009

Les 7 du Québec

« Dans l’éventualité où je serais réincarné, je voudrais revenir comme un virus mortel, afin de contribuer en quelque chose pour résoudre la surpopulation » – Extrait de la préface de la biographie « Si j’étais un animal » du Prince Philip

Différentes personnes à différents moments ont été attirées par différents aspects de l’eugénisme – et ont aussi souvent rejeté d’autres. Il n’y a pas d’emballage parfait, pas de quartier général ni de maitre guide. L’eugénisme est plutôt une collection d’idées et de projets à propos de l’amélioration de la race humaine par le contrôle social de la reproduction humaine.

Le mouvement eugénique s’est répandu à travers le monde et affecte toutes les facettes de la vie sociale. Personne n’a besoin de chercher bien loin pour trouver l’eugénisme. C’est dans les livres d’école, dans les journaux et tous les médias, dans la science-fiction, dans les gouvernements et ainsi de suite.

C’est une manière de penser à propos de la vie que des personnes très intelligentes ont fait la promotion depuis un siècle, avec peu ou pas de résistance les cinquante dernières années. (Source)

Il existe encore un grand nombre de personnes parmi le public en général, les universitaires et spécialement ceux qui travaillent pour les médias corporatifs, qui sont toujours en déni face à l’agenda de réduction de la population mondial pourtant bien documenté, ainsi que des conséquences de ce programme que nous voyons déjà prendre forme.

Cet article, qui fait suite à Eugénisme & darwinisme social qui lui jetait les bases historiques de cette idéologie, se veut une compilation d’évidences en vue de prouver que l’élite a été obsédée par l’eugénisme et son incarnation moderne, le contrôle de la population, depuis plus d’une centaine d’années, et que ce but de réduction de la population globale est toujours en pleine force jusqu’à ce jour.

1• Des philanthropes milliardaires qui ont assisté au sommet organisé par l’initiative de Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft, ont discuté de joindre leur force pour vaincre les obstacles politiques et religieux qui s’opposent au changement concernant la surpopulation mondiale. Ce club, nommé le « Good Club », discute de dépopulation mondiale.

Sous le titre « Le Club des milliardaires tente de juguler la croissance démographique », le Sunday Times du 24 mai a révélé la tenue d’une réunion secrète qui en dit long sur la volonté politique de l’oligarchie financière.

La rencontre, qui s’est tenue à New York le 5 mai dernier, a été organisée à l’initiative de Bill Gates, fondateur du monopole Microsoft, grand promoteur des simulateurs de meurtres sur ordinateur et parrain de Facebook, de Warren Buffet, spéculateur milliardaire et financier de la Fondation Gates, et de David Rockefeller.

Au-delà de ces trois là, la petite sauterie a réuni Michael Bloomberg, maire de New York et fondateur de l’agence d’information financière du même nom ; Peter Peterson, fondateur du groupe financier Blackstone et grand avocat de l’austérité budgétaire ; Julian Robertson, patron du fond Tiger Management ; John Morgridge, ancien pdg de Cisco Systems ; Eli Broad, spéculateur immobilier ; David Rockefeller Jr, fils du premier ; Ted Turner, fondateur de CNN ; et Oprah Winfrey, animatrice phare de la télé américaine.

La réunion a débuté par une présentation de chacun des participants sur la cause qu’il défend, mais très vite, nous apprend le Times, la discussion s’est transformée, sous l’impulsion de Bill Gates, en un consensus sur la « surpopulation », comme la cause supérieure qui englobe les autres.

Un autre participant a confié qu’ils étaient aussi parvenus à un consensus pour mettre en place une stratégie « dans laquelle la croissance démographique serait attaquée comme menace écologique, sociale et industrielle ».

Les participants ont souligné leur « besoin d’être indépendant des agences gouvernementales qui se révèlent incapables d’affronter le désastre que tous nous voyons venir ». De prochaines réunions sont d’ores et déjà prévues pour organiser la mise en œuvre de cette stratégie. (Source)

2• Ted Turner, l’un des participant et riche propriétaire d’un empire médiatique, est fermement imprégné d’eugénisme et de réduction de la population mondiale qu’il voudrait voir baisser de 95% pour être idéale, selon un interview qu’il a accordé à Audubon Magazine en 1996 : « Une population totale de 250-300 millions de personnes, un déclin de 95% par rapport aux présents niveaux, serait idéal ». Turner a donné un milliard de dollars à une organisation nommée Fondation des Nations Unies.

Cette organisation créée par Turner et la Turner Fondation, sont dévouées au contrôle de la population par la distribution de condoms, la promotion de l’avortement et autres méthodes pour promouvoir l’agenda eugénique, tout comme d’autres tels que Bill et Melinda Gates qui ont aussi donné de larges sommes d’argents à des « organisations charitables » qui servent réellement à promouvoir le mouvement eugénique.

Turner a même reçu un prix de l’ONU pour son travail en développement durable, qui n’est qu’un autre nom code pour la réduction de la population. (Source)

3• La Fondation Bill & Melinda Gates, le géant américain de l’agrobusiness DuPont/Pioneer Hi-Bred, l’un des plus grands propriétaires de fabriques de semences brevetés et génétiquement modifiés (OGM) et de produits agrochimiques apparentés ; Syngenta, une compagnie de semences OGM et de produits agrochimiques basée en Suisse par l’intermédiaire de sa Fondation Syngenta ; la Fondation Rockefeller, ce groupe privé qui a créé la « révolution génétique », avec plus de 100 millions de dollars d’argent des semences depuis les années 1970 ; le CGIAR, réseau mondial créé par la Fondation Rockefeller afin de promouvoir son idéal de pureté génétique à travers un changement de l’agriculture, travaillent ensemble à des projets communs, dont la Réserve mondiale de semence à Svalbard.

Le CGIAR a été façonné lors d’une série de conférences privées tenues au centre de conférence de la Fondation Rockefeller à Bellagio, en Italie. Les principaux participants aux débats de Bellagio étaient George Harrar, de la Fondation Rockefeller ; Forrest Hill, de la Fondation Ford ; Robert McNamara, de la Banque mondiale, et Maurice Strong, l’organisateur international de la famille Rockefeller au niveau de l’environnement et qui, en tant que fiduciaire de la Fondation Rockefeller, organisa Sommet de la Terre (Earth Summit) de l’ONU, à Stockholm, en 1972. Cela faisait partie de l’objectif de la fondation depuis des décennies afin de mettre la science au service de l’eugénisme, une hideuse version de la pureté raciale, et qui a été appelé Le Projet.

Pour assurer un impact maximum, le CGIAR a appelé l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies, le Programme de développement des Nations Unies et la Banque mondiale.

Ainsi, par le biais d’une levée soigneusement planifiée de son premier appel de fonds, la Fondation Rockefeller, à partir du début des années 1970, était en mesure de façonner la politique agricole mondiale. Et elle l’a façonnée, en effet.

Financé par de généreuses bourses d’étude de Rockefeller et de la Fondation Ford, le Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale (CGIAR) a veillé à ce que les scientifiques et agronomes principaux de l’agriculture du Tiers-Monde soient amenés aux États-Unis afin de « maitriser » les concepts de production de l’agro-industrie moderne, et afin de les ramener dans leur patrie.

Durant ce processus, ils ont créé un réseau d’influence inestimable pour la promotion de l’agro-industrie américaine dans ces pays, et plus particulièrement la promotion de la « Révolution génétique » des OGM dans les pays en voie de développement, et tout cela au nom de la science et d’un marché agricole efficace et libre. (Voir l’article « L’arche de Noé végétale »).

Créer génétiquement une race de maitres ?

« Le Projet » est le projet de la Fondation Rockefeller et de puissants intérêts financiers depuis les années 1920 afin d’utiliser l’eugénisme, plus tard rebaptisé génétique, pour justifier la création d’une race de maitres créée par génie génétique. Hitler et les Nazis l’appelaient la race des maitres Aryens.

L’eugénisme d’Hitler fut financé dans une large mesure par la même Fondation Rockefeller qui construit aujourd’hui une « réserve de semences du jugement dernier » afin de préserver des échantillons de chaque semence présente sur notre planète. A présent, ceci devient vraiment intrigant.

La même Fondation Rockefeller créa la pseudo-science de la discipline de la biologie moléculaire dans leur poursuite incessante visant à réduire la vie humaine à la « définition d’une séquence génique » qui, espéraient-ils, pourrait alors être modifiée dans le but de modifier les caractéristiques humaines à volonté.

Les scientifiques de l’eugénisme d’Hitler, dont beaucoup ont été tranquillement amenés aux États-Unis après la guerre afin de poursuivre leurs recherches biologiques eugénistes, ont jeté une grande partie des bases du génie génétique des diverses formes de vie, soutenues ouvertement en grande partie jusqu’au sein du troisième Reich par les généreuses bourses de la Fondation Rockefeller.

La même Fondation Rockefeller créa ce que l’on appelle la révolution verte, durant un voyage au Mexique effectué en 1946 par Nelson Rockefeller et l’ancien Secrétaire à l’agriculture du New Deal et fondateur de la compagnie Pioneer Hi-Bred Seed, Henry Wallace.

