AID Association initiatives dionysiennes
Quelqu’un lui a dit : manie, remanie, ça occupe le pays !

PRESIDENCE MUSICALE

dimanche 18 janvier 2009 par JMT

Il a pas osé remplacer NKM par NTM mais c’est tout juste ! Bling !Bling ! Il l’a quand même promue (rattachée au premier ministre c’est mieux qu’à un ministre d’ETat) mais déplacée brutalement à la dernière minute

Quand à Brice , pas de Nice, on apprend avec intérêt qu’il a une compatriote, Fadela, sa ci-devant nouvelle secrétaire d’Etat désormais rattachée à lui et arrachée au sein (pas de la tarte ! :-) de Christine Boutin. Compatriote pas évidente.....

Plus subtil que Dieudonné, Brice voulait parler du fait que Fadela et lui étaient AU VER GNATS...gna gna gna ! Potée, aligot and co pour le blond à relents lepéniste et pour la brune maghrébine. C’est Giscard qui a du se tordre de rire !

Le sieur Besson va devoir s’écarteler pour continuer à faire croire qu’ile st socialiste avec une feuille de route présidentielle clairement lepéniste.

Ce ne sont plus des chaises musicales, ce sont des lits de Procuste où l’on va tailler l’impétrant à la dimension du cadre.

Gouvernement - Amara n’en veut pas à Hortefeux

le 16/01/2009 - 12h29

La secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la Ville a assuré qu’elle n’en voulait pas à Brice Hortefeux, son nouveau ministre de tutelle, d’avoir jugé sa nationalité française "pas évidente".

Crédit Photo : Canal +La secrétaire d’Etat à la politique de la Ville, Fadela Amara, le 10 février 2008

La secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la Ville, Fadela Amara, a assuré vendredi qu’elle n’en voulait pas à Brice Hortefeux, son nouveau ministre de tutelle, d’avoir jugé sa nationalité française "pas évidente". "Je ne l’ai pas du tout mal pris. Ce n’est pas la première fois qu’il le dit, même en privé, il l’avait dit à maintes reprises. Mais je n’ai lu aucun propos tendancieux", a-t-elle affirmé sur le plateau d’I-Télévision.

Au moment de saluer ses secrétaires d’Etat jeudi, lors de sa passation de pouvoir avec Xavier Bertrand qu’il remplace au ministère du Travail, Brice Hortefeux a rappelé en présentant Amara qu’elle était "une compatriote".

"Comme ce n’est pas forcément évident, je le précise", a-t-il alors ajouté. La remarque, qui avait provoqué un sourire crispé de la secrétaire d’Etat fille d’immigrés algériens jeudi après-midi, était une référence à leurs origines auvergnates communes, a-t-elle assuré vendredi.

"Nous sommes tous les deux Auvergnats, lui blond aux yeux bleus et moi un peu... voilà, résultat des courses on ne ressemble ni l’un l’autre aux Auvergnats, au profil des Auvergnats. C’est pour ça qu’il a dit ça", a-t-elle dit.

Le secrétariat d’Etat à la Politique de la Ville, jusque là lié au ministère du Logement, a été rattaché au ministère du Travail dans le cadre du remaniement intervenu jeudi.

Pour Fadela Amara, qui s’est souvent opposée à la politique d’immigration menée par Brice Hortefeux dans ses précédentes fonctions, cette décision va permettre "d’accélérer la mise en place de la dynamique ’espoir banlieue’ et de mettre en place un véritable bouclier social".

UMP - Brice HORTEFEUX

Emmanuel TIXIER - le 15/01/2009 - 12h21

Brice HORTEFEUX,Ministre du travail, des Relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville

49 ans, Marié, trois enfants, Haut-fonctionnaire

Crédit Photo : TF1/LCI/Christophe Chevalin Brice Hortefeux

Nicolas Sarkozy dit de lui qu’il est son "frère". Brice Hortefeux est en tout cas le parrain d’un des fils du nouveau président de la République. C’est avec Nicolas Sarkozy qu’il a fait ses premières armes en politique, à Neuilly-sur-Seine où les deux compères tenaient la permanence du RPR.

