AID Association initiatives dionysiennes
11 Septembre 2001

LES MENSONGES OFFICIELS FILTRENT DE PLUS EN PLUS.

Un événement provoqué pour changer l’histoire ?

samedi 25 avril 2009 par JMT

Après la récente publication dans la très sérieuse revue scientifique "Open Chemical Physics Journal" d’un article écrit par neuf chercheurs internationaux démontrant la présence de matériau explosif de type nano-thermite dans les poussières du World Trace Center, l’un des coauteurs, Niels Harrit, fut interviewé sur la chaine danoise TV2.

Le professeur David Ray Griffin, figure centrale aux États-Unis du mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre, vient de délivrer une série de conférences en Europe dont nous reproduisons le script.

L’avocat-conseil de la Commission sur le 11 Septembre - John Farmer - déclare que le gouvernement a accepté de ne pas dire la vérité sur le 11/9, faisant écho aux affirmations des autres membres de cette même commission, qui ont conclu que le Pentagone était impliqué dans une tromperie délibérée concernant leur réponse aux attaques.

L’ancien assistant de Cheney confirme en partie la déclaration de Seymour Hersh sur l’existence d’une unité d’assassins

Roland Jacquard, Xavier Raufer, Antoine Sfeir, Antoine Basbous… Autant de spécialistes hyper médiatiques des questions de terrorisme et dont le discours est analysé et décrypté dans « Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve du terrorisme ». « Bakchich » publie en exclusivité les bonnes feuilles de l’ouvrage.

C’est avec le titre "Le vrai et tous les faux complots du 11 Septembre" que le site d’info Rue89 nous promet "Une trentaine de journalistes lancés dans cette enquête sans à priori". Rue89 réalisant souvent un décryptage pertinent de l’actualité l’on pouvait espérer un travail de qualité. Mais c’était se réjouir trop vite ! Bien loin d’avoir mené un travail d’investigation, Rue89 à confié la lourde tache à 30 étudiants journalistes.

La French-American Foundation - France (FAF - France) et sa sœur américaine ont été simultanément fondées en 1976 à Paris et New York afin de contribuer à l’enrichissement et à l’amélioration des relations entre la France et les Etats-Unis, en promouvant un constant dialogue entre les deux pays et le renforcement des liens franco-américains.

Lors de la matinale de France Inter, le journaliste Eric Delvaux a censuré en direct l’intervention d’une auditrice Bordelaise qui interrogeait la Ministre de l’Intérieur sur deux affaires récentes liées au sionisme : l’affaire Guigue d’une part, et l’affaire du poignardage d’un Commissaire de Police en 2002 d’autre part, affaire qui n’a jamais été jugée par la Justice française, malgré des faits établis particulièrement graves.

Ce que la science nous apprend sur l’effondrement des tours du WTC

Publié le 23 avril 2009 par GeantVert

Après la récente publication dans la très sérieuse revue scientifique "Open Chemical Physics Journal" d’un article écrit par neuf chercheurs internationaux démontrant la présence de matériau explosif de type nano-thermite dans les poussières du World Trace Center, l’un des coauteurs, Niels Harrit, fut interviewé sur la chaine danoise TV2.

En voici la vidéo sous-titrée en français ainsi que sa transcription.

Retranscription :

Des chercheurs internationaux ont trouvé des traces d’explosifs dans les ruines du World Trade Center. Un nouvel article conclut que l’impact des 2 avions détournés n’a pas causé les effondrements en 2001.

DES EXPLOSIFS DANS LES TOURS

Nous revenons sur le 11/9 – l’attaque majeure à New York. Apparemment, l’impact des 2 avions n’a pas causé l’effondrement des tours, c’est ce que conclut un article scientifique publié récemment. Des chercheurs ont trouvé un explosif dans les débris, de la nano-thermite, qui ne pouvait pas venir des avions. Ils croient que plusieurs tonnes d’explosifs ont été placées dans les buildings auparavant.

Journaliste : « Niels Harrit, vous et 8 autres chercheurs concluez dans cet article, que c’est de la nano-thermite qui a causé l’effondrement des buildings. Qu’est-ce que la nano-thermite ? »

Harrit : « Nous avons trouvé de la nano-thermite dans la poussière du WTC. Nous ne disons pas que seule la nano-thermite fut utilisée. La nano-thermite date de 1893. C’est un mélange d’aluminium et de poudre de rouille, qui réagit en causant une chaleur intense. La réaction atteint une température de 2500°C. Cela peut être utilisé pour souder ou pour faire fondre de l’acier. La nanotechnologie rend les choses plus petites. Donc, dans la nano-thermite, cette poudre de 1893 est réduite en d’infimes portions, parfaitement dosées. Lorsqu’elles réagissent, une chaleur intense se développe beaucoup plus vite. Des additifs peuvent être mélangés à la nano-thermite pour dégager une intense chaleur, ou servir d’explosif extrêmement puissant. Elle contient plus d’énergie que la dynamite, et peut être utilisée comme carburant pour une fusée. »

Journaliste : « J’ai cherché nano-thermite sur Google, et très peu a été écrit sur le sujet. Est-ce une substance connue des scientifiques ? Ou est-ce tellement nouveau que les scientifiques en connaissent à peine l’existence ? »

Harrit : « C’est une appellation générique pour les substances hautement énergétiques. Si les chercheurs civils (comme moi) ne sont pas familiers avec celles-ci, c’est sans doute parce qu’ils ne travaillent pas beaucoup avec des explosifs. Quant aux scientifiques militaires, il faudrait leur demander. Je ne sais pas dans quelle mesure ils maîtrisent la nanotechnologie. »