La Révolution verte visait à résoudre le problème de la faim dans le monde à un haut degré, au Mexique, en Inde et dans d’autres pays choisis où Rockefeller travaillait. L’agronome de la Fondation Rockefeller, Norman Borlaug, remporta un prix Nobel de la paix pour son travail, une chose dont il n’y a pas de quoi se vanter lorsque des gens tel que Henry Kissinger ont partagé le même prix.

En réalité, comme cela est apparu des années plus tard, la révolution verte était une brillante idée de la famille Rockefeller pour développer une agro-industrie mondialisée dont ils pourraient ensuite prendre le monopole tout comme ils l’avaient fait dans le monde de l’industrie pétrolière et qui avait commencé un demi-siècle auparavant. Comme Henry Kissinger l’a déclaré dans les années 1970 : « Si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez le pays ; si vous contrôlez l’alimentation, vous contrôlez la population. » (Source)

4• L’idéologie d’eugénisme et de réduction de la population est bien intégrée dans le mouvement environnementaliste et celui de la théorie du réchauffement climatique causé par l’homme. Que ce soit correctement attribué à l’homme ou pas, les mêmes idées de réduire le nombre de population mondiale, de contrôler les naissances en adoptant des mesures eugéniques imitant la politique de l’enfant unique de la Chine et autres mesures dont l’avortement et la taxation d’enfants supplémentaires, sont présentes. L’humain et même les enfants sont le problème qu’il faut éliminer.

Alors que la planète subit une chute drastique de la production de biens indispensables au maintien de sa population, le Fonds mondial pour la nature (anciennement World Wildlife Fund) a publié le 29 octobre son Rapport Planète vivante (Living Planet Report 2008), affirmant que, puisque « les besoins des hommes en nourriture, eau, énergie et matériaux » représentent la plus grande menace pour la biodiversité, la consommation humaine devrait être réduite d’au moins 30% — pour commencer.

Selon ce rapport, plus des trois quarts de la population mondiale vivent dans des pays dont la consommation dépasse leur bio-capacité (exprimée sous forme d’« empreinte écologique »). Les auteurs en viennent à demander la « réduction de la population, de la consommation individuelle et des ressources utilisées ou des déchets émis pour produire des biens et des services ». Pour la première fois, le WWF s’en prend même à la consommation d’eau.

Ce rapport, dont les recommandations, si elles étaient appliquées, conduiraient à la mort de centaines de milliers d’hommes, a été co-rédigé par des membres de la Société zoologique de Londres. A l’origine du WWF, on trouve le prince Bernard des Pays-Bas et son co-penseur, le Prince Philip d’Edimbourg, le prince consort de la Reine Elisabeth II d’Angleterre. Le prince Bernard était un nazi, membre des SS, qui, contraint de démissionner du parti en vue de sa fonction royale, signa sa lettre de démission par un « Heil Hitler ! ».

Le critère d’« empreinte écologique » dont se sert le WWF fut élaboré par une fondation britannique, l’Optimum Population Trust, qui fait ouvertement campagne pour réduire des deux tiers la population mondiale afin de la ramener à deux ou trois milliards d’individus. (Source)

5• Dans une des rares sorties publiques par les médias, Jonathon Porritt, un des principaux conseillers environnemental de Gordon Brown, a averti que la Grande Bretagne doit réduire radicalement sa population si elle désire construire une société durable.

L’annonce a été faite à la conférence annuelle du groupe Optimum Population Trust (OPT), duquel il est le patron. Selon leur recherche, la population britannique devrait être réduite à 30 millions, soit la moitié de ce qu’elle est présentement. (Source)

En Australie, un groupe de lobby environnemental, le Sustainable Population Australia, soutient que nous devons réduire drastiquement la population mondiale ainsi que d’adopter une politique d’un enfant unique pour sauver la planète.

Selon ce groupe de 1300 activistes, c’est le seul moyen d’éviter un « suicide environnemental ». La présidente du groupe, Sandra Kanck, suggère que la population australienne soit réduite de 22 à 7 millions de personnes pour s’attaquer aux changements climatiques. (Source)

De même, la BBC publiait un article de John Feeney, déclarant que la croissance non contrôlée de la population mine les efforts pour la sauver la planète. Il demande au mouvement environnemental de cesser de fuir ce sujet controversé. On y mentionne une autre organisation qui lutte en ce sens : Global Population Speak Out. (Source)

6• Des scientifiques qui se joignent en groupes tels que le Global Population Speak Out (GPSO) font pressions sur les médias pour briser le tabou de la surpopulation mondiale :

Je fais partie d’un groupe de scientifiques, répartis dans 24 Pays, qui s’est engagé à convaincre les médias de faire cesser le tabou qui s’oppose à toute discussion relative aux problèmes posés par la taille et la croissance de la population humaine en relation notamment avec la dégradation de l’environnement. Nous maintenons ce tabou à notre péril et à celui de millions d’autres espèces.

La surpopulation est étroitement liée à toutes les formes de dégradation de l’environnement dont nous prenons conscience maintenant : disparition d’espèces, modifications du climat, pollutions, désertifications, diminution des réserves aquatiques, déforestations, etc., or la croissance démographique mondiale est préoccupante.

Il est illusoire de penser qu’en réduisant notre consommation (même s’il est bon de le faire) nous arriverons à corriger les excès dus à la croissance ininterrompue de la population humaine ; personne ne peut réduire ses besoins organiques à zéro, il faut pour cela ne pas exister. Il est temps de réfléchir à ces problèmes démographiques et de préparer l’opinion à une perception nouvelle de leur évolution.

Le problème de la limitation des naissances est difficile dans les pays en voie de développement où de grossières erreurs ont été commises dans le passé. Mais les erreurs doivent être utiles pour progresser. Il faudra dans ces pays, par recours aux médias sans doute, mieux y éduquer les femmes en exposant de nouvelles options concernant la taille des familles ; il faudra mieux protéger l’enfance pour qu’une forte mortalité ne soit plus la justification des familles nombreuses ; il faudra enfin rendre les moyens de contraception facilement accessibles à tous.

Le projet d’aboutir rapidement à un palier de croissance de la population humaine et, par la suite, à sa décroissance est une option dont dépend l’avenir de notre espèce et du reste du monde vivant. (Source)

D’autre, comme le Dr Eric R. Pianka, un biologiste américain basé à l’Université du Texas à Austin qui prononce des discours au niveau international, fait la promotion d’un génocide de masse de 90% de la race humaine pour sauver la planète et est applaudit chaudement par ses pairs. Durant un discours à l’Académie des sciences du Texas en 2006, Pianka proposait d’exterminer 90% de la population mondiale à l’aide du virus Ebola. (Source)

En 2002, le Melbourne Age rapportait que des documents nouvellement découverts détaillaient le plan de l’éminent immunologiste Sir Macfarlane Burnet pour aider le gouvernement australien à développer des armes biologiques qui pourraient être utilisées contre l’Indonésie et autres pays « surpeuplés » de l’Asie du Sud-Est.

Sir Macfarlane recommandait dans ce rapport secret de 1947 que des armes chimiques et biologiques pouvaient être développées pour détruire les cultures de pays asiatiques surpeuplés et répandre des maladies infectieuses qui affecteraient que ces pays tropicaux et non pas l’Australie.

Cet homme a notamment été le directeur du Walter and Eliza Hall Institute of Medical Research et il reçu un prix Nobel de médecine en 1960. Il est décédé en 1985, mais ses théories sur l’immunité et la « sélection de clonage » ont servi à établir la base de la biotechnologie moderne et de l’ingénierie génétique. (Source)

La controverse entourant les commentaires d’un autre favori du milieu scientifique, le généticien James Watson, qui a déclaré au journal le Sunday Times que les noirs sont moins intelligents que les blancs de façon inhérente, ne devrait pas surprendre personne qui sait que Watson a rempli un important rôle en promouvant la pseudo-science de l’eugénisme.

Watson fut le directeur du Projet génome humain jusqu’en 1992 et reconnu pour avoir été le co-découvreur de la structure de la double-hélice d’ADN, une réussite qui lui méritera un prix Nobel en 1962. Mais ce que la plupart ignore, c’est que Watson a joué un rôle crucial dans l’avancement de la légitimité de l’eugénisme/réduction de la population depuis des décennies.

James Watson est un important promoteur du dépistage génétique, un test qui détermine si un couple est plus à risque d’avoir un bébé ayant un désordre génétique héréditaire. Puisque le dépistage a évidemment augmenté le nombre d’avortement d’enfants considérés « imparfaits », plusieurs ont dénoncé son introduction comme étant rien de moins qu’un camouflage pour l’eugénisme ou « eugénisme volontaire ». (Source)

7• Dans un document que Henry Kissinger rédigea en avril 1974 alors qu’il était Conseiller à la Sécurité Nationale américaine, le National Security Study Memorandum 200, il conclut : « Le dépeuplement est l’axe prioritaire de la politique étrangère américaine dans les pays du Tiers-monde ».

Le document, qui visait treize pays en particulier pour une réduction massive de leur population, suggérait d’employer la famine, la stérilisation et la guerre pour y parvenir.

