AID Association initiatives dionysiennes
Les joies de la privatisation imposée par l’Union Européenne

30 TGV retardés pour un train de fret privé mal chargé !

La filiale low cost de la Deutsche Bahn fait des siennes avant un long weekend !

jeudi 21 mai 2009 par JMT

La SNCF a musclé ses rotations pour cette première journée du pont de l’Ascension, au lendemain de l’incident sur la ligne Paris-Bordeaux. Selon la SNCF, 30.000 voyageurs "n’ont pas pu voyager normalement" mercredi.

La circulation des trains, interrompue dans les deux sens après un accident dans la nuit, a été rétablie. Mais des retards étaient encore à prévoir mercredi soir. Selon la SNCF, 30.000 voyageurs "n’ont pas pu voyager normalement".

Le secrétaire d’Etat chargé des Transports Dominique Bussereau a demandé jeudi une enquête du Bureau enquête accident (BEA) pour déterminer les causes de l’accident survenu sur une ligne de fret en Charente dans la nuit de mardi à mercredi, selon un communiqué du ministère.

Quelque 10.000 voyageurs de la ligne TGV Paris-Bordeaux sont restés à quai mercredi matin, à la veille du pont de l’Ascension, à la suite d’un accident entre deux trains de fret survenu dans la nuit en Charente.

SNCF - Le fret cible de critiques après l’incident

le 21/05/2009 - 14h03

La SNCF a musclé ses rotations pour cette première journée du pont de l’Ascension, au lendemain de l’incident sur la ligne Paris-Bordeaux. Selon la SNCF, 30.000 voyageurs "n’ont pas pu voyager normalement" mercredi.

Photo SNCF TGV

Plus de TGV entre Paris et Bordeaux. Pour ce premier jour du pont de l’Ascension, et au lendemain de l’incident qui a paralysé des milliers de voyageurs, la SNCF a mis en place jeudi un "trafic renforcé" de ses trains à grande vitesse sur la ligne, afin d’acheminer les clients qui n’ont pas annulé leur voyage.

Mercredi, ce sont près de 30.000 personnes qui n’ont pas pu voyager "normalement" selon le directeur général délégué de la SNCF. 30 trains ont été annulés dans les deux sens et 10.000 voyageurs n’ont pas pu voyager du tout. La SNCF appelle encore ce jeudi ses clients à s’informer sur le site www.sncf.com ou au 3635.

Après les retards, l’heure est à la polémique. Pour la CGT, l’incident de mercredi repose le problème de la dérèglementation du fret en Europe.

"Force est de constater qu’il y a une recrudescence d’incidents établis et d’accidents évités qui mettent en cause la plupart du temps des opérateurs privés", a déclaré jeudi sur France Info Didier Le Reste, secrétaire général de la fédération Cheminots de la CGT.

Le syndicaliste a dénoncé "une politique qui conduit à réduire les coûts de production, les coûts de fonctionnement et les coûts sociaux". La CGT réclame la création d’un "gendarme du rail" pour éviter des collisions impliquant des trains de voyageurs.

Didier Le Reste a évoqué des "structures de contrôle sous l’autorité et la responsabilité des pouvoirs publics, avec des moyens à leur disposition, pour vérifier la durée du temps de travail, le niveau de formation des conducteurs de train, les conditions de sécurité et d’exploitation du réseau".

"Les usagers vont payer la facture"

De telles structures existent déjà, lui a rétorqué le secrétaire d’Etat aux Transports, Dominique Bussereau, pour qui il n’y a "aucun carton rouge" à distribuer en matière de fret. "La dérèglementation et les incidents, ça n’a rien à voir. Nous avons une agence de sécurité européenne et nous avons en France un établissement public de sécurité ferroviaire qui vérifie, habilite, fait des audits, punit et peut même retirer les licences à ceux qui n’accepteraient pas les règles", a-t-il expliqué sur Europe 1.

