AID Association initiatives dionysiennes
L’Etat mentait, on le savait, au nom de la « raison d’Etat »

L’antiterrorisme est-il devenu la nouvelle religion d’Etat ?

samedi 23 mai 2009 par JMT

Deux nouveaux avocats vont renforcer à partir de lundi la défense de Julien Coupat, incarcéré depuis six mois, dans le cadre de l’enquête sur des sabotages de lignes TGV à l’automne 2008, a-t-on appris samedi auprès de l’un d’entre eux, Me Guidicelli, confirmant une information de la lettre confidentielle (La LettreA.fr).

La justice a refusé vendredi l’indemnisation par l’Etat de 12 ex militaires atteints de maladies mortelles imputées aux essais nucléaires français. Cet arrêt confirme les 1res décisions de rejet de leurs demandes au motif que les faits sont antérieurs à 1976, limite fixée par la loi. Un plan d’indemnisation des victimes de ces essais doit en revanche être examiné sous peu.

Michèle Alliot-Marie a confirmé vendredi qu’une enquête administrative était en cours après l’interpellation de deux enfants soupçonnés de vol de vélo à Floirac.

L’article du Monde rapporte ci-dessous la désagréable mésaventure subie par Tessa Polak, une photographe de 36 ans, visée pour son soutien au "groupe de Tarnac". Mais quelle visée !

Le 15 Mai 2009, le Vice-Président Joe Biden est à Los Angeles, Californie, pour soutenir le projet Esperanza (projet d’habitations communautaires). Après son discours, Joe Biden prend un petit bain de foule et plaisante avec les membres de la communauté qu’il visite. Il fait beau, l’ambiance est très décontractée.

Sabotage SNCF : deux nouveaux avocats vont renforcer la défense de Coupat

AFP - samedi 23 mai 2009, 13h34

Deux nouveaux avocats vont renforcer à partir de lundi la défense de Julien Coupat, incarcéré depuis six mois, dans le cadre de l’enquête sur des sabotages de lignes TGV à l’automne 2008, a-t-on appris samedi auprès de l’un d’entre eux, Me Guidicelli, confirmant une information de la lettre confidentielle (La LettreA.fr).

Ligne TGV Perpignan-Narbonne

Il s’agit de l’avocat toulonnais, Jean-Claude Guidicelli, et de l’avocate parisienne, Françoise Davideau. Julien Coupat était jusqu’alors défendu par une seule avocate, Me Irène Terrel.

Me Guidicelli doit également prendre en charge la défense d’un autre membre du groupe de Tarnac, Mathieu Brunel, mis en examen pour association de malfaiteur en relation avec une entreprise terroriste (AMT) et placé sous contrôle judiciaire.

Mes Guidicelli et Davideau se sont récemment illustrés dans le dossier médiatique de l’Arche de Zoé où l’avocat assure la défense du logisticien Alain Péligat et, avec sa consoeur, celle du médecin, Philippe van Winkelberg.

Ce dossier avait été suivi avec intérêt par Julien Coupat qui avait eu des contacts avec certains membres du groupe et dont le père a sollicité notre intervention, a précisé l’avocat.

Me Guidicelli a également été dans le passé l’avocat de Lucien Ferri, condamné pour l’assassinat de la députée Yann Piat, et celui de l’ancienne prostituée, Fanny, dans l’affaire Alègre.

Présenté par l’accusation comme "le leader charismatique et idéologue" d’un groupe clandestin "anarcho-autonome", Julien Coupat, 35 ans, est mis en examen et incarcéré depuis le 15 novembre 2008 pour "direction d’une entreprise terroriste et destruction en réunion à visée terroriste".

Depuis son arrestation, Me Irène Terrel a toujours dénoncé la qualification terroriste retenue contre contre lui et son maintien en détention malgré "une absence de preuve matérielle".

Le 12 mai, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a rejeté sa quatrième demande de remise en liberté.

Essais nucléaires - Les irradiés ne seront pas indemnisés à ce stade

le 22/05/2009 - 20h57

La justice a refusé vendredi l’indemnisation par l’Etat de 12 ex militaires atteints de maladies mortelles imputées aux essais nucléaires français. Cet arrêt confirme les 1res décisions de rejet de leurs demandes au motif que les faits sont antérieurs à 1976, limite fixée par la loi. Un plan d’indemnisation des victimes de ces essais doit en revanche être examiné sous peu.

Crédit Photo : TF1-LCI Les militaires irradiés dans l’attente d’indemnisations

L’Etat en avait pourtant reconnu le principe, avec l’annonce en mars d’un pan d’indemnisation. La cour d’appel de Paris a rejeté vendredi les demandes d’indemnisations de 12 militaires atteints de maladies mortelles qu’ils imputent aux essais nucléaires français.

Ces 12 soldats ont participé à certains des 210 essais nucléaires pratiqués par l’armée française dans le Sahara algérien de 1960 à 1966, puis en Polynésie de 1966 à 1996.

