AID Association initiatives dionysiennes
Journées d’action programmées, grèves en cours

Nouvelles du front social

et un gouvernement toujours aussi borné.....

mardi 5 mai 2009 par JMT

Syndicats de gardiens et représentants du ministère se sont séparés mardi soir au bout de plusieurs heures de négociations difficiles. Les blocages de prisons continueront mercredi. Les syndicats, très remontés après une deuxième journée de blocage des prisons marquée par des affrontements, réclament toujours plus d’effectifs et un "accompagnement" social des surveillants.

Le ministre du Budget, Eric Woerth, a appelé mardi à renforcer la lutte contre toutes les fraudes, fixant pour objectif une augmentation cette année d’au moins 10% de la "fraude détectée", qui s’est élevée à environ 4 milliards d’euros en 2008.

Au deuxième jour de la mobilisation nationale des surveillants de prison, les agents Réunionnais ont décidé de bloquer les opérations d’extractions judiciaires au centre pénitentiaire du Port ce mardi 5 mai 2009.

Les négociations sont au point mort mais les salariés grévistes restent mobilisés ce mardi 5 mai 2009. Les salariés de la CAF ont démarré une opération escargot à 9 heures 30 au départ de leur caisse.

Réunis lundi soir, les huit syndicats français appellent à une journée interprofessionnelle le 26 mai et à une "grande journée de manifestations" le 13 juin. Les défilés du 1er mai, organisés unitairement pour la première fois depuis la Libération, avaient réuni entre 456.000 et 1,2 million de personnes.

Prisons - Discussions tendues et blocages persistants

le 05/05/2009 - 21h32

Syndicats de gardiens et représentants du ministère se sont séparés mardi soir au bout de plusieurs heures de négociations difficiles. Les blocages de prisons continueront mercredi. Les syndicats, très remontés après une deuxième journée de blocage des prisons marquée par des affrontements, réclament toujours plus d’effectifs et un "accompagnement" social des surveillants.

Crédit Photo : REUTERS CRS et surveillants devant la prison de Lille

Le blocage des prisons, pour la deuxième journée consécutive, a été marqué mardi par des interventions "musclées" des forces de l’ordre qui ont alourdi le climat des discussions entre la Chancellerie et les syndicats.

Les négociations, entamées vers 10 heures du matin, se sont poursuivies jusqu’en soirée sans qu’un accord semble devoir se concrétiser entre les trois principaux syndicats (Ufap, FO et CGT) réunis en "entente" et le cabinet de la garde des Sceaux.

"La mobilisation est d’ores et déjà maintenue" pour mercredi, a déclaré devant la presse Jean-François Forget, de l’Ufap-Unsa, s’exprimant à l’issue d’une longue journée de réunion au cabinet de la garde des Sceaux, qui a présenté aux syndicats un "relevé de conclusions" que ceux-ci ont décidé de soumettre aux personnels dès mercredi.

"On est mitigé, satisfaits non, nous avons un relevé de conclusions, nous allons le transmettre aux personnels et c’est eux qui vont se prononcer dès demain", a affirmé Christophe Marquès, de FO. "Ils n’ont pas l’air d’entendre les personnels, ils sont frileux", a ajouté Jean-François. Et pour Céline Verzeletti, de la CGT, "c’est insuffisant, en terme d’emplois il n’y a rien !".

L’appel à la mobilisation maintenu pour mercredi

Pour les syndicats, jusqu’à présent, le compte n’y est pas. Ils insistent pour obtenir plus d’effectifs "car on ne peut plus continuer à subir plus de 10.000 détenus en trop dans les prisons françaises", a expliqué Christophe Marquès.

Ils réclament aussi un "accompagnement" social des 24.300 surveillants, en proie à "un ras-le-bol général" et dont dix ont mis fin à leurs jours depuis le 1er janvier. "La pénitentiaire est à l’agonie et on ne va pas la soigner en deux heures. Il faut que les copains restent mobilisés", a insisté Christophe Marquès.