Ce document gouvernemental fut rendu public en 1989 et identifiait ces pays comme étant d’un intérêt spécial pour les objectifs géopolitiques des États-Unis et expliquait ce pourquoi la croissance de la population, particulièrement celle des jeunes personnes, était vue comme une menace révolutionnaire contre les corporations américaines.

Les pays nommés étaient l’Inde, le Bangladesh, le Pakistan, le Nigeria, le Mexique, l’Indonésie, le Brésil, les Philippines, la Thaïlande, l’Égypte, la Turquie, l’Éthiopie et la Colombie.

8• Lord Bertrand Russell écrivait dans son livre « The Impact of Science on Society » : « Présentement, la population du monde augmente… La guerre jusqu’à maintenant n’a pas eu de grands effets sur cette augmentation… Je ne prétends pas que le contrôle des naissances est le seul moyen par lequel une population peut être empêchée d’augmenter. Il y en a d’autres… La guerre a été plutôt décevante à cet égard, mais peut-être qu’une guerre bactériologique pourrait s’avérer efficace. Si une Mort Noire pouvait se répandre à travers le monde à chaque génération, les survivants pourraient procréer librement sans trop remplir le monde… » (Source)

9• « …des formes avancées de guerre biologique qui peuvent cibler des génotypes spécifiques peuvent transformer la guerre biologique d’un royaume de la terreur en un outil politiquement pratique. »

Qui a écrit ces mots dans leur propre document de stratégie ? Les nazis ? Le régime de Pol Pot ?

Non, c’était Paul Wolfowitz, Dick Cheney, William Kristol, Donald Rumsfeld et le reste des collaborateurs néo-cons qui ont formé ce qui était nommé le Project For a New American Century – qui constituait le cadre idéologique de l’ancienne administration Bush. (Source)

Il existe aujourd’hui des armes biologiques qui ont la capacité d’affecter et de tuer seulement certains génotypes particuliers, comme les Africains, Asiatiques, etc.

10• Le Georgia Guidestones a été érigé le 22 mars 1980 aux États-Unis, en Géorgie, près d’Elberton. Il est surnommé le « Stonehenge américain ».

Dix « nouveaux » commandements sont gravés sur les deux faces de 4 pierres érigées verticalement et écrits en 8 langues différentes qui sont : l’anglais, le russe, l’hébreu, l’arabe, l’hindou, le chinois, l’espagnol et le swahili. (Source)

Voici trois des dix commandements inscrits :

1. Maintenir l’humanité en dessous de 500 000 000 (sic) individus en perpétuel équilibre avec la nature

2. Guider la reproduction intelligemment en améliorant la forme physique et la diversité

3. Ne pas être un cancer sur la terre, laisser une place à la nature

11• De 1932 à 1972, le Tuskegee Study Group a délibérément infecté des pauvres de communautés noires en Alabama avec la syphilis sans leur consentement et ils ont même refusé de les soigner alors que les malades faisaient des dégâts à travers la ville tuant des familles.

Des expériences sur des sujets humains non-consentants et à leur insu, par des autorités qui disaient vouloir « observer » ce qu’il adviendrait de ces gens.

François Marginean : Tech. en Architecture, chercheur indépendant, animateur de radio à l’émission L’Autre Monde sur CHOQ FM de l’UQAM, éditeur du blog Les Nouvelles Internationales et collaborateur chez Les 7 du Québec.

François Marginean est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.

Jane Burgermeister journaliste scientifique prévient le monde entier - partie 1

Une journaliste scientifique autrichienne prévient le monde entier que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en marche

source

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 1

Résumé de l’article présenté en pj : Criminal Charges concerning Bioterrorism Acts and Mass Murder.

Word - 668.5 ko
Criminal Charges

Jane Burgermeister a récemment déposé une plainte contre l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’ONU, Barack Obama (Président des Etat-Unis), David de Rothschild (banquier), David Rockefeller (banquier), George Soros (banquier), Werner Faymann (Chancelier d’Autriche) 1, entre autres, les accusant de vouloir commettre un génocide de masse.

Cette plainte fait suite à une autre procédure judiciaire que la journaliste avait intentée en avril 2009 contre les sociétés pharmaceutiques Baxter et Avir Green Hills Technology, qu’elle juge responsable d’avoir produit un vaccin contre la grippe aviaire, pour délibérément provoquer une pandémie et s’enrichir par la même occasion.

Jane Burgermeister présente les preuves d’actes de bioterrorisme dans lesquels ces personnes et organismes précités sont impliqués. Elle les accuse de faire partie d’un syndicat international d’entreprises criminelles qui a mis au point, fabriqué, stocké et utilisé des armes biologiques en vue d’éliminer la population des États-Unis et celle d’autres pays 2, à des fins de gains politiques et financiers.

Utilisant la « grippe porcine » comme prétexte, elle les accuse d’avoir planifié le meurtre de masse de la population américaine par le biais de la vaccination forcée.

Elle a les preuves que ces vaccins seront volontairement contaminés pour provoquer à dessein des maladies mortelles.

Ces exactions s’inscrivent en violation directe de la Loi antiterroriste concernant l’emploi d’armes biotechnologiques. Elles constituent des actes de terrorisme et de haute trahison.

« Il faut prendre des mesures draconiennes de réduction démographique contre la volonté des populations. Réduire les taux de natalité s’est avéré impossible ou insuffisant. Il faut donc augmenter le taux de mortalité. Comment ? Par des moyens naturels : la famine et la maladie. » Robert Mc Namara 3

Comme programme de rentrée, l’OMS lance l’avant dernier stade du génocide ultime visant une réduction de 5 milliards d’humains sur dix ans 4 ! Cette affirmation, digne d’un scénario de politique-fiction, pourrait passer pour du délire ou de la paranoïa ! Il n’en est rien. Jane Burgermeister et de nombreuses autres personnalités, scientifiques, politiques, chercheurs, journalistes confirment ce programme de dépopulation programmée, via la pandémie de grippe A/H1N1 et surtout, via les vaccins qui seront contaminés.

1 Jane Burgermeister accuse également, parmi d’autres, le Dr Margaret Chan, Directrice de l’OMS, Bill Gates et George W. Bush.

2 La France et l’Europe sont bien sûr concernées ! Cf. les articles du dossier.

3 Robert Mc Namara : ancien président de la Banque Mondiale, ancien secrétaire d’État des U.S.A., c’est lui qui ordonna les bombardements massifs du Viêt-nam. Il est également l’un des instigateurs du P.E.V (Programme Elargi de Vaccinations), programme qui a été initié par l’OMS en 1974, dans le but de vacciner le maximum d’enfants dans le monde.

4 Cf. notamment l’article de Barbara Minton (p. 3), ainsi que le dossier rassemblant les « preuves » permettant à Jane Burgermeister de fonder ses accusations, dossier intitulé : « June 10th Action » et disponible (en anglais) sur : http://www.rense.com/general86/lat.htm

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 2

Jane Burgermeister à réalisé un travail majeur. Ses révélations, preuves à l’appui et son double dépôt de plainte envers les plus hautes instances dirigeantes nous permettent aujourd’hui, à quelques semaines du « lancement » de la pandémie, de fourbir nos propres armes, judiciaires entre autres. Son courage et sa détermination nous sidèrent.

Les Etats du monde se préparent à une dépopulation programmée. A nous, membres de la société civile, de préparer une forte résistance contre cette obligation vaccinale, contraire à nos droits les plus fondamentaux (cf. « Organiser la résistance » à la fin de ce dossier).

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, de 1948, précise que tout être humain a droit à son intégrité. On ne peut contraindre un individu à subir un acte médical, tel qu’une vaccination. Et si ce n’était pas le cas, alors nous ne serions pas dans un Etat de droit mais une dictature…

Au delà de la peur que ces révélations peuvent susciter, nous pensons :

- que la vérité est le premier pas pour s’affranchir de l’oppression.

- qu’une personne informée devient beaucoup moins manipulable.

- que ces informations favorisent les prises de conscience nécessaires à une transformation fondamentale de nous-même, comme de notre société.

Pour la première fois, nous ne pouvons plus nous défiler ! Environ 99,90% de la population est potentiellement visée. Nos enfants, nos parents, nos ami(e)s et nous-mêmes... Chacun(e) de nous est directement concerné(e).

SOMMAIRE

Dans ce dossier, vous trouverez :

— L’article sur les dépôts de plainte et les révélations de Jane Burgermeister.

Ce texte traite essentiellement des Etats-Unis. Mais, ne nous leurrons pas. Il est à l’image de ce qui attend le monde en général et donc, bien évidemment la France. Le dossier qui rassemble les « preuves » permettant à Jane Burgermeister de fonder ses accusations est disponible (en anglais)

— Différents extraits ou articles sur des sujets liés à ce programme de dépopulation. Issus de sites Internet, ces textes (qui concernent tout particulièrement la France) sont souvent accompagnés de notes pour approfondir et préciser certains aspects.

— Des conseils pour une mobilisation personnelle et une résistance à l’oppression. Les adresses des sites où trouver de l’info, les moyens de la relayer et de communiquer.

