AID Association initiatives dionysiennes
Il ne faut jamais se contenter de ce qu’on a !

IL FAUT TOUJOURS RECLAMER LA LUNE

lundi 20 juillet 2009 par JMT

Il y a 40 ans, le 20 juillet 1969, l’homme marchait sur la lune, Neil Armstrong devenant le premier homme à réaliser l’un des plus vieux rêves de l’humanité et permettant aux Etats-Unis de s’imposer face à l’Union soviétique dans la conquête naissante de l’espace.

Les Etats-Unis marquent avec fierté les 40 ans de leur conquête de la Lune le 20 juillet avec de nombreuses célébrations, festivités et expositions durant une semaine au moment même où le pays s’interroge sur le devenir de ses vols spatiaux habités.

NEW YORK (Reuters) - Buzz Aldrin ne regrette plus d’avoir été le deuxième homme à marcher sur la Lune même s’il reconnaît qu’à l’époque, il a longtemps défendu les raisons pour lesquelles il aurait dû effectuer ce "bond géant pour l’humanité" à la place de Neil Armstrong.

La Nasa a présenté jeudi, à l’occasion du 40ème anniversaire des premiers pas sur la Lune, des vidéos restaurées de la mission Apollo 11, mettant un terme à une saga où l’on avait craint la perte des images originales des si célèbres foulées de Neil Armstrong.

Quarante ans après les premiers pas de l’homme sur la Lune, les internautes pourront revivre cet exploit grâce à une reconstitution de la mission Apollo 11, qui a vu le 20 juillet 1969 Neil Armstrong et Buzz Aldrin poser le pied sur le sol lunaire.

Interview - La rumeur selon laquelle le premier pas sur la Lune a été filmé en studio est lancinante. Pierre Lagrange, sociologue des sciences, explique pourquoi. Ecoutez son analyse dans l’émission de Matthieu Durand, La question qui tue.

Il y a 40 ans, l’homme marchait sur la lune

AFP - lundi 20 juillet 2009, 10h58

Il y a 40 ans, le 20 juillet 1969, l’homme marchait sur la lune, Neil Armstrong devenant le premier homme à réaliser l’un des plus vieux rêves de l’humanité et permettant aux Etats-Unis de s’imposer face à l’Union soviétique dans la conquête naissante de l’espace.

Edwin Aldrin le 20 juillet 1969, filmé par Neil Armstrong

L’événement est célébré du Centre Kennedy en Floride au centre spatial de Houston au Texa, où se trouvait la salle de contrôle, en passant par le musée de l’Air et de l’Espace et l’Orchestre symphonique national à Washington.

L’équipage d’Apollo 11 doit être honoré ce lundi à la Maison Blanche par le président Barack Obama. Une conférence de presse est également prévue au siège de la Nasa à Washington.

Les principales activités s’étalent du 16 au 24 juillet, dates marquant respectivement le lancement vers la Lune de la mission Apollo 11 depuis Cap Canaveral en Floride —devenu le Centre Spatial Kennedy— et le retour triomphal de Neil Armstrong, premier homme à avoir foulé le sol lunaire le 20 juillet 1969. Le second était Buzz Aldrin et le troisième membre de l’équipage, Michael Collins, est resté en orbite lunaire durant la mission.

Neil Armstrong avait saisi le 20 juillet 1969 la portée historique de l’événement, vécu en direct par des centaines de millions de téléspectateurs dans le monde, avec sa phrase légendaire : "C’est un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité".

L’aventure du programme Apollo, qui a permis à douze astronautes de poser le pied sur la Lune lors de six missions, entre 1969 et 1972, avait commencé huit ans plus tôt avec l’annonce du président John F. Kennedy, en mai 1961, "de mettre un Américain sur la Lune avant la fin de la décennie".

"Ce fut avant tout une décision politique", relève John Logsdon, un des conservateurs du Musée national de l’Air et de l’Espace à Washington.

La Guerre froide battait son plein et l’Union soviétique devançait les Etats-Unis dans la course spatiale après la mise en orbite en 1957 du premier satellite, Spoutnik, suivi en 1961 du premier homme dans l’espace, Youri Gagarine.

