AID Association initiatives dionysiennes
religions, mythes, guerre, endettement, medias, guerre du net

La guerre des riches aux pauvres

mardi 5 août 2008 par JMT

Cette guerre a commencé le jour où, dans une horde, naquit la "division du travail" : certains seraient chefs ou sorciers, d’autres grouillots.

Malgré une bêtise congénitale assez remarquable si on considère qu’elle ne nous empêche pas de survivre depuis 7 Millions d’années (mais combien de temps encore ?) , l’être humain a parfois des soupçons et peut réagir violemment quand il se sent trompé ou cocu, et plus d’un chef ou sorcier y a perdu la tête ou s’est fait embrocher pour avoir dépassé les bornes. Grandeur et décadence ?

Alors les techniques ont évolué en permanence, l’invention de Dieu, le dieu unique (enfin, on en a un bon millier en stock quand même, qui se copient allègrement les uns les autres !) par exemple étant une superavancée tellement il a permis d’améliorer les techniques de conditionnement et de contrôle des foules.

Après les dieux "domestiques" qui avaient le défaut d’être trop proches pour qu’on les craigne vraiment, on a donc inventé le dieu unique, jaloux, vengeur, aimant, omniscient, omnipotent.....enfin presque...parce que s’il a créé un monde (bâclé en 6 jours ?) , le barbu planté au milieu de ses nuages a oublié (moins que parfait alors ?) de se finir lui-même.... figurez-vous qu’il n’est même pas foutu de donner assez d’argent à tous les sbires qui le servent et qu’il doit (faire) mendier en permanence (offrandes, denier du culte, virements fiscalement déductibles....) pour maintenir son bizness, pitoyable n’est-ce pas ?

Et par millions, certains vont aux ordres de ce père fouettard insolvable ! Etonnez vous ensuite des crises économiques ? des pénuries, des excédents, d’un monde qui marche sur la tête, de la marchandisation tous azimuts.

Ca fait plus de 6300 ans que ça dure.... c’est astro-logique ! Précession des équinoxes vous connaissez ?(sinon allez sur www.hooseek.com) l’ère du Taureau (-4300 à -2150, Horus, Mithra), l’ère du Bélier (-2150 à 0, Moise), l’ère des Poissons (de 0 à 2150, ère christique) et l’ère tant attendue du Verseau (2150 à 4300, Hair était un peu en avance :-)

Foutaises que tout cela ? mais non, simples visions ethnocentriques de la voûte céleste.... :-) voilà pourquoi la plupart des "Dieu" depuis l’égyptien Horus sont nés d’une Vierge (la constellation) , un 25 décembre, morts crucifiés, ressuscités 3j plus tard.... en fait tout est inexorablement gravé dans les astres : les 3j où la durée de la journée est minimale avant le 25/12).... parce qu’ils sont tous des avatars du Soleil dont on décrit ainsi la course dans le Zodiaque. (voir la suite dans la première partie du film)

Autre magnifique manipulation : la création de la banque centrale privée avec une monnaie non gagée. Les USA ont fait leur guerre d’indépendance pour conserver leur monnaie locale qu’ils créaient en tant que de besoin plutôt que de recourir à la livre anglaise qu’ils devaient emprunter à intérêt à la banque d’Angleterre, organisme privé dont l’aristocratie était actionnaire. "Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu’une armée debout...déclarait Thomas Jefferson, président des États-Unis de 1800 à 1808" qui a dit aussi :" Si jamais les américains autorisaient les banques privées à contrôler l’émission de leur argent, les banques et les sociétés qui poussent autour d’elles priveraient les gens de tout bien, d’abord par l’inflation, puis par la déflation, et leurs enfants se retrouveraient sans toit sur le continent que leurs pères ont conquis. " Visionnaire n’est-ce pas ? (http://www.chez.com/frenzy/La%20_banque.htm)

Mais en 1913, les banquiers d’affaires, réunis en conclave, y ont mis bon ordre en finançant la campagne de Woodrow Wilson qui en échange a signé la loi qu’un sénateur complice avait présentée au Congrès "pour éviter que se renouvellent les crises financières (comme celle de 1907 sciemment provoquée par les banques d’affaires ). L’histoire a montré que bien au contraire, les crises financières sont des outils de concentration des fortunes quand on est parmi les organisateurs.

