AID Association initiatives dionysiennes
Encore une faillite frauduleuse aux USA et des banques européennes lourdement plombées

Plus c’est gros, mieux ça passe !

Quand un ancien président du NASDAQ s’envoie en l’air à coups de milliards de dollars

lundi 15 décembre 2008 par JMT

Bernard Madoff, ancien PDG de la Bourse Nasdaq à New York, est accusé d’avoir monté une gigantesque fraude portant sur 50 milliards de dollars. Il utilisait un système dit "pyramidal".

La Société Générale évalue ses pertes à moins de 10 millions d’euros et la BNP Paribas à 350 millions. Les banques espagnoles seraient exposées à des pertes beaucoup plus élevées, celles de Santander pouvant atteindre plus de 2 milliards d’euros.

La banque française BNP Paribas a annoncé dimanche qu’elle pourrait perdre 350 millions d’euros dans l’escroquerie de Bernard Madoff, ancien patron du Nasdaq. En Suisse, "plusieurs estimations laissent à penser qu’au moins cinq milliards sont à risque" dans les portefeuilles des banquiers de Genève

Fraude MADOFF : une perte de 450 millions d’euros pour Natixis

L.D. (Avec agence) - le 15/12/2008 - 10h58

La Société Générale évalue ses pertes à moins de 10 millions d’euros et la BNP Paribas à 350 millions. Les banques espagnoles seraient exposées à des pertes beaucoup plus élevées, celles de Santander pouvant atteindre plus de 2 milliards d’euros.

Après la trêve du week end, l’onde de choc de l’affaire Madoff atteint les rivages de l’Europe et notamment de l’hexagone. Ainsi, Natixis pourrait perdre jusqu’à 450 millions d’euros dans l’escroquerie du gérant de fonds américain, ce qui en fait pour l’heure la banque française potentiellement la plus touchée, alors que la Société Générale évalue ses pertes à moins de 10 millions d’euros et la BNP Paribas à 350 millions.

"Natixis pourrait être victime indirectement" de cette affaire et "évalue son exposition indirecte nette maximale à environ 450 millions d’euros", indique la filiale de la Caisse d’Epargne et de Banque Populaire dans un communiqué laconique. Dimanche, la BNP Paribas a quant à elle déclaré qu’elle pourrait perdre 350 millions d’euros, soulignant qu’elle n’avait pas investi directement dans les fonds spéculatifs du gérant mais qu’elle était exposée via "ses activités de marchés" et les prêts qu’elle a accordés à certains fonds qui ont en revanche investi dans les fonds spéculatifs de Bernard Madoff. Vers 9h30 à la Bourse de Paris, le titre BNP Paribas cédait 5,06% à 41,57 euros, Natixis reculait de 2,91% à 1,43 euros tandis que Société générale prenait 2,65% à 37,28 euros dans un marché en hausse de 1,55%.

Les banques espagnoles lourdement touchées

Bernard Madoff, courtier américain arrêté jeudi, est accusé d’avoir monté une gigantesque fraude pyramidale de 50 milliards de dollars. Depuis la découverte de cette escroquerie, la plus grande dans l’histoire de Wall Street, de nombreux établissements bancaires ont d’ores et déjà publié leurs pertes potentielles pour tenter de rassurer les marchés. Pour sa part, Natixis explique avoir investi pour le compte de sa clientèle "dans plusieurs fonds de réputation internationale", qui ont "délégué la conservation de ces titres" chez Madoff en sa qualité de courtier. Mais déjà "la banque va se retourner contre les autorités américaines pour pouvoir récupérer le maximum de ce qui aura été perdu", indique une source proche du dossier.

Ailleurs en Europe, la situation est sensiblement plus critique. Les banques espagnoles seraient exposées à des pertes potentielles beaucoup plus élevées. Santander, deuxième banque européenne par la capitalisation, a annoncé dimanche que les clients de son fonds spéculatif Optimal étaient exposés à cette fraude à hauteur de 2,33 milliards d’euros. BBVA, la seconde banque espagnole est exposée pour 300 millions d’euros à la fraude Madoff, a-telle affirmé lundi. Et, au Royaume Uni, selon le Financial Times, la britannique HSBC pourrait être touchée à hauteur d’1 milliard de dollars

Fraude MADOFF : BNP Paribas dupée

L.D. (Avec agence) - le 14/12/2008 - 21h07

La banque française BNP Paribas a annoncé dimanche qu’elle pourrait perdre 350 millions d’euros dans l’escroquerie de Bernard Madoff, ancien patron du Nasdaq. En Suisse, "plusieurs estimations laissent à penser qu’au moins cinq milliards sont à risque" dans les portefeuilles des banquiers de Genève

Outre des investisseurs parmi les plus riches de la planète qui ont été victimes de la gigantesque fraude pyramidale organisée par Bernard Madoff, la banque française BNP Paribas ferait également partie des victimes. Elle a annoncé dimanche dans un communiqué qu’elle pourrait perdre 350 millions d’euros dans l’escroquerie.