"L’URSS avait réussi à faire de ses succès spatiaux une mesure de sa puissance et de la réussite d’une société moderne enviable, et le président Kennedy a alors jugé qu’il ne serait pas dans l’intérêt de l’Amérique de laisser les Soviétiques seuls profiter de leurs prouesses", explique John Logsdon.

Forts de leur prospérité et de leurs capacités technologiques, les Etats-Unis mettent rapidement en route le programme Apollo, estimé à 25 milliards de dollars en 1969, équivalant aujourd’hui à environ 115 milliards ou six fois et demie le budget annuel actuel de la Nasa.

Mais Apollo connaît des revers. En 1967, un accident au sol coûte la vie à trois astronautes.

La première mission importante a lieu en décembre 1968 avec Apollo 8 qui marque le premier vol habité autour de la Lune.

Cette mission historique est suivie six mois plus tard par Apollo 10, deuxième vol de reconnaissance lunaire avec également trois astronautes à bord.

Le 16 juillet 1969, Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Mike Collins, s’installent dans le module de commande Columbia du vaisseau Apollo 11, juché au sommet de la fusée Saturn V.

L’énorme fusée de 111 mètres de haut s’arrache du pas de tir du Centre spatial Kennedy (Floride, sud-est) à 13H32 GMT. Quatre jours plus tard, à 20H18 GMT, Buzz Aldrin pose manuellement et de justesse le module lunaire, baptisé Eagle (l’aigle), dans la Mer de la Tranquillité.

Neil Armstrong, le commandant de la mission, informe alors le centre de contrôle : "Houston, ici la base Tranquillité, l’aigle s’est posé".

Le 20 juillet, à 02H50 GMT, il sort du module lunaire en empruntant une échelle trop courte et doit sauter pour atteindre le sol lunaire qu’il touche très exactement à 02H56 et 48 secondes GMT. Vingt minutes plus tard, Buzz Aldrin le rejoint.

Les deux hommes passeront 21 heures sur la Lune et ramèneront 21 kilos de roches. Ils laisseront un drapeau américain et une plaque d’acier avec un message de paix signé du président Richard Nixon.

Le module décollera ensuite pour rejoindre en orbite lunaire Columbia, dans lequel les attend Michael Collins, avant de rentrer sur Terre, où leur capsule amerrit dans l’océan Pacifique le 24 juillet.

En 2004, les Etats-Unis lancent le programme Constellation visant à renvoyer des Américains sur la Lune d’ici 2020, prélude à la conquête de Mars et actuellement réexaminé par le président Barack Obama.

"La destinée de l’humanité est de marcher sur une autre planète et nous pouvons y parvenir...", a estimé Buzz Aldrin dans un entretien à l’AFP, plaidant pour des missions habitées vers Mars, sans même passer par la Lune, pour économiser temps et argent.

"La colonisation du système solaire est un moyen d’établir un autre lieu de survie pour la race humaine", ce qui deviendra nécessaire un jour selon lui.

L’Amérique fête 40 ans de la conquête de la Lune mais doute du futur spatial

AFP - dimanche 19 juillet 2009, 10h15

Les Etats-Unis marquent avec fierté les 40 ans de leur conquête de la Lune le 20 juillet avec de nombreuses célébrations, festivités et expositions durant une semaine au moment même où le pays s’interroge sur le devenir de ses vols spatiaux habités.

40ème anniversaire de la marche sur la Lune de Buzz Aldrin

Les principales activités s’étalent du 16 au 24 juillet, dates marquant respectivement le lancement vers la Lune de la mission Apollo 11 depuis Cap Canaveral en Floride —devenu le Centre Spatial Kennedy— et le retour triomphal de Neil Armstrong, premier homme à avoir foulé le sol lunaire le 20 juillet 1969. Le second était Buzz Aldrin et le troisième membre de l’équipage, Michael Collins, est resté en orbite lunaire durant la mission.

L’événement est célébré du Centre Kennedy en Floride (sud-est) au centre spatial de Houston au Texas (sud), où se trouvait la salle de contrôle, en passant par le musée de l’Air et de l’Espace et l’Orchestre symphonique national à Washington.