Depuis, Brice Hortefeux a toujours été dans l’ombre. Administrateur territorial, ce juriste diplômé de Sciences Po est devenu préfet en 1995, grâce au soutien de son mentor. A Clermont-Ferrand, la dynastie Giscard d’Estaing (Valéry et Louis) doit faire avec cet homme à la réputation de porte-flingue sans pitié.

Devenu l’un des hommes-clés de la majorité, Brice Hortefeux a troqué le 15 janvier 2009 son habit de ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale pour celui plus consensuel mais tout aussi délicat de Ministre du Travail, des Relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville.

L’ami de plus de 30 ans de Nicolas Sarkozy pourra ainsi tenter de changer son image après avoir assumé depuis dix-neuf mois une politique cristallisant la colère des défenseurs des droits de l’homme et d’une partie de la gauche française. "Après les dossiers par nature polémiques traités au ministère de l’Immigration, il pourra enfin montrer l’homme de dialogue et de consensus qu’il est vraiment", confiait récemment son entourage au Figaro.

"Nicolas Sarkozy veut utiliser ses talents de diplomatie et de négociateur sur le sujet le plus important stratégiquement aujourd’hui : l’économie et le social", déclare une source proche de la direction de l’UMP. Le chef de l’Etat s’assure l’appui d’un homme de confiance dans une période sociale délicate.

Gauche - Eric BESSON

le 15/01/2009 - 12h18

Ministre de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale

49 ans, Marié, 3 enfants

Crédit Photo : TF1-LCI Eric Besson, le 21 février 2007

Promotion pour Eric Besson. L’ex-socialiste a été officiellement nommé jeudi 15 janvier au ministère de l’Immigration. Depuis plusieurs jours, l’entourage de l’intéressé ne faisait pas mystère de ce secret de polichinelle : il remplace donc Brice Hortefeux, celui-ci succédant pour sa part aux Affaires sociales à Xavier Bertrand, qui quitte le gouvernement pour diriger à plein temps le parti majoritaire.

A ce nouveau poste, M. Besson entend insister, dit son entourage, sur le "i d’Intégration", qui figure dans l’intitulé de ce portefeuille au côté de l’"Identité nationale". Une mission à laquelle le nouveau ministre s’attellera en prenant en compte ses "17 ans passés" au Maroc dans sa jeunesse. Selon plusieurs sources, Eric Besson, 50 ans, pourrait également se voir proposer un poste de secrétaire général adjoint de l’UMP.

L’évolution est aussi radicale que rapide pour celui que François Hollande avait un temps pressenti pour lui succéder à la tête du PS. "Besson, il est très bon", a confié récemment Nicolas Sarkozy à quelques journalistes.

L’ex-député de la Drôme est le prototype du "traître", jugent au contraire ses ex-amis de l’autre bord. Il y a deux ans exactement, le PS publiait, sous la signature d’Eric Besson, une brochure taillant en pièces le programme de Nicolas Sarkozy. Le candidat UMP à la présidentielle y était décrit en "néoconservateur américain à passeport français". Quelques semaines plus tard, Eric Besson quittait le PS, ulcéré par les propositions économiques de Ségolène Royal.

Récupéré par Nicolas Sarkozy, il publiait en pleine campagne un violent pamphlet ("Qui connaît Mme Royal ?"), puis montait à la tribune d’un meeting UMP à Dijon.

Il est promu après la victoire de Nicolas Sarkozy secrétaire d’Etat à la Prospective et à l’Evaluation des Politiques publiques, portefeuille auquel s’ajoute en mars 2008 l’Economie numérique.