Rachida Dati, qui s’est jointe pendant une heure aux discussions, a pourtant affirmé dans l’après-midi à l’Assemblée que des "avancées majeures" avaient été proposées. Elle a cité la création d’un bureau d’aide sociale ainsi que "des augmentations d’effectifs, notamment la nuit dans les petits établissements pénitentiaires".

Sur les 1264 créations d’emploi prévues en 2009, 177 devraient revenir en priorité aux 60 plus petites prisons (sur 194). Les "modalités de contrôle des arrêts maladie", durant lesquels les primes sont supprimées, devraient également être modifiées, a promis la Garde des Sceaux.

En outre, les surveillances spéciales des détenus jugés potentiellement suicidaires devraient être revues. Mais il faut mettre en parallèle de ces promesses la fermeté du ministre du Budget Eric Woerth, qui a pour sa part exclu toute nouvelle augmentation des crédits de l’Administration pénitentiaire.

Et pendant que se déroulaient ces discussions difficiles, la situation est restée tendue mardi sur le terrain. Alors qu’en région les accès des prisons ont été dégagés sans heurts, il y a eu des interventions "musclées" pour dégager les barrages en région parisienne.

Les forces de l’ordre ont usé parfois de gaz lacrymogènes et de matraques à Fleury-Mérogis (Essonne), Fresnes (Val-de-Marne), Bois-d’Arcy (Yvelines) ou à la Santé à Paris. Pour Céline Verzeletti, "il est scandaleux que le gouvernement traite le conflit de cette manière".

D’après agence

Fraudes : Woerth veut augmenter de 10% les cas détectés cette année

Afp, 05/05/2009, 19h46

Le ministre du Budget, Eric Woerth, a appelé mardi à renforcer la lutte contre toutes les fraudes, fixant pour objectif une augmentation cette année d’au moins 10% de la "fraude détectée", qui s’est élevée à environ 4 milliards d’euros en 2008.

Eric Woerth

Pour y parvenir, M. Woerth, qui recevait à Bercy 600 des 23.000 contrôleurs (fisc, douanes, organismes sociaux) exerçant en France, a notamment insisté sur la nécessité de l’amélioration des outils de lutte contre la fraude. Parmi ceux-ci l’échange d’informations et le croisement de fichiers entre les différents services et entre les régions qui permettraient de dépister nombre d’abus.

Selon le ministre, qui a présidé la première réunion du Comité national de lutte contre la fraude, la "fraude détectée" s’est élevée à environ 4 milliards d’euros l’an dernier. Une "grosse moitié" est imputable à la fraude fiscale, le reste à la fraude sociale.

"On peut cette année augmenter facilement ce montant de 10%, pour passer à environ 4,5 milliards de fraude identifiée", a-t-il dit lors d’une conférence de presse. Environ deux millions d’actes de contrôle sont effectués chaque année en France, a-t-il précisé.

La fraude globale est par nature beaucoup plus difficile à évaluer. Un rapport du Conseil des prélèvements obligatoires de 2007 l’estimait entre 29 et 40 milliards d’euros (fraude fiscale et aux prélèvements sociaux, hors fraudes aux prestations sociales), a rappelé le ministre.

Le Syndicat national unifié des impôts (Snui) l’évalue à un chiffre compris entre 42 et 51 milliards d’euros.

Il faut "sortir du fantasme" qui voudrait que l’élimination de la fraude permettrait de supprimer les déficits mais "la fraude est une violence faite au pacte social", particulièrement en temps de crise, a dit Eric Woerth.

"C’est un faux débat que d’opposer la grande fraude fiscale et la fraude des +petits+ aux prestations sociales. Toute fraude doit être pourchassée et sanctionnée", a-t-il ainsi déclaré aux contrôleurs réunis à son ministère.

Blocage des extractions au Port

La Réunion (IPR) - 05/05/09 10h47

Au deuxième jour de la mobilisation nationale des surveillants de prison, les agents Réunionnais ont décidé de bloquer les opérations d’extractions judiciaires au centre pénitentiaire du Port ce mardi 5 mai 2009.

