AID Association initiatives dionysiennes
La traduction de la crise dans les statistiques

PLUS DE CHÔMAGE ET MOINS DE VACANCES ?

Nouvelle offensive sournoise pour le travail le dimanche......

mardi 28 avril 2009 par JMT

Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 2,7% en mars, à 2,44 millions, a annoncé lundi le ministère de l’Emploi. Selon le gouvernement, aucune embellie n’est à attendre avant fin 2010, dans l’hypothèse d’une reprise économique fin 2009.

"Il va effectivement falloir encore plusieurs mois avant que la pente des destructions d’emplois se radoucisse" a indiqué lundi la ministre de l’Economie. Le chiffre officiel sera communiqué lundi soir.

En dépit d’une décision du tribunal administratif, des salariés d’une librairie d’Eragny-sur-Oise souhaitent travailler le dimanche, sans quoi "il peut y avoir un plan social". Ils ont donc retenu plusieurs heures leur patron. Finalement libéré peu après 18 heures, il n’envisage pas de déposer plainte contre cette "action sans violence".

Le ministre du Travail annonce qu’une proposition de loi "sera déposée dans les toutes prochaines semaines" et "débattue en juillet" par le Parlement. Brice Hortefeux a jugé nécessaire qu’il soit possible de faire ses courses le dimanche "dans tous les commerces de détails" dans "les zones touristiques et thermales".

Le nombre de visiteurs étrangers a chuté de 20% en février sur un an. La crise a réfréné les ardeurs des touristes britanniques, américains et chinois. Le secrétaire d’Etat au Tourisme Hervé Novelli mise sur les Français pour maintenir à flot la destination France.

Confrontés à la crise, 11% de Français ont d’ores et déjà décidé de diminuer leur budget consacré aux voyages. La crise conduit aussi les Français à changer leurs habitudes : 21% envisagent de redécouvrir leur propre région.

Chômage - 63.400 chômeurs de plus en mars

le 27/04/2009 - 21h22

Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 2,7% en mars, à 2,44 millions, a annoncé lundi le ministère de l’Emploi. Selon le gouvernement, aucune embellie n’est à attendre avant fin 2010, dans l’hypothèse d’une reprise économique fin 2009.

Crédit Photo : TF1/LCI Image d’archive. Guichet unique pour l’emploi

Christine Lagarde l’avait annoncé lundi matin. En fin d’après-midi, le ministère de l’Emploi a confirmé que le nombre de demandeurs d’emploi avait augmenté en mars en métropole, de 63.400, soit une hausse de 2,7% en mois.

Le nombre de chômeurs est désormais de 2,44 millions. Sur un an, la hausse du nombre de personnes pointant à Pôle Emploi est de 22,1%.

Le mois dernier, le nombre total de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi avait déjà augmenté de 79.900 personnes après une hausse record de 100.400 personnes en janvier.

Depuis le retournement brutal du marché du travail en août 2008, ce chiffre approche de plus en plus de la barre du demi-million de chômeurs (+429.900).

+35,8% chez les jeunes sur un an

Concernant les moins de 25 ans, auquel le gouvernement promet une relance des contrats aidés et de formation en alternance, la hausse s’accélère, à +35,8% sur un an (+4% sur un mois), à 451.600.

La progression atteint 20,1% pour les 25-49 ans et 16,7% parmi les 50 ans et plus. Par région, la hausse est la plus forte en Franche-Comté (+38% sur un an) mais le chômage explose aussi parmi les jeunes en pays de Loire (+62%). En incluant les départements d’outre-mer, le nombre de chômeurs comptait fin mars 2,634 millions de personnes.

Faut-il s’attendre à une embellie dans les mois à venir ? Non, répond le gouvernement, qui estime que l’amélioration du marché du travail n’est pas à attendre avant fin 2010 dans l’hypothèse d’une reprise économique fin 2009.

"Il va effectivement falloir encore plusieurs mois avant que la pente des destructions d’emplois se radoucisse. Les experts évaluent à quatre trimestres le décalage entre la reprise d’une économie et la reprise de l’emploi", a expliqué la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, dans l’entretien accordé au Figaro.

(D’après agence)

Emploi - Lagarde : de 60 000 à 70 000 chômeurs de plus en mars

F.B - le 27/04/2009 - 13h33

"Il va effectivement falloir encore plusieurs mois avant que la pente des destructions d’emplois se radoucisse" a indiqué lundi la ministre de l’Economie. Le chiffre officiel sera communiqué lundi soir.

Crédit Photo : TF1-LCI Christine Lagarde, le 16 août 2007

Le nombre de chômeurs a augmenté en France de 60 000 à 70 000 en mars, a indiqué lundi la ministre de l’Economie Christine Lagarde dans un entretien au Figaro.