La députée socialiste Aurélie Filipetti a jugé pour sa part "absurde" de faire un lien entre l’accident de Charente et la libéralisation du fret en Europe. "Le problème c’est que la SNCF n’a pas assez développé le fret pendant des années", a-t-elle dit sur i-télé.

Invité sur France Inter, le porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) Olivier Besancenot a lui demandé de "stopper toutes les mesures de libéralisation et de privatisation, que ce soit l’activité fret ou voyageurs parce qu’au total ce sont les usagers qui vont payer la facture".

Dominique Bussereau a demandé une enquête du Bureau enquête accident (BEA) pour déterminer les causes de l’accident.

Mais à ce stade, ces causes ne sont pas déterminées. Le choc est "probablement lié à un chargement déplacé" sur le train d’ECR, a indiqué mercredi Pierre Izard, directeur général des infrastructures de la SNCF, précisant qu’il s’agissait du troisième incident dans la nuit impliquant ce train d’ECR. Le conducteur du train SNCF, qui a le poignet cassé, a été hospitalisé.

D’après agence

SNCF - Ça roule à nouveau entre Paris et Bordeaux

le 20/05/2009 - 23h03

La circulation des trains, interrompue dans les deux sens après un accident dans la nuit, a été rétablie. Mais des retards étaient encore à prévoir mercredi soir. Selon la SNCF, 30.000 voyageurs "n’ont pas pu voyager normalement".

Photo sncf Ça roule à nouveau entre Paris et Bordeaux

Quelque 10.000 voyageurs de la ligne TGV Paris-Bordeaux sont restés à quai mercredi matin, à la veille du pont de l’Ascension, suite à un accident entre deux trains de fret survenu dans la nuit en Charente. La circulation des trains, interrompue dans les deux sens, "a été rétablie à 14h30 grâce à la réouverture de l’une des deux voies endommagées", a indiqué la SNCF dans l’après-midi.

Vers 00h40 mercredi, "un choc" s’est produit lors d’un croisement entre un train de fret SNCF et un train transportant des tractopelles de la compagnie privée Euro Cargo Rail à hauteur de Charmant, près d’Angoulême.

La raison de l’accident reste indéterminée. Le choc est "probablement lié à un chargement déplacé" sur le train d’ECR, a indiqué lors d’une conférence de presse Pierre Izard, directeur général des infrastructures de la SNCF, précisant qu’il s’agissait du troisième incident dans la nuit impliquant ce train d’ECR. Le conducteur du train SNCF, qui a le poignet cassé, a été hospitalisé.

30 trains annulés

Malgré la reprise du trafic, "des retards pouvant atteindre une heure sont cependant à prévoir à l’arrivée ou, parfois, au départ des trains", a précisé la SNCF, qui demande "aux clients qui n’ont pu prendre leur train (mercredi) matin, avant la reprise de trafic, de ne pas se présenter en gare et de décaler leur voyage" à jeudi.

La SNCF a assuré qu’un "trafic renforcé en TGV sera mis à la disposition des clients dès demain (jeudi) après-midi". "Les voyageurs ayant décidé d’annuler leur voyage seront entièrement remboursés", a également précisé la SNCF, qui a appelé ses clients à s’informer sur le site www.sncf.com ou au 3635.

Le nombre de voyageurs qui "n’ont pas pu voyager normalement" est évalué à 30.000, selon David Azéma, directeur général délégué de la SNCF, qui ajoute que 30 trains ont été annulés dans les deux sens et que 10.000 voyageurs n’ont pas pu voyager du tout.

Le syndicat Sud-Rail a dénoncé "la libéralisation des transports ferroviaires" qui entraîne "un abaissement du niveau global de sécurité sur le réseau ferré".

La CGT-cheminots a dénoncé pour sa part une "recrudescence" des incidents depuis l’ouverture du transport ferroviaire à la concurrence, et demandé la création d’un "gendarme du rail" pour vérifier les conditions d’exploitation et le niveau de sécurité.

