AID Association initiatives dionysiennes
Après le Livre Blanc du 17 Juin 2007

Défense Nationale à la Sauce Sarko

Qu’est-ce qui se cache derrière ces propositions ?

samedi 28 juin 2008 par JMT

Sous prétexte d’économies budgétaires rendues nécessaires par un déficit fabriqué de toutes pièces (qui veut tuer son chien.....), un livre blanc a été publié le 17 Juin qui fixe jusqu’en 2020 le nouveau calibre des forces armées françaises et les missions auxquelles elles seront appelées.

On réforme mais on utilise toujours les mêmes (grosses) ficelles en promettant à nos militaires plus de jouets plus performants à payer sur les économies de personnels et de moyens de soutiens.

Cette économie sera donc immédiatement dépensée au bénéfice du complexe militaro-industriel (où figurent évidemment des amis proches du président).

Et même si "l’armée ne fait pas d’aménagement du territoire" (humour présidentiel au 3eme degré ?) il faut bien calmer l’ire de nombreux députés-maires généralement UMP qui verront leur circonscription économiquement sinistrée par la baisse des dépenses publiques sur leur territoire.

Un coup de pouce pour les villes privées de casernes

Europe1, 27/06/2008, 10h04

François Fillon a annoncé jeudi devant l’Assemblée nationale que les communes affectées par les suppressions de bases et d’unités militaires, conséquence du plan de réduction des dépenses pour la Défense, bénéficieront de 320 millions d’euros de subventions.

Une compensation demandée par les municipalités concernées qui redoutent de perdre avec leurs casernes, des habitants et l’activité importante qui va avec. Une information Europe 1 : la liste de ces communes ne sera connue que le 8 juillet.

L’armée, ça assure la sécurité de la nation, pas l’aménagement du territoire" avait averti Nicolas Sarkozy lors de la présentation de la réforme des armées, le Livre blanc. Mais face aux craintes exprimées localement par de nombreux élus qui pourraient perdre leur base ou leur unité et avec elles une activité très importante, François Fillon a annoncé que l’Etat allait faire un geste : 320 millions d’euros de subventions en compensation.

Le Premier ministre a également promis que "les communes les plus touchées feront l’objet d’un accompagnement personnalisé" avec des "contrats de site ou des conventions d’aménagement". Hervé Morin avait confié que des parlementaires UMP, "moins de dix" selon lui, restaient "vent debout" contre la réforme.

Information Europe 1 : les noms des communes concernées par des suppressions de bases ou d’unités militaires seront dévoilés le 8 juillet prochain. Mais Hervé Morin, le ministre de la Défense, a d’ores et déjà indiqué qu’une trentaine de sites militaires majeurs devraient être fermés. D’autres sources parlent d’une cinquantaine. Au total, pour faire des économies, il s’agit de supprimer 54.000 postes sur les 320.000 existants, civils et militaires, en 6 ou 7 ans.

Réforme de la Défense - 320 millions pour les communes touchées

le 26/06/2008 - 17h06

Militaires répétant pour le 14 juillet à Villacoublay

Le Premier ministre a annoncé jeudi une enveloppe de 320 millions d’euros au profit des communes qui seront affectées par la réorganisation de la carte militaire.

A l’occasion de la présentation du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale à l’Assemblée nationale, François Fillon a assuré jeudi que le gouvernement "ne sacrifierait pas" l’outil militaire à des impératifs financiers.

"Les communes les plus touchées feront l’objet d’un accompagnement personnalisé", assuré le Premier ministre devant les députés. "Des contrats de site ou des conventions d’aménagement seront proposés. Un dispositif de soutien au financement des communes dont le budget sera fortement déséquilibré est également prévu : 320 millions d’euros de subventions d’investissements y seront consacrés", a-t-il poursuivi. "Un large dispositif d’accompagnement" sera mis en oeuvre, a-t-il promis : accompagnement social des personnels militaires et civils affectés, accompagnement territorial "ayant pour objet principal la création de nouveaux emplois".

Le ministre de la Défense, Hervé Morin, doit présenter début juillet la nouvelle carte militaire dans le cadre de la restructuration des forces armées, qui prévoit la suppression de 54.000 des 320.000 postes civils et militaires en 6 ou 7 ans.

Une cinquantaine de sites sur les 450 communes concernées pourraient être fermés, ainsi qu’une quinzaine de bases aériennes. A terme, l’armée de terre comptera 131.000 hommes, l’armée de l’air 50.000 et la Marine 44.000, hors services annexes du ministère.

D’ici à 2020, l’Etat consacrera 377 milliards d’euros à la Défense, dont le budget progressera de 1% en volume par an à partir de 2012. Les crédits de défense augmenteront jusqu’à cette date à hauteur de l’inflation.

90 bases de Défense

"L’urgence, aujourd’hui, c’est de respecter notre objectif d’équilibre budgétaire à l’horizon 2012", a justifié François Fillon, rappelant que le gouvernement avait décidé de plafonner à 1,1% par an la progression des dépenses de l’ensemble des administrations publiques.