On vit d’ailleurs pleinement cette histoire... avec les subprimes.... quand les américains auront perdu leur toit et erreront par les routes du continent que leurs pères avaient conquis !

Thierry Meyssan : « l’internet est déjà un champ de bataille au sens militaire du terme »

Publié par Jérôme Bouteiller le Mardi 29 Juillet 2008

Journaliste indépendant et auteur controversé, Thierry Meyssan s’appuie depuis de longues années sur le Net pour mener ses enquêtes et diffuser ses idées. Entretien exclusif avec l’auteur de l’Effroyable Imposture qui revient sur son engagement et son utilisation d’un outil internet, rattrapé par la censure...

JB - Thierry Meyssan bonjour ! Médiatisé pour avoir remis en cause la version du gouvernement des Etats-Unis sur le déroulement des attentats du 11 septembre 2001, vous êtes également secrétaire général du Parti Radical de Gauche et président de l’Association le Réseau Voltaire qui milite, depuis 1994, pour la liberté d’expression. En quelques mots, comment définiriez vous votre action ? Quelle est votre ambition première ?

Thierry Meyssan TM - Mon ambition, c’est à la fois comprendre et influer. Je suis un analyste politique et un militant. Contrairement à la vision actuelle de la profession, je ne conçois le journalisme que de cette façon. Je ne me retrouve ni dans la presse d’opinion qui commente l’actualité sans remettre en question la vision qu’on nous en donne, ni dans la presse dominante qui, par son refus de prendre position, défend le désordre établi.

J’ai été responsable du Parti radical de gauche de 1994 à 2008. Mais j’ai désormais quitté la France et ne peux plus assumer cette fonction. Je reste très attaché à cette philosophie qui place de hautes exigences et accepte des compromis difficiles à la fois par réalisme et par discipline démocratique.

J’ai effectivement été trés médiatisé à la suite de mes travaux sur les attentats du 11 septembre et l’évolution politique des États-Unis. Si j’ai fait l’objet d’une campagne de dénigrement d’une rare violence dans les pays anglo-saxons et en France, j’ai bénéficié d’une forte reconnaissance notamment dans les pays méditerranéens et en Amérique latine.

Je me suis trouvé soudain propulsé sur la scène internationale et j’ai depuis la chance d’être consulté par de nombreux leaders politiques dans le monde qui attachent de l’importance à mes analyses. Je suis toujours surpris de voir le décalage entre mon activité et le portrait peu flatteur que la presse française dresse de moi. Ne dit-on pas que nul n’est prophète en son pays ?

JB - Depuis trois ans, votre site VoltaireNet.org s’est mué en « agence de presse non alignée ». Cette nouvelle formule a t’elle séduit les internautes ? Quelle est votre audience ? Comment financez vous votre activité ?

TM - Depuis mon travail lors de la guerre du Kosovo, je suis préoccupé par la domination de quelques agences de presse (AP, Reuters, AFP) qui imposent leur vision des événements à l’ensemble du monde. Cela m’a conduit à renouer avec le combat du Mouvement des non-alignés contre la dominance informationnelle qui avait secoué jadis l’UNESCO. Persuadés que les journalistes locaux savent mieux ce qui se passe chez eux que les agences de New York, Londres et Paris, nous avons constitué un réseau d’agences de presse, de journaux et de revues et nous avons commencé à syndiquer nos articles. Cette formule est un succès éclatant en Amérique latine, où notre réseau est devenu la première source d’information indépendante. Nous balbutions dans le monde arabe et cela reste à construire dans le reste du monde.

Nous n’envisageons pas l’internet comme un média à part. Nous essayons de nous appuyer aussi sur de nombreuses publications papier. Quant à moi, je publie des livres, j’écris des articles pour de grandes revues politiques en Russie, dans le monde arabe et en Amérique latine. Je participe à de nombreuses émissions de radio et de télévision dans le monde et j’en présenterai bientôt moi-même. L’internet est cependant le média de loin le plus fluide et le moins onéreux.