— Bien entendu, les informations présentées dans ce dossier sont à prendre avec les précautions d’usage. Mais comment ne pas leur accorder attention ?

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 3

Grippe porcine : une journaliste autrichienne accuse l’ONU et des responsables politiques de préparer un génocide planétaire

Article de Barbara Minton 5, publié dans Natural news

La date de sortie du nouveau vaccin de la société Baxter contre la pandémie de grippe A/H1N1, prévue pour début juillet approche 6. Aussi, une journaliste autrichienne est en train d’avertir le monde que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en cours.

Jane Burgermeister vient récemment de déposer une plainte auprès du FBI, accusant l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’Organisation les Nations Unies (ONU), plusieurs des plus hauts fonctionnaires du gouvernement et des sociétés pharmaceutiques, de bioterrorisme et de tentatives visant à commettre un meurtre de masse.

Elle a également préparé une procédure de justice contre la vaccination forcée, qui se prépare en Amérique 7. Ces actes judiciaires suivent des accusations préalablement déposées en avril contre Baxter AG et AVIR Green Hills Biotechnologie (filiale autrichienne du groupe) concernant la production de vaccin contaminés de grippe aviaire, dénonçant un acte délibéré afin de provoquer et de profiter de la pandémie.

Résumé des revendications et des accusations déposées auprès du FBI en Autriche, le 10 juin 2009

Dans son dossier d’inculpation, Burgermeister présente les preuves d’actes de bioterrorisme, en violation de la loi américaine, par un groupe opérant depuis les États-Unis, sous la direction de banquiers internationaux qui contrôlent la Réserve Fédérale, ainsi que l’OMS, l’ONU et l’OTAN.

Cet acte de bioterrorisme à pour but de réaliser un génocide de masse contre la population américaine, en utilisant un virus génétiquement modifié de grippe avec l’intention de causer la mort.

Ce groupe s’est infiltré dans les bureaux d’influents responsables de l’administration aux États-Unis. Précisément, des preuves ont été présentées qui accusent Barack Obama, Président des États-Unis ; David Nabarro, Coordonnateur du Système des Nations Unies pour la lutte contre la grippe ; Margaret Chan, Directrice général de l’OMS ; Kathleen Sibelius, Secrétaire du Département de la Santé et des Services aux personnes ; Janet Napolitano, Secrétaire du Département de la Sécutrité intérieure (« Homeland Security ») ; David de Rothschild, banquier ; David Rockefeller, banquier ; George Soros, banquier ; Werner Faymann, Chancelier d’Autriche et Alois Stoger, ministre autrichienne de la Santé, entre autres, de faire partie de ce syndicat international d’entreprises criminelles qui a mis au point, fabriqué, stocké et utilisé des armes biologiques, en vue d’éliminer la population des États- Unis et celle d’autres pays, en vue de gains politiques et financiers.

Les chefs d’accusations soutiennent que les accusés ont comploté entre eux et avec d’autres pour concevoir, financer et participer à la phase finale de la mise en oeuvre d’un programme

5 Barbara Minton est enseignante en psychologie et auteur de plusieurs livres sur les finances personnelles. Elle s’est soignée d’un cancer du sein en ayant recours aux médecines alternatives. Il est possible de la joindre par mail en s’adressant à : http://naturalnews.com/z026503_pandemic_swine_flu_bioterrorism.html

6 Cet article à été publié le 25 juin 2009.

7 Concernant la vaccination forcée en France, lire les articles du présent dossier, notamment p. 22 et p. 23.

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 4

Dans son dossier d’inculpation, Jane Burgermeister dévoile un projet international secret de fabrication d’armes biologiques impliquant les sociétés pharmaceutiques Novartis et Baxter.

Ils y sont parvenus via la bio-ingénierie et la diffusion d’agents biologiques mortels, en particulier par le virus de la « grippe aviaire » et le « virus de la grippe porcine », afin d’avoir un prétexte pour mettre en oeuvre un programme de vaccination forcé, qui serait le moyen d’administrer un agent biologique toxiques causant la mort et des dommages à la population des États-Unis.

Cette action s’inscrit en violation directe avec « The Biological Weapons Anti-terrorism Act » (Loi antiterroriste sur les armes biologiques).

Les accusations de Burgermeister comportent des preuves attestant que Baxter AG, filiale autrichienne de Baxter International, à délibérément envoyé 72 kilos de virus vivant de la grippe aviaire, fournies par l’OMS durant l’hiver 2008, à 16 laboratoires, dans quatre pays.

Elle présente des preuves qui démontrent de façon évidente que les sociétés pharmaceutiques et les agences gouvernementales internationales se sont activement impliquées dans la production, le développement, la fabrication et la distribution d’agents biologiques classées parmi les armes biologiques les plus meurtrières de la planète, afin de déclencher une pandémie et de provoquer la mort de masses.

Dans les accusations qu’elle a présenté au mois d’avril, elle a fait remarquer que le laboratoire Baxter en Autriche, supposé être l’un des laboratoires les plus sûrs au monde en biosécurité, n’a pas respecté les plus élémentaires et essentielles des procédures pour garder en sécurité et séparé de toutes les autres substances 72 kilos d’un agent pathogène classé comme arme biologique, mais lui a permis d’être mélangé avec le virus de la grippe humaine ordinaire et d’être expédié à partir de ses installations situées à Orth, dans la région du Danube.

En février, quand un membre du personnel de BioTest, basé en République tchèque à utilisé le produit destiné à tester les vaccins sur des furets, ces derniers en sont morts. Cet incident n’a pas été suivi de la moindre enquête de l’OMS, de l’Union Européenne, de l’Autriche ou des autorités de santé autrichiennes. Il n’y a pas eu d’enquête sur la teneur du virus et il n’existe pas de données sur la séquence génétique des virus libérés.

En réponse aux questions parlementaires du 20 mai, la ministre autrichienne de la Santé, Alois Stoger, a révélé que cet incident n’avait pas été traité comme il aurait dû l’être en matière de biosécurité, mais comme une infraction au Code vétérinaire. Un médecin vétérinaire a été envoyé au laboratoire pour une brève inspection.

Le dossier de Burgermeister révèle que la diffusion des virus devait être une étape essentielle pour le déclenchement d’une pandémie qui permettrait à l’OMS de déclarer le « Niveau 6 », d’alerte de la pandémie 8.

Elle énumère la liste des lois et décrets qui permettraient à l’ONU et à l’OMS de suppléer les États-Unis au cas ou la pandémie se déclare. En outre, la législation imposerait de se soumettre à l’obligation vaccinale et elle serait mise en vigueur par la force aux Etats-Unis, dès lors que les conditions de déclaration de la pandémie sont réalisées.

Elle porte également une accusation selon laquelle l’ensemble de la pandémie de « grippe porcine » repose sur d’énormes mensonges et qu’il n’y a aucun virus naturel pouvant constituer une menace pour la population.

Elle présente des preuves montrant que les virus de grippe aviaire et porcine ont, en fait, été crées par bio-ingénierie dans les laboratoires, grâce aux financements accordés entre autres, par l’OMS et par d’autres organismes gouvernementaux.

8 L’OMS à déclaré le « Niveau 6 » d’alerte mondiale de pandémie le 11 juin 2009.

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 5

Cette « grippe porcine » est un hybride comprenant des parties de grippe porcine, de grippe humaine et de grippe aviaire, un mélange qui ne peut que provenir de laboratoires, selon de nombreux experts 9.

L’OMS, qui dans ses communications affirme que cette « grippe porcine » progresse et qu’une pandémie doit être déclarée, ne parle pas de ses causes fondamentales. Les virus qui ont été diffusés ont été créés et transmis avec l’aide de l’OMS et, cette dernière à une responsabilité écrasante et de tout premier ordre concernant la pandémie.

En outre, les symptômes de la supposée « grippe porcine » ne peuvent être distingués de la grippe ordinaire ou du simple rhume. La « grippe porcine » ne provoque pas plus la mort que d’autres grippes ordinaires. Burgermeister remarque que le nombre de cas mortels de « grippe porcine » est contradictoire et qu’il n’y a aucune clarté quant à la manière dont le nombre de morts ont été rapportés.

Il n’y a pas de risque potentiel de pandémie, à moins que des vaccinations massives ne soient effectuées pour faire de la grippe une arme 10 , sous couvert de protection des populations. Il existe des motifs légitimes de croire que les vaccins obligatoires seront volontairement contaminés pour provoquer à dessein des maladies mortelles.

Il est fait référence à un vaccin agréé par Novartis contre la grippe aviaire qui a tué 21 personnes sans-abri, en Pologne, durant l’été 2008 et qui a eu comme principale conséquence d’être classé dans la catégorie des « Taux d’effets indésirables », répondant ainsi à la définition même d’une arme biologique, selon les États-Unis (substance biologique destinée à provoquer un « taux d’effets indésirables », par exemple la mort ou des lésions) par un mode « d’administration » (injection).