"Nous ne sacrifierons pas notre outil militaire à des impératifs financiers", a-t-il souligné à l’adresse des députés qui redoutent, tous bords confondus, les répercussions sociales de la restructuration des forces armées dans les circonscriptions répertoriées par le ministère de la Défense.

"Nous n’hypothéquerons pas notre sécurité de long terme à seule fin de franchir un cap budgétaire. Le Livre blanc ne consacre pas une politique de renoncement", a-t-il plaidé.

"La nouvelle organisation reposera sur 90 ’bases de défense’, réparties dans 400 communes, et qui pourront mutualiser leurs moyens de soutien au profit de 2.800 personnes par base en moyenne", a expliqué François Fillon.

Carte militaire - Sarkozy veut des compensations pour les communes

le 18/06/2008 - 15h17

Crédit Photo : TF1/LCI : Nicolas Sarkozy lors de son discours devant 2000 policiers et gendarmes à la Défense (29 novembre 2007)

Le secrétaire général de l’Elysée a déclaré mercredi que "la volonté du président c’est de donner des compensations" aux communes qui encourent d’importantes pertes.

Le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, et le secrétaire d’Etat chargé de l’Aménagement du territoire, Hubert Falco, ont évoqué mercredi des "compensations" et des aides à la restructuration pour les sites touchés par la réforme de la carte militaire.

Il y aura des "restructurations qui seront annoncées, parce qu’on ne peut pas se cacher, avant le 14-Juillet", a déclaré Claude Guéant sur Europe 1. Dans certains cas, "il y a des gagnants", et dans d’autres le départ de certains effectifs "peut être mis en balance avec des avantages".

"Il y a pour certaines communes un risque de perte sèche important et il est clair que la volonté du président, c’est de donner des compensations", a ajouté le secrétaire général de l’Elysée.

250 millions d’euros

Selon Hubert Falco, interrogé par Le Parisien, "il y aura un délai de trois ans entre l’annonce de la carte et la fermeture effective des sites". "Je souhaite demander une enveloppe restructuration de l’ordre de 250 millions d’euros qui proviendraient pour partie du ministère de la Défense et pour partie de l’Aménagement du territoire", ajoute-t-il. "C’est de l’investissement direct", il y aura ensuite des mesures "site par site", précise le secrétaire d’Etat.

Nicolas Sarkozy a présenté mardi le Livre blanc sur la défense qui fixe les grandes orientations de l’évolution des armées françaises pour les 15 ans à venir.

Il prévoit de consacrer 377 milliards d’euros à la défense en douze ans (2009-2020) et de financer en partie la modernisation des armées grâce aux économies dégagées par une réduction des effectifs (54.000 civils et militaires en moins en six ou sept ans) et une concentration des installations. Les sites touchés par cette réforme doivent être annoncés début juillet.

Plusieurs milliers de manifestants contre le Livre blanc

Des personnels civils de la défense se sont réunis mercredi devant le ministère de la Défense à Paris pour protester contre les restructurations et les suppressions de postes prévues dans le Livre Blanc présenté mardi par Nicolas Sarkozy.

Les fermetures de sites et les suppressions de postes mettent à mal "les fonctions de soutien aux forces armées", a déploré Gille Goulm, secrétaire générale de FO-Défense, premier syndicat du ministère. D’autres rassemblements ont également eu lieu à Brest, Cherbourg, Rennes, Lyon et Metz.

Défense - Livre blanc : les réactions

le 17/06/2008 - 15h49

Les militaires répètent le défilé du 14 juillet à Villacoublay

Vision "trop américaine de la Défense" ou stratégie "adaptée à la mondialisation" : les avis divergent de droite à gauche sur l’utilité et la méthode de la réforme des armées présentée mardi par Nicolas Sarkozy

PS

Spécialiste des questions de Défense, la députée PS du Finistère Patricia Adam a dénoncé "une vision très Bush, très américaine (...), avec un concept nouveau, celui de la sécurité nationale. Il met dans les mains du président de la République l’ensemble du secteur défense, mais aussi toute la sécurité civile et la police". "Cela correspond à un vrai projet politique du président de la République, qui va à l’opposé de tout ce qui a été fait dans notre pays depuis le général de Gaulle", a ajouté Mme Adam, qui avait démissionné de la commission du Livre Blanc sur la défense en avril.

UMP

Frédéric LEFEBVRE, porte-parole de l’UMP : "En arrêtant une stratégie adaptée à la mondialisation, une politique résolument européenne, innovante et attentive au citoyen, le Livre blanc permet que s’ouvre le débat que le président de la République appelait de ses voeux".

Jean-François COPÉ, président du groupe UMP "Un certain nombre de nos amis députés ont fait valoir qu’ils s’inquiétaient un peu pour ce qui concernait ces projets dans leurs circonscriptions. Il y a des inquiétudes, elles sont légitimes mais elles ne doivent pas faire oublier ce qui, à mes yeux, est une priorité absolue : la restructuration de nos armées".