"Il va effectivement falloir encore plusieurs mois avant que la pente des destructions d’emplois se radoucisse. Les experts évaluent à quatre trimestres le décalage entre la reprise d’une économie et la reprise de l’emploi", a-t-elle indiqué. Selon la radio RTL, le chiffre exact serait de 62 000 chômeurs supplémentaires en mars.

Dimanche sur Europe 1, Christine Lagarde avait déclaré que le chiffre de mars n’était "pas catastrophique", mais "pas bon non plus". Et d’ajouter qu’"il faut s’attendre à des chiffres qui seront mauvais pendant un certain temps" car "même à partir du moment où l’économie va repartir, on aura la suite des conséquences en termes d’emploi" de la crise.

Des chiffres difficiles tout 2009

Le nombre précis de chômeurs inscrits doit être publié lundi à 18h. Et le mois de mars devrait être le onzième mois de hausse consécutive, après un bond de 3,5% en février où l’on dénombrait 2 384 800 personnes sans emploi.

Lundi, François Fillon a prévenu que les chiffres du chômage seront "difficiles pendant toute l’année 2009". "C’est donc avec une mobilisation de l’ensemble des moyens de l’Etat et des collectivités locales que nous pourrons faire face à ces difficultés", a-t-il ajouté lors d’un déplacement à Mulhouse.

Val d’Oise - Séquestré par ses salariés qui veulent ouvrir le dimanche

le 26/04/2009 - 19h25

En dépit d’une décision du tribunal administratif, des salariés d’une librairie d’Eragny-sur-Oise souhaitent travailler le dimanche, sans quoi "il peut y avoir un plan social". Ils ont donc retenu plusieurs heures leur patron. Finalement libéré peu après 18 heures, il n’envisage pas de déposer plainte contre cette "action sans violence".

Crédit Photo : DR Une librairie

"Force Ouvrière nous fait fermer le dimanche. Nos emplois, nos revenus sont sacrifiés. Nous, salariés, avons pris la décision d’ouvrir notre magasin."

A l’entrée de la librairie Le Grand Cercle d’Eragny-sur-Oise, dans le Val d’Oise, ce dimanche, le message était clair. Et puisque le patron de la librairie n’était pas d’accord, une quarantaine de salariés ont décidé de le retenir dans son bureau.

La séquestration a duré huit heures, délai au bout duquel le responsable a pu quitter son bureau en ayant pris "l’engagement" de discuter avec les salariés.

Dimanche dernier, les salariés avaient déjà ouvert la librairie, en dépit d’une décision du tribunal administratif de Pontoise du 15 avril.

"23% du chiffre d’affaires de la librairie est réalisé le dimanche donc si nous ne faisons rien, il peut y avoir un plan social", a expliqué Jean-François Baudain, employé dans les rayons de la librairie.

"Vous sortez pas"

Ce dimanche matin, venu vérifier que sa consigne de non-ouverture était respectée, Erik Vautrin, président du Grand Cercle, a donc été conduit dans son bureau par des salariés qui voulaient discuter de l’ouverture dominicale avec lui.

"On est allé dans mon bureau et ils ont dit ’vous sortez pas’", a-t-il raconté par téléphone depuis son bureau, fermé à clé par des salariés.

Finalement libéré peu après 18 heures, il n’envisage pas de déposer plainte contre cette "action sans violence".

De son côté, le syndicat FO a entamé une action judiciaire contre l’ouverture dominicale de la librairie, qui compte une centaine de salariés.

(D’après agence)

Emploi - Une nouvelle mouture pour le travail le dimanche

le 26/04/2009 - 14h16

Le ministre du Travail annonce qu’une proposition de loi "sera déposée dans les toutes prochaines semaines" et "débattue en juillet" par le Parlement. Brice Hortefeux a jugé nécessaire qu’il soit possible de faire ses courses le dimanche "dans tous les commerces de détails" dans "les zones touristiques et thermales".

Crédit Photo : LCI Brice Hortefeux

Le ministre du Travail Brice Hortefeux a annoncé dimanche, lors du grand rendez vous Europe 1/Le Parisien, qu’une nouvelle proposition de loi, donc d’initiative parlementaire, sur le travail du dimanche "sera déposée dans les toutes prochaines semaines" et "sera débattue en juillet" par le Parlement.

Brice Hortefeux a jugé nécessaire qu’il soit possible de faire ses courses le dimanche "dans tous les commerces de détails" dans "les zones touristiques et thermales", ainsi que dans certaines "grandes agglomérations", citant celles de Paris, Marseille et Lille. En revanche, dans les autres zones, a-t-il souligné, "je n’ai pas évoqué l’augmentation du nombre de dimanches" durant lesquels les commerces peuvent être ouverts.

"Inopportun" juge Hollande

La réponse du PS a été rapide, par le biais de François Hollande, sur France 2. "Je suis surpris que cela réapparaisse en ce moment. Il y a la crise et c’est pas facile de garder son travail la semaine.

