AID Association initiatives dionysiennes

La crise : chacun sa vision et ses propositions

jeudi 13 novembre 2008 par JMT

L’UMP veut aider le président à refonder le capitalisme tandis que plus modestement les syndicats de la SNCF veulent défendre le service public.

UMP : 37 propositions au gouvernement pour répondre à la crise

Afp, 12/11/2008, 21h38

L’UMP a remis au gouvernement 37 propositions qui se veulent des "pistes de réflexion" sur les réponses à apporter à la crise financière et économique, ont annoncé mercredi son secrétaire général, Patrick Devedjian, et l’un des ses porte-parole, Frédéric Lefebvre.

Ces propositions présentées aux ministres Christine Lagarde (Economie), Eric Woerth (Budget), Laurent Wauquiez (Emploi) et Christine Boutin (Logement), lors d’un point de presse au siège national de l’UMP, sont le fruit des travaux des "ateliers du changement", lancés le 15 octobre, pour réfléchir à la "refondation du capitalisme" souhaitée par le président Nicolas Sarkozy.

"On a assumé ce concept", qui avait été accueilli parfois avec scepticisme ou réserve au sein de la majorité, "même si c’est une oeuvre de longue haleine pour un système qui existe depuis le XIIIème siècle", a expliqué Patrick Devedjian.

"Les 37 propositions -sans garantie du gouvernement-, a précisé le secrétaire général, ne sont que des pistes de réflexion". Elles s’articulent autour de deux "priorités", la gouvernance de l’économie aux niveaux national, européen et mondial, et "la politique au service de l’économie réelle", notamment en matière d’emplois, de logement et de soutien aux PME.

Selon M. Lefebvre, la création "d’une filière de contrôle des banques" qui sont sur la sellette depuis le début de la crise, a été la proposition la plus consensuelle de ces ateliers auxquels participaient notamment l’économiste Bernard Maris, le directeur général du Credoc Robert Rochefort, le directeur de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) Jean-Paul Fitoussi, et un syndicaliste, Joseph Thouvenel (CFTC).

Aprement débattue, la proposition sur le travail dominical prévoit qu’il repose "uniquement sur le volontariat, et donne droit au versement d’un salaire majoré de 100%".

SNCF - Appel à une grève reconductible dès mardi prochain

le 12/11/2008 - 19h29

Les syndicats de cheminots CFDT et Fgaac ont déposé un préavis de grève reconductible à partir du mardi 18 novembre à 20h. Les syndicats protestent contre une modification de la règlementation du temps de travail des conducteurs de fret demandée par la SNCF au gouvernement.

Crédit Photo : TF1-LCI

Galère en vue ? La Fgaac (autonomes), 2e syndicat chez les conducteurs de la SNCF, et la CFDT ont appelé mercredi soir à une grève reconductible à partir de mardi prochain (18 novembre) dès 20h.

Pour l’heure, le préavis court jusqu’à jeudi 8h. La SNCF a indiqué mercredi soir ne pas être en mesure d’évaluer l’impact de ce mouvement, mais conformément à la loi sur le service minimum, elle présentera un plan de transports au moins 24 heures avant le début de la grève.

De son côté, la CGT a indiqué mercredi qu’elle annoncerait prochainement des actions, mais pas avant une réunion avec les autres organisations syndicales prévue vendredi après-midi.

Selon un porte-parole de la CFDT, les deux syndicats représentent à eux deux 15% du personnel de la SNCF mais la Fédération générale autonome des agents de conduite (FGAAC)arrive en deuxième position chez les conducteurs, avec 30%.

Leur décision a été prise à la suite d’une ultime réunion entre syndicats, direction et ministère des Transports, sur l’organisation du travail dans le fret (heures de conduite journalière et nocturne, durée des repos hors domicile, nombre de nuits de conduite d’affilée, etc.).

Le dernier mouvement social des conducteurs de train, pour les mêmes motifs, date du jeudi 6 novembre. Il avait provoqué de nombreuses perturbations. Cette grève "d’avertissement" à l’appel de la CGT et de Sud-Rail avait été suivie par près de la moitié des conducteurs avaient suivi le mouvement de grève.

Grève SNCF - Grève bien suivie des conducteurs, trafic perturbé

le 06/11/2008 - 21h58 Grève bien suivie des conducteurs, trafic perturbé Le trafic SNCF a été perturbé jeudi par une grève suivie par environ 43% des conducteurs selon la direction, et plus de 55% selon les syndicats.

Ils protestent contre un assouplissement des conditions de travail dans le fret visant selon la SNCF à "être compétitif" face au privé.

Crédit Photo : TF1/LCI

Le trafic SNCF a été perturbé jeudi par une grève des conducteurs pour protester contre un assouplissement des conditions de travail dans le fret visant selon la SNCF à "être compétitif" face au privé. Le taux de grévistes a donné lieu à une querelle de chiffres inhabituelle dans l’entreprise, la direction avançant finalement un taux de conducteurs grévistes de 43%, la CGT l’établissant à 55% et Sud à plus de 57%.

Selon la SNCF, le trafic a été conforme aux prévisions, et même un peu moins perturbé que prévu en Ile de France. En général, au moins un train sur deux a circulé sur l’ensemble des réseaux TGV, TER, Corail et banlieue parisienne. Le préavis de grève allait jusqu’à vendredi 8h.

Depuis la loi sur le service minimum, qui oblige les grévistes à se déclarer 48 heures à l’avance, la SNCF établit un plan de transports précis pour les jours de grève. "Avec seulement deux organisations qui appelaient à la grève, celle-ci est réussie", a estimé Sud-Rail, en qualifiant ce mouvement de "dernier avertissement avant le 12 novembre".

Ce jour là, une commission paritaire (SNCF, syndicats, Etat) doit se pencher sur le projet de réforme des conditions de travail des conducteurs du fret. La CGT a demandé le report de cette réunion. Les modifications souhaitées par la direction concernent notamment le nombre maximal d’heures de conduite consécutives, le nombre de nuits de conduite d’affilée et la durée des repos.

Une négociation à ce sujet a capoté ce printemps, à la suite de quoi la SNCF a lancé un appel à des volontaires parmi les conducteurs, qui seraient 800 à accepter les nouvelles conditions. La SNCF compte plus de 16.000 conducteurs, dont un peu plus de 4.000 sont affectés au fret.

Les syndicats CGT et Sud, mais aussi la Fgaac (2e syndicat chez les conducteurs) et la CFDT qui n’avaient pas appelé à la grève, sont opposés aux changements envisagés, mettant en avant la santé des agents de conduite et la sécurité des circulations.

Le marché du fret est ouvert à la concurrence depuis 2003 pour l’international et depuis 2006 pour le trafic national, et le redressement de la branche fret SNCF, déficitaire, est un des objectifs de la SNCF.

(D’après agence)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1842160

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License