AID Association initiatives dionysiennes
De la Fondation Abbé Pierre au Haut Commissariat aux Solidarités Actives

le RSA, le Grand Oeuvre de Martin Hirsch ?

ou ne sont-ce que les bonnes oeuvres de la république sarkozyste ?

lundi 1er juin 2009 par JMT

La porte-parole de Lutte ouvrière (LO) Nathalie Arthaud a dénoncé lundi, jour d’entrée en vigueur du RSA, le fait que l’Etat paie ainsi pour que les employeurs puissent "user et abuser des temps partiels". "Oui il va permettre à certains d’avoir peut-être 100, 150 euros de plus", a déclaré Mme Arthaud sur Canal +.

La Fondation Abbé Pierre met en place à partir du lundi 1er juin une plate-forme téléphonique dédiée aux foyers qui peinent à régler leur loyer. Ces expulsions auraient augmenté de plus de 150% en dix ans, indique l’association dans un communiqué.

La journée de solidarité a été créée pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées suite de la canicule de 2003. L’Association des directeurs au service des personnes âgées estime que les crédits n’ont pas été affectés comme ils auraient dû.

Le revenu de solidarité active (RSA) qui entre en vigueur lundi et va remplacer le RMI, est "fait pour perturber", a déclaré lundi le Haut commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch, en estimant que le statu quo concernant la pauvreté n’était "pas défendable".

Une association de directeurs de maisons de retraite estime qu’au moins 700 millions d’euros destinés aux personnes âgées ont été "détournés" en 5 ans. Ces fonds provenant de la journée supplémentaire de travail auraient permis à la Sécu de faire des économies et à l’Etat de financer le plan de relance de 50 millions annoncé en 2009.

Le Revenu de Solidarité Active entre en vigueur lundi pour remplacer le RMI (revenu minimum d’insertion) créé il y a 20 ans. Il devrait concerner 3 millions de personnes : les actuels allocataires du RMI, sans-emploi, ainsi que les personnes percevant un salaire inférieur à 880 euros par mois, soit en dessous du seuil de pauvreté.

Arthaud (LO) : avec le RSA l’Etat paie pour les "abus" des entreprises

Afp, 01/06/2009, 11h54

La porte-parole de Lutte ouvrière (LO) Nathalie Arthaud a dénoncé lundi, jour d’entrée en vigueur du RSA, le fait que l’Etat paie ainsi pour que les employeurs puissent "user et abuser des temps partiels". "Oui il va permettre à certains d’avoir peut-être 100, 150 euros de plus", a déclaré Mme Arthaud sur Canal +.

Nathalie Arthaud

"Mais ce qui me gêne dans le RSA, c’est que c’est toujours l’Etat qui paie et que finalement les employeurs vont pouvoir user et abuser des temps partiels et c’est l’Etat qui va payer".

"Et ce qui me gêne aussi c’est de faire croire que 700.000 foyers vont sortir de la pauvreté parce qu’ils passent le seuil de la pauvreté. Et bien ça c’est pas vrai, quand on vit avec 700, 800 euros par mois, on sort pas de la pauvreté," a-t-elle ajouté.

Le revenu de solidarité active est entré en vigueur lundi pour remplacer le RMI (revenu minimum d’insertion), et contrairement à l’ancien système bénéficiera également aux personnes travaillant, mais gagnant moins de 880 euros par mois.

Logement - Une hotline pour éviter les expulsions locatives

le 01/06/2009 - 11h29

La Fondation Abbé Pierre met en place à partir du lundi 1er juin une plate-forme téléphonique dédiée aux foyers qui peinent à régler leur loyer. Ces expulsions auraient augmenté de plus de 150% en dix ans, indique l’association dans un communiqué.

Crédit Photo : TF1/LCI Immeubles en banlieue parisienne

Un simple coup de fil pourrait-il vous sauver la vie ? Devant le nombre de ménages "toujours plus nombreux" en difficulté de paiement de leur loyer, la Fondation Abbé Pierre a décidé de mettre en place à partir de lundi après-midi une "plate-forme téléphonique nationale, Allo Prévention Expulsions", dotée d’un numéro d’appel "azur" (coût d’une communication locale), le 0810 001 505.

Ce service, souligne la Fondation, "proposera une information aux familles en difficulté d’aide, ainsi qu’aux propriétaires modestes, confrontés aux impayés de loyer afin de les guider dans les démarches visant à prévenir l’expulsion".

Hausse de 157% en dix ans

Aujourd’hui, 1,8 million de ménages peinent à s’acquitter de leur loyer et, parmi eux, 500.000 sont en situation d’impayés, indique l’association.

Plus de 100.000 ménages voient leur bail résilié chaque année, ajoute la Fondation citant des chiffres du ministère de la Justice. Il y a eu 11.190 expulsions effectives avec le concours de la force publique en 2008, selon le ministère de l’Intérieur, soit une augmentation de 157% en dix ans, ajoute la Fondation.

Soulignant que les ménages menacés d’expulsion constituent une des catégories prioritaires pour faire valoir le Droit au logement opposable (Dalo), la Fondation demande un moratoire différant toute expulsion en 2009.