Journaliste : « Donc vous avez trouvé cette substance dans le WTC, pourquoi pensez-vous qu’elle a causé l’effondrement ? »

Harrit : « Eh bien, c’est un explosif. Quelle autre raison expliquerait sa présence ? »

Journaliste : « Vous pensez que la chaleur intense a fait fondre la structure d’acier qui supportait les bâtiments, et a causé leur effondrement total ? »

Harrit : « Je ne peux pas le dire précisément, puisque cette substance peut servir les deux objectifs. Elle peut exploser et déchiqueter les matières, et elle peut les faire fondre. Les deux effets ont probablement été utilisés, selon moi. Du métal fondu s’échappe de la tour sud plusieurs minutes avant la chute. Cela indique que la structure tout entière fut affaiblie à l’avance. Ensuite, les explosifs classiques entrent en jeu. La séquence de l’effondrement en soi doit alors être parfaitement réglée, du haut jusqu’en bas. »

Journaliste : « De quelles quantités parle-t-on ? »

Harrit : « Beaucoup. Il n’y avait que 2 avions et 3 gratte-ciel se sont effondrés. Nous savons en gros combien de poussière fut créée. Les images montrent des quantités énormes, tout fut pulvérisé sauf l’acier. Et on sait aussi combien nous avons trouvé de thermite qui n’avait pas réagi. Cette matière qui n’a pas réagi pour une raison ou une autre, c’est le ‘loaded gun’, (la preuve). On parle ici en tonnes. Plus de 10 tonnes, peut-être 100. »

Journaliste : « Plus de 10 tonnes, peut-être 100 tonnes, dans les 3 gratte-ciel ? Et ces substances ne sont pas normalement présentes dans de tels buildings ? »

Harrit : « Non, non, non, non ! Ces matériaux sont extrêmement avancés. »

Journaliste : « Comment placez-vous un tel matériau dans un gratte-ciel, à tous les étages ? »

Harrit : « Comment vous l’y apportez ? »

Journaliste : « Oui. »

Harrit : « Par palettes. Si je devais transporter de telles quantités, j’utiliserais des palettes. Prenez un camion et apportez-les sur des palettes. »

Journaliste : « Pourquoi ne l’a-t-on pas découvert avant ? »

Harrit : « Par qui ? »

Journaliste : « L’entretien, par exemple. Si vous déplacez 10 à 100 tonnes de nano-thermite, et que vous le placez à tous les étages. Je suis juste surpris que personne n’ait rien vu. »

Harrit : « En tant que journaliste, vous devriez poser cette question à la société responsable de la sécurité du WTC. »

Journaliste : « Donc vous ne doutez pas un instant que cette matière était présente ? »

Harrit : « Vous ne pouvez pas ignorer la recherche scientifique. Nous avons trouvé de la thermite qui n’a pas réagi. »

Journaliste : « Quelles réactions votre article a-t-il causées dans le monde ? C’est tout à fait nouveau pour moi. »

Harrit : « Oui, bien sûr. Ça n’a été publié que vendredi dernier. Il est trop tôt pour le dire. Mais l’article n’est peut-être pas aussi révolutionnaire que vous le pensez. Des centaines de milliers de gens dans le monde savent depuis longtemps que les 3 bâtiments ont été démolis. C’est une évidence. Notre recherche n’est que le dernier clou sur le cercueil. Ce n’est pas le ‘smoking-gun’, c’est le ‘loaded-gun’. Chaque jour, des milliers de gens réalisent que le WTC a été démoli. On n’arrêtera pas cela. »

Journaliste : « Pourquoi personne n’a découvert plus tôt qu’il y avait de la nano-thermite dans les buildings ? Presque 10 ans ont passé. »

Harrit : « Vous voulez dire dans les poussières ? »

Journaliste : « Oui. »

Harrit : « C’est par chance que quelqu’un a regardé la poussière au microscope. Ce sont de minuscules fragments rouges. Les plus gros ont une taille de 1 mm, et peuvent être vus à l’œil nu. Mais vous avez besoin d’un microscope pour voir la grande majorité. C’est par chance que quelqu’un les a découverts il y a deux ans. Il a fallu 18 mois pour préparer l’article scientifique auquel vous vous référez. C’est un article très élaboré basé sur une recherche minutieuse. »

Journaliste : « Vous avez travaillé sur le sujet pendant des années, parce que ça n’avait pas de sens pour vous ? »

Harrit : « Oui, plus de 2 ans en fait. Tout a commencé quand j’ai vu l’effondrement du bâtiment 7, le 3e gratte-ciel. Il s’est effondré 7 heures après les Tours Jumelles. Et il n’y avait que deux avions. Lorsque vous voyez un building de 47 étages, haut de 180 m, s’effondrer en 6,5 secondes, et vous êtes scientifique, vous dites : « Quoi ? ». J’ai dû le voir encore… et encore. J’ai poussé le bouton 10 fois, et ma bouche s’ouvrait de plus en plus. D’abord, je n’avais jamais entendu parler de ce bâtiment auparavant. Et il n’y avait pas de raison pour un tel effondrement, tout droit vers le bas, (zoups) en 6,5 secondes. Je n’ai pas eu de paix depuis ce jour. »

Journaliste : « Depuis le 11/9 il y a eu des spéculations, et des théories du complot. Que dites-vous aux téléspectateurs qui entendent parler de votre recherche pour la première fois et disent, ‘Nous avons déjà entendu tout ça, il y a beaucoup de théories du complot.’ Que diriez-vous pour les convaincre que ceci est différent ? »