Victimes de cancers de la peau, du sang ou des reins, seulement cinq sont encore vivants, mais les 12 cas, présentés dans trois audiences différentes, étaient de nouveau devant les juges ce vendredi. Tous avaient été rejetés en 2006 par la Commission d’indemnisation des victimes d’infraction pénales (Civi).

Pour la Civi, le cas est simple : la plupart des demandes, disait-elle, sont irrecevables parce que les faits sont antérieurs au 1er janvier 1976, date butoir fixée par la loi sur l’indemnisation des victimes.

Potentiellement 150.000 personnes concernées

Les plaignants demandaient environ 5 millions d’euros au total. Ils souffrent de cancers de la peau, du sang ou des reins. Cet arrêt intervient alors que le gouvernement prépare un projet de loi organisant l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français au Sahara puis en Polynésie.

Le projet de ce plan d’indemnisation des victimes, doté de 10 millions d’euros pour 2009, doit être présenté en conseil des ministres mercredi prochain (27 mai). En présentant ce projet, fin mars, la France reconnaissait ainsi pour la première fois sa part de responsabilité, après d’autres pays comme les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne.

Environ 150.000 personnes (travailleurs civils ou militaires, sans compter les populations locales) ont participé en tant que personnel civil et militaire aux 210 essais nucléaires français -dont une cinquantaine en atmosphère- réalisés au Sahara algérien entre 1960 et 1966 puis en Polynésie française, sur les atolls de Mururoa et Fangataufa, entre 1966 et 1996.

Après la cour d’appel de Paris, le tribunal du travail de Papeete doit encore rendre le 25 juin sa décision sur une demande de Polynésiens réclamant la reconnaissance de leurs problèmes de santé comme maladies professionnelles, en tant qu’anciens travailleurs des entreprises sous-traitantes sur les sites de Mururoa et Fangataufa.

Gironde - "On ne traite pas des enfants comme des adultes"

le 22/05/2009 - 15h37

Michèle Alliot-Marie a confirmé vendredi qu’une enquête administrative était en cours après l’interpellation de deux enfants soupçonnés de vol de vélo à Floirac.

Crédit Photo : DR La ministre vendredi sur France 2

La ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a estimé vendredi qu’on ne "traite pas des enfants comme des adultes", après l’interpellation par des policiers mardi, devant leur école de Floirac (Gironde), de deux cousins de 6 et 10 ans, suspectés de vol de vélos.

Selon la ministre qui s’exprimait sur France 2 et devant l’AFP, "il y a des principes, ensuite il faut savoir ce qu’est la réalité des faits", or, sur cette affaire, "les versions divergent", a-t-elle poursuivi.

"Il est indispensable que toute la lumière soit faite sur la vérité des faits, c’est la raison pour laquelle, dès jeudi, j’ai demandé qu’il y ait une enquête administrative interne et c’est ensuite que l’on pourra dire si les choses ont été faites correctement", a ajouté la ministre.

"Lorsque des fautes sont commises, je n’hésite pas à sanctionner, quand il n’y a pas de fautes, je soutiens les personnes", a relevé Michèle Alliot-Marie qui dit attendre les résultats de l’enquête interne. "Je (les) aurai dans les jours qui viennent et je pourrai juger, et à partir de là prendre des sanctions si (elles) se justifient", a-t-elle assuré.

Plainte pour vol de vélos

Selon le directeur départemental de la Sécurité publique, la police a agi sur requête d’une mère de famille qui avait déposé plainte pour vol de vélos et qui a pensé les reconnaître aux mains des deux garçonnets.

Dans un communiqué, le parquet de Bordeaux avait souligné que "lorsque ses services ont été avisés, les mineurs se trouvaient déjà au poste de police".

Le ministre de l’Education Xavier Darcos a déclaré dans un communiqué qu’il "s’interrogeait sur les circonstances de l’interpellation", tandis que le responsable local d’un syndicat de police a, lui, mis en cause "la hiérarchie" girondine qui pratiquerait, selon lui, "la religion du chiffre et des statistiques".

"Il n’y a pas de politique de résultats, il y a un résultat à obtenir qui est la protection de nos concitoyens", a assuré vendredi la ministre de l’Intérieur, qui "assume cette responsabilité avec les forces de l’ordre".

(D’après agence)

Que plus personne ne bouge !

Published on mai 15, 2009 par apetimedia

L’article du Monde rapporte ci-dessous la désagréable mésaventure subie par Tessa Polak, une photographe de 36 ans, visée pour son soutien au "groupe de Tarnac". Mais quelle visée !

Etat de droit, dites-vous ? Au cas où vous seriez suspecté d’être barbouze ou terroriste, une nouveauté en France : écoutes illégales, filature, arrestation surprise musclée, canon sur la tempe dans un lieu inattendu, garde à vue banalisée, alors que, légalement, vous n’êtes coupable de rien.

Les forces de l’ordre seraient-elles soudainement atteintes d’hyperactivité ? Mieux vaut prévenir que guérir, intimider plutôt que rassurer, semble t-il.

A défaut de s’en prendre aux délinquants politico-financiers, on s’attaque à des groupuscules insignifiants suspectés de tous les maux à venir, mais qui sont pourtant désignés coupables d’office, comme s’il s’agissait de justifier la raison d’être des services anti-terroristes.

