AID Association initiatives dionysiennes

Travail et retraite : de nouveaux points de vue !

samedi 13 décembre 2008 par JMT

6 Français sur 10 ne pensent pas avoir une retraite satisfaisante et 7 sur 10 souhaitent une réforme, mais tout en conservant le système de retraite par répartition, selon un sondage Ifop.33% des sondés souhaiteraient quitter le monde du travail entre 50 et 55 ans, 41% entre 56 et 60 ans. Seulement 15% voudraient partir entre 61 et 65 ans et 2% au-delà de 66 ans.

Un autre salarié de l’entreprise française Michelin a été mis à pied pour avoir également critiqué ses conditions de travail sur un site internet. La personne licenciée affirmait ainsi qu’elle faisait un travail de "bagnard" tandis que l’autre salarié mis à pied 3 jours dénonçait des cadences de travail difficiles.

La SNCF est-elle victime d’une stratégie abusive de recrutement de sa concurrente d’outre-Rhin ? C’est en tout cas ce que croit le président de la SNCF Guillaume Pepy qui a affirmé vendredi qu’une filiale de la Deutsche Bahn (DB), les chemins de fer allemands, baptisée EuroCargoRail, avait piraté le réseau internet de la SNCF pour tenter de débaucher des conducteurs du transport de marchandises.

Retraites : ce que veulent les français

le 13/12/2008 - 23h05

6 Français sur 10 ne pensent pas avoir une retraite satisfaisante et 7 sur 10 souhaitent une réforme, mais tout en conservant le système de retraite par répartition, selon un sondage Ifop.33% des sondés souhaiteraient quitter le monde du travail entre 50 et 55 ans, 41% entre 56 et 60 ans. Seulement 15% voudraient partir entre 61 et 65 ans et 2% au-delà de 66 ans.

Inquiets, les Français... Une majorité ne pense pas avoir la garantie de toucher plus tard une pension de retraite satisfaisante par rapport au revenu, selon un sondage Ifop (*) réalisé pour la Cnav (Caisse nationale d’assurance vieillesse), publié par le Journal du Dimanche. 61% des personnes interrogées ne sont pas confiantes, mais ce pourcentage est bien plus important parmi les moins de 35 ans (75%), alors qu’il est de 45% parmi les 55 ans et plus.

Le système actuel de retraite par répartition n’est jugé "solide et fiable" que par 47% des personnes interrogées, et seulement 42% le jugent "équitable pour chacun, quels que soient ses revenus".

Mais ce jugement ne signifie pas un rejet du système par répartition puisque 9% seulement des Français pensent qu’il faut l’abandonner au profit d’un système d’épargne individuel. En fait, 70% des personnes interrogées estiment qu’il faut réformer l’actuel système "pour mieux le préserver".

Elles sont 21% à vouloir le conserver en l’état et 9% à souhaiter le voir remplacé par un dispositif d’épargne individuel. Pour conserver le système actuel, une petite majorité de Français est prête à cotiser davantage (54%), tandis que 50% concèdent de "travailler plus longtemps" (38% des ouvriers), mais très peu envisagent de percevoir une plus petite retraite (19%).

Interrogés sur l’âge souhaité de départ à la retraite, 41% des personnes interrogées (les actifs seulement) répondent "entre 56 et 60 ans", 33% "entre 50 et 55 ans", 15% entre "61 et 65 ans", 9% à "moins de 50 ans" et 2% "à 66 ans et plus".

L’âge moyen souhaité de départ à la retraite est donc de 57 ans. Pour autant, près de la moitié (48%) pensent qu’ils partiront entre 61 et 65 ans, et même 18% "après 66 ans", l’âge moyen estimé de départ étant de 63 ans.

Pour avoir une bonne retraite, les Français sont prêts à travailler jusqu’à 62 ans. Enfin, l’Assurance retraite (régime de retraite de la sécurité sociale), reste une inconnue pour 42% des Français, 47% pensant qu’il s’agit d’un système de retraite privée.

(*) Sondage réalisé du 23 au 24 octobre 2008 auprès de 961 personnes, représentatives de la population âgée de 18 ans et plus.

Licencié pour avoir critiqué ses conditions de travail

le 13/12/2008 - 16h41

Un autre salarié de l’entreprise française a été mis à pied pour avoir également critiqué ses conditions de travail sur un site internet. La personne licenciée affirmait ainsi qu’elle faisait un travail de "bagnard" tandis que l’autre salarié mis à pied 3 jours dénonçait des cadences de travail difficiles.

Un salarié de l’usine Michelin de Cholet a été licencié et un autre mis à pied pour avoir critiqué leurs conditions de travail sur un site internet, a-t-on appris samedi auprès de la CGT qui a saisi le conseil des Prud’hommes.