Au début, notre activité était financée par mes droits d’auteur car mes ouvrages ont connu un succès mondial. Mais, après que mon éditeur ait organisé sa faillite en me volant les droits qu’il avait encaissé en mon nom, nous nous sommes trouvés dans de grandes difficultés. Actuellement, tous les frais techniques et certains frais de traduction sont financés par les dons des lecteurs. Même si ceux-ci sont généreux, notre marge de manœuvre est restreinte.

JB - Les pannes observées ces dernières semaines sur VoltaireNet.org étaient elles la conséquence de ce succès ou des réponses électroniques de la part d’opposants à l’action du Réseau Voltaire ? Selon vous, qui se cache derrière ces attaques ?

TM - Nous avons d’abord été victimes de notre succès. Le serveur que nous utilisions n’a pas supporté l’augmentation du trafic sur nos sites. En effet, outre Voltairenet.org, nous éditions des sites pour nos partenaires ainsi que des bases de données documentaires. Avec ces perturbations, notre site principal, Voltairenet.org, a perdu de l’audience. Il tourne néanmoins à 1,3 million de visiteurs distincts par mois.

A cela se sont ajoutées diverses attaques que nous avons eu du mal à interpréter, jusqu’à conclure au sabotage interne. Il se trouve que nous venions de lancer un appel de dons à nos lecteurs. Plus de 1500 nous ont répondu, cela nous a permis de prendre le taureau par les cornes : nous avons changé d’hébergeur et d’équipe technique. Nous disposons désormais d’une machine dédiée ultra-moderne, d’une bande passante très large et d’une équipe technique capable d’intervenir 24 h sur 24. Nous basculerons les DNS dans les prochains jours et reprendrons progressivement le rythme de nos publications.

Nous avons par le passé fait l’objet de nombreuses attaques informatiques. Non seulement les traditionnelles attaques par requêtes multiples pour saturer le site, mais des choses plus sophistiquées, par exemple la pénétration dans les bases de données pour en changer le contenu. Sans parler des attaques physiques avec la destruction d’une de nos machines hébergée dans un centre de télécom pourtant protégé.

JB - Contrairement aux pratiques en vogue dans la blogosphère, votre site ne propose aucune interactivité avec ses lecteurs. Redoutez vous des excès de leur part ? Pourquoi ne pas miser sur une forme de « collaboration » avec les internautes ?

TM - C’est un grand regret pour nous tous. Nos tentatives de créer des forums nous ont vaccinés. Nous avons immédiatement été envahis par des agents provocateurs de toutes sortes qui faisaient déraper les discussions ou postaient des messages racistes ou extrémistes pour nous discréditer.

JB - Au delà des problèmes techniques et financiers, estimez vous qu’internet facilite la liberté d’expression d’associations telles que la vôtre ou craignez vous également le développement de la censure sur ce nouveau média, y compris en France ?

TM - Bien sûr qu’internet facilite l’exercice de la liberté d’expression. De ce point de vue, la généralisation d’internet est une révolution politique qui bouscule les institutions. Mais cette liberté est relative. Nous devons d’abord affronter nos propos limites intellectuelles. Dans les sociétés modernes, nous avons perdus la capacité de penser par nous-mêmes et avons adopté le comportement grégaire du consommateur de mass-média. Lorsque nous nous affranchissons de nos préjugés, nous devons faire face à toutes sortes de pressions. Et si la profession journalistique ne brille pas par son courage, il n’y a pas de raison que le reste de la société soit meilleur.

Historiquement, chaque média nouveau est un bol d’air frais. Mais avec le temps, il fait l’objet d’encadrements législatifs et réglementaires qui l’étouffe. Il en sera probablement de même pour l’internet lorsque l’on aura trouvé des moyens techniques pour le contrôler.

Au delà de la censure, qui est un phénomène national, l’internet est déjà un champ de bataille au sens militaire du terme. Les États-Unis ont détruit des milliers de sites pendant la guerre du Kosovo. Israël a fait de même pendant la guerre de 2006 contre le Liban —et à cette occasion une unité spécialisée de Tsahal a réussi à bloquer temporairement notre site pourtant hébergé à ce moment là sur le territoire français—.

