AID Association initiatives dionysiennes
Livre blanc (suite)

Carte militaire : 83 régiments ou sites seront fermés

samedi 26 juillet 2008 par JMT

Pour apaiser les craintes des élus locaux et des populations concernées par les fermetures, François Fillon a promis "320 millions d’euros de subventions d’investissement" pour soutenir les communes concernées.

Le secrétaire d’Etat à l’Aménagement du territoire Hubert Falco a annoncé "d’autres dispositifs d’accompagnement, d’une amplitude au moins égale" aux 320 millions promis.

Livre blanc - Carte militaire : 83 régiments ou sites seront fermés

Alexandra GUILLET - le 24/07/2008 - 18h27

François Fillon a annoncé jeudi la suppression de 20 régiments et bataillons, de 11 bases aériennes et d’ une base aéronavale dans le cadre de la réforme des armées. Des contrats de reconversion seront signés avec tous les sites les plus touchés.

Elus locaux et militaires attendaient avec impatience mais non sans crainte ce rendez-vous. Le Premier ministre a dévoilé jeudi matin, depuis Matignon, le nouveau visage de la carte militaire.

"Il existe entre la France et ses armées un pacte sacré, elles sont le gardien de la paix et de notre indépendance", a tenu a rappelé en introduction François Fillon. Mais, a-t-il ajouté, "rien n’est plus périlleux que l’immobilisme, ce qui a trop manqué dans notre pays depuis des années, c’est la capacité à faire des choix". La professionnalisation des armées, commencée en 1996, "n’est pas terminée", "on n’a pas resséré suffisamment l’implantation de nos forces" pour s’adapter aux nouvelles missions et organisations de l’armée française.

"Les unités visées sont celles qui ne sont plus adaptées"

François Fillon a confirmé la suppression de 54 000 postes dans l’armée. A terme, "l’armée de Terre comptera 131 000 hommes, l’armée de l’Air 50 000 et la Marine 44 000".

Il a par ailleurs précisé que l’armée de terre allait perdre "20 bases et régiments, l’armée de l’air 11 bases aériennes, et la marine une base aéronavale" sans préciser leurs emplacements.

La future carte militaire "va s’articuler autour de ce concept extrêmement novateur de base de défense", qui consiste à regrouper des "moyens opérationnels différents" autour d’un "même dispositif logistique", a indiqué François Fillon, évoquant un nombre de bases situé entre 90 et 95.

Selon le dossier distribué à la presse, 83 unités, comprenant des régiments, des centres d’instruction, des services logistiques ou encore des bases aériennes seront fermées graduellement à partir de 2009. Onze seront fermées en 2009, 16 en 2010 et 56 à partir de 2011. En outre, trois unités changeront de localisation en 2009 et neuf en 2010.

"Les unités visées sont celles qui ne sont plus adaptées aux menaces d’aujourd’hui. On n’a plus besoin d’autant de chars Leclerc mais on a besoin de moyens de renseignements, de projections de forces plus légères et plus réactives", a justifié François Fillon.

"L’enjeu est d’être capable de projeter 30 000 hommes pendant un an, comme les britanniques. Nous resterons dans les quatre grandes armées du monde. L’armée française est une armée d’élite, on veut qu’elle le reste".

Le ministre de la Défense, Hervé Morin, présent au côté de François Fillon, a tenu à insister sur le fait que "l’effort majeur va être effectué sur la structure du ministère, sur l’ensemble des échelons intermédiaires, des structures diverses et variées". "On ne touche pas aux muscles", a assuré le ministre. "On modifie les muscles pour tenir compte de la nouvelle donne stratégique..."

10% des effectifs des ministères décentralisés

"On va donner aux territoires les plus fragiles les moyens de réagir", a déclaré François Fillon. "320 d’euros millions seront donnés aux territoires les plus touchés", a-t-il précisé, ajoutant que des "contrats de reconversion" seront signés avec la trentaine de site les plus touchés et un arsenal de mesures sera pris pour inciter les entreprises à investir sur ces sites.

Hubert Falco, secrétaire d’Etat à l’Aménagement du territoire, présent lors de la conférence de presse de François Fillon a ajouté qu’un "grand préfet" allait être nommé pour "synthétiser un plan d’accompagnement du Nord-Est".