Les agents veulent ainsi « dénoncer les conditions carcérales difficiles à La Réunion ». Une rencontre est prévue entre les syndicats nationaux et le Ministère de la Justice ce mardi 5 mai à 10 heures (12 heures à La Réunion). Si les surveillants de prisons ne sont pas entendus, ils prévoient de « durcir le mouvement ».

PHOTO IMAZ Mardi 5 mai 2009 Les surveillants de prison bloquent l’extraction des détenus du centre pénitentiaire du Port.

« Au Port, l’accueil des détenus condamnés est fait avec les moyens du bord », affirme Erick Ajorque, secrétaire départemental UFAP-UNSA. Il évoque le manque d’effectif ainsi que la violation du principe d’enfermement individuel. « 280 détenus sont enfermés dans 112 cellules à la maison centrale », indique t-il.

Pour Erick Ajorque, « l’évasion de Juliano Verbard a mis en lumière le décalage entre la vision approximative des décideurs et la réalité carcérale à La Réunion ». Il souhaite donc interpeller les députés Réunionnais sur la nécessité de « mettre en place à La Réunion des établissements pour peines équivalentes à ceux de la métropole ».

Le secrétaire départemental espère que « la Chancellerie répondra favorablement » à leurs revendications. À défaut, « Nous sommes prêts à durcir le mouvement », prévient-il.

Dès ce mercredi 6 mai, ils se disent prêts à interdire l’accès des prisons aux intervenants extérieurs et aux avocats. Et si rien n’avance à la fin de cette semaine, « nous sommes prêts à poursuivre notre mouvement la semaine prochaine ». Il évoque la possibilité de bloquer l’accès aux parloirs.

Les surveillants de prison n’ayant pas le droit de faire grève, ce sont les agents en congé ou en repos qui se sont mobilisés depuis ce lundi 4 mai.

Opération escargot des grévistes

La Réunion (IPR) - 05/05/09 10h00

Les négociations sont au point mort mais les salariés grévistes restent mobilisés ce mardi 5 mai 2009. Les salariés de la CAF ont démarré une opération escargot à 9 heures 30 au départ de leur caisse.

Ils ont traversé le boulevard Sud pour rejoindre leurs collègues de la CGSS. Ils devraient ensuite poursuivre leur opération escargot dans les rues de Saint-Denis, traverser le boulevard Léopold Rambaud pour rejoindre le centre commercial de Carrefour et ensuite retourner au siège de la Sécu.

Par ailleurs, le président du Conseil d’Administration de la CGSS a invité les secrétaires généraux des syndicats départementaux à une réunion ce mardi 5 mai à 11 heures 45.

PHOTO IMAZ Jeudi 2 Avril 2009 Les salariés de la CAF et de la CGSS manifestent pour une augmentation de leurs salaires

Une délégation de l’intersyndicale devrait en outre poursuivre les rencontres avec les politiques. Elle devrait rencontrer une représentant de la Région ce mardi 5 mai à 14 heures, un représentant du Département ce mercredi 6 mai vers midi et le député-maire du Tampon dans l’après-midi. Enfin, ils devraient rencontrer le député René-Paul Victoria ce jeudi 7 mai.

Pour rappel, les salariés de la CAF et de la CGSS sont entrés en grève illimitée le jeudi 16 avril 2009. Ils demandent un traitement équivalent à leurs collègues antillais, à savoir une augmentation des salaires de 10%.

Syndicats - Nouvelle mobilisation en vue les 26 mai et 13 juin

le 04/05/2009 - 22h33

Réunis lundi soir, les huit syndicats français appellent à une journée interprofessionnelle le 26 mai et à une "grande journée de manifestations" le 13 juin. Les défilés du 1er mai, organisés unitairement pour la première fois depuis la Libération, avaient réuni entre 456.000 et 1,2 million de personnes.

Crédit Photo : TF1 syndicats 1er Mai Tous unis pour la même cause

Rendez-vous est pris pour le mardi 26 mai et le samedi 13 juin. Réunis lundi soir au siège de la CFTC, les huit syndicats français - CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires et l’Unsa - ont décidé d’appeler à deux nouvelles journées de mobilisation, une journée interprofessionnelle le 26 mai et une "grande journée de manifestations" dans toute la France le 13 juin.