En vue du prochain conflit, l’US Air Force vient d’investir des sommes considérables pour acquérir des matériels lui permettant de détruire des dizaines de milliers de sites en quelques jours. Personne n’est à l’abri et ne comptez pas sur le gouvernement français pour vous défendre si votre site est attaqué par ces États.

JB - Thierry Meyssan, je vous remercie.

LE RÉSEAU VOLTAIRE SERAIT-IL CENSURÉ ?

17 Juillet 2008 Posted by libertesinternets

Aux dires des responsables du Réseau Voltaire, le site a été brutalement mis hors-ligne suite à des “problèmes techniques bizarres” et incompréhensibles, évoqués soudainement par leur hébergeur. L’hébergeur aurait reconnu à demi-mots qu’il avait été la cible de saboteurs. Cela a entraîné une migration forcée et précipitée des données, pas une tâche simple au vu de l’ampleur du contenu du site du Réseau Voltaire. Le site devrait progressivement revenir en ligne ; certaines sections linguistiques le sont déjà.

Selon Arthur Lepic , un des rédacteurs du site Voltairenet, le sabotage s’est produit immédiatement après la mise en ligne d’un article fort documenté qui mettait en lumière les relations troubles de Nicolas Sarkozy avec les milieux mafieux (Achille Peretti, Etienne Léandri) ainsi que son parcours, dès son adolescence, (soigneusement caché du grand public à ce jour) dans les hautes sphères de la politique états-unienne, via le remariage de la 2eme femme de son père avec Frank Wisner Jr, directeur de la CIA et architecte de nombreuses opérations de manipulation au bénéfice des Etats-unis. Une version non-officielle de cet article (Opération Sarkozy) est disponible sur le site Alterinfo.

ATTENTION : LA PATERNITÉ DE CET ARTICLE N’EST PAS AVÉRÉE.

Publié sur le site du Réseau Voltaire, repris par Bellaciao, l’article a promptement été retiré de la circulation (Bellaciao allant même jusqu’à éffacer tous les commentaires et liens croisés ayant trait à cet article). Pour l’heure le site du Réseau Voltaire est dans les choux, on vérifiera quand il sera revenu en-ligne.

Une copie de cet article qui ne manque pas d’intérêt (si ce qu’il affirme est avéré) est également disponible ici :

Note de Greg : Le style de ce papier, les fautes, les petites erreur de style… tout cela ne ressemble pas vraiment à du Thierry Meyssan qui relit 15 fois ses papiers. On dirait plutot une intox. Méfiance donc..

En plein milieu de cet article, on retrouve soudain la graphie (Sarközy) utilisée par Emmanuel Ratier. Cela éveille encore plus mes soupçons. Sans parler des références appuyées et lourdes sur la “judéité” des protagonistes, un classique des obsessions de l’extrème droite.

Mais à part ça, c’est de la bonne lecture conspirationiste - on y retrouve tous les méchants habituels

[Ronny sur Agoravox - 16/07/2008]

Le réseau Voltaire et son animateur principal, Thierry Meyssan, ont fait couler beaucoup d’encre et de salive ces dernières années. On se rappelle bien sur les doutes sur le déroulement des événements du 11-Septembre tels qu’ils sont rapportés par le rapport officiel états-unien. D’autres enquêtes avaient entraîné auparavant, et depuis, des réactions aussi vives. Or il se trouve que, depuis plus d’un mois, le site du réseau Voltaire est inaccessible. Assiste-t-on à un exemple de censure de l’expression ? Et, si oui, quelles en sont les conséquences ?

Le réseau Voltaire, connu par un petit groupe de lecteurs fidèles pendant des années, s’est fait connaître du grand public post-11-Septembre, essentiellement au travers des positions de son animateur principal Thierry Messian. Ces positions, explicitées dans L’Effroyable imposture (NdL&I : puis LE PENTAGATE et enfin, nettement meilleur, L’EFFROYABLE IMPOSTURE 2 - sur la guerre israélo-libanaise) , un ouvrage repris et commenté sur le site du réseau, proposent que certains des services secrets américains auraient été informés, voire auraient laissé se produire ou auraient contribué aux événements du 11-Septembre.

