AID Association initiatives dionysiennes
Après le minable discours de 2007 de Sarkozy à Dakar....

FRANCE-AFRIQUE ou FRANCAFRIQUE ?

les "excuses" de Ségolène Royal, née au Sénégal !

lundi 6 avril 2009 par JMT

L’ex candidate à la présidentielle s’est excusée lundi à Dakar pour le discours controversé prononcé en 2007 dans la capitale sénégalaise par le président.

L’ancienne candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, a demandé "pardon" lundi à Dakar pour le discours controversé prononcé en 2007 au Sénégal par le président Nicolas Sarkozy, puis a demandé la fin de "ce qu’on appelle la Françafrique".

Qu’est-ce que la Françafrique ?

voir l’article de Wikipédia et notamment les liens

extrait : Le terme Françafrique a été formellement repris en 1997 par l’association Survie pour dénoncer l’aspect pervers des relations franco-africaines.

Popularisé par le contexte de l’actualité (Affaire Elf, crise en Côte d’Ivoire, etc.), il a été depuis été repris par les médias (notamment Le Monde, Libération ou L’Express) pour désigner globalement les relations particulières entre la France et ses anciennes colonies africaines, regardées sous un angle critique.

PS - Quand Royal demande "pardon" pour Sarkozy

le 07/04/2009 - 10h14

L’ex candidate à la présidentielle s’est excusée lundi à Dakar pour le discours controversé prononcé en 2007 dans la capitale sénégalaise par le président.

Crédit Photo : TF1 Ségolène Royal Image d’archives

L’ancienne candidate socialiste à la présidentielle en France, Ségolène Royal, a demandé "pardon" lundi à Dakar pour le discours controversé prononcé en juillet 2007 dans la capitale sénégalaise par le président français Nicolas Sarkozy.

"Quelqu’un est venu ici vous dire que ’l’Homme africain n’est pas entré dans l’Histoire’", a-t-elle déclaré devant plusieurs centaines de personnes réunies au siège du Parti socialiste sénégalais. "Pardon, pardon pour ces paroles humiliantes et qui n’auraient jamais dû être prononcées et -je vous le dis en confidence- qui n’engagent ni la France, ni les Français", a-t-elle ajouté, aussitôt saluée par la salle debout pour l’applaudir et l’acclamer.

Nicolas Sarkozy avait suscité une vive émotion en 2007, à l’occasion de son premier déplacement en Afrique subsaharienne, en évoquant notamment "le drame de l’Afrique, (qui est) que l’Homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire".

"Car bien évidemment, vous avez fait l’histoire et vous continuez à la faire et vous l’avez faite bien avant la colonisation, pendant, avant et depuis. Et c’est avec vous, que nous devons construire notre avenir", a ajouté Ségolène Royal.

"La négresse blanche"

"Il y a des mots que le peuple français doit au peuple sénégalais et à tous les peuples africains : pardon pour le passé, merci pour le passé", a-t-elle poursuivi.

Elle a également décrit la colonisation comme "une entreprise systématique d’assujettissement et de spoliation". "Le pire fut l’esclavage (...), le pire aussi ce fut la colonisation dont une partie de la droite a essayé de nous faire croire (...) qu’elle avait des ’aspects positifs’".

Elle avait été présentée à l’assistance par le premier secrétaire du PS sénégalais, Ousmane Tanor Dieng, qui avait mis l’accent sur la "résonance affective particulière pour tous les Sénégalais avec qui vous avez en partage ce pays qui vous a vu naître, à Ouakam, près de l’océan Atlantique", se disant "très heureux d’accueillir Ségolène, la négresse blanche".

En revanche, son programme prévoyait une audience à la mi-journée avec le président Abdoulaye Wade qui n’a pas eu lieu. L’attache de presse de Ségolène Royal a ensuite annoncé que cet entretien avait été "reporté".

Mais la présidence assurait de son côté que "cela n’était pas à l’agenda du président lundi". Ségolène Royal, adversaire malheureuse de Nicolas Sarkozy au 2e tour de la présidentielle, est arrivée samedi soir au Sénégal pour une visite de cinq jours axée sur le "développement durable".

Pour Joyandet, des déclarations "irresponsables"

"Les déclarations de Mme Royal tenues à l’étranger sont choquantes, irresponsables et antidémocratiques. Elles sont tournées vers le passé. Désirs d’avenir, c’est vraiment du passé", a réagi le secrétaire d’Etat à la Coopération Alain Joyandet.