La ministre du Logement Christine Boutin a récemment demandé aux préfets de "prendre un certain nombre de mesures pour améliorer la prévention" des expulsions locatives et "en atténuer les conséquences humaines". Elle a aussi assuré qu’il n’y aurait pas d’expulsion sans solution de relogement.

(D’après agence)

Comment est utilisé l’argent de la "journée de solidarité" ?

Europe1, 01/06/2009, 11h11

Cette journée a été créée pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées suite de la canicule de 2003. L’Association des directeurs au service des personnes âgées estime que les crédits n’ont pas été affectés comme ils auraient dû.

Journée de solidarité

Construire des maisons de retraites, embaucher plus de personnel et renforcer les services à domicile pour les personnes âgées. La "journée de solidarité" est destinée à améliorer les conditions de vie des personnes âgées, suite de la canicule de 2003.

"En 2008, la [caisse nationale de solidarité pour l’autonomie] a rapporté 2,29 milliards d’euros, contre 1,95 milliard en 2005. Au total, depuis sa création, cette contribution a rapporté 11 milliards d’euros", explique au Parisien la secrétaire d’Etat à la Solidarité, Valérie Létard.

L’Association des directeurs au service des personnes âgées estime que cette manne permet à l’Etat de diminuer sa propre participation aux dépenses. Selon son président, Pascal Champvert "1,2 millions d’euros ont été détournées de leurs objectifs".

700 millions d’euros ont servi à combler les déficits de l’Etats et de l’assurance maladie. Auxquels s’ajoutent 500 millions utilisés pour créer des établissements supplémentaires et non pas des emplois supplémentaires.

CLiquez pour ecouter Pascal Champvert, interrogé par Aurélie Herbemont :

Pascal Champvert a déjà déploré à plusieurs reprises que les fonds dégagés soient utilisés indûment, des affirmations souvent récusées par le gouvernement.

D’après la secrétaire d’Etat, "en 2004, on créait 2.500 nouvelles places en maisons de retraite par an, cette année on va en créer 12.500", ainsi que "6.000 places de soins infirmiers à domicile".

"Nous sommes dans une phase d’accélération importante, mais on sait qu’entre 2005 et 2015, le nombre de personnes âgées de plus de 85 ans va passer de un à deux millions", a-t-elle assuré.

Férié ou travaillé ? Le flou règne encore sur le sort réservé au lundi de Pentecôte.

Martin Hirsch : Le RSA est "fait pour perturber"

Afp, 01/06/2009, 9h19

Le revenu de solidarité active (RSA) qui entre en vigueur lundi et va remplacer le RMI, est "fait pour perturber", a déclaré lundi le Haut commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch, en estimant que le statu quo concernant la pauvreté n’était "pas défendable".

Martin Hirsch

Le RSA, "c’est un truc qui est fait pour perturber, pour dire que l’équilibre autour duquel chacun s’est installé est un mauvais équilibre, instable, donc c’est quelque chose pour se bouger", a expliqué M. Hirsch sur Europe 1.

Interrogé pour savoir si cela allait marcher, il a expliqué que c’était "la première réforme pour laquelle on pouvait répondre oui sans mentir et sans le faire au doigt mouillé, simplement parce qu’on l’a testée et prouvée. On a montré dans un tiers de départements français qu’il y avait un taux de retour à l’emploi qui était plus élevé de 10% par rapport aux zones où on ne l’expérimentait pas".

Selon M. Hirsch, "on aura une montée en charge de deux-trois mois pour trouver tous les bénéficiaires", et "ensuite neuf mois pour pouvoir faire en sorte que tout le monde soit dans un circuit de retour à l’emploi".

"Le RSA c’est double effet", a-t-il dit : "un effet direct sur le retour à l’emploi des personnes en difficulté, et son deuxième effet c’est de soutenir des gens qui ont des revenus modestes, qui travaillent déjà et (...) sont sous le seuil de pauvreté".

Le RSA "va être pour beaucoup de gens du milieu (entre les plus pauvres et les plus riches, ndlr), tous les smicards, tous les gens à temps partiel sauf s’ils sont mariés avec quelqu’un qui a un très gros salaire, les gens au dessus du smic mais avec des enfants à charge", a-t-il expliqué.

"Les exploitants agricoles, les travailleurs indépendants, les auto-entrepreneurs, en bénéficieront également si leurs revenus sont faibles", a-t-il insisté.

"Que ceux qui critiquent me disent s’ils veulent le statu quo ?", s’est emporté le Haut commissaire, estimant au contraire que "le statu quo n’était "pas défendable".

"Il ne faut pas être paradoxal : soit on" reste dans "le camp" du maintien des "inégalités les pires pour les plus pauvres", ou bien "on empoche les progrès et on dit : +nous franchirons la prochaine étape quand nous serons au pouvoir+".

Pentecôte - A-t-on "détourné" l’argent de la journée de solidarité ?

le 01/06/2009 - 08h43

Une association de directeurs de maisons de retraite estime qu’au moins 700 millions d’euros destinés aux personnes âgées ont été "détournés" en 5 ans. Ces fonds provenant de la journée supplémentaire de travail auraient permis à la Sécu de faire des économies et à l’Etat de financer le plan de relance de 50 millions annoncé en 2009.