Elle affirme que ce même groupe d’industries pharmaceutiques et d’agences gouvernementales internationales qui ont élaborées et diffusées les agents vecteurs de pandémie, se sont positionnées afin de tirer profit de la situation de pandémie créée, avec de gros contrats de commandes de vaccins à la clé.

Le groupe qui a élaboré le plan de "grippe porcine" contrôle les médias et, ces derniers diffusent de fausses informations afin d’endormir la vigilance de la population américaine pour qu’elle accepte ce vaccin dangereux.

Le peuple des États-Unis subira d’importants et d’irréparables dommages et souffrances s’il est obligé de prendre ce vaccin dont l’efficacité n’est pas prouvée s’il doit le prendre sans son consentement, conformément à l’application de la loi sur l’État d’urgence de la santé appelé « Powers Act », du National Emergency Act 11 (loi d’Urgence Nationale), de la Directive 9

Cf. à ce sujet l’important article du Dr. Alma True Ott (p.18), qui explique que le « cocktail vaccinal mortel » aurait une forte ressemblance avec le sérum inoculé à des millions de soldats en 1918. Ce vaccin a engendré une épidémie provoquant entre 20 et 50 milllions de morts dans le monde. Cf. également l’article du Dr Leonard Horowith (p.10) qui traite aussi partiellement de ce sujet.

10 Dans ce cas, il peut y avoir un risque de recombinaison et de mutations virales. « Les antiviraux accentuent les processus de commutation : La commutation est le passage du patrimoine génétique d’un virus tué par antiviraux à des cellules saines qui peuvent évidemment reproduire alors une forme virale mutante plus virulente.

Ce phénomène est reconnu par de plus en plus de médecins et chercheurs. En vaccinant ET en utilisant par exemple du Tamiflu, vous avez une formule explosive qui fait de votre corps un véritable incubateur. Le virus atténué du vaccin transmet son patrimoine génétique à des cellules saines, cette commutation est accentuée par les antiviraux de type Tamiflu.

Ainsi les « remèdes » employés sont si mutagènes qu’ils vont produire des souches mutantes non contrôlées et non contrôlables. On peut ainsi passer d’une grippe A à une grippe B et jusqu’à Z, si on employait ce type de "lutte" contre une grippe virulente. La grippe A tue aujourd’hui 10 fois moins qu’une grippe classique, mais avec les méthodes actuelles, elle devrait muter en une grippe beaucoup plus dure.

Les méthodes de l’OMS seront donc meurtrières si on laisse faire, car par commutation nous allons être confrontés à des virus de plus en plus tueurs. » Dr Marc Vercoutère Source :Cf. aussi p.25

11 « Avec le National Emergency Act (loi d’Urgence Nationale), le Président peut confisquer les propriétés,

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 6

Aux États-Unis, depuis 2008, Burgermeister accuse ceux dont les noms sont cités dans ses accusations d’avoir mis en application de nouvelles procédures et/ou d’avoir accéléré la mise en oeuvre de lois et de règlements 12 visant à priver les citoyens des États-Unis de leurs droits constitutionnels à refuser cette injection.

Ces personnes ont créé ou autorisé des directives qui rendent criminel l’acte de refuser de recevoir une injection contre les virus de la pandémie.

Elles ont imposé d’autres sanctions cruelles et excessives, telles que l’emprisonnement et/ou la mise en quarantaine dans les camps d’internement de la FEMA 13, tout en empêchant les citoyens des États-Unis de demander des indemnités en cas de blesures ou de décès, suite aux injections forcées.

Ces mesures constituent une violation des lois fédérales régissant la corruption et l’abus de pouvoir, ainsi que la violation de la Constitution et de la déclaration des Droits (« Bill of Rights »).

Les accusés dont les noms sont cités ont construits, par toutes ces actions, les fondements d’un véritable génocide de masse. Utilisant la « grippe porcine » comme prétexte, les accusés ont planifié le meurtre de masse de la population américaine par le biais de la vaccination forcée.

Ils ont mis en place un vaste réseau de camps de concentration de la FEMA et identifié les sites allant servir de charniers. Ils sont également impliqués dans l’élaboration et la mise en oeuvre d’un plan destiné à faire prendre le contrôle des États-Unis par un syndicat international d’entreprises criminelles qui utilise l’ONU et l’OMS comme façade pour entreprendre des activités de racket illégales et criminelles, en violation des lois qui régissent la haute trahison.

Burgermeister s’attaque aussi aux complexes pharmaceutiques Baxter, Novartis et Sanofi Aventis qui font partie d’un programme de fabrication d’armes biologiques basé à l’étranger et à double but, financé par ce syndicat international d’entreprises criminelles et destiné à mettre en oeuvre le meurtre massif de civils afin de réduire la population mondiale de plus de 5 milliards de personnes dans les dix prochaines années. organiser et controler les moyens de production, confisquer les biens, envoyer des troupes militaires à l’étranger, instituer la Loi Martiale, saisir et contrôler tous les moyens de transports et de communications, règlementer les opérations des entreprises privées, restreindre les voyages et, de maintes façons, contrôler la vie des citoyens américains ».Extrait (en français) du« dossier de preuves » de J.Burgermeister « June 10th Action » (Chap II,1A)

12 On peut par exemple penser au Patriot Act : « En votant l’USA Patriot Act le 26 octobre 2001, puis la Stratégie Nationale de Sécurité le 11 septembre 2002, le Congrès américain a étendu considérablement les pouvoirs du gouvernement central, ce qui fait de plus en plus grincer de dents même chez certains républicains.

... Autre objectif du gouvernement fédéral, la vaccination de force de toute la population américaine contre la grippe classique et contre la prochaine pandémie, ainsi que le permet la loi connue sous le nom de « The Model Emergency Health Powers Act ». Rappelons pour mémoire qu’une massive campagne de vaccination contre la grippe porcine avait été lancée en 1976 et avait dû être interrompue quelques mois plus tard devant la survenue de nombreux décès et paralysies.

De plus, alors que la Constitution protégeait jusque-là le citoyen américain de toute intervention de l’armée sur le territoire américain, le Gouvernement fédéral peut dorénavant utiliser les forces armées contre les citoyens américains qui refuseraient ces vaccins qui seront, n’en doutons pas, imposés dans le cadre du bio terrorisme. La mise en quarantaine des insoumis sera alors contrôlée par l’armée. » Extrait de

13 La FEMA a mis en place de véritables camps de concentration modernes. Plus de 600 camps d’emprisonnement ont été construits aux Etats-Unis par l’administration Bush, tous pleinement opérationnels et prêts à recevoir des prisonniers.

Le personnel de la direction des camps est déjà en place, ainsi que des gardes à plein temps, bien que les camps soient tous vides pour l’instant.

Entourés de miradors, ces camps sont destinés à être utilisés par la FEMA (Federal Emergency Management Agency, l’agence fédérale chargée de gérer les situations d’urgence) dans le cadre d’une proclamation de la loi martiale. Cf. le site : .

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 7

Leur plan est de répandre la terreur afin de justifier le fait de contraindre les gens à renoncer à leurs droits et à les obliger à être mis en quarantaine massivement dans les camps de la FEMA. Les maisons, les entreprises, les propriétés et les terres des victimes seront confisquées par ce syndicat. En éliminant la population d’Amérique du Nord, cette Elite internationale accédera aux ressources naturelles des régions, telles que l’eau et les zones pétrolifères non encore exploitées 14.

Et, en éliminant les États-Unis, en supprimant sa constitution démocratique et en soumettant le pays à une Union Nord-Américaine 15, ce groupe de criminels internationaux aura le contrôle total de l’Amérique du Nord.

Faits importants contenu dans le dossier « June 10th Action »

Le dossier complet « June 10th action » (Action du 10 juin) est un document de 69 pages 16 qui étaye, preuves à l’appui chacune des accusations. Il comprend :

— Un exposé présentant le calendrier des faits et des actes mis en cause, les définitions et les rôles de l’ONU et de l’OMS, l’histoire et les incidents depuis le lancement du foyer de grippe porcine du mois d’avril 2009.

— La preuve que les vaccins contre la « grippe porcine » sont considérés comme des armes biologiques, tels que décrit par les organismes gouvernementaux qui réglementent restrictivement les vaccins, et la crainte des pays étrangers que le vaccin contre la « grippe porcine » soit utilisé aux fins de guerre biologique.

— Les preuves scientifiques que le virus de la « grippe porcine » est un virus artificiel (génétique).

— Les preuves scientifiques que la « grippe porcine » à été élaborée par bio-ingénierie, afin de ressembler à la grippe espagnole de 1918. Le dossier présente des citations du texte Swine Flu 2009 is Weaponizes 1918 Spanish Flu, de A. True Ott 17, Ph.D., ND, ainsi que le rapport du Dr. Jeffrey Taubenberger et.al., dans Science Magasine.

— La séquence du génome de la « grippe porcine ».

— La preuve de la dissémination délibérée de la « grippe porcine » au Mexique.

— La preuve de la participation du Président Obama qui a ciblé son voyage sur Mexico et qui coïncide avec la propagation récente du foyer de "grippe porcine" et avec la mort de plusieurs fonctionnaires participants à son voyage. Affirmation est faite que le Président n’a jamais été testé pour la "grippe porcine », parce qu’il avait été préalablement vacciné 18.