Harrit : « Je pense qu’il n’y a qu’une seule théorie du complot qui vaut la peine d’être mentionnée, c’est celle des 19 pirates de l’air. Je crois que les spectateurs doivent se poser la question, quelle preuve ont-ils vue qui soutient la théorie officielle du complot. Quelqu’un a-t-il vu des preuves, j’aimerais les entendre. Personne n’a été officiellement poursuivi. Personne n’est recherché. Notre travail devrait mener à l’ouverture d’une enquête criminelle appropriée sur les attaques terroristes du 11 Septembre. Parce qu’il n’y en a jamais eue. Nous l’attendons toujours. Nous espérons que nos résultats seront utilisés comme preuve technique quand ce jour viendra. »

Journaliste : « Niels Harrit, c’est fascinant, merci d’être venu. »

Harrit : « Ce fut un plaisir. »

Un nouveau regard sur le 11 Septembre

par David Ray Griffin, publié le 20, Avril 2009 par AtMOH

Le professeur David Ray Griffin, figure centrale aux États-Unis du mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre, vient de délivrer une série de conférences en Europe dont nous reproduisons le script.

Il y fait le point sur l’évolution de la contestation : de nombreuses associations professionnelles se sont désormais constituées qui ont apporté l’expertise nécessaire à la démonstration des mensonges de la version bushienne des attentats.

Surtout, le FBI a indiqué ne pas avoir d’élément permettant d’accuser Oussama ben Laden de quelque responsabilité dans ces attentats, et a démontré que les prétendus appels téléphoniques passés par des passagers depuis les avions détournés n’ont jamais existé. La version gouvernementale ne repose plus sur rien.

lire l’article et la conférence de David Ray Griffin

Effondrement du WTC7

David Ray Griffin est professeur émérite de philosophie des religions et de théologie à la Claremont School of Theology et à la Claremont Graduate University. Il est également, co-directeur du Center for Process Studies, qui diffuse et développe le courant philosophique d’Alfred North Whitehead, lequel se fonde sur les sciences. M. Griffin a publié trente-quatre livres dont sept sur le 11-Septembre, parmi lesquels trois ont été traduits en français : Le Nouveau Pearl Harbor, Omission & manipulations de la Commission d’enquête (prix de la Fondation Hélios en 2006) et La Faillite des médias (médaille de bronze dans la catégorie Actualités de l’Independent Publisher Book Awards en 2008). Son ouvrage le plus récent est The New Pearl Harbor Revisited : 9/11, the Cover-Up, and the Exposé, qui fut élu en novembre 2008, « Choix de la semaine » par Publishers Weekly (la revue professionnelle équivalente aux États-Unis de Livres Hebdo). Ses deux prochains livres seront consacrés au 11-Septembre, et s’intituleront : Oussama ben Laden : Dead or Alive ? et The Mysterious Collapse of World Trade Center 7 : Why the Final Official Report about 9/11 is Unscientific and False.

Un avocat de la Commission sur le 11 septembre déclare : le gouvernement a accepté de mentir

Publié le 17 avril 2009 par GeantVert

L’avocat-conseil de la Commission sur le 11 Septembre - John Farmer - déclare que le gouvernement a accepté de ne pas dire la vérité sur le 11/9, faisant écho aux affirmations des autres membres de cette même commission, qui ont conclu que le Pentagone était impliqué dans une tromperie délibérée concernant leur réponse aux attaques.

John Farmer

Farmer a fait office d’avocat-conseil pour la Commission sur le 11 Septembre (connue officiellement sous le nom de « Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis »), et est également un ancien procureur général du New Jersey.

Le livre de Farmer sur son expérience au service de la Commission est intitulé : "The Ground Truth : The Story Behind America’s Defense on 9/11", et doit paraître demain. Il dévoile comment "le public a été sérieusement trompé concernant ce qui s’était produit le matin des attaques", et Farmer lui-même déclare que "à certains niveaux du gouvernement, à un certain moment… il y avait un accord pour ne pas dire la vérité sur ce qui s’est passé."

Seuls les plus naïfs discuteraient du fait qu’un accord pour ne pas dire la vérité est un accord pour mentir. La position de Farmer est que le gouvernement a accepté de créer une version officielle mensongère sur les événements afin de dissimuler la véritable histoire derrière le 11 Septembre.

L’éditeur du livre, Houghton Mifflin Harcourt, déclare que "Farmer établit sans aucun doute possible que la version officielle n’est pas seulement partiellement fausse, mais sert à créer une fausse impression d’ordre et de sécurité."

En août 2006, le Washington Post signala que "quelques membres de l’équipe de la Commission sur le 11 Septembre ont conclu que la première histoire décrivant la façon dont le Pentagone avait réagi aux attaques terroristes pourrait faire partie d’un effort délibéré pour induire en erreur la commission et la population, plutôt que le reflet du "nuage d’événements" de ce jour-là, selon les sources impliquées dans le débat."

Le rapport révéla comment la commission constituée de 10 membres suspectait fortement une dissimulation, à tel point qu’ils envisageaient de signaler le problème au Département de la Justice pour solliciter une enquête criminelle.

"Nous n’avons à ce jour aucune idée de la raison pour laquelle le NORAD (le North American Aerospace Command) nous a dit ce qu’il nous a dit", a déclaré Thomas H. Kean, l’ancien gouverneur républicain du New Jersey, qui dirigeait la commission. "C’était si loin de la vérité… c’est une de ces absurdités qui n’a jamais été résolue."

Farmer lui-même est cité dans l’article du Washington Post, déclarant : "J’étais choqué de constater à quel point la vérité était différente de la façon dont elle était décrite… les cassettes du NORAD (défense aérienne) racontaient une histoire radicalement différente de ce qui nous avait été expliqué, et au public également, pendant deux ans… Ce n’est pas la vérité."