L’idée qui sous-tend cette proposition implique le « complexe militaro-industriel » états-unien, et sa volonté de manipuler les opinions publiques afin de justifier l’intervention militaire en Irak. Il n’entre pas dans le propos de ce billet de discuter du bien-fondé (ou non) de ses idées, mais d’aborder un problème au moins aussi important, celui d’une censure potentielle du site du réseau Voltaire.

Quels sont les éléments qui suggèrent une censure possible ?

Depuis juin 2008, le site du réseau est inaccessible. De plus, les pages en cache chez Google et les autres moteurs de recherches ont disparu, remplacées par des pages blanches, ou tout simplement inaccessibles Pour le constater, taper « réseau voltaire » dans votre moteur de recherche préféré. Pas très probant tout cela, compte tenu des problèmes que rencontre parfois l’informatique. Certes.

Regardons néanmoins d’un peu plus près.

Tout d’abord, le réseau avait déjà fait l’objet d’attaques informatiques en 2006, qui avaient affecté gravement le fonctionnement de leur site. Ces événements s’étaient produits lors de l’offensive israélienne contre le Liban.

Selon le quotidien libanais As-Safir, deuxième quotidien libanais proche de la gauche de ce pays, ces attaques auraient été réalisées par une unité de guerre informatique de Tsahal, information bien sûr qu’il a été impossible de confirmer.

Deux décrets présidentiels américains (executive orders 13 438 et 13 441 ) ont récemment rangé au rang de dangereux délinquants les opposants à la politique états-unienne en Irak et au Liban, en leur retirant toutes leurs possessions. Cette disposition a ainsi permis aux autorités américaines de mener des enquêtes sur les collaborateurs du réseau au Moyen-Orient et de bloquer leurs comptes bancaires.

Dans un article récent, Thierry Messian indique que « selon nos informations, les autorités états-uniennes faisant jouer les accords de défense mutuelle ont demandé à leurs homologues françaises de prendre des mesures identiques à l’encontre de nos collaborateurs français qui sont déjà interdits d’accès au territoire américain […]

Des fonctionnaires français et états-uniens, utilisant abusivement les dispositions légales réprimant le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, ont procédé à des enquêtes pour tenter d’identifier nos donateurs réguliers et faire pression sur eux. De plus, des menaces crédibles ont été adressées oralement par des fonctionnaires français et états-uniens à certains de nos rédacteurs » . Article indisponible sur le site du réseau, celui-ci étant hors service, mais dupliqué sur alterinfo

Si cela est vrai, c’est inquiétant.

D’autant plus qu’en juin 2008, Jürgen Cain Külbel, collaborateur du réseau Voltaire et ancien policier est-allemand, a été arrêté et emprisonné à Berlin pour avoir simplement maintenu un lien actif sur son site, vers un article du réseau Voltaire . La page incriminée s’intitulait « Le journaliste d’investigation face aux manipulations des services secrets », entretien de Jürgen Cain Külbel avec Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 30 juillet 2007

Jürgen Cain Külbel avait mené enquête sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri. Cette enquête, publiée dans son livre Le Dossier Hariri, remet en cause la version de l’origine syrienne de l’assassinat de ce dirigeant. Elle a influencé les enquêteurs libanais et conduit à l’arrestation d’espions du Mossad impliqués dans des assassinats politiques au Liban

Il ne s’agit pas, là non plus de discuter du bien-fondé de la thèse non syrienne, mais de constater que le réseau avait fourni à cette occasion une information « différente » - et semble-t-il pertinente vues les arrestations - de celle des médias de masse.

Dernier avatar en date, fin juin, il semble effectivement que le site du réseau fasse l’objet d’une censure.

Selon mecanopolis, l’article n’est plus accessible en direct, mais seulement en cache… Pour combien de temps ? Voir : le site du réseau Voltaire « n’est plus accessible depuis un certain nombre de pays comme la France, l’Allemagne, […] et […] la Suisse.

Cet état de fait est dû au filtrage du net sur le territoire franco-européen. Pour se connecter, il faut désormais passer par un proxy d’une autre nationalité, par exemple au travers the cloak . Même dans ces conditions, il semble que la connexion soit aujourd’hui impossible…

Sans nouvelle rapide du réseau Voltaire, il se pourrait bien que nous devions admettre que nous assistons à un cas de censure du net, et au-delà des idées non-conformes à la vision des médias de masse, voire à certaines positions gouvernementales.