Le jour de l’anniversaire le lundi 20, l’équipage d’Apollo 11 sera honoré à la Maison Blanche par le président Barack Obama. Une conférence de presse est également prévue au siège de la Nasa à Washington.

La Nasa s’est aussi mobilisée sur son site internet pour marquer l’anniversaire, passé assez inaperçu pour les 30 ans.

L’Agence spatiale a entre autres présenté des vidéos restaurées de la mission Apollo 11 grâce à la chaîne CBS qui a conservé dans ses archives les images de l’époque, notamment des premiers pas de Neil Armstrong, dont la Nasa avait perdu une partie de la bande originale.

La Nasa a également révélé vendredi des images de cinq des six sites d’alunissage des missions Apollo prises par la nouvelle sonde lunaire LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) lancée le 18 juin pour préparer le retour des Américains sur la Lune d’ici 2020 si le programme actuel est maintenu.

La LRO, dotée de trois caméras, dont deux à grande définition, qui doit être placée sur une orbite polaire définitive à 50 kilomètres d’altitude, a pu notamment photographier en détail le site où s’est posé Apollo 14 en janvier 1971. On y voit aussi des instruments scientifiques laissés par les astronautes et même des traces de leurs pas.

La conquête de la Lune avait couronné la prééminence des Etats-Unis face à l’URSS dans la conquête naissante de l’espace en pleine Guerre froide. Son 40e anniversaire intervient à un moment crucial pour les ambitions spatiales américaines.

Le président Barack Obama a demandé un réexamen approfondi du programme Constellation lancé par son prédécesseur George W. Bush en 2004 dont l’objectif est un retour des Américains sur la Lune d’ici 2020 comme première étape à des vols habités vers Mars et au-delà.

La commission d’experts indépendants formée par M. Obama et présidée par Norman Augustine, ancien PDG du groupe américain de défense Lockheed Martin et figure respectée, doit faire des recommandations fin août.

"Alors que nous célébrons ce 40e anniversaire, je pense que nous sommes à un moment critique, tout au moins aux Etats-Unis, dans le processus qui décidera (...) de l’avenir des humains dans l’espace", estime John Logsdon, un des conservateurs du musée de l’Air et de l’Espace à Washington. "Et sans fonds publics, il ne se passera rien", ajoute-t-il, dans un entretien à l’AFP.

"Nous avons la technologie pour poser des humains sur Mars mais la question est de savoir quels sont nos moyens ?", disait récemment Norman Augustine en référence à la crise économique, à l’explosion du déficit budgétaire américain et aux priorités intérieures.

L’influent parlementaire démocrate, Barney Frank, a récemment estimé que "l’exploration spatiale humaine est beaucoup trop coûteuse en termes de rendement scientifique" par rapport à l’exploration robotique.

Buzz Aldrin ne regrette plus d’avoir été le 2e homme sur la Lune

REUTERS - lundi 20 juillet 2009, 10h09 par Christian Wiessner

NEW YORK (Reuters) - Buzz Aldrin ne regrette plus d’avoir été le deuxième homme à marcher sur la Lune même s’il reconnaît qu’à l’époque, il a longtemps défendu les raisons pour lesquelles il aurait dû effectuer ce "bond géant pour l’humanité" à la place de Neil Armstrong.

Photo © REUTERS2009 Buzz Aldrin

Dans son dernier livre, "Une désolation magnifique", l’ancien astronaute retrace l’aventure de la mission Apollo 11 et la bataille qu’il a menée contre la dépression et l’alcoolisme pour s’adapter à "la vie d’après".

"Les gens me disent : ’Vous ne vouliez pas être le premier sur la Lune ?’", admettait-il le mois dernier dans une interview à Reuters.

"Bien sûr, d’un point de vue professionnel, je voulais tirer avantage de chaque occasion et discuter du rôle du commandant. Il avait de nombreuses responsabilités et peut-être fallait-il confier à un autre gars tout ce qui concernait l’extérieur et le fait de sortir en premier."