Comme nous l’avons également signalé en août 2006, les quelques portions des enregistrements du 11 Septembre fait par le NORAD, qui était présentées dans un article de Vanity Fair, apportent peu de réponses aux questions des personnes sceptiques concernant l’inefficacité des défenses aériennes du 11 Septembre, et augmentent au contraire l’impression d’incompatibilité entre la version officielle des événements et ce qui est réellement connu pour s’être produit ce jour-là.

Ne nous y trompons pas, Farmer ne dit pas que le 11 Septembre était un "inside-job" [coup monté de l’intérieur - NDT], mais le témoignage de Farmer, ajouté à ceux de ses collègues de la commission, mène à la conclusion que, peu importe ce qui s’est réellement passé le 11 Septembre, l’histoire officielle donnée à la population ce jour-là et qui demeure la version officielle des autorités encore aujourd’hui, est un mensonge - d’après ceux-là mêmes qui furent désignés par le gouvernement pour enquêter sur cette affaire. Ceci est un fait qu’aucun "debunker" ou apologiste du gouvernement ne pourra jamais légitimement nier.

Par Paul Joseph Watson pour Prison Planet.com, le 14 avril 2009

Une unité d’assassins sous les ordres de l’Exécutif ?

L’ancien assistant de Cheney confirme en partie la déclaration de Seymour Hersh sur l’existence d’une unité d’assassins sous les ordres de l’Exécutif

Publié le 12 avril 2009 par Spotless Mind

John P. Hannah

Le mois dernier, le journaliste au New Yorker Seymour Hersh a révélé dans le Minnesota, que l’ancien vice-président Cheney dirigeait « une unité d’assassins ».

« Sous l’autorité du président bush, ils sont allés dans des pays, sans en informer l’ambassadeur ou le chef local de la CIA. Ils allaient trouver des gens mentionnés sur une liste, les exécutaient et partaient », expliquait Hersh.

Aujourd’hui, CNN interrogeait Hersh et l’ancien assistant à la sécurité nationale de Cheney, John P. Hannah. Bien qu’il ait exprimé des regrets d’avoir révélé l’histoire (l’appelant une « sottise »), Hersh a maintienu sa déclaration initiale. « Je suis désolé, Wolf, j’ai beaucoup de problèmes à cause de ça ».

Il a exprimé à propos des projets d’assassinats :

HERSH « Je sais assurément… que nous avons une unité qui se déplace partout, sans en référer au Congrès… et qui a l’autorité, déléguée par le Président, pour aller dans un pays sans en parler au chef local de la CIA ni à l’ambassadeur et de tuer de quelqu’un. …Vous avez donné l’autorité aux troupes de terrain d’attaquer des gens en vertu de n’importe quel renseignement qu’ils considèrent valable. »

Hannah a répondu que la version des projets d’assassinats selon Hersh « n’[était] pas correcte ». Pourtant, dans l’instant qui a suivi, alors qu’il était interrogé sur l’existence d’une « liste » de cibles à assassiner, Hannah s’est fait l’écho des affirmations de Hersh. Hannah a déclaré que « les troupes de terrain » ont reçu la « permission » de « capturer ou tuer certains individus » considérés comme représentant une menace. « C’est certainement vrai » dit-il.

Q : « Y a-t-il une liste de terroristes présumés qui sont ceux pouvant être assassinés ? »

HANNAH : « Il y a manifestement un groupe de personnes sujettes à une enquête vraiment, vraiment approfondie, traitée par les différents services… ces gens ont commis des actes de guerre envers les États-Unis, sont en guerre ou sont suspectées de mettre en place des opérations de guerre contre les États-Unis.

Dans le cas de ces personnes la permission est donnée à nos troupes de terrain, dans le cas de menaces de guerre, de capturer ou de tuer ces individus. C’est certainement vrai. »

Hannah n’a pas contesté directement l’affirmation de Hersh selon laquelle le Congrès n’était pas informé de ces assassinats. Il a déclaré « Il m’est extrêmement difficile de le croire ».

En parlant du programme d’assassinats à Keith Olbermann dans son émission sur MSNBC, l’ancien conseiller de Nixon à la maison blanche, John Dean a affirmé : « C’est potentiellement un crime de guerre, cela pourrait être tout simplement un meurtre au yeux de la loi et cela serait clairement en violation avec l’ordre exécutif du Président Ford. » – En référence au décret présidentiel de 1976 selon lequel « aucun employé du gouvernement des États-Unis ne doit manigancer ou s’impliquer dans un assassinat politique. »

Par Satyam Khanna pour Think progress le 30 mars 2009 Traduction par Temceln pour ReOpenNews

Note reOpenNews : Le journaliste Seymour Hersh avait déjà révélé les scénarii envisagés par Cheney pour déclencher une guerre contre l’Iran. L’une d’elles impliquait des victimes américaines dans le cadre d’une attaque sous fausse bannière.

Le Business des experts en terrorisme décortiqué dans un livre sur les retombées du 11 Septembre

Publié le13 avril 2009 par Spotless Mind

Roland Jacquard, Xavier Raufer, Antoine Sfeir, Antoine Basbous… Autant de spécialistes hyper médiatiques des questions de terrorisme et dont le discours est analysé et décrypté dans « Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve du terrorisme ». « Bakchich » publie en exclusivité les bonnes feuilles de l’ouvrage.

Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve de l’antiterrorisme est un ouvrage collectif qui sort aux éditions La Découverte le 11 septembre. Coordonné par Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe, respectivement universitaires et journaliste, il regroupe les écrits de plus d’une trentaine de spécialistes européens et de journalistes, tous pointus dans leur domaine.