Dans un communiqué, les huit organisations syndicales "appellent solennellement le gouvernement et le patronat à prendre en compte l’ampleur" des rassemblements du 1er mai qui "expriment inquiétude, désarroi et profond sentiment d’injustice".

Elles préciseront dans les prochains jours "des propositions sur lesquelles elles attendent des réponses rapides du gouvernement et du patronat", précise le texte.

Les défilés du 1er mai, organisés unitairement pour la première fois depuis la Libération, avaient réuni entre 456.000 et 1,2 million de personnes, plus que lors des précédentes Fêtes du Travail, mais moins que lors des journées du 19 mars (entre 1,2 et 3 millions) et du 29 janvier (entre 1,08 et 2,5 millions).

Pour autant, le gouvernement a indiqué samedi qu’il n’entendait pas changer sa politique. Le ministre du Travail, Brice Hortefeux, a déclaré qu’il fera "à l’été, avec les partenaires sociaux, l’évaluation des mesures prises [lors du sommet social du 18 février], et nous en tirerons ensemble les conséquences".

Pour autant, les syndicats ont affirmé ce week-end qu’ils n’entendaient pas attendre l’été les bras croisés. "Les choses continueront", assurait vendredi soir le leader de la CFDT François Chérèque. Mais les représentants syndicaux ont des visions divergentes sur la stratégie à adopter.

Car si l’union syndicale Solidaires, dont Sud, et la FSU n’ont jamais caché leur préférence pour un appel national à la grève, la CFDT, la CFE-CGC, l’Unsa et la CGT ne le souhaitent pas.

FO s’était également prononcée pour une journée interprofessionnelle de grève. "Si ça ne bouge pas avec des manifestations, nous (FO), on dit que l’ensemble des syndicats devrait appeler à 24 heures de grève", a répété lundi midi son dirigeant, Jean-Claude Mailly.

La CFTC souhaitait, elle, une journée d’action fondée sur "la gratuité", par exemple dans les transports.

(D’après agence)

VIDEOS

Assemblée : Dati chahutée par la gauche Le 05 mai 2009 - 17h40

La garde des Sceaux s’est vigoureusement défendue, critiquée pour sa gestion du conflit des prisons. .

TF1

Social : Ces fraudes qui coûtent cher à l’Etat

Le 05 mai 2009 - 12h59

Aujourd’hui journée de lutte contre la fraude. Qu’elles soient petites ou grosses, elles coûtent cher à l’Etat donc aux contribuables.. Par TF1

Crise : Fumel victime du chômage

05 mai 2009 - 12h59

Des communes entières sont frappées par la crise. Fumel, 5 000 habitants, dans le Lot et Garonne, vient de perdre 500 emplois.

TF1

Détention : "Les prisons sont une priorité du gouvernement"

Le 04 mai 2009 - 18h59

Guillaume Didier, porte-parole du ministère de la Justice, répond sur LCI aux préoccupations des gardiens de prisons, qui ont entamé un mouvement de blocage pour se faire entendre.. Par LCI

Prisons : "Les surveillants n’en peuvent plus, nous irons jusqu’au bout"

04 mai 2009 - 11h34

Interview - Des surveillants violentés, mal aimés, mal payés, épuisés : Jean-François Forget, responsable du syndicat de prison Ufap-Unsa, crie le ras-le-bol du personnel pénitentiaire.

LCI.fr

1er Mai : Moins de manifestants que le 19 mars

Le 01 mai 2009 - 18h44

Les manifestants du 1er mai étaient nettement plus nombreux que le 1er mai 2008, mais les défilés étaient cependant moins fournis que lors de la précédente journée d’action..

TF1

1er Mai : "Il était nécessaire de se retrouver"

Le 01 mai 2009 - 17h42

Les huit organisations ont défilé pour la première fois unies le jour de la fête du Travail pour réclamer une nouvelle politique face à la crise..

TF1


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1810398

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site TRAVAIL   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License