Ce comportement, de plus en plus fréquent, touche toute la C.E.E. Attention, l’anti-terrorisme, pour mieux vous servir, sème la terreur. Que plus personne ne bouge dans notre état de droit.

Lire la suite

Joe Biden face aux preuves d’explosifs utilisés le 11/09

Published on mai 22, 2009 par Spotless Mind

Le 15 mai, WeAreChangeLA confrontait Joe Biden à la nano-thermite par Rudy-D pour ReOpen911

Le 15 Mai 2009, le Vice-Président Joe Biden est à Los Angeles, Californie, pour soutenir le projet Esperanza (projet d’habitations communautaires). Après son discours, Joe Biden prend un petit bain de foule et plaisante avec les membres de la communauté qu’il visite. Il fait beau, l’ambiance est très décontractée.

Le vice-président étatsunien Joe Biden

Jeremy Rothe-Kushel et Bruno Bruhwiler de WACLA Media (WeAreChange Los Angeles) sont présents, afin de questionner le Vice-Président sur les découvertes scientifiques concernant les traces de nano-thermite dans les poussières du WTC, validant l’usage d’explosifs afin de faire effondrer les trois tours du complexe.

Quand Jeremy, au look de hippie, interpelle Joe Biden, ce dernier lui lance : "Si j’avais eu vos cheveux, je serais devenu président ! " Tout le monde rit…

C’est là que Jeremy pose la question qui tue : "J’aimerais vous demander quel rôle fondamental pourrait avoir la restauration de l’état de droit pour revigorer notre économie, car … car il y a un article scientifique qui vient d’être publié, et je ne sais pas si vous le savez, mais il conclut qu’on a fait exploser le WTC avec des explosifs de nouvelle génération, et cela aurait dû faire et devrait continuer à faire la première page des journaux.

Alors la question que je vous pose, c’est quand allez-vous, vous et Monsieur Obama, demander au ministère de la Justice de lancer une enquête criminelle pour savoir qui a fabriqué cette nano-thermite, et pour savoir qui l’a placée dans le WTC ?"

Silence glacial dans l’assistance. Biden est visiblement déstabilisé. Il ne sourit plus du tout, lève les yeux d’un air gêné vers la caméra, les rebaisse, se reprend et finit par jeter un oeil sur l’article que lui tend Jeremy. Le jeune activiste continue à le questionner :

"Et si vous ne le faites pas, comment nous, le peuple américain, nous pourrions vous faire confiance pour remettre notre économie sur pied, si on ne peut pas vous faire confiance pour restaurer l’état de droit ?" Biden rend les papiers à Jeremy, commence par dire "Oui", tourne les talons et prend la fuite en complétant sa phrase "Oui, vous pouvez nous faire confiance"…

Les services secrets protègent la fuite de Biden, mais Jeremy le poursuit de ses questions : "Monsieur, allez-vous ouvrir une enquête ? Etes-vous complice de la trahison qu’est le cover-up du 11/9, et allez-vous éclaircir tout ça ? Monsieur le Vice Président, selon l’article 3, section 3 de la constitution, ceci est une trahison !"

Un peu plus tard, (mais pas sur la vidéo), un membre des services secrets avec qui l’équipe de WeAreChangeLA avait un peu discuté en attendant l’arrivée de Biden s’approche d’eux tout sourire. Il les salue et leur lance "Beau boulot les gars !"

Un membre des services secrets félicitant des activistes qui ont des têtes de hippies et qui viennent de déstabiliser le vice-président par une question très gênante, ce n’est pas en France qu’on verrait ça !

Par Dufada pour reOpenNews

Source :

VIDEOS

Essais nucléaires : Pas d’indemnisations pour les irradiés

Le 22 mai 2009 - 20h15

La cour d’appel de Paris a rejeté vendredi les demandes d’indemnisation de 12 ex militaires atteints de maladies mortelles imputées aux essais nucléaires français.

Par TF1

Bordeaux : Deux élèves de primaire arrêtés à la sortie de l’école

Le 21 mai 2009 - 19h50

Dans une affaire de vélos volés, six policiers ont arrêté mardi deux élèves de 6 et 10 ans dans la banlieue bordelaise. Une arrestation qui fait beaucoup de bruit.

Par TF1

Bordeaux : Deux enfants arrêtés pour vol de vélo

Le 21 mai 2009 - 12h58

L’interpellation en pleine sortie des classes de deux élèves de CP et de CM1, âgés respectivement de 6-7 ans et 9-10 ans, suscite la réprobation à Floirac, près de Bordeaux..

Par TF1

Elèves arrêtés devant leur école : une mère témoigne

Le 21 mai 2009 - 12h44

A Floirac, en banlieue bordelaise, des policiers ont arrêtés en pleine sortie des classes deux enfants accusés de vol de vélo. La mère de l’un d’eux s’indigne.. Par Franck LEFEBVRE

Joe Biden face aux preuves d’explosifs utilisés le 11/09

Le 15 Mai 2009


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1778281

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Justice et Polices   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License