De l’Afghanistan à l’Irak, en passant par l’Algérie, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne, la France, la Russie et bien sûr les États-Unis, cet ouvrage se penche, preuves à l’appui, sur les graves dérives et manipulations d’une lutte contre le terrorisme marquée au fer rouge par l’ampleur des attentats du 11 septembre 2001 à New York. Le tout sans oublier le durcissement des législations qui restreint les libertés, les conséquences du renforcement de la coopération antiterroriste internationale, notamment avec les États-Unis du président Bush, ou encore les actions ouvertes ou clandestines violant sciemment le droit international.

Au nom du 11 septembre © La Découverte

Le chapitre dont Bakchich produit des extraits est écrit par le journaliste Thomas Deltombe. Sans aucune concession, il décrypte le mode de fonctionnement et les petits arrangements des « experts » en terrorisme qui trustent les écrans de télévision français et influencent donc l’opinion publique.

Publié le 8 septembre 2008 par Bakchich

voir aussi :

Armer les esprits : le business des « experts » à la télévision française par Thomas Deltombe

- La naissance du marché des experts médiatiques

- A la guerre de l’info comme à la guerre

- Et le 11 septembre fût…

- Le business avant tout…

- De l’art d’être expert ou le cas Eric Denécé

- Que valent les informations des « experts » ?

POLEMIQUE AVEC RUE89

Rue89 échoue à l’examen du 11 Septembre !

Posté par Rédaction le 05/02/2009

CartonRouge pour le site Rue89

C’est avec le titre "Le vrai et tous les faux complots du 11 Septembre" que le site d’info Rue89 nous promet "Une trentaine de journalistes lancés dans cette enquête sans à priori". Rue89 réalisant souvent un décryptage pertinent de l’actualité l’on pouvait espérer un travail de qualité.

Mais c’était se réjouir trop vite ! Bien loin d’avoir mené un travail d’investigation, Rue89 à confié la lourde tache à 30 étudiants journalistes.

Qui plus est, certains nous ayant contacté en hâte afin de rendre leur copies en fin de semaine dernière, nous ont confiés qu’ils devaient initialement avoir 2 semaines mais ce fut plutôt quelques jours... Sous couvert de démystification et de clarification,

Rue89 nous livre ici une grossière enquête à charge contre les théories alternatives sur le 11-Septembre. Malheureusement, en ne laissant que trop peu de temps aux étudiants chargés de rédiger ce dossier, et surtout en fabriquant un dossier rempli d’erreurs et de partialité, Rue89 se prend les pieds dans le tapis !

ReOpen911 corrige la copie de Rue89 : WTC

Posté par Rédaction le 07/02/2009

ReOpen911 corrige la copie de Rue89 : WTC 1 & 2

Ne nous y trompons pas : nous sommes bel et bien entrés dans une nouvelle phase de nos efforts vers la reconnaissance du fait que la version officielle du complot du 11-Septembre ne tient tout simplement pas la route, et qu’un débat public serein accompagnant une nouvelle enquête est toujours nécessaire.

Après le silence, après la dérision, nous voici au stade supérieur de l’opposition et de l’affrontement des points de vue : réjouissons-nous donc de cette évolution, en gardant à l’esprit ces 2 phrases pleines d’intelligence et d’espoirs.

« Toute vérité passe par trois phases. D’abord, elle est ridiculisée ; ensuite, elle rencontre une vive opposition avant d’être acceptée comme une totale évidence » - Arthur Schopenhauer

« D’abord ils vous ignorent, ensuite ils vous raillent, puis ils vous combattent et enfin, vous gagnez. » - Gandhi

À ReOpen911, nous n’avons pas peur de la confrontation et du débat d’idées ; bien au contraire, car nous cherchons à établir un débat contradictoire, sérieux, factuel, argumenté avec ceux de nos concitoyens qui le souhaitent, journalistes compris, bien sûr. Nous ne prétendons pas détenir une quelconque vérité.

Nous ne sommes pas un mouvement sectaire, une bande d’illuminés, ces "fameux adeptes des théories du complot" que décrivaient la plupart des médias il y a encore bien peu de temps.

Pas plus que nous sommes "anti-américains", "révisionnistes-négationnistes" ou "antisémites" pour reprendre le florilège des attaques aussi stupides qu’infondées dont nous avons été l’objet de la part des médias, ces dernières années. A risque de nous répéter 95% des citoyens réclamant une enquête sont américains !

Ainsi souhaitons-nous faire la part des choses dans ce fameux dossier « Désintox 11-Septembre » de Rue89.

Pour commencer, saluons Pascal Riché lorsqu’il évoque le "complot" de l’administration Bush pour faire croire à l’opinion publique que Saddam Hussein était impliqué dans le 11-Septembre. Rappelons que cela a parfaitement fonctionné puisqu’en juin 2003, 70% des Américains le pensaient, et qu’en juin 2007, ils étaient encore 41% ! Signe qu’avec l’appui des médias, un gouvernement peut faire croire n’importe quoi à son peuple...

Voici notre lecture critique de ces articles, dont force est de constater que bien peu s’avèrent recevables... Mesdemoiselles et messieurs les étudiants journalistes du CFJ, ReOpen911 a lu vos copies.

ReOpen911 corrige la copie de Rue89 : WTC7

Posté par Rédaction le 09/02/2009

Voici donc la seconde livraison de notre lecture critique des articles du fameux dossier « (Dés)intox 11-Septembre » de Rue89.

Explications sur les mystères du bâtiment 7, la troisième tour

3 tours sont tombées le 11 septembre 2001, la troisième, le bâtiment 7, un gratte-ciel moderne de 180 mètres et 47 étages s’est effondré à 17h20, sans avoir été heurté par aucun avion. L’immeuble, qui n’avait été que partiellement touché par les débris des tours jumelles et ne souffrait que de quelques incendies épars, s’est brusquement affaissé en moins de 7 secondes, droit dans ses fondations de manière totalement symétrique.