Il crée parallèlement son club, les Réformistes, et invite à son lancement l’ex-Premier ministre britannique Tony Blair —auquel il aime à comparer Nicolas Sarkozy.

UMP - Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET

le 15/01/2009 - 11h51

secrétaire d’Etat à la prospective et au développement de l’économie numérique

34 ans, mariée, 1 enfant, Ingénieur des eaux et forêts

Crédit Photo : TF1/LCI Nathalie Kosciusko-Morizet

Petite fille de Jacques Kosciusko-Morizet, ancien ambassadeur de France, fille de François Kosciusko-Morizet, maire de Sèvres, Nathalie Kosciusko-Morizet est tombée dans la marmite politique dès l’enfance. Après une scolarité brillante, elle intègre Polytechnique et, passionnée par les questions d’environnement, rejoint le corps des eaux et forêts.

Elle commence sa carrière professionnelle comme chargée de mission chez Alstom. Mais la politique la happe. En 2002, elle devient suppléante du député de l’Essonne Pierre-André Wiltzer, puis elle-même députée après la nomination de son titulaire au ministère de la Coopération.

Benjamine de l’Assemblée, elle est le rapporteur de la Charte de l’environnement que Jacques Chirac avait appelé de ses vœux. "Madame Ecologie" de l’UMP, elle affirme son double statut de mère de famille et de femme politique avec véhémence.

"J’ai choisi le cycle politique des hommes. Je n’ai pas fait l’erreur de mettre ma carrière politique entre parenthèses entre 30 ans et 45 ans pour m’occuper de ma famille. Je mène les deux", expliquait la jeune femme au Monde, en avril dernier.

Son expertise en matière d’écologie et son soutien sans failles à Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle font d’elle une valeur montante de la galaxie UMP. Pas assez expérimentée pour obtenir un portefeuille à part entière, elle obtient néanmoins dans Fillon II le secrétariat d’Etat qu’elle espérait.

En janvier 2009, pour le quatrième remaniement gouvernemental, elle change d’orientation puisqu’elle est nommée secrétaire d’Etat à la prospective et au développement de l’économie numérique

VIDEOS

Remaniement : Kosciusko-Morizet : "Pas de conflit d’intérêt"

16 janvier 2009 - 09h32

Interrogée sur France Inter sur sa nomination au secrétariat d’Etat à l’Economie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, dont le frère est PDG du site PriceMinister, a assuré qu’il n’y avait aucun risque de "conflit d’intérêts".

Remaniement : Hortefeux sur Amara : "une compatriote, c’est pas forcément évident"

15 janvier 2009 - 21h08

Lors de la passation de pouvoir après le léger remaniement ministériel de jeudi, Brice Hortefeux a présenté Fadela Amara, sa nouvelle secrétaire d’Etat à la Ville, de manière un peu surprenante, tenant à préciser sa nationalité.

Remaniement : un jeu de chaise musicale et une surprise

15 janvier 2009 - 20h00

Comme prévu, le léger remaniement du gouvernement Fillon récompense deux des ministres préférés de Nicolas Sarkozy : Brice Hortefeux et Eric Besson. Seule surprise : NKM. La Redaction

Remaniement : Hortefeux nommé aux Affaires sociales

15 janvier 2009 - 12h11

Brice Hortefeux a été nommé jeudi ministre du Travail et des Relations sociales à la place de Xavier Bertrand, qui quitte le gouvernement pour diriger l’UMP.

Remaniement : Eric Besson, le nouveau Monsieur Immigration

15 janvier 2009 - 12h09

Dans le mini-remaniement gouvernemental annoncé jeudi par l’Elysée, Brice Hortefeux est remplacé à l’Immigration par Eric Besson.

Remaniement : François Bachy décrypte le "jeu de chaises musicales"

15 janvier 2009 - 12h02

L’Elysée a annoncé jeudi un mini-remaniement gouvernemental que détaille François Bachy, notre spécialiste politique.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1788364

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site POLITIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License