AID Association initiatives dionysiennes
Le 11 Septembre c’est pas qu’à New-York ou Santiago

L’ECOLE QUI DECHANTE

Réagissons à la casse du service public d’éducation

mardi 9 septembre 2008 par JMT

Action au Collège Marcel Goulette

Voici le scénario retenu à Marcel Goulette pour la journée du 11 septembre

Distribution de tracts informatifs aux parents (et aux élèves si vous en ressentez l’utilité) à l’entrée du collège dès 7h..

Réunion de 2 heures de 7h30 à 9h30 au réfectoire avec l’ensemble des collègues intéressés et les parents d’élèves au préalable informés par les fédérations.

Une info prévenant les familles peut être faite par l’intermédiaire du document ci-joint.Il peut être donné aux élèves sous enveloppe dans l’enceinte du collège et à l’extérieur librement( à distribuer mercredi en fin de matinée ou mardi, à vous de voir...)

En ce qui concerne le tract, je vous propose un recto verso ( le texte de l’intersyndicale d’un côté et de l’autre le texte "parents quelle école").

C’est ce texte "parents quelle école voulez-vous pour vos enfants ?" qui peut servir de texte d’invitation à la réunion de jeudi.

Si chacun peut en assurer l’impression et la diffusion dans une classe, ce serait plus facile ...

A demain

Daniel FAVRE

PS : je vous joins le tract de l’intersyndicale

PDF - 19.6 ko
Tract Ecole

que vous pouvez télécharger , imprimer et distribuer

Quelques chiffres.....

Afin de réaliser des économies à court terme, le gouvernement a décidé de ne plus remplacer qu’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

En 2008, ce sont 11200 postes qui ont été supprimés dans l’Education Nationale.

En 2009, le gouvernement prévoit de supprimer 13500 postes dans l’ Education Nationale, 8250 pour la Défense, 2950 au Ministère de l’intérieur et un peu plus de 2800 au Budget.

Cette RGPP (révision générale des politiques publiques) prévoit de supprimer entre 41000 et 93000 postes dans l’ Education Nationale d’ici 2013.

Et leurs conséquences

Conséquences évidentes :

réduire la scolarisation en maternelle, réduire les horaires (les 2 heures du samedi matin ne sont qu’un première étape....) réduire les redoublements en primaire(alors que tout se joue dès la "grande section" de maternelle et au CP !), supprimer les redoublements au collège, augmenter les effectifs par classe, réduire les heures d’ enseignement (toutes les matières sont d’ores et déjà aux "horaires plancher" et les dédoublements ou groupes de travail réduits ont presque tous disparu) sans parler de la future réforme des lycées qui prévoit entre autres de "simplifier"(comprenez réduire...) l’offre d’ enseignement au LP et de plafonner et annualiser les horaires des élèves:moins d’heures pour les élèves, donc moins de professeurs(la préparation aux bacs professionnels ne s’ étend plus que sur 3 années au lieu de 4 précédemment....).

Parents, acceptez-vous cette dégradation programmée ?

Savez-vous qu’à la lecture du rapport d’audit qui signalait " qu’à défaut de réforme, le scénario d’optimisation des moyens sera insuffisant pour atteindre les objectifs budgétaires et conduira à dégrader les résultats du système éducatif", le Ministre a décidé de se passer du groupe d’audit depuis le printemps 2008 et, qu’en conséquence, le cabinet de Mr Darcos s’est "emparé" du dossier ....

Mais la dégradation du système éducatif est déjà bien engagée ....

Au collège Marcel Goulette, vos enfants n’ont droit qu’à des horaires plancher.Les dédoublements ont disparu, le travail en petits groupes est impossible, les effectifs de certaines classes deviennent lourds, la surveillance de la cour est dangereusement insuffisante, l’ internat absorbant des heures qui devraient être utilisées pour l’ensemble du collège, les heures de permanence se font dans des conditions difficiles qui affectent grandement les cours dispensés à proximité, la vie scolaire ayant été dépouillée de plusieurs centaines d’heures en quelques années !

C’est pourquoi nous devons tous ensemble évoquer le quotidien et le futur de vos enfants.

Nous vous invitons donc à participer en grand nombre à la réunion qui se tiendra jeudi 11 septembre de 7h30 à 9h30 au réfectoire du collège.

Suppression de postes : scénario catastrophe

RGPP : un rapport d’audit s’alarme des conséquences des réductions budgétaires dans l’Éducation nationale "La réduction des moyens [de l’Éducation nationale] sans réforme risque de dégrader la qualité du service public de l’éducation", estime le rapport final de la mission d’audit sur la RGPP dans l’Éducation nationale.

Dans ce document de 40 pages, la mission d’audit, pilotée par Pierre Lepetit, inspecteur général des finances, et Françoise Mallet, Igen, présente ses scénarios de réformes de l’Éducation nationale. La mission conduit également une expertise de la réforme du lycée, présentée à la mi-juillet par Xavier Darcos, et propose une série de mesures pour une révision générale des politiques publiques de l’Éducation nationale, qui vise le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite.

Le 15 novembre dernier, la mission d’audit a présenté trois scénarios de réforme de l’Éducation nationale à Claude Guéant, secrétaire général de l’Élysée, et à Jean-Paul Faugère, directeur de cabinet de François Fillon, dans le cadre d’un "comité de suivi". À la demande de ce comité, le groupe d’audit a mené une expertise des réformes envisagées par le ministère. Le rapport du groupe n’a pas été rendu public. Le cabinet de Xavier Darcos assurant s’être "emparé" du dossier, le groupe d’audit a cessé ses travaux depuis le printemps 2008.