Si tel est le cas, ce ne sont pas seulement les 2 à 2,5 millions de visiteurs par mois du réseau et les 92 000 abonnés aux listes de diffusion qui seront affectés, mais l’ensemble de la société française… Nous ne serions effet - et dès lors - plus vraiment en démocratie.

http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=42289

9/11 : Une vidéo relance la polémique sur l’attentat contre le Pentagone..

Publié par Jérôme Bouteiller le Mercredi 17 Mai 2006

Fin de polémique ? Profitant de la fin du procès Zacarias Moussaoui, l’association Judicial Watch, censée lutter contre la corruption au sein du gouvernement américain, a choisi le web, et plus particulièrement les plates-formes Google Video et YouTube, pour diffuser de nouvelles vidéos de l’attentat contre le Pentagone fournies à sa demande par le ministère américain de la défense.

Réalisées par de simples caméras de surveillance d’un parking proche du pentagone, ces vidéos sont supposées confirmer le crash d’un Boeing 757 d’American Airlines et "mettre un terme aux théories sur une conspiration" pour reprendre l’expression de Tom Fitton, Président de l’association…

Tandis que LeMonde estime que "Le fuselage apparaît très brièvement juste au niveau du sol", la blogosphère américaine est nettement plus critique, estimant que l’objet qui apparaît brièvement à la 24e seconde de l’une des deux vidéos est bien… un missile.

Auteur du livre l’Effroyable imposture, à l’origine des la polémique, Thierry Meyssan se félicite de la publication de ces vidéos : "Cette séquence n’apporte aucun élément nouveau par rapport aux photographies déjà publiées qui en étaient extraites. Chacun peut constater qu’aucun Boeing 757-200 ne s’est écrasé sur le Pentagone. Comme je l’ai expliqué dans Le Pentagate, et comme le confirme cette vidéo, l’attentat a été commis au moyen d’un aéronef monomoteur de très petite taille. Il ne s’est pas écrasé sur le bâtiment mais l’a percé de part en part et a provoqué une brève et violente explosion. Tous éléments qui correspondent à un missile et absolument pas à un avion de ligne. " explique t’il sur son site VoltaireNet.org

Avion de ligne ou missile, les internautes peuvent en tout cas désormais se faire leur propre opinion. Reste à savoir si cette nouvelle séquence connaîtra le même succès que le documentaire 9/11 LooseChange, également très critique sur cette fameuse journée du 11 septembre 2001, et devenu en quelques semaines la vidéo la plus consultée sur Google Vidéo.

Documentaire ZEITGEIST 2007

Le documentaire raconte :

Part I : The Greatest Story Ever Told (La plus Belle Histoire Jamais Racontée)

Les similitudes entre le christianisme, les religions païennes et les Dieux égyptiens.

Part II : All The World’s A Stage (Le Monde est une Mise en Scène)

Les critiques de la version officielle de l’évènement du 11 septembre 2001.

Part III : Don’t Mind The Men Behind the Curtain (Ne faites pas attention aux hommes dans les coulisses)

L’histoire de la création des Banques centrales (privées) et leurs liens avec les cartels financiers.

En fil conducteur, la guerre qui permet de faire accepter la perte de droits civiques et de libertés, de voter des lois bien pratiques comme celle de création de la Federal Reserve en 1913 qui privatisa le dollar et permit de commencer l’asservissement financier par la dette aux USA, avant que les autres pays capitalistes ne s’y mettent (pour la France, c’est 1973).

Et surtout la guerre qui booste les affaires, quand on finance les deux camps !

Bonus : l’impöt fédéral sur le revenu, le fameux income tax, qui permit de faire tomber Al Capone serait inconstitutionnel, les impôts directs aux USA ne devant être perçus que par les Etats et ceux-ci n’ayant pas majoritairement donné leur accord à ce transfert

Les sources du film

ZEITGEIST, THE MOVIE

ZEITGEST version Française sous-titrée


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1915701

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pas En Notre Nom ! - 974   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License