Avant de commencer nous devons noter qu’aucun des articles de Rue89 ne mentionne que plus de 570 architectes et ingénieurs américains ont signé une pétition réclamant au Congrès américain l’ouverture d’une nouvelle enquête indépendante sur le chute des 3 tours. On ne s’étonnera donc pas qu’ils passent également sous silence la réponse de l’association Architects & Engineers for 9/11 Truth au Rapport du NIST (Partie 2).

La déontologie la plus élémentaire aurait consisté à mentionner cette réponse afin que vos lecteurs aient en main les points de vue des 2 camps et puissent se faire une opinion… Rue89 a été invitée à rencontrer Richard Gage président de Architects & Engineers For Truth lors de sa conférence à Paris en novembre dernier. Réponse de Julien Martin de Rue89 : "aucun intérêt, il n’y a rien de nouveau"

Voici donc l’introduction de Rue89 :

C’est la troisième tour, celle dont peu se souviennent. Le 11 septembre, à 17h20, la tour 7 du WTC s’effondre alors qu’aucun avion ne l’a percutée.

Sur les vidéos, cette tour de 47 étages, qui abritait notamment des bureaux de la CIA, semble s’être écroulée en sept secondes et des journalistes ont annoncé sa chute avant qu’elle ne se produise.

Cette troisième tour déchaîne les passions entre partisans et détracteurs de la théorie du complot alors même que les éléments qui troublent les complotistes ne tiennent pas compte de l’incendie monstre qui a précipité l’effondrement de l’immeuble. En jonglant avec le jargon du bâtiment, les passionnés de conspiration tentent de donner des fondements à leur thèse. Décryptage d’une manipulation.

Si “peu de gens se souviennent” de la 3e tour... C’est sans nul doute moins parce qu’ils n’ont pas de mémoire, que parce que les médias en France ont consciencieusement évité d’en parler, jusqu’en août dernier, quand miracle, à l’instar de Jean Guisnel du Point, ils en ont “redécouvert” l’existence parce que le NIST sortait son rapport explicatif de l’effondrement, 7 ans après les faits. Un habile tour de passe-passe en somme. Et pour voir un véritable "incendie monstre" c’est ici !

Enfin, si vous mentionnez la CIA vous omettez de préciser que le WTC7 était un immeuble particulier qui abritait la CIA, les services secrets, le trésor public, et la commission des affaires en bourse (SEC) , des bureaux du ministères de la défense, ainsi que les bureaux de gestion de crise du maire de N.Y pourvus de systèmes d’autonomie d’air et d’eau. Bien loin d’un bâtiment ordinaire donc.

Décryptage de VOTRE manipulation...

ReOpen911 corrige la copie de Rue89 : VOL93

Posté par Rédaction le 11/02/2009

Voici donc notre lecture critique des articles du fameux dossier « (Dés)intox 11-Septembre » de Rue89.

VOL 93 : abattu par l’armée ? Possible...

L’armée américaine a-t-elle abattu le vol 93 ? Les conspirationnistes en sont certains : ce n’est pas la révolte des passagers qui est à l’origine du crash du Boeing de la United Airlines, mais un missile, tiré sur ordre du gouvernement.

Des débris très éparpillés, des imprécisions sur l’heure du crash, un appareil qui échappe aux radars, un mystérieux avion blanc aperçu sur les lieux de l’accident... autant d’éléments utilisés par les sceptiques pour contester la version officielle.

Nous avons recueilli des avis d’experts en aéronautique, en surveillance aérienne et en téléphonie mobile pour passer au crible ces scénarios.

Pour commencer, nous réfutons catégoriquement l’appellation de "conspirationnistes" : nous ne voyons pas des complots partout ! Non, nous sommes des citoyens normaux, appartenant à toutes les catégories socioprofessionnelles, d’âge et de sexe différents, avec chacun sa propre histoire personnelle... Et oui, nous nous interrogeons et nous nous informons parce que nous sommes effectivement sceptiques, et dans bien des cas incrédules, sur la théorie officielle du complot du 11-Septembre.

De tous les volets des événements du 11-Septembre, le vol UA93 censé s’être écrasé dans champ est le plus mystérieux, plus encore que ce qui s’est passé au Pentagone... Une chose est sûre : l’histoire des passagers héroïques se révoltant et se sacrifiant pour éviter un carnage pire encore, largement reprise par les médias, est celle que les Américains (et au-delà les Occidentaux) avaient besoin d’entendre pour se réconforter après le traumatisme... Mais n’est-ce pas une légende, trop idéale pour être vraie ? Est-elle ou non en accord avec les faits tels qu’ils émergent ?

Voyons si les experts contactés par le CFJ pour Rue89 connaissent le dossier aussi bien que nos propres experts et confrontons les points de vue, puisque les étudiants du CFJ ne savent pas (n’ont pas pu ou voulu) le faire...

ReOpen911 corrige la copie de Rue89 : PENTAGONE

Posté par Rédaction le 31/03/2009

Quatrième partie du fameux dossier « (Dés)intox 11-Septembre » de Rue89 : voici notre lecture critique des articles de la partie traitant du Pentagone.

En préambule nous devons rappeler que ReOpen911 ne cherche en aucun cas a prouver qu’un missile ou un drone ait frappé le Pentagone ce jour là.

Cela est du ressort de la justice et d’experts. Bien plus modestement nous démontrons que la version officielle est fausse et que les mensonges et omissions du gouvernement Bush sont assez nombreux pour justifier une enquête internationale indépendante.