Neil Armstrong, le commandant d’Apollo 11, Buzz Aldrin alunissent le 20 juillet 1969. Le pilote du module de commande Michael Collins était lui resté en orbite.

Avant le vol, Aldrin avait dit s’attendre à fouler le sol lunaire en premier en temps que membre d’équipage affecté aux activités extravéhiculaires.

"Il fallait qu’il y en ait un qui reste à l’intérieur, probablement le commandant", raconte-t-il. "Puis ils ont décidé d’en envoyer deux à l’extérieur.

"Il y avait beaucoup d’incertitude sur le fait de savoir qui passerait en premier. Mais ces histoires d’opposition entre un civil et un militaire pour expliquer les hésitations de la Nasa ont été inventées par les journaux."

Armstrong, ancien pilote de combat de la Navy, était un civil à bord d’Apollo 11, alors qu’Aldrin appartenait toujours à l’armée de l’air.

Au final, la décision fut tranchée pour des raisons pratiques : la trappe d’ouverture était du côté d’Armstrong et il aurait été trop difficile, voire dangereux, pour Aldrin de grimper par-dessus son camarade d’équipage. Armstrong descendit le premier.

PROCHAINE ÉTAPE, MARS

A leur retour sur Terre, Aldrin, Armstrong et Collins deviennent les hommes les plus célèbres de la planète. Défilés, remises de médailles, cérémonies les attendent au cours d’une tournée mondiale.

Mais lorsque la ferveur retombe, Buzz Aldrin est déstabilisé. "On se demande : quel est le programme ? Que va-t-il se passer ?", explique-t-il.

Nommé commandant de l’école des pilotes d’essai de l’US Air Force, il souffre d’accès de dépression avant d’être hospitalisé pendant un mois.

Lorsqu’il quitte l’armée l’année suivante, il se lance dans de nouvelles activités de conseil, de conception mais la dépression revient et l’alcool avec elle.

"Dans l’armée, on connaît les moments de discipline et les moments de détente. Mais une fois qu’on n’a plus ces obligations, on commence à prendre des décisions qui ne sont pas les plus sages. Quand on est un peu mal à l’aise le matin, un verre aide à aller mieux."

Après plusieurs tentatives, Buzz Aldrin a finalement réussi à arrêter la boisson. Il a récemment fêté 30 ans de sobriété.

A 79 ans, il reste un défenseur farouche de l’exploration spatiale, et juge que les Etats-Unis ont perdu beaucoup de terrain avant d’aborder la prochaine phase de la "conquête de l’espace" : Mars.

"Je sais intimement que les Russes veulent nous battre sur Mars", dit-il. "Ils font tout ce qu’on peut attendre d’eux pour être les premiers sur Mars et ça ne sera pas facile pour l’Amérique dans les 20 ou 30 années à venir."

Version française Jean-Stéphane Brosse

Les vidéos des premiers pas sur la Lune de la mission Apollo 11 restaurées

AFP - jeudi 16 juillet 2009, 21h19

La Nasa a présenté jeudi, à l’occasion du 40ème anniversaire des premiers pas sur la Lune, des vidéos restaurées de la mission Apollo 11, mettant un terme à une saga où l’on avait craint la perte des images originales des si célèbres foulées de Neil Armstrong.

Le drapeau US et les empreintes des pas de Neil Armstrong et Buzz Aldrin le 21 Juillet 1969

Les images restaurées de façon numérique par une entreprise d’Hollywood, Lowry Digital, montrent dans une définition largement améliorée les scènes du 20 juillet 1969, déjà vues en direct par le monde entier, notamment le saut à pieds joints de Neil Armstrong depuis l’échelle de la capsule sur le sol lunaire. On y voit aussi Neil Armstrong et Buzz Aldrin plantant le drapeau américain sur la Lune.

Pendant trois ans, la Nasa a recherché ces bandes vidéo analogiques dans ses archives pour découvrir que certains supports avaient été ré-enregistrés avec d’autres données.