Imaginer qu’on va créer de l’emploi en faisant travailler dans tous les secteurs le dimanche, cela me paraît une mauvaise idée", a-t-il poursuivi.

Soulignant qu’il "y avait du travail le dimanche", notamment "dans les services publics" et qu’on ne "pouvait pas être contre dans un principe absolu", François Hollande a estimé que "cela était inopportun dans la période qui vient" et "pas souhaitable d’avoir un mode de consommation qui soit le même le dimanche que les autres jours de la semaine.

Ce n’est pas un bon système de rémunération de faire que certains seraient obligés de sacrifier leur vie de famille pour avoir un peu plus de pouvoir d’achat", a-t-il ajouté.

Côté syndicats, la CFTC a estimé dimanche que la proposition de loi annoncée relevait de "l’acharnement thérapeutique", les mesures annoncées étant une reprise, selon le syndicat, de dispositions "déjà rejetées".

"Y a-t-il urgence dans un contexte de crise économique à affaiblir le lien social et l’emploi ?", s’est interrogé Joseph Thouvenel, un des secrétaires confédéraux de la centrale syndicale chrétienne, qui craint que davantage d’ouvertures dominicales menacent les commerces de proximité.

L’examen du texte avait été reporté sine die en janvier par Nicolas Sarkozy, alors que des députés UMP craignaient de ne pas pouvoir le défendre sur le terrain, auprès de leurs électeurs. Le gouvernement avait alors précisé qu’il ne renonçait pas. "Ce n’est pas une reculade", avait garanti Luc Chatel.

D’après agence

Crise - La France boudée par les touristes

le 25/04/2009 - 21h14

Le nombre de visiteurs étrangers a chuté de 20% en février sur un an. La crise a réfréné les ardeurs des touristes britanniques, américains et chinois. Le secrétaire d’Etat au Tourisme Hervé Novelli mise sur les Français pour maintenir à flot la destination France.

Crédit Photo : TF1/LCI Tour Eiffel

Crise oblige, la France attire moins.

La première destination touristique au monde a vu le nombre de visiteurs étrangers plonger de près de 20% en février sur un an. Les touristes britanniques, américains et chinois, voire les visiteurs russes, encore en forte progression l’an dernier, se font plus rares dans les rues de Paris et sur la Côte d’Azur, a révélé vendredi une étude de l’Insee.

Le nombre total de nuitées dans les hôtels, touristes français et étrangers confondus, a reculé de 10,7% en février par rapport au même mois de 2008. "C’est le recul le plus prononcé depuis le début de la crise en août 2008. A priori, la chute va encore s’accélérer en mars, selon nos données provisoires", a déclaré l’auteur de l’étude.

Sur deux mois, janvier et février, la baisse des touristes étrangers en France a atteint 13,2% par rapport à la même période de l’an dernier, autant qu’en Espagne (-13,1%). Depuis, la situation s’est encore dégradée en Espagne, avec un plongeon de 16,3% sur le premier trimestre.

La crise risque de contrecarrer les ambitions de la France : début 2008, Luc Chatel, alors secrétaire d’Etat chargé du tourisme, avait fixé comme objectif d’atteindre les 100 millions de visiteurs en 2015, soit une croissance de 2,8% par an.

Or, la décrue s’est déjà amorcée en 2008, avec 79,3 millions de visiteurs étrangers, soit 3% de moins qu’en 2007, sous l’effet d’une dégradation marquée au second semestre.

Quant aux recettes touristiques, la France s’était fait doubler dès 2002 par l’Espagne, et n’occupe désormais que le troisième rang, avec 39,5 milliards d’euros en 2007, derrière les Etats-Unis et l’Espagne.

La France mise... sur les Français

Mais l’écart avec l’Espagne (42,1 milliards d’euros) se réduit depuis deux ans et la France ne désespère pas de repasser devant sa première rivale en Europe.

La crise pourrait redistribuer les cartes. Thierry Baudier, directeur général de Maison de la France, organisme chargé de la promotion touristique de l’Hexagone, est convaincu que "l’Espagne mettra plus de temps à remonter la pente".

"La situation géographique de la France, l’habitude des touristes d’y effectuer des courts séjours et les stations de ski, qui ont connu une très bonne saison", sont, selon lui, autant d’atouts permettant à la France de résister.

Quant aux pays émergents et sa clientèle long-courrier, première à être touchée par la crise, la France a pris les devants et y a démarré cet hiver une campagne de promotion d’un coût de 2 millions d’euros.

Le secrétaire d’Etat au Tourisme Hervé Novelli mise, lui, sur les Français pour maintenir à flot la destination France : "quand la crise frappe, les Français, qui sont déjà très enclins à rester en France, restent encore plus en France".