Crédit Photo : TF1 Alzheimer Image d’archives

L’association AD-Pa, qui regroupe notamment des directeurs de maisons de retraite, est en colère et le fait savoir. Dans un communiqué, elle estime qu’au moins 700 millions d’euros destinés aux personnes âgées provenant de la journée supplémentaire de travail instituée, après la canicule de 2003, ont été "détournés" en 5 ans.

"Plus d’1,2 milliard d’euros, (soit 50.000 emplois) provenant du jour férié supprimé n’ont pas été dépensés comme prévu", écrit l’AD-Pa dans un communiqué intitulé "Lundi de Pentecôte : la vérité sur les détournements de l’Etat".

"Plus de 500 millions ont été consacrés à la construction de structures alors qu’ils devaient permettre le recrutement de salariés, et plus de 700 millions ont servi à diminuer l’engagement de l’Etat et de l’assurance maladie dans le secteur, au lieu d’améliorer les conditions de vie des personnes âgées", a noté l’AD-Pa.

Le gouvernement réfute

"Les 500 millions, c’est un péché véniel, c’est moins grave, même si ce n’est pas acceptable", a déclaré Pascal Champvert (AD-Pa), ajoutant : "par contre, les 700, c’est clairement du détournement".

Selon lui, ces fonds destinés aux personnes âgées ont permis à la Sécu de faire des économies (160 millions en 2005, 200 en 2007, 260 en 2008) et à l’Etat de financer le plan de relance de 50 millions annoncé en 2009 et d’autres engagements atteignant 30 millions.

Cette journée de Solidarité a été instaurée après la canicule de 2003, qui avait fait près de 15.000 morts, principalement des personnes âgées.

Pascal Champvert a déjà déploré à plusieurs reprises que les fonds dégagés soient utilisés indûment, des affirmations souvent réfutées par le gouvernement.

(D’après agence)

Insertion - Le RMI c’est fini, voici le RSA

le 01/06/2009 - 07h48

Le Revenu de Solidarité Active entre en vigueur lundi pour remplacer le RMI (revenu minimum d’insertion) créé il y a 20 ans. Il devrait concerner 3 millions de personnes : les actuels allocataires du RMI, sans-emploi, ainsi que les personnes percevant un salaire inférieur à 880 euros par mois, soit en dessous du seuil de pauvreté.

Crédit Photo : TF1/LCI Martin Hirsch, initiateur du RSA, revenu de solidarité active.

Le RSA, revenu de solidarité active, entre en vigueur lundi pour remplacer le RMI (revenu minimum d’insertion) et, au-delà des sans-emploi, s’adresse aux "travailleurs pauvres" en se basant sur le principe qu’un retour à l’emploi doit s’accompagner d’une hausse de revenus.

Concrètement, le 1er juin les Rmistes basculent automatiquement dans le RSA et percevront la même somme, 454 euros pour un célibataire. Les autres, ceux qui gagnent moins de 880 euros par mois, doivent entamer les démarches notamment auprès de leur Caisse d’allocation familiale (Caf) avant le 15 juin, pour toucher les premiers versements le 6 juillet.

Une personne qui n’a pas de travail touchera le RSA à taux plein. Celles qui ont un salaire faible bénéficieront, avec le RSA, d’un complément de revenus dégressif au fur et à mesure que son salaire va augmenter. Le RSA remplace également l’API (allocation de parent isolé).

Emplois précaires

Comme le RMI, il est réservé aux plus de 25 ans. Pour une durée indéterminée, le RSA permet de cumuler revenu et allocation.

Conçu comme un "bouclier pour les pauvres et les modestes", selon son initiateur, le Haut commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch, il devrait concerner 3 millions de personnes contre 1,2 million pour le RMI, créé il y a 20 ans.

Mais si le gouvernement affirme que le RSA permettra à 700.000 personnes de passer au-dessus du seuil de pauvreté, ses détracteurs estiment qu’il encourage les entreprises à recourir aux salariés précaires, d’autant plus que le dispositif voté en novembre par le Parlement est mis en place en pleine crise de l’emploi.

Le budget consacré au RSA s’élève à 9,8 milliards d’euros, soit un surcoût, par rapport au système précédent de 1,5 milliard d’euros, financé par une nouvelle taxe de 1,1% sur les revenus du capital.

(D’après agence)

VIDEOS

Alimentation : Rungis pense aux plus démunis

Le 01 juin 2009 - 12h58

Le Marché de Rungis génère des invendus. Depuis un an, une filière est organisée sur le marché pour rediriger fruits et légumes vers l’aide alimentaire..

Par TF1

Solidarité : Le RSA arrive : mode d’emploi

Le 31 mai 2009 - 20h00

Fini le RMI. Le Revenu de solidarité active, censé mettre fin aux effets de seuil, entre en vigueur ce lundi. Il devrait bénéficier à plus de 3 millions de foyers (contre 1,2 avec le RMI)..

Par TF1


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1797910

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License