AID Association initiatives dionysiennes

Cafeco 137 : L’économie vue d’ailleurs ?

dimanche 23 novembre 2008 par JMT

Descriptif : Venez donc le jeudi 27 Novembre 2008, de 18h00 à 20h30 pour en débattre, au restaurant « La Tour de Mir » 36 ter, Route de Moufia (coin rue du Béarn) à Sainte Clotilde

Comme d’habitude ceux qui le désirent pourront manger ensemble et continuer à échanger.

Plan Tour De Mir

Introduction

Le système de Bretton Woods, qui a servi de support intitutionnel à l’économie mondiale depuis plus de 60 ans, a montré ses limites et conduit la planète à une crise grave.

Ce système capitaliste est entièrement dirigé par les pays riches du Nord, à leur profit exclusif. La majorité de la planète ne peut plus dépendre d’institutions non démocratiques, ne collaborant pas avec l’ONU. Faute d’une grande réforme internationale, il faut des initiatives « défensives » permettant de préserver un avenir vivable.

Parmi ces initiatives, nous avons remarqué l’activisme de l’Amérique du Sud. Partout l’idée est la même : les richesses naturelles appartiennent au peuple et non pas aux sociétés concessionnaires bénéficiaires de contrats léonins passés par des régimes précédents corrompus, et elles doivent permettre de bâtir des pays vivables pour tous et pas seulement faire la fortune d’une bourgeoisie compradore représentant des intérêts matériels étrangers.

Evidemment cela ne se fait pas sans mal car les sommes en jeu sont colossales et les multinationales (notamment d’origine européenne, ce qui nous concerne directement en tant que citoyens de l’Union) qui voient ainsi échapper une partie de leurs colossaux profits ne se laissent pas faire.

C’est ainsi que par exemple elles financent et animent les tentatives de sécession de certaines provinces boliviennes riches en hydrocarbures, comme elles sont derrière le blocus économique de Cuba, les tentatives à répétition de renversement du président Chavez

Une grande initiative : Le « Banco del Sur »

Le projet de la création d’une Banque du Sud a vu le jour en 2004. Il avait été proposé par le président vénézuélien Hugo Chavez afin de « cesser de déposer les réserves financières dans des banques du Nord »

Cette nouvelle institution régionale a été créée officiellement le 9 décembre 2007 à Buenos Aires, en Argentine, à la suite de l’initiative du Venezuela.

C’est d’ailleurs pourquoi le siège de cette banque se situe à Caracas, la capitale du Venezuela.Cette institution compte originellement 7 membres, soit le Venezuela, le Brésil, la Bolivie, l’Équateur, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay.

Par contre, les membres ne cachent pas leur ambition de voir la Banque du Sud s’étendre à tous les pays d’Amérique du Sud en y intégrant le Chili, la Colombie, le Pérou, le Guyana et le Surinam.

Fonctionnement et ambitions

Pour le moment, cette banque se limitera à des actions locales. Par contre, en ce qui a trait aux règles de fonctionnement telles que la quote-part des membres et la répartition du droit de vote, les pays fondateurs se sont donnés 60 jours depuis la création de la Banque du Sud afin d’élaborer un système précis de fonctionnement.

Pour le moment, tout indique que le droit de vote sera semblable à celui des Nations unies, c’est-à-dire que chacun aura un vote et que les décisions se prendront à la majorité absolue

Cette décision vise à contrer les effets que peuvent engendrer les procédures de vote tels qu’elles existent à la Banque mondiale (BM) et au Fonds monétaire international (FMI). À l’intérieur de ces organes, le droit de vote est réparti en fonction du montant de cotisation des États membres, selon le principe un dollar un vote

Contrepoids non seulement à la BM et au FMI, la Banque du Sud, qui est liée au Marché commun du Sud (Mercosur), offrira aussi une alternative à l’Accord de Libre-échange nord-américain (ALENA) et au projet de Zone de Libre-échange des Amériques (ZLÉA) initié par les États-Unis.

Les projets de la Banque du Sud viseront essentiellement à l’amélioration des infrastructures, au développement technologique, à la création d’entreprises à caractère social ainsi qu’au renforcement de la cohésion sociale

À cela doit s’ajouter le fait que cette banque, contrairement à la BM et au FMI, doit « mettre en application les traités internationaux portant sur les droits humains, sociaux et culturels »

La Banque devrait être dotée d’un fonds d’environ 7 milliards de dollars . Ce fonds sera géré par les ministres des Finances des pays membres de la toute nouvelle Union des nations sud-américaines (UNASUR), fondée en avril 2007.

La Banque du Sud a donc plusieurs aspects divergents des deux autres institutions issues des accords de Bretton Woods (BM et FMI). Finalement, tel que l’Union européenne l’a déjà fait, les membres ont aussi envisagé d’implanter la création d’une monnaie unique.

Une organisation alternative

À la lueur de ces informations, la Banque du Sud se veut donc une alternative à la BM et au FMI pour les pays d’Amérique du Sud. Ces deux institutions sont jugées responsables des politiques menant à de nombreuses faillites au cours des deux dernières décennies.

Elles sont ouvertement critiquées par les autorités sud-américaines, entre autres par le Venezuela. En effet, le président Chavez les a quittées en mai 2007 en les qualifiant de mécanismes de l’impérialisme : « Ici c’est le FMI qui commandait, ce mécanisme aux mains de l’impérialisme nord-américain [...] afin de lui imposer des politiques économiques et sociales brutales

Par ailleurs, la mainmise des États-Unis et de l’Europe sur ces deux organisations se reflète bien par leur présidence. En effet, traditionnellement la présidence de la Banque mondiale est réservée à un Américain tandis que celle du FMI doit être occupée par un Européen. Selon l’ex-ministre argentin de l’Économie Roberto Lavagna, ce processus « exclut une bonne partie du monde »

Pour étendre son influence, le président Chavez devrait éventuellement proposer l’élargissement de la Banque du Sud aux pays africains. Par contre, cette offre ne devrait être officielle que lors du prochain sommet Amérique du Sud - Afrique prévu pour la fin de 2008.

source

PROCHAINES SEANCES PROGRAMMEES

Jeudi 11 décembre : LBSJS 38 : bilan 2008

Relâche jusqu’au jeudi 1 janvier 2009 inclus

Jeudi 8 Janvier : LBSJS 39 : rentrée 2009


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1778606

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Cafeco  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License