La CGT revendique le droit à la liberté d’expression des salariés alors que Michelin dans sa lettre de licenciement évoque une "obligation de loyauté" envers l’entreprise, selon la même source.

Les faits remontent à mars. "Sur leur ordinateur personnel, chez eux, les deux salariés évoquaient en style direct leurs conditions de travail notamment leur salaire qui ne correspondait pas selon eux au travail fourni", a expliqué Denis Plard, délégué CGT.

Travail de "bagnard"

La personne licenciée affirmait ainsi qu’elle faisait un travail de "bagnard" tandis que l’autre salarié mis à pied 3 jours dénonçait des cadences de travail difficiles à tenir et mal rémunérées, a expliqué M. Plard.

"On ne trouve nulle part dans le code du travail le concept d’obligation de loyauté, Michelin se sert de la crise pour faire peur aux salariés", a dénoncé la CGT qui demandera la réintégration de la personne licenciée ainsi que l’annulation de la mise à pied.

L’audience de conciliation est programmée le 6 février au Conseil des Prud’hommes d’Angers.

(D’après agence)

La Deutsche Bahn a-t-elle piraté le réseau de la SNCF ?

le 13/12/2008 - 11h06

La SNCF affirme qu’une filiale des chemins de fer allemands a piraté le réseau internet de la SNCF pour tenter de débaucher ses conducteurs.

La SNCF est-elle victime d’une stratégie abusive de recrutement de sa concurrente d’outre-Rhin ? C’est en tout cas ce que croit le président de la SNCF Guillaume Pepy qui a affirmé vendredi qu’une filiale de la Deutsche Bahn (DB), les chemins de fer allemands, baptisée EuroCargoRail, avait piraté le réseau internet de la SNCF pour tenter de débaucher des conducteurs du transport de marchandises.

"La DB a démarché" les conducteurs fret de la SNCF en "pénétrant sur notre site pour (les) débaucher", a déclaré Guillaume Pepy, faisant état d’un "constat d’huissier", lors d’une rencontre avec la presse consacrée au train à grande vitesse Eurostar.

Concrètement, un message adressé aux cheminots a été publié sur le réseau interne, les invitant à cliquer sur un lien aboutissant à un site d’EuroCargoRail (ECR), a-t-il expliqué.

Selon le constat d’huissier, le message suivant était lisible le 22 novembre sur un blog interne de la SNCF, réservé aux salariés et accessible uniquement via un code confidentiel : "Avis aux volontaires (...) nous recherchons de nouveaux talents, prêts à s’investir dans une entreprise ambitieuse et dynamique".

Toujours selon le constat d’huissier, un lien intitulé "si l’aventure vous tente" aboutissait alors à la page "Recrutement" du site de la société EuroCargoRail.

Stratégie de conquête

"ECR n’a aucune information détaillée concernant ses accusations. En tout état de cause, ECR n’admet pas de telles pratiques et attend des précisions de la SNCF", a réagi une porte-parole de la société.

ECR est l’un des principaux concurrents de la SNCF dans le fret ferroviaire. Les lignes intérieures de fret sont ouvertes à la concurrence en France depuis 2006.

Outre ces accusations concernant ECR, Guillaume Pepy s’en est pris vigoureusement à la Deutsche Bahn vendredi, jugeant "agressive" sa stratégie de conquête du marché européen.

(D’après agence)

VIDEO

Social : Ils manifestent pour la défense des services publics

13 décembre 2008 - 18h11

Un millier d’agents de huit établissements publics (Météo-France, ONF, Insee ...) menacés de délocalisation ou réduction d’effectifs ont défilé samedi à Paris contre "le démantèlement rampant des services publics".

Crise : Français cherchent sapins pas chers

13 décembre 2008 - 18h09

Si les Français n’ont pas l’intention de sacrifier leur tradition à cause d’un budget serré, leur sapin sera peut-être plus petit. Crise oblige, c’est la course aux bonnes affaires.

Crise : Quels profits les banques font-elles sur les crédits ? 12 décembre 2008 - 20h00

Les banques ont-elles gagné plus d’argent sur les prêts qu’elles ont distribués en pleine crise financière ? Oui selon ’’Le canard enchaîné’’ qui se réfère à un rapport de la Banque de France. Enquête et explications.

Industrie : La fonderie qui ne connaît pas la crise

12 décembre 2008 - 20h00

Une fonderie de Saint-Dizier en Haute-Marne vient d’inaugurer une ligne de production ultramoderne et prévoit d’embaucher. Son atout : sa technique de pointe.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1778100

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License