— La preuve du rôle de Baxter et de l’OMS dans la production et la libération de matière virale propice à une pandémie en Autriche, ainsi que la déclaration d’un membre du personnel de la Sté Baxter indiquant que le virus H5N1, accidentellement libéré en République tchèque, a été reçu par un centre agrée de l’OMS. Le dossier présente les preuves et accusations que Burgermeister a déposées en avril, en Autriche, et qui font actuellement l’objet d’une enquête.

— La preuve que Baxter fait parti d’un réseau clandestin d’utilisation d’armes biologiques.

— La preuve que Baxter a délibérément contaminé du produit vaccinal.

— La preuve que Novartis utilise des vaccins en tant qu’armes biologiques.

— La preuve du rôle de l’OMS dans le programme d’armes biologiques.

14 Hop là ! Et le tour est joué... Habile ruse pour se constituer un véritable « butin de guerre »...

15 Le « dossier de preuves (June 10th Action) » de Jane Burgermeister, qui à servi de base à la rédaction du présent article de Barbara Minton, précise que l’Amérique du Nord, une fois soumise sera obligée d’utiliser la monnaie prévue pour remplacer le dollar (très prochainement) : « l’Amero ».

16 Ce même dossier « June 10th Action » est disponible en anglais

17 Cet important article du Dr. True Ott (traduit en français) a été inclus dans le présent dossier (cf. p.18).

18 Il s’agit sûrement d’un autre cocktail vaccinal que celui de la « Grippe Baxter ». Qui pourrait croire que Barack Obama se serait fait inoculer la mixture mortelle desservie au « bon peuple » ?

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 8

— La preuve des manipulations par l’OMS des données sur la maladie, afin de justifier la déclaration du « Niveau 6 » de pandémie, dans le but de prendre le contrôle des États-Unis.

— La preuve de l’implication de la FDA19 pour masquer le programme d’armes biologiques.

— La preuve du rôle du Laboratoire National Canadien de Microbiologie dans le programme d’armes biologiques.

— La preuve de la participation de scientifiques travaillant pour l’organisme britannique NIBSC et pour la CDC 20 dans l’ingénierie de la « grippe porcine ».

— La preuve que la grippe espagnole de 1918 à été causée par une vaccination, incluant le rapport du Dr Jerry Tennant, convaicu que l’utilisation généralisée de l’aspirine au cours de l’hiver qui a suivi la fin de la Première Guerre mondiale aurait pu être un facteur contribuant à la prolifération de la pandémie à ces débuts, en supprimant le système immunitaire et en abaissant la température corporelle, ce qui permet au virus de la grippe de se multiplier. Le Tamiflu et le Relenza abaissent également la température corporelle et, par conséquent, peuvent également être considérés comme facilitant la propagation d’une pandémie 21.

— La preuve des manipulations du cadre règlementaire, afin de permettre des massacres massifs en toute impunité.

— Des questions constitutionnelles concernant :

- la légalité et l’illégalité de mettre en péril la vie, la santé et les biens publics par des vaccinations de masse.

- les questions d’immunité et d’indemnisations, en tant que preuve de l’intention de commettre un crime.

—La preuve de l’existence d’un syndicat international d’entreprises criminelles.

—La preuve de l’existence des « Illuminati » 22.

19 FDA (Food and Drug Administation) : cet organisme américain très puissant délivre notamment les autorisations de mise sur le marché des produits alimentaires et pharmaceutiques. « La FDA constitue le chien de garde de l’industrie pharmaceutique qui la protège de toute attaque et détruit ses possibles concurrents au prétexte de protéger le public. » Dr P. Carter MD, auteur de Racketeering in medicine, the suppression of alternatives.

20 CDC (Centers for Disease Control and Prevention) : ces « centres de contrôle et de prévention des maladies », aux Etats-Unis, dont le quartier général se situe à Atlanta (Georgie), forment ensemble la principale agence gouvernementale américaine en matière de protection de la santé et de la sécurité publique. C’est l’organisme de référence dans la publication des chiffres américains relatifs aux personnes infectées par la grippe A(H1NI). Ils fournissent de l’information aux populations et orientent les lignes d’actions liées à la santé, en partenariat avec les départements de la santé des différents États et d’autres organisations. NIBSC (National Institute for Biological Standards and Control) : cet institut britannique constitué d’un petit groupe de centres de grippe autour du monde est (entre autres) responsable de la production, du contrôle et de la distribution des lots de semences virales et des réactifs nécessaires aux vaccins.

21 A ce sujet, se reporter à la note n°10, p.5.

22 Les Illuminati « sont une "élite dans l’élite" qui se réunit au sein d’une organisation secrète fondée sous sa forme actuelle au 17è siècle. Originellement, leur projet était de changer radicalement le monde, en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques qui, à cette époque, entravaient le progrès de la société et des idées.

La Révolution Française et la fondation des Etats-Unis auraient été des résultats de leur stratégie. Pour les Illuminati, la démocratie politique était un moyen et non une fin en soi. Selon eux, le peuple est par nature ignorant, stupide, et potentiellement violent. Le monde doit donc être gouverné par une élite éclairée.

Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de conserver leur pouvoir. Le terme "Illuminati" signifie littéralement "les Illuminés" (du latin "illuminare" : illuminer, connaître, savoir)

Leur symbole est présent sur les billets de 1 dollar : une pyramide dont le sommet (l’Elite) est éclairé par l’oeil de la conscience et domine une base aveugle, faite de briques identiques (la population).

Les deux mentions en latin sont très significatives. "NOVUS ORDO SECLORUM" signifie "nouvel ordre pour les siècles". En d’autres termes : Nouvel Ordre Mondial. Et "ANNUIT OEPTIS" signifie : "notre projet sera couronné de succès". Un projet aujourd’hui proche de sa réalisation finale. » Source

Et encore : Les illuminati : « Des hommes qui ont accepté le plan luciférien. Ce terme est dérivé du mot Lucifer signifiant « Porteur de Lumière ». Les Illuminatis furent créés, et organisés dans le but de mettre à exécution les inspirations reçues de Lucifer par des Grands Prêtres durant la performance de leurs Cérémonies Cabalistiques… Ce terme fut employé par les manichéens (ceux qui croient que le bien et le mal sont égaux, et s’opposent l’un à l’autre), et fut par la suite repris par les Rose-Croix. Les Illuminatis furent fondés le 1er Mai1776 par un dénommé Weishaupt, alors âgé de 38 ans, et professeur de Droit à l’université d’Ingolstadt dans la région de Bavière en Allemagne.

Celui-ci voulait greffer sur la Maçonnerie ce Nouvel Ordre dont Lucifer serait le maître. Sa philosophie de base était qu’il fallait détruire toute Religion, toute société existante, et abolir la propriété pour y établir un Nouvel Ordre, sorte de paradis où tous les hommes seraient égaux et heureux. Les Illuminatis sont des Membres des loges du Grand Orient qui ont été initiés dans « L’Ordre et la secte des Illuminatis ». Ils sont un petit, mais puissant Groupe qui se compose, à la tête, des banquiers internationaux, des industriels, des hommes de science, des dirigeants militaires et politiques, des éducateurs, des économistes, etc. » Source

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 9

—La preuve d’un programme de dépopulation mis en oeuvre par le groupe Illuminati/Bilderberg 23 et l’implication de ces derniers dans l’ingénierie et la libération d’un virus artificiel de « grippe porcine ».

—La preuve que les armes de dissémination de la grippe ont fait l’objet d’une discussion lors de la réunion annuelle de Bilderberg, à Athènes, les 14/17 mai 2009, dans le cadre de leur programme de génocide, avec la liste des participants qui, selon une déclaration faite par Pierre Trudeau, se considèrent comme génétiquement supérieurs au reste de l’humanité 24.

Barbara Minton

Jane Burgermeister : Journaliste scientifique, elle vit à Vienne, en Autriche. Elle a la double nationalité autrichienne et irlandaise. Correspondante européenne de « Renewable Energy World.com », elle écrit aussi pour le magazine Nature, le British Medical Journal et American Prospec’t, notamment sur le changement climatique, la biotechnologie et l’écologie.

Comme le contrôle des médias par l’Elite au pouvoir a permis de plonger la population dans l’ignorance de ce qui se passe réellement, en déposant plainte pour meurtres de masse,elle tente de contourner le contrôle des médias afin que l’affaire soit rendue publique.

23 Le Groupe de Bilderberg « Un puissant réseau d’influence : Le Groupe de Bilderberg a été fondé en 1954 à l’hôtel Bilderberg à Osterbeek (Pays-Bas) – d’où son nom – à l’initiative du Prince hollandais Bernhard, ancien officier SS, et du richissime David Rockefeller. Le Groupe de Bilderberg, conçu à l’origine comme une « alliance anti-communiste occulte », constitue toujours l’un des plus puissants réseaux secrets d’influence. Il rassemblerait des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l’économie, de la finance, des médias, mais aussi des responsables de l’armée et des services secrets. Très structuré, le Groupe de Bilderberg est – selon certaines sources– organisé en 3 cercles successifs.

