AID Association initiatives dionysiennes
POUVOIR D’ACHAT

Les emplâtres sur une jambe de bois

La solution existe, les possédants n’en veulent évidemment pas

vendredi 24 juillet 2009 par JMT

Le moral des ménages français est reparti à la baisse en juillet, perdant deux points par rapport à juin après six mois d’amélioration continue et très progressive, et se situe à "un niveau très bas", a annoncé l’Insee vendredi.

Malgré l’été, et malgré une timide remontée ces derniers mois, le moral des ménages replonge en juillet. Une baisse inattendue qui n’épargne ni l’opinion que les ménages ont de leur situation financière, ni leur propension à consommer.

Un relevé effectué sur 15 magasins. Des résultats obtenus dans 8 magasins pour cause de ruptures d’approvisionnement dans les autres. Le dispositif chariot-type commence à montrer ses limites. Les enseignements de ce 10ème relevé présenté ce jeudi 23 juillet 2009 sont tout même pris en compte : les prix continuent à baisser avec un coût-moyen du chariot-type de 176,42 euros.

Difficile de savoir si les restaurateurs baissent vraiment leur prix... Témoignez sur LCI.fr de ce qui se passe dans votre commune ou quartier.

France : le moral des ménages repart à la baisse après six mois d’amélioration

PARIS (AFP) - 24/07/09 15h47

Le moral des ménages français est reparti à la baisse en juillet, perdant deux points par rapport à juin après six mois d’amélioration continue et très progressive, et se situe à "un niveau très bas", a annoncé l’Insee vendredi.

Des clients font leurs courses, le 11 octobre 2008 dans les rayons d’un supermarché à Lille

Le solde mesurant le moral des ménages est à -39 points en juillet. Il avait atteint un plancher historique en juillet 2008 à -48 points, était à -43 en février, à -42 en mars, -40 en avril et en mai, puis -37 en juin, selon les enquêtes de l’Institut national de la Statistique.

En juillet, la quasi-totalité des composantes de cet indice repartent à la baisse.

S’il se situe encore 8 points au-dessus de son plancher de juillet 2008, cet indicateur demeure encore 21 points en deçà de sa moyenne depuis 1997. "Il montre donc que les Français restent particulièrement prudents", résume l’économiste Marc Touati (Global Equities).

Selon l’Insee, l’opinion des ménages sur le niveau de vie passé et futur en France se dégrade et les Français sont également plus nombreux à penser que leur situation financière s’est détériorée au cours des douze derniers mois. En revanche, ils sont légèrement plus optimistes sur leur situation financière future.

"Quant aux craintes d’augmentation du chômage, elles ont certes légèrement reculé en juillet, mais restent toujours très fortes, atteignant un niveau de 90, soit seulement 5 points de moins que leur sommet historique atteint en juin 2009", relève M. Touati.

Les Français considèrent en outre toujours peu opportun de faire des achats importants.

"Dans ces conditions, il paraît délicat de considérer que l’amélioration de la consommation enregistrée en juin soit amenée à se poursuivre au cours des prochains mois", estime Alexander Law (Xerfi).

Même si les Français continuent à penser que l’ inflation devrait rester faible dans les mois à venir, ils ont "la conviction que la situation va continuer de se dégrader" sur le marché du travail, "ce qui va forcément impacter sur leur comportement en tant que consommateurs", explique-t-il.

"Bien entendu, on pourra toujours arguer que la France dispose d ?une protection sociale importante, qui jusqu’à présent a servi de bouclier et a empêché les dépenses des ménages de s’effondrer. Toutefois, nous n’avons aucune garantie à l’heure actuelle que cette tendance puisse perdurer", ajoute M. Law.

Mais pour Frédérique Cerisier (BNP Paribas), "le ralentissement des prix et les mesures de soutien gouvernementales (prime à la casse, exonération de l’impôt sur le revenu, prime RSA, etc.) vont continuer d’amortir les effets de l’augmentation du chômage sur le revenu et la consommation des ménages".

La consommation, principal moteur de la croissance française qui a jusqu’à présent résisté à la crise, pourrait progresser de 0,5% sur l’ensemble de l’année, estime-t-elle.

Le gouvernement, comme la plupart des économistes, table sur une chute du produit intérieur brut (PIB) de la France de 3,0% en 2009.

Consommation - Dépression estivale pour les ménages

le 24/07/2009 - 10h26

Malgré l’été, et malgré une timide remontée ces derniers mois, le moral des ménages replonge en juillet. Une baisse inattendue qui n’épargne ni l’opinion que les ménages ont de leur situation financière, ni leur propension à consommer.