D’ailleurs, le recul des nuitées des Français dans les hôtels en février (-6,6%) a été moins prononcé que celui des étrangers. La fréquentation des touristes britanniques a chuté de 24,3% et celle des Espagnols de 27,5%.

La baisse a été également brutale pour les Allemands (-18,5%) et les Italiens (-14,6%). Après deux années de fréquentation record, les nuages se sont aussi amoncelés sur le tourisme à Paris, où les revenus des hôteliers ont chuté de près de 15% pendant le week-end pascal. Mais, selon Office du tourisme, la performance de 2008 (+19,8%) était "difficile à battre".

D’après agence

Loisirs - Plus d’un Français sur deux renonce aux vacances d’été

le 30/03/2009 - 12h06

Confrontés à la crise, 11% de Français ont d’ores et déjà décidé de diminuer leur budget consacré aux voyages. La crise conduit aussi les Français à changer leurs habitudes : 21% envisagent de redécouvrir leur propre région.

Crédit Photo : SXC.HU Image d’archives Plage

Conséquence directe de la crise : plus d’un Français sur deux ne partira pas en vacances cet été. 11% ont d’ores et déjà décidé de diminuer leur budget consacré aux voyages, selon un sondage Ipsos pour France Bleu publié lundi.

Les Français renonçant aux vacances seront plus nombreux que les années passées : outre les 40% de Français qui disent ne jamais partir en vacances d’été, 11% déclarent qu’ils ne voyageront pas cette année, alors qu’ils le font habituellement.

Seul un Français sur cinq (22%) déclare ne pas envisager pour le moment de diminuer son budget vacances.

Interrogés sur les coûts à réduire en priorité, 34% des partants citent les dépenses sur leur lieu de vacances (restauration, loisirs), devant les frais liés à l’hébergement (31%).

Un Français sur cinq envisage de diminuer la durée de son séjour ou les dépenses liées au transport. Reflet des inégalités sociales, 82% des foyers disposant d’un revenu mensuel net inférieur à 1.200 euros ne partiront pas cet été, une proportion qui tombe à 25% pour les ménages qui gagnent 3.000 euros et plus.

L’incertitude liée à la crise incite près d’une personne sur trois (31%) à réserver plus tard que d’habitude, voire à la dernière minute. 16% des Français réserveront à la dernière minute en fonction des promotions, et 15% le feront plus tard que d’habitude, en attendant de mieux savoir de quel budget ils disposeront.

Au-delà des promotions, 23% des futurs vacanciers comptent davantage comparer les prix et marchander cet été. La crise conduit les Français à changer leurs habitudes : 25% des partants comptent privilégier la France plutôt que l’étranger, et 21% envisagent de redécouvrir leur propre région.

Enquête Ipsos réalisée les 20 et 21 mars 2009 auprès d’un échantillon de 917 personnes, représentatif de la population français âgée de 18 ans et plus.

VIDEOS

L’enquête du 20h : Pôle Emploi a-t-il les moyens de répondre à la crise ?

27 avril 2009 - 19h58

Face à la hausse du chômage, le Pôle Emploi doit gérer au quotidien cet afflux de demandeurs d’emploi. Né il y a cinq mois de la fusion de l’ANPE et des Assedic, a-t-il les moyens de répondre à la crise ? Reportage dans une agence de Reims.

TF1

Espagne : Le chômage touche 18% de la population active

27 avril 2009 - 13h05

L’Espagne connait une explosion du nombre du chômage. La barre des 4 millions de chômeurs a été franchie au 1er trimestre 2009 soit près de 18% de la population active.

TF1

Chômage : Fillon : les chiffres du chômage seront mauvais en 2009

27 avril 2009 - 13h05

Le Premier ministre a commenté les chiffres du chômage. Il appelle à la mobilisation pour faire face aux difficultés.

TF1

Chômage : Si la laiterie ferme c’est toute l’économie locale qui est menacée

27 avril 2009 - 13h05

Les petites entreprises locales ont elles aussi des difficultés. C’est le cas de cette laiterie menacée de fermeture à l’automne prochain. Plusieurs dizaines de personnes risquent de se retrouver sans emploi. Et c’est toute une économie locale qui est menacée.

TF1

Sports d’hiver : Une saison exceptionnelle pour les stations de ski

Le 26 avril 2009 - 19h50

Les dernières stations de ski sont sur le point de fermer avec la fin des vacances scolaires. L’occasion de dresser le bilan de la saison. Reportage à Cauterets..

Par TF1

Travail : Hortefeux "obsédé"... par l’emploi

Le 26 avril 2009 - 13h04

Préserver les emplois existants et en créer de nouveaux, c’est "obsessionnel" pour tout le gouvernement, a assuré sur Europe 1 le ministre du Travail.. Par


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1777763

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License