Afin de retracer les trois heures et demie passées sur la Lune par les astronautes d’Apollo 11 enregistrées par une caméra fixe, l’ingénieur de la Nasa chargé du projet de restauration, Richard Nafzger, a dû suivre plusieurs pistes, a-t-il raconté lors d’une conférence de presse.

L’équipe de la Nasa a retrouvé chez CBS à Houston des images de bonne qualité transmises à l’époque directement et en temps réel par l’Agence spatiale américaine à la chaîne de télévision. Elle a également récupéré une copie enregistrée par un centre de la Nasa en Australie.

Les images restaurées apparaissent beaucoup plus claires et détaillées que la copie fanée de la vidéo diffusée en direct sur tous les petits écrans du monde.

"La restauration est encore un processus en cours qui pourra produire de meilleures images", a indiqué Richard Nafzger, précisant que tout le film serait reconstitué et disponible au public en septembre.

Les images restaurées font découvrir de nouveaux détails. On peut par exemple discerner plus distinctement le reflet de la Lune dans le viseur du casque d’Armstrong.

"Les premiers pas de Neil Armstrong étaient de loin la vidéo la plus dégradée que nous ayons jamais eu à restaurer", a expliqué Mike Inchalik, président de Lowry Digital, la société commanditée par la Nasa, connue pour avoir restauré les films de "Star Wars".

Revivre les premiers pas de l’homme sur la Lune sur internet

AFP - mardi 14 juillet 2009, 22h26

Quarante ans après les premiers pas de l’homme sur la Lune, les internautes pourront revivre cet exploit grâce à une reconstitution de la mission Apollo 11, qui a vu le 20 juillet 1969 Neil Armstrong et Buzz Aldrin poser le pied sur le sol lunaire.

Saisie d’écran su site We Choose The Moon

Cette reconstitution virtuelle sera visible en ligne à partir de jeudi sur le site wechoosethemoon.org. L’animation intègre les derniers outils de communication disponibles, ainsi que des alertes par courriels et Twitter.

"Il sera possible de voir et d’entendre bien plus de choses que ce que les télespectateurs ont pu observer en 1969. Aucun media n’a jamais couvert l’événement de cette manière, minute par minute, pendant les quatre jours de la mission", selon Tom McNaught, un des responsables du projet.

"Notre objectif est de partager cet héritage avec les jeunes générations", a-t-il expliqué.

Les enregistrements des communications désormais légendaires entre les astronautes et le centre de contrôle de Houston (Texas, sud) seront diffusés sur le site, et des "tweets" seront postés.

Les enregistrements de la Nasa, les images, les photographies et les sons disponibles ont été mixés pour réaliser une reconstitution très réaliste de la mission.

Des alertes par courrier électronique avertiront les internautes du moment exact où le module spatial s’est posé sur la Lune.

"Notre objectif est de créer une interface interactive pour que les plus jeunes puissent comprendre l’importance de l’exploit réalisé en 1969", relève Tom McNaught.

Le site wechoosethemoon.org restera accessible pendant au moins un an. Les visiteurs pourront voir et revoir les moments forts de leur choix.

La Question qui tue - Neil Armstrong a-t-il marché sur la Lune ?

Matthieu DURAND - le 10/06/2009 - 17h21

Interview - La rumeur selon laquelle le premier pas sur la Lune a été filmé en studio est lancinante. Pierre Lagrange, sociologue des sciences, explique pourquoi. Ecoutez son analyse dans l’émission de Matthieu Durand, La question qui tue.

Le 20 juillet 1969, Neil Armstrong est le premier homme à poser les pieds sur la Lune. Un événement diffusé à la télévision devant des millions de Terriens ébahis. Et pourtant, certaines personnes - sceptiques et adeptes de la théorie du complot - affirment que ce "grand pas pour l’Humanité" a été filmé en studio. D’où cette Question qui tue : Armstrong a-t-il marché sur la Lune ?

Pierre Lagrange, sociologue des sciences

Quand la science-fiction devance l’Histoire

Les trois astronautes s’installent dans la fusée. Les vols spatiaux intéressent moins le public mais cette fois-ci, l’enjeu est de taille : la Nasa envoie les premiers hommes sur Mars !