Crédit Photo : Sxc Asterico Image d’archives Foule estivale

Depuis quelques mois, leur moral remontait. Patatras, le voilà qui s’effondre à nouveau en plein été, malgré les vacances.

Le moral des consommateurs français a ainsi enregistré en juillet un recul inattendu après quatre mois de hausse, selon l’enquête mensuelle de conjoncture publiée vendredi par l’Insee.

L’indicateur résumé de l’opinion des ménages ressort à -39 après -37 en juin.

L’opinion des ménages sur le niveau de vie passé et futur en France s’est dégradée en juillet et les ménages sont aussi plus nombreux à penser que leur situation financière s’est détériorée au cours des douze derniers mois, indique l’Insee dans un communiqué.

En revanche, ils sont légèrement plus optimistes sur leur situation financière future mais ils considèrent toujours peu opportun de faire des achats importants.

Pessimisme persistant sur le chômage

Les Français ont le sentiment que les prix ont peu augmenté au cours des mois passés et continuent à penser que l’inflation devrait rester faible dans les mois à venir.

La proportion de ménages qui estiment que le moment est opportun pour épargner diminue quelque peu. En revanche, davantage de ménages s’estiment capables d’épargner dans les prochains mois.

Sur le plan du chômage enfin, les ménages sont, en juillet, à peine moins nombreux qu’en juin à estimer qu’il va augmenter dans les prochains mois.

D’après agence

Réunion Les limites du chariot-type

La Réunion (IPR) - 24/07/09 00h15

Un relevé effectué sur 15 magasins. Des résultats obtenus dans 8 magasins pour cause de ruptures d’approvisionnement dans les autres. Le dispositif chariot-type commence à montrer ses limites. Les enseignements de ce 10ème relevé présenté ce jeudi 23 juillet 2009 sont tout même pris en compte : les prix continuent à baisser avec un coût-moyen du chariot-type de 176,42 euros.

Grande surface

Le chariot-type n’a pu être calculé dans 7 des 15 magasins. En effet, 28 produits étaient manquants dans les points de ventes concernés. Dans ce cas, 2 solutions. Soit le produit est indisponible et il n’y a donc pas de relevé. Soit la commission chargée de l’enquête effectue un report sur le produit le moins cher disponible le jour du relevé. Conséquence, les 7 autres magasins n’apparaissent pas dans le décompte final.

Ces 7 magasins, ce sont le Leclerc de Saint-André, le Jumbo de Saint-André, l’Hyper Champion de Saint-Benoît, l’Hyper Crack de Saint-Pierre, le Score de Saint-Louis, le Champion de la Possession et le Leclerc de Saint-Paul.

La moitié des magasins ne faisant pas partie du décompte final, on pourrait douter de la fiabilité de ce type d’étude. Pas pour Sylvie Guillery, chargée de mission développement économique au secrétariat général pour les affaires régionales. Même si elle reconnaît que le problème des produits manquants est « récurrent », elle estime tout de même que le relevé permet de faire un état des lieux des prix et de la gestion des produits par les différentes grandes surfaces. Ainsi, le fait que le Leclerc Saint-André n’ait pas « Yaourt Nature sucré Yoplait » dans ses rayons a un caractère informatif. L’adjointe du SGAR reconnaît néanmoins ces lacunes et promet que la commission réfléchira aux moyens d’y remédier.

Néanmoins, ce 10ème relevé apporte une information importante, quel que soit son degré de véracité. Les prix continuent à baisser. En effet, avec un coût-moyen de 176,42 euros, le coût du chariot-type a baissé de près de 9 euros en 1 mois. Sur 4 relevés successifs, le gain moyen est de 27,60 euros en termes de pouvoir d’achat pour les consommateurs.

Pour aller dans les détails, le magasin le moins cher est le Leclerc du Tampon (158,10 euros) tandis que le plus cher est le Super U de Saint-Gilles (208,56 euros), soit un écart de 50,46 euros. Un écart stable par rapport au précédent relevé. Par ailleurs, sur les 750 produits relevés, 52 étaient en promotion, soit 7% des articles. « Ce qui montre qu’il n’y a pas de règle particulière sur les promotions », note Sylvie Guillery.

Enfin, cette 10ème séance de présentation a été ponctuée par l’annonce de la nomination de Céline Lucilly, présidente de l’Union nationale des associations familiales (UDAF), en tant que présidente de la commission chariot-type. Elle succède ainsi à Pascal Thiaw-Kine.