Le Premier ministre a enfin annoncé le transfert d’une partie des administrations parisiennes vers les communes concernées : "au moins 10% des effectifs parisiens des différents ministères seront transférés, soit 5000 postes d’ici 2012".

Carte militaire - La liste des sites ou régiments supprimés

Alexandra GUILLET - le 24/07/2008 - 18h24

Crédit Photo : LCI

Cambrai, Bitche, Toulouse... retrouvez la liste complète des sites ou régiments qui seront supprimés ou déplacés dans le cadre de la réforme de la carte militaire.

Cambrai perd sa base aérienne, Mourmelon sauve in extremis ses régiments... Le gouvernement a annoncé jeudi matin la suppression de 83 sites ou unités militaires à travers la France à partir de 2009, ainsi que 33 déménagements d’une ville à l’autre.

Au terme de la réforme de la carte militaire, "l’armée de terre aura perdu 20 régiments et bataillons", "l’armée de l’air 11 bases aériennes" et la Marine "une base aéronavale", a déclaré François Fillon à la presse (lire article). Les unités ou sites en question sont de tailles très variables, de quelques dizaines de personnes à 2.502 personnes pour la base aérienne 128 de Metz, appelée à fermer après 2011.

La liste des sites ou régiments supprimés

Dès 2009 :

- le 57è régiment d’artillerie de Bitche (Moselle, 1.138 personnes),

- le 601è régiment de circulation routière d’Arras (Pas-de-Calais, 730 personnes),

- la base aérienne 101 de Toulouse,

- le 12è régiment d’artillerie d’Haguenau (664 personnes, Bas-Rhin). Mais cependant Haguenau doit récupérer, toujours en 2009, le deuxième régiment de hussards de Sourdun (Seine-et-Marne, 895 personnes).

En 2010

- le 18è régiment de transmission de Bretteville-sur-Odon (Calvados, 953 personnes),

- Metz perdra le deuxième régiment du Génie (874 personnes).

- Colmar-Meyenheim (Haut-Rhin) perdra la base aérienne 132 (1.276 personnes),

- Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) perdra le 1er régiment du Génie (1.042 personnes), mais pourrait récupérer le 16è bataillon de chasseur de Saarburg (Allemagne, 1.155 personnes).

En 2011

- la base aéronavale de Nîmes Garons (1.332 personnes)

- la base aérienne 112 de Reims (1.545 personnes)

- la base aérienne de Taverny (Val-d’Oise, 986 personnes).

- le 42è régiment de transmission de Laval (Mayenne, 939 personnes)

- le 519è régiment du train de la Rochelle (Charente-Maritime, 992 personnes).

A partir de 2011

- 517è régiment du train de Déols (966 personnes, Indre),

- le 402è régiment d’artillerie de Châlons-en-Champagne (Marne, 1.046 personnes),

- le 8è régiment d’artillerie de Commercy (Meuse, 849 personnes)

- la base aérienne 128 de Metz-Frescaty (Moselle, 2.502 personnes),

- la base aérienne 103 de Cambrai-Haynecourt (Nord, 1.364 personnes),

- la base aérienne 217 de Brétigny-sur-Orge (Essonne, 1.955 personnes).

- le 33è régiment d’infanterie de marine et la base aérienne 365 de la Martinique (650 personnes en tout),

- la base aérienne 190 et le régiment d’infanterie de marine Pacifique de Polynésie (920 personnes au total).

Déménagements prévus

- Le 503è régiment du train de Martignas-sur-Jalle (Gironde, 1.112 personnes) doit déménager en 2011 pour Nîmes,

- Le 1er régiment médical de Chatel Saint-Germain (Moselle, 1.055 personnes) déménage à La Valbonne (Ain).

- Le régiment de marche du Tchad de Noyon (Oise, 1.158 personnes) partira à Colmar-Meyenheim.

- Le 1er régiment d’artillerie de marine de Laon-Couvron (Aisne, 867 personnes) se déplacera à Chalons-en-Champagne (Marne)

- Le 7è bataillon de chasseurs alpins de Bourg-Saint-Maurice (Savoie, 1.152) se déplace à Varces (Isère).