Mais quelques minutes avant le décollage, l’équipage est invité à descendre de sa capsule. Incrédules, les astronautes sont emmenés dans un endroit situé en plein désert. Dans un hangar, un décor martien a été reconstitué : par sécurité (un échec de la mission serait catastrophique), "l’amarsissage" sera filmé en studio.

Réalisé en 1978 par Peter Hyams (Outland, 2010, Presidio), Capricorn One est un film d’action bien ficelé qui a pour thème une conspiration très proche de celle évoquée pour les premiers pas de l’homme sur la Lune.

Or, "à l’époque de la sortie du film, personne ne se demandait si Armstrong avait bien marché sur la Lune !, souligne Pierre Lagrange. Ou si des gens le pensaient, c’était dans des milieux très restreints et ils n’avaient pas accès aux médias.

Quand j’ai vu Capricorn One pour la première fois, à la fin des années 70, j’ai été emballé par cette belle idée de fiction et le rythme prenant du film.

Le paradoxe, c’est qu’aujourd’hui, Capricorn One a tendance à rejoindre l’histoire en train de s’écrire. Quand on le regarde en 2009, on est forcément un peu troublé car il participe malgré lui à cette théorie du complot."

Et Pierre Lagrange de poursuivre : "C’est un autre problème de tous ces débats, on perd de vue l’histoire. C’est comme pour les soucoupes volantes : tous les dix-quinze ans, il y a une nouvelle explication qui sort. Et comme on a oublié les explications antérieures, on a l’impression que ce dont on parle, c’est de toute éternité. Certaines personnes font remonter les soucoupes volantes à Roswell, en 1947 ; or, je suis bien placé pour le savoir car je possède toutes les archives de l’époque, avant 1995, on ne parle pas de Roswell. Ce sont les médias dans les années 80 et 90 qui ont popularisé cette idée".

VIDEOS

20 juillet 69 : Premiers pas sur la lune : un événement télévisuel

Le 20 juillet 2009 - 13h15

Il y a quarante ans, Neil Amstrong et Buzz Aldrin marchaient sur la Lune. Un évènement exceptionnel retransmis par les télévisions du monde entier..

Par TF1

20 juillet 69 : Ils ont marché sur la lune. Que sont-ils devenus ?

Le 20 juillet 2009 - 13h15

Le 20 juillet 1969, Neil Amstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins rentraient dans l’histoire de l’aérospatial. 40 ans plus tard que sont-ils devenus ?.

Par TF1

20 juillet 69 : Ils étaient dans la salle de commande de Houston

Le 20 juillet 2009 - 13h15

TF1 a retrouvé ceux qui ont vécu Apollo 11 dans la salle des commandes de Houston ce 20 juillet 1969..

Par TF1

20 juillet 69 : L’avenir de la conquête de l’espace

Le 20 juillet 2009 - 13h15

Le 21e siècle devrait être celui des vrais défis de l’exploration spatiale, que ce soit pour les astronautes professionnels, mais aussi pour les amateurs..

Par TF1

20 juillet 69 : Et vous ? Que faisiez-vous ce jour là ?

Le 20 juillet 2009 - 13h15

Il y a tout juste quarante ans, l’homme marchait pour la première fois sur la Lune. Ce jour a laissé un incroyable souvenir à tout ceux qui l’ont vécu..

Par TF1

Espace : Un homme sur la lune ? Ils n’y croient pas

Le 19 juillet 2009 - 19h36

40 ans après les premiers pas d’Armstrong, des incrédules pensent toujours dur comme fer que le "bond de géant pour l’humanité" est une pure invention..

Par TF1

Espace : La lune au quotidien

Le 17 juillet 2009 - 13h15

La conquête de la lune a permis d’améliorer notre quotidien. De nombreux objets sont issus de la conquête spatiale..

Par TF1

Nasa : Exclusif : l’alunissage d’Apollo 11 en version remasterisée

Le 17 juillet 2009 - 09h30

Document. Quarante après, la NASA propose de revivre les premiers pas de l’homme sur la Lune avec un film à la qualité améliorée..

Par La rédaction


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1784009

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site POLITIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License