Pour rappel, le 10ème relevé du chariot-type a été effectué les 1er et 2 juillet 2009 dans 15 magasins de l’île. 50 produits ont été relevés par magasin, soit un total de 750. Le but de ce dispositif, selon les services de la préfecture, est de renforcer la concurrence et de poursuivre dans le sens de la transparence.

source

Transports - Voyager debout sur Ryanair ? Oui, si c’est gratuit

le 23/07/2009 - 08h22

La compagnie à bas coût a soumis son idée au vote des internautes. Résultat : 66% d’opinions favorables à un voyage d’une heure debout à tarif gratuit. Encouragée, la compagnie compte "continuer à explorer ce concept".

Crédit Photo : TF1/LCI Un appareil de Ryanair à l’aéroport de Strasbourg

Voyager debout dans un avion, une idée farfelue ? Ryanair a posé la question à ses clients. Les résultats de l’enquête ont été publiés par la compagnie mercredi. Et la réponse est digne de la question : pourquoi pas, sur des vols courts... et si c’est gratuit.

Soumettant au vote des internautes son projet, qui en est au stade des discussions avec Boeing sur la faisabilité, et de l’approche des régulateurs concernés, Ryanair a recueilli 66% d’opinions favorables à un voyage d’une heure debout à tarif gratuit, 34% des 120.000 personnes qui ont voté répondant "non". A la même question, mais avec un demi-tarif, 42% ont répondu "oui" et 58% "non".

Comme dans un bus

A la question "pensez-vous que les passagers devraient avoir le choix de rester debout sur les vols courts comme ils le font actuellement dans les trains, les bus et le métro ?", 60% répondent "oui" et 40% "non".

Le responsable de la communication Stephen McNamara a indiqué que Ryanair était "satisfaite" de voir que 60% de participants au vote étaient favorables au choix.

"Avec 120.000 passagers votant et 80.000 disant qu’ils resteraient debout, Ryanair continuera à explorer ce concept de vols debout à tarif gratuit avec Boeing et les autorités compétentes aux Etats-Unis et en Europe", indique-t-il.

D’après agence

NDR : No comment ! Le stade suivant, vous allez sur leur site, vous bouffez de la pub, vous imprimez un billet électronique et vous vous le collez au cul : encore plus rapide : après tout puisqu’on va et vient, pourquoi bouger ? :-)

Restauration - TVA : et chez vous, ça baisse ?

O. L. - le 22/07/2009 - 17h22

Difficile de savoir si les restaurateurs baissent vraiment leur prix... Témoignez sur LCI.fr de ce qui se passe dans votre commune ou quartier.

Crédit Photo : Reuters Un restaurant à Paris

Les restaurateurs baissent-ils vraiment leurs prix ? L’association de consommateurs CLCV s’est déclarée mercredi "très déçue" par les baisses consenties par la profession depuis le 1er juillet et la mise en place de la TVA à taux réduit.

Christine Lagarde l’a donc promis : les services de son ministère vont intensifier les contrôles pour vérifier que les restaurateurs respectent leur engagement. "Il y a un contrat, [...] s’ils se refusent totalement à baisser les prix, on trouvera des moyens", a assuré la ministre.

Pour LCI.fr, menez vous-même l’enquête !

Si vous êtes client, votre restau préféré a-t-il baissé ses tarifs ? Et le fast-food de votre quartier ? Qu’en pensent les restaurateurs que vous connaissez ?

Si vous êtes restaurateur, cette baisse de TVA est-elle un soulagement ? La répercutez-vous ? Embauchez-vous ?

Si vous êtes serveur /employé dans la restauration, avez-vous êtes augmenté ? Les clients vous posent-ils des questions sur la baisse ?

Témoignez dans l’espace ci-dessous, LCI.fr sélectionnera les meilleurs témoignages dans un prochain article.

VIDEOS

Consommation : Derniers jours avant la fin des soldes

Le 24 juillet 2009 - 13h15

Mardi prochain, les soldes d’été seront terminés. Des soldes qui semblent plutôt mitigé. Qu’en est-il à Nantes ?.

Par TF1

Tabac : Fumeurs de cigares : vous allez le payer cher

Le 20 juillet 2009 - 10h04

La boîte de 20 Havanitos passe de 4,80 à 5 euros, et celle de 20 Fleur de Savane de 5,30 à 5,50 euros. Soit une augmentation moyenne de 4 %..

Par La rédaction


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1777966

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License