Le “cercle extérieur” est assez large et comprend 80% des participants aux réunions. Les membres de ce cercle ne connaissent qu’une partie des stratégies et des buts fondamentaux de l’organisation.

Le deuxième cercle, beaucoup plus fermé, est le Steering Committee (Comité de Direction). Il est constitué d’environ 35 membres, exclusivement européens et nord-américains. Ils connaissent à 90% les objectifs et stratégies du Groupe.

Le cercle le plus central est le Bilderberg Advisory Committee (Comité consultatif). Il comprend une dizaine de membres, seuls à connaître intégralement les stratégies et les buts précis de l’organisation.

Pour ceux qui enquêtent sur les réseaux de pouvoir, le Groupe de Bilderberg est un véritable « gouvernement mondial occulte ». Au cours de ses réunions, des décisions stratégiques essentielles y sont prises, hors des institutions démocratiques où ces débats devraient normalement avoir lieu. »

Article paru sur le site Initiative Citoyenneté Défense, juillet 2008. Disponible également ici

24 Les Illuminati (dont la source est en fait à rechercher dans les diverses écoles ésotériques créées à partir du XVIe siècle) n’auraient sans doute pas renié cette déclaration actuelle de M. Trudeau. Dans son article (présenté p.10), le Dr Leonard Horowitz déclare aussi : « John D. Rockefeller s’est joint à Prescott Bush (le grand-père de George W. Bush), ainsi qu’à la famille royale anglaise, pour financer les initiatives « d’amélioration de la race » qui ont donné naissance aux programmes « eugéniques » d’Adolf Hitler. »

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 10

« Nous sommes à l’orée d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est une crise majeure appropriée, et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial. » David Rockefeller, le 23 septembre 1994

« La crise comme toutes les crises, ont pour avantages lorsqu’elles sont provoquées, de faire voter des lois qui, dans des contextes de paix relatives, n’auraient jamais été votées ». Naomi Klein

« La dépopulation devrait constituer la plus haute priorité de la politique étrangère des Etats-Unis vis-à-vis du Tiers Monde. » Henri Kissinger, cité par Leuren Moret

Informations, remarques et extraits de textes

Grippe aviaire ou porcine et "Nouvel Ordre Mondial " par le Dr Leonard G. Horowitz 25

Alors que les formes ordinaires de grippe tuent environ 40.000 Américains chaque année, si la grippe aviaire (qui a fait moins de 100 morts) était devenue réellement une pandémie redoutable, cela aurait été à la suite d’une volonté politique délibérée. Le Dr Leonard G. Horowitz (expert international en matière de santé publique, de sciences du comportement, de maladies nouvelles et de terrorisme bactériologique. Diplômé de Harvard) démontre qu’un "bioterrorisme" d’Etat est parfaitement compatible avec une guerre bactériologique menée par un Etat et ses industries et relayée par les médias qu’ils contrôlent.

Par cet article, nous pouvons être mieux informés sur le prochain génocide "médicalement assisté"qu’ils nous concoctent... Grippe porcine ou aviaire ? Le but est de nous faire peur et de nous faire vacciner ! A lire jusqu’au bout.

Si la grippe aviaire devient réellement une pandémie redoutable, ce sera à la suite d’une volonté politique délibérée. Par cet article, nous pouvons être mieux informés sur le prochain génocide "médicalement assisté", tout en nous confiant dans le Seigneur pour notre protection !

En avril 2003, nous avons déjà connu le SARS (Severe Acute Respiratory Disease, SRAS en Français), ou pneumonie atypique. Cette maladie nous venait également d’Asie, et frappa lourdement la région de Toronto. J’étais sur place pendant presque toute la durée de cette épidémie, qui annonçait la grippe aviaire actuelle. On a dit à l’époque que le SRAS était la dernière venue de toute une série de maladies nouvelles, provoquées par une série de mystérieux "super germes" mutants qui devaient frapper l’humanité.

Une étude scientifique attentive des caractéristiques médico-sociologiques et des antécédents de cette épidémie a révélé quelque chose de bien plus insidieux que le SRAS proprement dit.

25 Cet article a été écrit lors des risques d’épidémies de grippe aviaire, en 2005. Le texte reste tristement… et strictement d’actualité.

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 11

J’ai considéré la réaction des médias comme doit la considérer tout diplômé de Harvard, expert en problèmes de santé publique et en techniques psychologiques de persuasion mentale. Car cette épidémie possédait toutes les caractéristiques d’une nouvelle expérimentation sociale conduite par des "bioterroristes" en blouse blanche.

Il me parut clair que cette manipulation humaine sans précédent était destinée à endoctriner les masses populaires et à les manipuler subtilement, pour qu’elles soutiennent une politique de santé publique parfaitement inadaptée à la venue d’une pandémie massive, malgré toute la législation existante (1). Tout au long de l’épidémie de "pneumonie atypique," les médias n’ont cessé de faire référence à des "agents bactériologiques" nouveaux, qui pouvaient provoquer la disparition du tiers à la moitié de la population mondiale. Ayant étudié à fond tout ce qui a été publié récemment en matière de contrôle de la population, ainsi que les objectifs actuels des principales sociétés industrielles multinationales, j’ai remarqué que ces "prédictions" correspondaient étroitement à certains objectifs officiels en matière de réduction de la population mondiale (2).

En 2003, la lutte menée au Canada contre le SRAS, pour la première fois de l’histoire de ce pays, fut dirigée directement par les Nations Unies et par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Pour avoir découvert les liens étroits qui existaient, sur les plans financier et administratif, entre les organisations suivantes, j’ai constaté que la famille Rockefeller, la Fondation Carnegie, et les principaux dirigeants de l’industrie pharmaceutique mondiale, ont contrôlé la recherche canadienne et la lutte menée au Canada contre cette épidémie.

Aucune grande pandémie, ou épidémie à l’échelle mondiale, n’a jamais pu être séparée de son contexte économique et politique. L’épidémie de pneumonie atypique a fait avancer le programme politique du Nouvel Ordre Mondial beaucoup plus vite que tout autre problème de santé publique. Si les responsables politiques de la santé publique voulaient réellement prévenir ces épidémies nouvelles qui se produisent régulièrement, ou s’ils voulaient vraiment les traiter à la source, ils ne pourraient manquer de remarquer que ces agents bactériologiques dévastateurs sont toujours mystérieusement apparus au sein de structures secrètes associant certains milieux militaires, médicaux et de la biotechnologie. Il suffit simplement d’étudier la sociologie médicale pour s’en rendre compte.

Cela fait des décennies que certains "experts" nous prédisent l’arrivée prochaine d’une super épidémie dévastatrice. Ce qui a aussitôt éveillé mes soupçons, en ce qui concerne la pneumonie atypique, fut le moment où elle est survenue. Elle survint au moment même où était lancée la guerre totale contre le terrorisme, et la guerre Anglo-Américaine contre l’Irak. Il m’a semblé qu’il s’agissait là d’une occasion rêvée de "distraire" l’opinion publique du fait que l’administration Bush avait accusé Saddam Hussein d’accumuler un arsenal impressionnant d’armes bactériologiques, dont l’anthrax et le virus du Nil.

L’épidémie de pneumonie atypique était donc caractéristique de ce que j’avais déjà annoncé dans l’un de mes livres au titre prophétique, publié avant les attaques du 11 septembre. Plusieurs mois avant ces attaques, je les avais annoncées dans ce livre, en présentant l’analyse conceptuelle qui nous permet de comprendre les liens qui existent entre ces épidémies et le Nouvel Ordre Mondial (Death in the Air : Globalism, Terrorism and Toxic Warfare, Tetrahedron Publishing Group, 2001 – ("Mort dans l’air : Globalisme, Terrorisme et Guerre chimique"). Pour résumer l’essentiel de ce livre, j’y expliquais comment une certaine forme de "bioterrorisme" d’Etat était parfaitement compatible avec une guerre bactériologique officiellement menée par un Etat.

Saddam Hussein avait lui-même fait subir à certaines des populations de l’Irak et des Etats voisins les effets destructeurs des armes chimiques et bactériologiques. Pour moi, il est clair que la pneumonie atypique, tout comme la grippe aviaire actuelle, se sont produites avec le consentement et l’appui de certains milieux des industries médicale, pharmaceutique, pétrochimique et militaire, opérant de manière illégale. C’est ce que j’ai pu prouver maintes fois. Ayant eu l’occasion de témoigner devant le Congrès Américain, j’ai pu me rendre compte directement de quelle manière l’industrie pharmaceutique influence et contrôle nos représentants économiques et politiques au niveau du gouvernement.

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 12

Les épidémies émergentes complètent les effets de la guerre politique contre le terrorisme, et correspondent à notre culture actuelle influencée par le bioterrorisme. Un tel programme secret répond à deux objectifs essentiels : la recherche du profit, et la réduction de la population mondiale.

Réalité politique, contre mythes véhiculés par les médias

La folie croissante du monde qui nous entoure correspond étrangement aux recommandations des penseurs du Nouvel Ordre Mondial, qui favorisent les "désastres sans guerre." De quoi s’agit-il exactement ?