Encore une fois, instrumentalisation du terrorisme et les silences de l’administration Bush devraient pousser les journalistes à mener une investigation sérieuse plutôt que de tenter maladroitement de décrédibiliser les citoyens qui dénoncent les dérives anti-démocratiques !

l’article

French-American Foundation France

Young Leaders français depuis 1981

Pour en savoir plus sur la FAFF

Mission

La French-American Foundation - France (FAF - France) et sa sœur américaine ont été simultanément fondées en 1976 à Paris et New York afin de contribuer à l’enrichissement et à l’amélioration des relations entre la France et les Etats-Unis, en promouvant un constant dialogue entre les deux pays et le renforcement des liens franco-américains.

FAF - France multiplie les échanges d’expérience et organise des rencontres, débats, tables rondes, voyages et études sur des sujets clefs pour identifier des réponses aux défis du futur en matière économique, sociale, géopolitique et culturelle. FAF -France développe, sur un champ d’action varié, des interventions multiples sont destinées à un public averti de cadres dirigeants, élus, chercheurs, étudiants et journalistes.

Histoire

En 1975-76, plusieurs personnalités françaises et américaines, des milieux politiques, universitaires, de la presse et des affaires, s’emploient à susciter la création d’une structure franco-américaine qui soit un lieu de débat, d’échanges réguliers et de rapprochement des deux sociétés.

Après un an de préparation il est finalement décidé de créer deux structures, l’une à Paris, l’autre à New York. Cette décision est annoncée à Washington par le Président Valéry Giscard d’Estaing, à l’occasion de la célébration du deuxième centenaire de la Déclaration d’Indépendance.

FAF-US a reçu dès sa création le soutien continu de nombreux francophiles américains de Washington et New York. La Fondation Franco-Américaine a été créée en 1976 en même temps que la French-American Foundation à New York. Elle a pris le nom de sa fondation sœur French-American Foundation-Comité Français, en 1993. Elle a modifié alors ses statuts pour entériner notamment la création d’un Conseil franco-américain qui réunit des administrateurs des deux organisations.

FAF -France de son côté a été soutenue par le Ministère des Affaires Étrangères et les milieux d’affaires et notamment par Pechiney qui abordait alors une croissance américaine avec le rachat de Howmet. Pierre Jouven, président de Pechiney sera président de la Fondation jusqu’en 1982. Ses successeurs sont : Jacques Marchandise (1982-1989), Marceau Long (1989-1992), Jean Dromer (1992-1996), Michel Jaoul (1996-1997), Michel Garcin (depuis 1997). En décembre 2003, la FAF - France a adopté le statut d’association à but non lucratif à Conseil de surveillance et Directoire. Philippe Lagayette en est devenu le président du Conseil de surveillance et Michel Garcin le président du Directoire.

Les deux structures française et américaine mènent une cinquantaine d’opérations annuelles parfois communes et en tous cas complémentaires.

NDA : Le genre de "cénacle" qui explique parfois pourquoi certains restent étrangement silencieux ou adoptent des attitudes surprenantes.

Censure en direct sur France Inter : L’affaire Sabrina - MAM - Eric Delvaux

le Lundi 20 avril 2009

Voici une affaire particulièrement symbolique du 2 poids 2 mesures qui règne dans les médias alignés, et que vous ne retrouverez pas sur ces mêmes médias alignés :

L’affaire

Lors de la matinale de France Inter, le journaliste Eric Delvaux a censuré en direct l’intervention d’une auditrice Bordelaise qui interrogeait la Ministre de l’Intérieur sur deux affaires récentes liées au sionisme : l’affaire Guigue d’une part, et l’affaire du poignardage d’un Commissaire de Police en 2002 d’autre part, affaire qui n’a jamais été jugée par la Justice française, malgré des faits établis particulièrement graves.

La Ministre de l’Intérieur, mimant la surprise, a fait mine de ne rien comprendre et ne rien savoir sur ces différentes affaires.

Cette affaire de censure de France Inter est notamment retranscrite par le Blog d’inforamtions indépendantes Les Mots ont un Sens.

Selon de multiples sources dont cet article d’Indymedia, les faits concernant le fonctionnaire de police poignardé en 2002 et demeurés impunis semblent bien renseignés :

En avril 2002, un manifestant (membre du service d’ordre) avait poignardé un commissaire de police qui tentait de s’opposer à une agression organisée par des activistes sionistes, place de la République à Paris. Ce policier soigné pendant plusieurs semaines en soins intensifs à l’hôpital Saint-Antoine, avait dû retirer sa plainte contre le jeune nervis qui l’avait agressé et qui avait été arrêté. Une intervention des plus hautes instances juives en sa faveur avait permis de relâcher ce terroriste, et le commissaire avait été muté dans une autre région.

On apprenait il y a quelques mois que ce même dangereux individu, qui était allé se faire oublier en Israël, avait égorgé un chauffeur de taxi palestinien à Jérusalem, qui avait le malheur d’être arabe…

Le nouvel Observateur avait notamment évoqué cette tragique affaire de poignardage d’un Commissaire de Police de la République en Juin 2008, alors que Michèle Alliot Marie était déjà Ministre de l’Intérieur…

La vidéo

Ecoutez et regardez la vidéo de cette censure indirecte sur l’antenne, cela vaut son pesant d’Or… Ecoutez aussi les 2 “journalistes” qui coupent l’impudente auditrice avec des arguments particulièrement comiques.

Vidéo (gag) : MAM découvre en direct l’affaire Guigue et l’affaire du commissaire poignardé en marge d’une manifestation pro-sioniste - Dailymotion

Décidément, à voir la réaction de la Ministre de l’Intérieur Michèle Alliot Marie, les débriefings et les dossiers de Renseignement ne sont plus ce qu’ils étaient, et la Ministre ne semble au courant de rien de ce qui se passe ou s’est passé récemment dans son Ministère… alors qu’elle a elle-même en personne limogé le Préfet en question, Bruno Guigue !