Si 83 sites ou unités sont appelés à fermer, une soixantaine de sites doivent en revanche bénéficier de "renforcements opérationnels", allant de 50 pour le 35è régiment d’infanterie parachutiste de Tarbes (Hautes-Pyrénées) à 800 personnes, dans l’Eure, pour la base aérienne 105 d’Evreux

83 unités rayées de la carte militaire

(Europe1, 24/07/2008, 12h01)

François Fillon a annoncé ce jeudi que le gouvernement prévoyait de supprimer 83 sites ou unités militaires à travers la France à partir de 2009. Selon la nouvelle carte militaire dévoilée par le Premier ministre après des semaines de discussions pour établir un arbitrage dans le cadre du Livre blanc sur la défense, 33 déménagements de régiments d’une ville à l’autre sont également prévus. De nombreuses villes redoutaient ces annonces. Le maire de Mourmelon, épargné, n’a pas caché son "profond soulagement".

Pour atteindre l’objectif de réduction de 54.000 emplois civils et militaires d’ici six ou sept ans, selon les préconisations du Livre blanc de la Défense, François Fillon a dévoilé jeudi la nouvelle carte militaire de la France.

Et annoncé, comme le redoutaient de très nombreuses communes où se trouve une garnison, la suppression de 83 sites ou unités militaires ainsi que 33 déménagements d’une ville à l’autre.

Ces changements interviendront dès 2009. L’armée de terre paiera le plus lourd tribut avec 20 régiments et bataillons supprimés. Pour l’armée de l’air, 11 bases vont être fermées. La Marine va elle perdre une base aéronavale.

Parmi les sites les plus importants amenés à disparaître, se trouve la base aérienne 128 de Metz qui emploie plus de 2.500 personnes et dont la fermeture est annoncée après 2011. Dès 2009, le gouvernement prévoit notamment de fermer le 57è régiment d’artillerie de Bitche (Moselle, 1.138 personnes), le 601è régiment de circulation routière d’Arras (Pas-de-Calais, 730 personnes), la base aérienne 101 de Toulouse, le 12è régiment d’artillerie d’Haguenau (664 personnes, Bas-Rhin).

Le maire de Mourmelon, qui accueille le 501e-503e régiment de chars de combat et ses 1.256 militaires, n’a lui pas caché son "profond soulagement et une énorme satisfaction" que son site ne soit pas fermé.

Fernand Lormant, le maire UMP de Dieuze en Moselle, a estimé jeudi que sa ville ne "s’en tire pas trop mal" avec l’annonce de la venue d’une "école militaire" qui, selon lui, comprendrait plus d’un millier de militaires et 350 formateurs.

Pour apaiser les craintes des élus locaux et des populations concernées par les fermetures, François Fillon a promis "320 millions d’euros de subventions d’investissement" pour soutenir les communes concernées.

Le secrétaire d’Etat à l’Aménagement du territoire Hubert Falco a annoncé "d’autres dispositifs d’accompagnement, d’une amplitude au moins égale" aux 320 millions promis.

VIDEOS

Défense : La nouvelle carte militaire dévoilée

24 juillet 2008 - 13h00

83 implantations militaires vont fermer à partir de 2009. Les sites les plus touchés bénéficieront des contrats de reconversion sont signés.

Carte militaire : Extraits du discours de François Fillon

24 juillet 2008 - 12h09

Le Premier ministre a dévoilé, jeudi matin, le nouveau visage de la carte militaire française.

Carte militaire : A Dieuze, "on ne s’en sort pas trop mal"

24 juillet 2008 - 12h09

Fernand Lormant, maire (UMP) de Dieuze, estime que l’essentiel est sauf pour sa petite commune de Moselle.

Carte militaire : L’analyse de Jean-dominique Merchet

24 juillet 2008 - 11h42

Le spécialiste Défense de Libération commente pour LCI les annonces de François Fillon sur la nouvelle carte militaire.

Carte militaire : La réaction du maire de Mourmelon

24 juillet 2008 - 11h40

Fabrice Loncol, maire de Mourmelon, se réjouit sur LCI du maintien dans sa commune des 501et 503e régiments de chars de combat.

Carte militaire : La réaction du maire de Bitche

24 juillet 2008 - 11h36

Gérard Humbert ne cache pas sa déception à l’annonce de la disparition dès 2009 du 57e régiment d’artillerie de sa ville de Bitche, en Moselle. Cela signifie la disparition de 1.138 personnes.

voir aussi article du 28 Juin 2008 "Défense Nationale à la sauce Sarko"


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1845527

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Organisation de la République  Suivre la vie du site DEFENSE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License