De Tokyo à l’Europe en passant par les Etats-Unis, la liste, établie par le Wall Street Journal samedi, de ces clients dupés par l’illustre gérant de New York arrêté jeudi par le FBI est longue.

Des établissements bancaires, des fonds d’investissements et des fortunes personnelles font leurs comptes pour évaluer les pertes sur les fonds confiés au conseiller en investissement de Wall Street et ancien PDG de la Bourse Nasdaq.

Selon le Wall Street Journal, des banques comme BNP Paribas en France, Nomura Holdings à Tokyo et Neue Privat Bank à Zurich seraient exposées.

Cinq milliards de dollars en jeu à Genève

En Espagne, des investisseurs, dont le fonds Optimal-Santander, seraient exposés pour "plus de trois milliards de dollars" à la fraude du gérant new-yorkais, affirment samedi plusieurs journaux espagnols.

La première banque espagnole Santander a d’ailleurs annoncé dimanche soir que les clients de son fonds spéculatif Optimal étaient à eux seuls exposés à hauteur de 2,33 milliards d’euros à la fraude présumée.

En Suisse, les banquiers de la place financière de Genève sont blêmes : "Plusieurs estimations recueillies par Le Temps laissent à penser qu’au moins cinq milliards sont à risque" à Genève, explique le le quotidien suisse Le Temps.

Aux Etats-Unis, parmi la longue liste de clients individuels victimes de l’escroquerie, figure le propriétaire de l’équipe de baseball des New York Mets, Fred Wilpon, et l’ancien propriétaire de l’équipe de football américain de Philadelphie, les Philadelphia Eagles, Norman Braman, selon le Wall Street Journal.

Coffres vides

Arrêté jeudi, Bernard Madoff, 70 ans, un célèbre gestionnaire de fonds de Wall Street et ancien président du conseil d’administration du Nasdaq, l’une des deux grandes bourses de New York, est accusé d’avoir monté une fraude portant sur quelque 50 milliards de dollars.

La fraude géante était basée sur ce qu’on appelle, en langage technique, un "montage Ponzi". En d’autres termes, les investisseurs arrivés en premier étaientt rémunérés avec l’argent versé par les investisseurs les plus récents.

L’escroquerie a été mise au jour lorsque ses clients ont voulu retirer le capital qu’ils avaient placé et découvert que les coffres du gérant étaient vides.

L’escroc aux 50 Milliards de dollars

le 12/12/2008 - 18h10

Bernard Madoff, ancien PDG de la Bourse Nasdaq à New York, est accusé d’avoir monté une gigantesque fraude portant sur 50 milliards de dollars. Il utilisait un système dit "pyramidal".

Le parquet de New York et le FBI ont arrêté jeudi Bernard Madoff, conseiller en investissement à Wall Street et ancien PDG de la Bourse Nasdaq. Accusé d’avoir monté une gigantesque fraude portant sur quelque 50 milliards de dollars, il risque jusqu’à 20 ans de prison et une amende de 5 millions de dollars.

Bernard Madoff, 70 ans, a révélé mercredi à ses employés de la société "Bernard L. Madoff Investment Securities LLC" qu’il avait fondé une société parallèle frauduleuse. S’adressant à son personnel, l’homme d’affaires a déclaré qu’il "était fini, n’avait plus rien et avait perdu environ 50 milliards de dollars", expliquent les autorités.

Il a reconnu avoir monté une énorme pyramide financière frauduleuse. Dit "montage Ponzi", les investisseurs arrivés en premier y sont rémunérés avec l’argent versé par les investisseurs les plus récents.

Bernard Madoff a ajouté qu’il se rendrait aux autorités après avoir utilisé les 200-300 millions de dollars qui lui restaient -dans une société distincte- pour solder ses dettes envers "certains salariés, sa famille et ses amis".

Le communiqué précise que 7 janvier dernier, le financier avait déclaré à la SEC, le gendarme de la Bourse de New York, que sa société de conseil en investissements -celle qui s’est avérée frauduleuse- servait entre 11 et 25 clients pour un montant total de 17 milliards de dollars qui lui avaient été confiés en gestion.

VIDEOS

La fraude du siècle

Dimanche 14 décembre 2008 à 15h00

De New York à Tokyo en passant par Paris, Bernard Madoff, pilier de Wall Street, a réussi à duper certaines des plus grosses fortunes de la planète.

L’ex patron du Nasdaq inculpé pour une vaste fraude

13 décembre 2008 - 20h00

Il est l’une des plus grandes figures de Wall Street : Bernard Madoff vient d’être inculpé pour une des plus importantes fraudes de l’Histoire. Elle s’élèverait à 50 milliards de dollars.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1968572

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License