Depuis la réunion du 15 novembre 2007, trois CMPP (conseil de modernisation des politiques publiques, instance présidée par Nicolas Sarkozy, qui acte les propositions du comité de suivi) se sont tenus. Le 12 décembre, une série de mesures est présentée lors d’un premier CMPP.

L’Éducation nationale n’en fait pas partie. Le 4 avril, l’entourage du président de la République affirme que la stratégie de réforme dans l’Éducation nationale, dans le cadre de la RGPP, n’est pas encore arrêtée. Le calendrier de la réunion du 4 avril ne serait en effet "pas compatible" avec celui de la réforme envisagée dans l’Éducation nationale. Le 11 juin, la "fiche" consacrée à l’Éducation nationale ne mentionne aucune mesure nouvelle et se contente de lister les réformes déjà annoncées par Xavier Darcos.

DES RÉFORMES STRUCTURELLES

En préambule de son rapport, le groupe d’audit s’interroge sur les conséquences des réductions budgétaires dans l’Éducation nationale. Si les suppressions d’emplois à la rentrée 2008 ont été "facilitées par la baisse démographique dans le second degré", "comment assurer la poursuite voire l’accélération de l’effort d’assainissement budgétaire sur la période 2009-2011/2012 sans réformes structurelles du système éducatif ?" se demandent les experts.

"À défaut de réforme, le scénario d’optimisation des moyens sera insuffisant pour atteindre les objectifs budgétaires et conduira à dégrader les résultats du système éducatif", estime le groupe d’audit. "La recherche des économies conduira à accroître les taux d’encadrement, notamment au collège, voire à réduire le contenu même des enseignements par la réduction non contrôlée des horaires obligatoires ou par la suppression unilatérale d’options au lycée."

Ainsi, souligne la mission d’audit, il ne suffit pas de réduire l’offre éducative au collège et au lycée pour absorber les économies en emplois réalisées par le non-renouvellement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite.

"Ces réformes devront être engagées parallèlement à d’autres évolutions dans le domaine de la condition enseignante." Pour arriver à une amélioration durable des résultats des élèves, la mission estime nécessaire de lancer d’autres réformes : un pilotage par les résultats, une évolution de la chaîne de pilotage, l’attribution d’une véritable marge d’autonomie aux établissements, la rénovation des modes d’évaluation du système éducatif.

TROIS SCÉNARIOS

Dans le cadre de la RGPP, le groupe d’audit envisage trois scénarios de réforme de l’Éducation nationale.

OPTIMISATION. Le premier scénario est celui de "l’optimisation de la gestion des ressources sans réforme majeure de l’offre éducative". Ce scénario permettrait "une économie potentielle de 41 000 à 43 000 ETP nets sur cinq ans".

AUTONOMIE MAÎTRISÉE. Le second scénario, "l’autonomie maîtrisée", "comprend des réformes importantes sur l’offre éducative et sur les conditions de travail des enseignants dans le cadre d’une plus grande autonomie des établissements pilotée par l’État". Dans ce cas de figure, l’économie réalisée est évaluée entre 85 000 à 93 000 ETP nets sur cinq ans.

AUTONOMIE COMPLÈTE. Le troisième scénario se fonde sur une "autonomie complète" du système, soit la déconcentration totale de l’offre éducative et la décentralisation des financements. L’économie réalisée est équivalente à celle du deuxième scénario.

Enfin, le groupe d’audit propose une série de réformes du système éducatif, qu’il s’agisse du premier ou du second degré, du pilotage des établissements ou encore de l’administration centrale. Ces mesures correspondent au second scénario présenté par la mission.

Premier degré :

- réduire la scolarisation des 2 ans ;

- accroître les taux d’encadrement en préélémentaire ;

- réduire le redoublement en élémentaire ;

- supprimer les réseaux d’aide et de soutien et redéployer une partie des personnels concernés dans les écoles relevant de l’éducation prioritaire ;

- gérer l’affectation et le service des professeurs sur le groupe d’écoles ;

- optimiser le remplacement et les décharges de service.

Second degré :

- réduire le redoublement au collège et au lycée ;

- réorganiser l’offre de formation au LEGT ; plafonner et annualiser les horaires élèves ; laisser jouer l’autonomie de l’établissement sur 30% de la dotation horaire ;

- simplifier l’offre d’enseignement au LP ; plafonner et annualiser les horaires élèves ;

- donner aux collèges la maîtrise de 20% de la dotation horaire élève ;

- annualiser l’obligation de service (ORS) des enseignants ;

- regagner du temps d’enseignement, notamment en transformant les décharges de service en indemnités ;

- doubler le nombre d’heures supplémentaires opposables ;

- modifier l’organisation des examens.

Pilotage du système éducatif :

- rééquilibrer les dotations aux établissements en tendant vers les dotations optimales ;

- réorganiser l’administration centrale : mutualiser les fonctions de gestion de l’administration déconcentrée ;

- réorganiser la chaîne de pilotage et donner plus d’autonomie aux établissements pour permettre effectivement le pilotage par les résultats ; renforcer l’encadrement intermédiaire dans les établissements ;

- favoriser les regroupements d’écoles et d’EPLE.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1972184

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Education   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License