D’après agence

Accident sur Paris-Bordeaux : Bussereau promet une enquête,

PARIS (AFP) - 21/05/09 15h57

Le secrétaire d’Etat chargé des Transports Dominique Bussereau a demandé jeudi une enquête du Bureau enquête accident (BEA) pour déterminer les causes de l’accident survenu sur une ligne de fret en Charente dans la nuit de mardi à mercredi, selon un communiqué du ministère.

Une locomotive accidentée après une collision avec un autre train le 20 mai 2009 à hauteur de Charmant, près d’Angoulême

M. Bussereau a également répliqué aux critiques de plusieurs syndicats et d’Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), faisant le lien entre cet accident et la libéralisation du transport ferroviaire.

Au total 30.000 voyageurs ont subi retards ou annulations de trains à cause de l’accident, a indiqué la SNCF.

"La privatisation et les incidents, ça n’a rien à voir !", a affirmé le secrétaire d’Etat sur Europe 1, ne voyant "aucun carton rouge" à décerner aux transporteurs privés assurant une partie du fret en France.

D’après la SNCF, le trafic était rétabli normalement jeudi sur la ligne où a eu lieu l’accident entre deux trains de fret, dont l’un transportant des tractopelles. Les trains devaient simplement ralentir à hauteur de Charmant (Charente) au sud d’Angoulême.

La SNCF a mis à la disposition deux TGV supplémentaires jeudi entre Paris et Bordeaux, une ligne sur laquelle 10.000 personnes n’ont pu voyager mercredi à la veille du pont de l’Ascension, a précisé une chargée de communication régionale jointe par l’AFP.

Une enquête technique confiée au Bureau d’enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) devra déterminer "les causes et les circonstances précises de l’accident, et définir les actions à entreprendre pour qu’il ne se renouvelle pas", selon le communiqué du secrétaire d’Etat aux Transports.

Images et déclarations.

M. Bussereau a rappelé que la circulation des trains de fret sur le réseau ferré national, ouverte à la concurrence depuis 2006, était soumise à l’obtention préalable d’un certificat de sécurité délivré par l’Etablissement public de sécurité ferroviaire (EPSF).

L’EPSF "vérifie, habilite, fait des audits, punit et peut même retirer les licences à ceux qui n’accepteraient pas les règles", a affirmé M. Bussereau sur Europe 1.

Concernant l’accident en Charente, "le défaut d’arrimage (du chargement de tractopelles, ndlr) s’est produit en Allemagne", a-t-il ajouté. "Ca n’a rien à voir avec celui qui était le tractionnaire du train", en l’occurrence Euro Cargo Rail (ECR), "entreprise privée filiale des chemins de fer allemand", selon M. Bussereau.

"Il faut stopper toutes les mesures de libéralisation et de privatisation (...) Au total, c’est les usagers qui vont payer les factures de tout cela", a déclaré de son côté Olivier Besancenot sur France Inter, rappelant qu’en 2010 le transport des voyageurs devait à son tour être ouvert à la concurrence.

Accident sur la ligne Paris-Bordeaux, les syndicats de la SNCF dénoncent la libéralisation

BORDEAUX (AFP) - 21/05/09 11h43

Quelque 10.000 voyageurs de la ligne TGV Paris-Bordeaux sont restés à quai mercredi matin, à la veille du pont de l’Ascension, à la suite d’un accident entre deux trains de fret survenu dans la nuit en Charente.

Des agents de la SNCF renseignent des usagers, le 20 mai 2009 à la gare de Bordeaux Saint-Jean

La circulation des trains, interrompue dans les deux sens, "a été rétablie à 14H30 grâce à la réouverture de l’une des deux voies endommagées", a indiqué la SNCF dans l’après-midi.

Vers 00H40 mercredi, "un choc" s’est produit lors d’un croisement entre un train de fret SNCF et un train, transportant des tractopelles, de la compagnie privée Euro Cargo Rail (ECR) à hauteur de Charmant, près d’Angoulême, pour une raison indéterminée, selon la SNCF.

