AID Association initiatives dionysiennes

PLANS ECO DU SARKO PIPO ?

Un syndicat de patrons de TPE dénonce le double langage

dimanche 21 décembre 2008 par JMT

Alors que le médiateur du crédit, René Ricol se félicite partout de l’attitude plus conciliante des banques envers les entreprises, le Cerf n’a de cesse de marteler le contraire sur la foi des témoignages reçus et des chiffres alarmants des défaillances.

Réponse à René Ricol : La France doit mériter ses entrepreneurs

Alors que le médiateur du crédit, René Ricol se félicite partout de l’attitude plus conciliante des banques envers les entreprises, le Cerf n’a de cesse de marteler le contraire sur la foi des témoignages reçus et des chiffres alarmants des défaillances.

Mais personne ne veut entendre que la France est en train de laisser tomber sa première richesse : ses entrepreneurs. Le Cerf a donc choisi de reproduire intégralement le témoignage d’un patron reçu par mail le 16 décembre 2008 et qui illustre parfaitement la situation de milliers de TPE-PME :

« Je dirige une PME de 7 employés, 2 millions de CA en province. Nos activités sont dans le domaine des hautes technologies, et l’internet. Nous avons le statut JEI (Jeune Entreprise Innovante, NDLR). Nous sommes censés bénéficier du Crédit Impôt Recherche [CIR].

Nous avons subi 3 contrôles fiscaux en 4 ans, l’un contredisant l’autre à chaque fois, on ne nous paye pas nos CIR car ils sont contrôlés, mais les contrôleurs ne connaissent rien au CIR. Donc déjà 1 an de retard sur le paiement du CIR 2007. Et ils se sont servis de notre CIR 2006 pour se rembourser sans nous le payer en ponctionnant chaque mois la TVA à reverser (au lieu de nous le payer en cash).

Mon entreprise possède un département recherche développement : c’est très rare en France, des PME qui font encore de la recherche sur les fonds du dirigeant ! Car je ne prends pas de dividendes, j’ai toujours tout réinvesti.

Nous avons 8 bilans positifs. Une situation à juillet 2008 avec 150KE de résultat positif. Notre banque nous lâche dès le début de la crise, motif : "on ne peut plus financer votre développement, il faut trouver des investisseurs extérieurs".

Nous faisons intervenir le médiateur du crédit : on obtient 100 KE de garantie bancaire d’OSEO, garantie écrite officielle. Mais AUCUNE banque pour nous les financer. On a besoin de cash immédiatement, pas dans 4 mois sinon dépôt de bilan.

On vient d’être informé par notre assureur crédit qu’il coupe nos 80 KE de garantie auprès de nos fournisseurs, motif : "conjoncture défavorable dans la branche".

Ma branche ? Les technologies de l’internet : l’industrie qui résiste le mieux à la crise !!!

On se moque de nous.

LES ANNONCES QUI SONT FAITES SONT BIDONS. LES MEDIATEURS DU CREDIT BOSSENT MAIS N’ONT PAS DE MOYENS CONCRETS POUR FAIRE PLIER LES PARTENAIRES.

Tout est du vent, rien n’est concret. Et nous PME-TPE, on galère comme des dingues !J’ai des dizaines de confrères dans le même cas que moi dans toute la France. Une entreprise comme la mienne, en France ça se mérite, et un entrepreneur comme moi en France, ça se mérite.

Je veux des preuves qu’on me veut en France, et qu’on mérite mon travail en France.Sinon je pars à l’étranger après le dépôt de bilan début 2009. »


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1789279

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License