Quel magnifique spectacle médiatico-politique !

Voir une autre vidéo sur le meme theme

Eric Delvaux tente de se justifier

Selon un intervenant (Thomcat) en commentaire de l’article de Lepost.fr :

Face à la broncha soulevée sur internet (mais totalement tue par l’ensemble des médias alginés), le journaliste censeur “Eric Delvaux s’est expliqué sur cet incident le samedi 18 avril, sur France Inter, vers 13h15, dans la rubrique du médiateur.

Il a indiqué que Sabrina s’était présentée au standard en disant vouloir parler de la police à l’école, soit un tout autre sujet que celui qu’elle a abordé à l’antenne. Eric Delvaux évoque alors le “contrat moral” entre les auditeurs et la radio, qui est celui-ci : si on se présente au standard avec tel sujet, c’est ce sujet qu’il faut ensuite aborder, et pas un autre. Les standardistes apportent des fiches indiquant les sujets que chaque auditeur veut aborder, et c’est en piochant dans ces fiches que le journaliste oriente la discussion comme il l’entend. Pas question qu’un auditeur fasse déraper la discussion sur autre chose.

Quand le rédacteur en chef (qui est en coulisse) a voulu reprendre Sabrina au téléphone après son exclusion de l’antenne, celle-ci a raccroché aussi sec”.

Apparemment l’affaire fait du bruit puisque le médiateur, destiné à aplanir les conflits avec les auditeurs, s’est quasi-immédiatement saisi de l’affaire à l’antenne.

Visiblement, le “journaliste” de France Inter Eric Delvaux - sous pression ?- utilise après coup un argument différent de l’argument initial voulant que MAM ne soit pas concernée par l’agression d’un de ses Commissaires de Police, ce qui évidemment était une argutie ridicule.

On constate alors avec cet argument spécieux, à quel point la censure règne sur les interventions soi-disant libres et démocratiques des auditeurs de France Inter : l’auditrice masquée n’avait aucune chance de passer le filtre de la censure - appelé ici “contrat moral” - sans subterfuge : comme tous les autres appels sur ce genre de sujets interdits d’antenne, elle aurait été mise directement au panier.

Pour toujours, et à jamais.

En conclusion

Cette affaire est symptomatique de l’Omerta qui règne en Vérité dans les Rédactions pro-NWO concernant divers sujets “interdits d’antenne”, et n’est qu’un avatar de plus du 2 poids 2 mesures qui a permis d’arriver là où nous en sommes : à l’avant-veille de la catastrophe.

Cela étant dit, admirez la moue de la Ministre : on croirait qu’on vient de lui parler du groupe Bilderberg ou du CFR, comme sur la fameuse vidéo-culte des experts internationaux de France 5 sur le Groupe Bilderberg !

En tout cas, France Inter et ses journalistes appointés sont désormais fin prêts pour accueillir le néoconservateur d’extrême-gauche Philippe Val à la direction de l’Antenne… Si tant est que la greffe puisse être envisagée concrètement tellement nous serions alors dans l’outrance la plus absolue.

VIDEOS

Loose Change Final Cut disponible chez votre marchand de journaux

Posté par Atmoh le 19/04/2009

Après des mois de travail, notre équipe de citoyens bénévoles est fière de vous annoncer la disponibilité de cet excellent documentaire dans de nombreux points presse de France, Belgique et Suisse... Précison que, budget oblige, nous sommes présent dans environ un tiers des points presse.

Reopen911 a pour objectif d’informer les citoyens sur les nombreux mensonges avérés de la version donnée au public par l’administration Bush et fidèlement rabâchée par les médias mainstream. Aujourd’hui, alors qu’un avocat de la Commission sur le 11 septembre déclare : "le gouvernement a accepté de mentir" et que plus de 1000 professionnels demandent une nouvelle enquête sur ce tragique événement fondateur des conflits majeurs du troisième millénaire, les médias continuent droit dans le mur, refusant tout dialogue et argumentation sérieuse. Ils tentent toujours de justifier une version obsolète de ces évènements, qui est, de l’aveu même de ses fabricants, FAUSSE et manipulée !

Le documentaire Loose Change, véritable phénomène de société a battu tous les records d’audience sur le net (plus de 100 millions de vues !), a été diffusé par des dizaines de chaînes de télévision (dont Planète en France). Depuis 2007, il est disponible dans sa version finale. Pourtant, AUCUN distributeur, aucune chaîne de télévision n’a voulu le diffuser.

Ainsi, notre association et vous, lecteurs de nos modestes travaux d’information citoyenne, avons réussi l’improbable pari de rendre disponible à tous un documentaire clé doublé EN FRANÇAIS (le sous titrage rebutant de nombreuses personnes). Précisons que le DVD, les traductions et les voix françaises ont été réalisées par des bénévoles avec un budget proche de zéro € !

Rendez-vous donc dans les kiosques pour trouver ce documentaire accompagné d’un livret de 64 pages avec les meilleurs extraits et documents issus de nos travaux. L’objectif est de rendre accessibles nos informations aux personnes qui n’ont pas internet et ainsi d’ouvrir le débat sur ces attentats qui influent encore sur notre quotidien. Bien loin d’être un épiphénomène, le 11 Septembre est la pierre angulaire d’une menace certaine contre notre démocratie. Aux citoyens d’aiguiser leur esprit critique !

- Sélection REOPEN911


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1967646

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pas En Notre Nom ! - 974   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License