Le choc est "probablement lié à un chargement déplacé" sur le train d’ECR, a indiqué lors d’une conférence de presse Pierre Izard, directeur général des infrastructures de la SNCF, précisant qu’il s’agissait du troisième incident dans la nuit impliquant ce train d’ECR.

Le premier s’est produit à 00h12 en gare d’Angoulême, où un autre train a été "frotté" par le train d’ECR, et le deuxième à 00h36 avec un autre train, qui a déclaré une avarie importante et s’est arrêté à Angoulême, a-t-il ajouté.

Le conducteur du train SNCF, qui a le poignet cassé, a été hospitalisé.

Après la reprise du trafic, "des retards pouvant atteindre une heure sont cependant à prévoir à l’arrivée ou, parfois, au départ des trains", a précisé la SNCF.

La compagnie a demandé "aux clients qui n’ont pu prendre leur train (mercredi) matin, avant la reprise de trafic, de ne pas se présenter en gare et de décaler leur voyage" à jeudi.

Les TGV circulant en cette période de pointe, mercredi et jeudi matin "étant complets en réservation", la SNCF a cependant assuré qu’un "trafic renforcé en TGV sera mis à la disposition des clients dès demain (jeudi, NDLR) après-midi".

"Les voyageurs ayant décidé d’annuler leur voyage seront entièrement remboursés", a précisé la SNCF, qui a appelé ses clients à s’informer sur le site www.sncf.com ou au 3635.

Le nombre de voyageurs qui "n’ont pas pu voyager normalement" est évalué à 30.000, selon David Azéma, directeur général délégué de la SNCF, ajoutant que 30 trains ont été annulés dans les deux sens et que 10.000 voyageurs n’ont pas pu voyager du tout.

En fin d’après-midi, le TGV 8457 pour Bordeaux est parti à l’heure de Montparnasse. Il était complet mais des dizaines de voyageurs sont montés sans billet, a constaté un journaliste de l’AFP. Des employés de la SNCF distribuaient des bouteilles d’eau et renseignaient le public.

Le syndicat Sud-Rail a dénoncé "la libéralisation des transports ferroviaires" qui entraîne "un abaissement du niveau global de sécurité sur le réseau ferré".

La CGT-cheminots a dénoncé pour sa part une "recrudescence" des incidents depuis l’ouverture du transport ferroviaire à la concurrence, et demandé la création d’un "gendarme du rail" pour vérifier les conditions d’exploitation et le niveau de sécurité.

VIDEOS

SNCF : Grosse pagaille sur les rails entre Paris et Bordeaux

Le 20 mai 2009 - 20h15

Pendant plusieurs heures, le trafic des TGV a été totalement interrompu, mercredi, entre Paris et Bordeaux. En cause ? Un accident entre de deux trains de marchandises..

Par TF1

SNCF : Journée de galère à la gare Montparnasse

Le 20 mai 2009 - 20h15

Un accident a interrompu le trafic entre Paris et Bordeaux pendant plusieurs heures. Conséquence, des milliers de voyageurs se sont retrouvés bloqués à la gare Montparnasse. Reportage..

Par TF1

Pagaille à la SNCF : Le point à la mi journée, depuis la gare Montparnasse

Le 20 mai 2009 - 12h26

La circulation est totalement interrompue sur la ligne mercredi matin dans les deux sens. Des millieurs de voyageurs sont bloqués dans les gares. .

Par TF1

Pagaille à la SNCF : "Il n’y a aucune communication"

Le 20 mai 2009 - 10h36

La circulation est totalement interrompue sur la ligne mercredi matin dans les deux sens. Des millieurs de voyageurs sont bloqués dans les gares..

Par TF1

SNCF : "Le nombre de voyageurs s’accumule dans les gares"

Le 20 mai 2009 - 09h26

En ce jour de grande départ, de nombreux voyageurs sont bloqués dans les gares concernées par l’interruption du trafic entre Paris et Bordeaux..

Par TF1


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1797853

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Prestataires de service public   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License