Dès la fin des années 60, dans les principaux milieux industriels, on a commencé à réfléchir à des "substituts économiques à la guerre classique." Comparés aux effets des première et seconde guerres mondiales, les dégâts qui pouvaient être provoqués par les désastres naturels, les super ouragans, les épidémies, ou la guerre bactériologique et génétique, ont commencé à apparaître comme politiquement et économiquement "rentables."

Ces "désastres sans guerre" étaient manifestement beaucoup plus "gérables" politiquement, et plus "rentables" économiquement. Pour ces raisons, et tout particulièrement pour leur rentabilité économique, les dirigeants politiques Anglo-Américains du Nouvel Ordre Mondial ont considéré ces "désastres sans guerre" comme des options de tout premier choix.

Par exemple, le protégé de Nelson Rockefeller, Henry Kissinger, en tant que Conseiller pour la Sécurité Nationale sous Richard Nixon, a dirigé en fait la politique extérieure des Etats-Unis, tout en considérant la réduction de la population mondiale comme une "nécessité" pour les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et leurs alliés.

C’est ce même Kissinger qui a été nommé par George W. Bush pour présider le « Comité d’enquête sur les événements du 11 septembre ». Kissinger est pourtant un criminel de guerre avéré, qui avait ordonné à la CIA de développer des armes bactériologiques, selon les archives du Congrès Américain de 1975.

Parmi ces armes bactériologiques fabriquées par l’homme, il existe des germes bien plus mortels que celui de la grippe aviaire ! Par exemple, avant 1968, Kissinger ordonna une enquête concernant les agents bactériologiques synthétiques existants, qui pourraient être utilisés en matière de guerre bactériologique et de contrôle de la population mondiale. Or, une équipe de chercheurs (O’Conner, Stewart, Kinard, Rauscher et d’autres), venait juste de fabriquer en laboratoire de nouveaux virus mutants de la grippe, capables de propager certains cancers (3).

A l’occasion de ce programme, certains virus grippaux furent combinés artificiellement avec d’autres virus de la leucémie aiguë, pour fabriquer littéralement de nouveaux germes capables de répandre ce cancer à la vitesse d’une épidémie de grippe, par simple contact direct avec des personnes infectées.

Ces mêmes chercheurs ont aussi manipulé des virus du cancer du poulet, un sarcome, pour les inoculer à des hommes et à des singes, afin de tester leur capacité à produire un cancer chez ces derniers. Rauscher, et d’autres, ont aussi employé les radiations pour augmenter la puissance du virus du cancer du poulet. Ces faits scientifiques incroyables ont été officiellement reconnus, mais largement négligés par les principaux médias. [...]

Les "conflits sans guerre," tels que la "guerre contre le SIDA," la guerre contre la drogue," la guerre contre le terrorisme," la guerre contre le cancer," et, à présent, la "guerre contre la grippe aviaire," exigent des programmes très sophistiqués de propagande, ayant recours à des campagnes visant à stimuler la crainte au sein de l’opinion publique, afin qu’elle accepte et soutienne les lois supprimant les libertés publiques. Ces opérations psychologiques sont nécessaires pour contrôler ces conflits sans guerre, et constituent la caractéristique essentielle de la nouvelle "révolution militaire" en cours.

Cette "révolution militaire" cherche à instaurer une nouvelle forme d’esclavage humain, par lequel les populations humaines ne se rendent même plus compte qu’elles sont soumises à un esclavage (2) !

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 13

Cette nouvelle "révolution militaire" fait appel, sans aucun doute, à des armes bactériologiques et chimiques très puissantes. Ces armes sont mises en oeuvre par les fabricants de vaccins et de médicaments, pour leur plus grand profit.

Il existe un exemple classique, celui des pesticides très toxiques et cancérigènes largement utilisés dans des zones habitées, sous prétexte d’éradiquer les moustiques responsables de la "fièvre du Nil."

Ces produits, selon les termes militaires, ne sont pas directement mortels. Mais ils agissent à long terme, en provoquant une mort lente par empoisonnement chronique, ce qui génère encore plus de profits pour les sociétés pharmaceutiques chargées d’inventer de nouveaux médicaments pour lutter contre ces maladies.

Les victimes de ces campagnes d’éradication des moustiques meurent lentement de maladies chroniques débilitantes. Les centres de soins et les hôpitaux construits pour traiter ces malades ne sont que des camps de concentration virtuels.

Parmi toutes ces maladies nouvelles provoquées artificiellement figurent un grand nombre de maladies touchant le système immunitaire, ainsi que de nombreux cancers pratiquement inconnus il y a cinquante ans. Ce simple fait, à lui seul, suffit à suggérer l’existence d’un véritable génocide socio-économique programmé par certaines autorités politiques.

Une grippe aviaire qui rapporte !

Face à l’épidémie de pneumonie atypique, Michael Fumento, chercheur à l’Institut Hudson de Washington, a publié à Toronto une thèse économique, qui ressemble à celle que je développe dans cet article. Cette thèse a été publiée dans le Canadian National Post. On a demandé aux Canadiens de se mettre eux-mêmes en quarantaine, de porter des masques et, dans certains cas, de rester chez eux. Le Ministre de la santé de l’Ontario a décrété un "état d’urgence sanitaire," alors que les médias parlaient de la "super pneumonie, cette tueuse mystérieuse."

Refusant de se laisser gagner par cette hystérie, Fumento posait un certain nombre de vraies questions. Cette épidémie était-elle réellement aussi mortelle et aussi contagieuse qu’on le disait ? Il concluait en ces termes : "Les réponses à ces questions ne laissent aucune place à l’excitation, encore moins à la panique." On pourrait en dire tout autant pour cette nouvelle épidémie de grippe aviaire (1). [...]

Afin de fabriquer un vaccin spécifique contre un virus mutant H5N1 transmissible à l’homme, il faudrait tout d’abord que ce virus de la grippe aviaire transmissible à l’homme existe. Or, actuellement, ce virus n’existe pas, excepté peut-être dans quelques laboratoires du complexe militaro-médico-pharmaceutique. En fait, d’après les informations dont je dispose, c’est exactement ce qui est en train d’être préparé en secret. Afin de produire un virus transmissible à l’homme, il faut cultiver le virus de la grippe aviaire pendant assez longtemps, en le mélangeant à des cultures de cellules humaines. Il faut ensuite l’injecter à des singes, puis à des êtres humains, pour vérifier si ces sujets attrapent ce nouveau virus fabriqué en laboratoire.

Ainsi, ce nouveau virus que le monde craint tant est :

1) soit en train d’être fabriqué dans des laboratoires financés par des industriels puissamment motivés à laisser "accidentellement" se répandre ce virus.

2) soit a déjà été fabriqué dans ces laboratoires, pour profiter de la panique mondiale actuelle, en prévision des énormes profits qui seront dégagés par la lutte contre ce virus.

Il faut savoir qu’un vaccin, pour être réellement efficace contre un virus, a besoin d’être spécifique. Si les autorités voulaient réellement répandre le virus humain de la grippe aviaire H5N1 à une certaine échéance future précise, elles n’auraient aucune garantie sérieuse que le vaccin produit en parallèle soit efficace à cette même échéance, compte tenu des mutations virales possibles. En effet, la rapidité des mutations virales dépend de la nouveauté du virus.

Les nouveaux virus fabriqués par l’homme et créés en laboratoire, comme ceux qui sont actuellement fabriqués pour préparer un vaccin, sont beaucoup moins stables que ceux qui ont naturellement évolué au cours des millénaires. C’est pour cette raison que tous les efforts actuels pour préparer un vaccin ne sont que de la poudre jetée aux yeux, et que les véritables motivations restent cachées.

Jane Burgermeister et dépopulation programmée 14

Il faut aussi savoir que l’efficacité d’un vaccin exige des années, ou du moins des mois de contrôles et de vérifications au sein de la population visée. Pendant cette période, on doit soigneusement réunir toutes les informations sur les effets secondaires ou les accidents thérapeutiques provoqués par ce vaccin, afin de s’assurer qu’il ne tue pas, ou ne rende pas malades, plus de personnes que celles qu’il prétend sauver !

Pouvez-vous sérieusement croire que le gouvernement, ou l’industrie pharmaceutique, pourront réunir toutes ces garanties, au milieu de l’hystérie provoquée par cette "pandémie" ?

La réaction désastreuse des autorités face à l’ouragan Katrina sera avantageusement comparée au désastre sanitaire et humanitaire certain provoqué par un vaccin mal testé et des mesures de santé publique inadaptées !

Je parle de désastre certain, parce que nous disposons de précédents. La liste est longue de vaccins préparés à la hâte, qui ont entraîné, une fois mis sur le marché, des conséquences humaines horribles.

On peut citer le premier vaccin contre la peste porcine, les vaccins contre la polio, le vaccin contre la variole, le vaccin contre l’anthrax, le vaccin contre l’hépatite B et, plus récemment, le vaccin contre la maladie de Lyme, qui a handicapé près de 750.000 personnes en quelques mois, avant d’être retiré du marché par les autorités !


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1784027

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site POLITIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License