Ségolène Royal demande "pardon" pour le "discours de Dakar" de Sarkozy

Afp, 06/04/2009, 22h27

L’ancienne candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, a demandé "pardon" lundi à Dakar pour le discours controversé prononcé en 2007 au Sénégal par le président Nicolas Sarkozy, puis a demandé la fin de "ce qu’on appelle la Françafrique".

"Quelqu’un est venu ici vous dire que "l’Homme africain n’est pas encore entré dans l’Histoire" ", a-t-elle déclaré, devant plus de 500 personnes réunies au siège du Parti socialiste sénégalais.

"Pardon, pardon pour ces paroles humiliantes et qui n’auraient jamais dû être prononcées et -je vous le dis en confidence- qui n’engagent ni la France, ni les Français", a-t-elle ajouté.

L’assistance enthousiaste, en bonne partie constituée de militants socialistes, s’est alors levée pour l’applaudir et l’acclamer.

Le secrétaire d’Etat à la Coopération Alain Joyandet a qualifié d’"irresponsables" les propos de Mme Royal.

"Les déclarations de Mme Royal tenues à l’étranger sont choquantes, irresponsables et antidémocratiques. Elles sont tournées vers le passé", a réagi M. Joyandet dans une déclaration transmise à l’AFP. "Désirs d’avenir, c’est vraiment du passé", a-t-il ajouté, dans une allusion à l’association "Désirs d’avenir" de Mme Royal.

M. Sarkozy avait suscité une vive émotion, le 26 juillet 2007, à l’occasion de son premier déplacement en Afrique subsaharienne, en évoquant notamment "le drame de l’Afrique, (qui est) que l’Homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire" ou "le paysan africain qui (...) ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles".

Des intellectuels ont publié depuis plusieurs livres en riposte aux propos de M. Sarkozy, résultant selon eux d’"une vision manichéenne, raciale et paternaliste" de l’Afrique.

"Bien évidemment, vous avez fait l’histoire et vous continuez à la faire et vous l’avez faite bien avant la colonisation, pendant, avant et depuis. Et c’est avec vous que nous allons construire notre avenir" a répliqué Mme Royal.

"Pardon pour le passé, merci pour le passé", a-t-elle poursuivi, 161 ans après l’abolition définitive de l’esclavage en France et 49 ans après l’indépendance du Sénégal, ex-colonie française.

"Pour le meilleur et parfois, hélas, pour le pire, nos histoires ont été liées. Le pire, ce fut l’esclavage (...), le pire aussi ce fut la colonisation dont une partie de la droite a essayé de nous faire croire (...) qu’elle avait des +aspects positifs+", a poursuivi Mme Royal.

La présidente de la région Poitou-Charentes avait débuté son discours par "mes frères et mes soeurs" et s’était présentée comme "une fille de l’Afrique", née il y a 55 ans à Dakar où son père était sous-officier.

"La France républicaine mérite que cesse ce qu’on appelle (...) la +Françafrique+ et l’opacité de décisions prises dans le secret de quelques bureaux pour quelques intérêts particuliers", a-t-elle encore déclaré.

"Nous ne pouvons, nous Français, ni soutenir les dictatures, ni abandonner les démocrates", a insisté Mme Royal, adversaire malheureuse de M. Sarkozy au second tour de la présidentielle de 2007, s’exprimant souvent comme une présidentiable en campagne.

Le premier secrétaire du PS sénégalais, Ousmane Tanor Dieng, a jugé que le discours de Mme Royal avait "réhabilité la France aux yeux des Sénégalais".

En revanche, son programme prévoyait lundi une audience avec le président sénégalais Abdoulaye Wade qui n’a pas eu lieu. L’attachée de presse de Mme Royal a annoncé que l’entretien avait été "reporté" mais la présidence a assuré que "cela n’était pas à l’agenda du président lundi".

Mme Royal doit achever jeudi une visite de cinq jours au Sénégal.

VIDEOS

PS : Les "excuses" de Royal, les piques de Kouchner et Yade

07 avril 2009 - 08h33

Le ministre des Affaires étrangères et la secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme n’ont pas tardé à réagir aux propos de Ségolène Royal à Dakar.

LCI.fr

PS : Royal à Dakar : "Pardon pour ces paroles humiliantes"

07 avril 2009 - 08h32

Document audio. L’ancienne candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, a demandé "pardon" lundi à Dakar pour le discours controversé prononcé en 2007 au Sénégal par le président Nicolas Sarkozy.

LCI.fr

article complété le 7 avril

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1968572

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Amis du Monde Diplomatique  Suivre la vie du site Articles 2009   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License