Bernard ACCOYER, président de l’Assemblée nationale :

"C’est une réforme particulièrement profonde qui a pour mérite de préparer l’armée française aux défis contemporains. La France conservera un très important effort de défense en faisant en sorte que celui-ci soit adapté aux menaces actuelles et à venir et aux nécessités d’évolution tactiques, techniques et technologiques".

Nouveau Centre

François SAUVADET, président du groupe du Nouveau Centre (NC) : "Cette réorganisation est nécessaire pour rendre notre armée plus opérationnelle. Je souhaite qu’elle puisse aussi être faite en liaison avec les élus locaux. Cette révision est courageuse, on la soutiendra".

Front national

Jean-Marie Le PEN, président du Front national : la défense nationale sortira "en lambeaux" du projet de refonte présenté par Nicolas Sarkozy. "Le Livre blanc sur la défense programme, comme on le savait déjà, la destruction de pans entiers de notre défense nationale". "La France de Nicolas Sarkozy s’en remet à l’Otan et à l’Union européenne". "Un Etat sans défense nationale n’est pas un Etat qui se respecte."

OTAN

"Le secrétaire général de l’Otan, Jaap de Hoop Scheffer, salue l’annonce du président Sarkozy", a déclaré le porte-parole de l’Otan, James Appathurai, à propos de la confirmation par le chef de l’Etat français que "rien ne s’oppose à ce que nous participions aux structures militaires de l’Otan". "Evidemment, il appartient à la France de déterminer exactement comment et quand, exactement, elle veut reprendre toute sa place dans les structures de l’Otan", a souligné M. Appathurai. "Mais l’Otan se réjouit que la France ait annoncé qu’elle allait prendre des mesures en ce sens", a ajouté le porte-parole de l’Alliance atlantique.

Défense - Nicolas Sarkozy "assume" la baisse des effectifs

Alexandra GUILLET - le 17/06/2008 - 12h29

Crédit Photo : TF1-LCI Nicolas Sarkozy le 17 juin 2008

Adaptation aux nouvelles menaces, effectifs réduits, troupes plus mobiles, priorité au renseignement et à l’Europe de la Défense : le chef de l’Etat a détaillé mardi matin le contenu du nouveau Livre blanc. Il entend aller "jusqu’au bout de cette réforme", car il en va de l’avenir de la nation".

Nicolas Sarkozy a présenté mardi matin à quelque 3000 cadres des armées, les grandes lignes du nouveau Livre blanc de la Défense et de la Sécurité intérieure. Le chef de l’Etat a prévenu qu’il était "résolu à aller jusqu’au bout de cette réforme", car il en va de "l’avenir de notre nation". Ce discours, a souligné le chef de l’Etat, est un "discours fondateur", avec des "choix assumés, pesés, que je propose à la Nation pour qu’il n’y ait aucune rupture entre société civile et militaire".

MENACE IMMEDIATE D’UNE ATTAQUE TERRORISTE

"Aujourd’hui, la menace immédiate est celle d’une attaque terroriste", a déclaré le chef de l’Etat en introduction de son discours. "Grâce à l’efficacité de l’ensemble de nos forces de sécurité, la France n’a pas été atteinte au cours de ces dernières années.

Mais la menace est là, elle est réelle, et nous savons que cette menace peut prendre demain une forme nouvelle, encore plus grave, avec des moyens radiologiques, chimiques et biologiques", a-t-il poursuivi. "Un nombre croissant de pays vont disposer de missiles balistiques dont il faut bien dire que la portée s’allonge jusqu’à atteindre plusieurs milliers de kilomètres, jusqu’à pouvoir frapper l’Europe", a-t-il ajouté.

PRIORITE AU RENSEIGNEMENT

Partant de ce constat, Nicolas Sarkozy a notamment annoncé "un effort massif d’investissement sur le renseignement, notamment d’origine spatiale". Les services de renseignement doivent être "efficaces, mieux coordonnés, et agir dans le respect des valeurs républicaines".

"Pour cela", les services de renseignement du ministère de l’Intérieur seront regroupés "au sein de la nouvelle direction centrale du renseignement intérieur", et il y aura à l’Elysée un "coordinateur du renseignement, qui orientera les services et assurera la cohérence de leur action", a indiqué M. Sarkozy.

DES EFFECTIFS RAMENES A 225 000 HOMMES

Nicolas Sarkozy a confirmé une "baisse substantielle des effectifs" des armées, ramenés à 225.000 hommes d’ici 6 à 7 ans. L’armée de Terre comptera 131.000 hommes, l’armée de l’air 50.000 hommes et la marine 44.000.

"Je sais que c’est une baisse substantielle des effectifs. Je l’assume", a dit Nicolas Sarkozy, en précisant qu’elle "portera avant tout sur les soutiens et l’administration".

"Des mesures d’accompagnement seront mises en oeuvres", a-t-il promis. "Nous allons être inventifs pour compenser la fermeture ou le transfert des implantations militaires". "Les territoires les plus fragiles seront accompagnés", a-t-il ajouté.

"Dans mon esprit l’armée, ça assure la sécurité de la Nation, pas l’aménagement du territoire", a-t-il insisté. "Je sais parfaitement qu’avec le Premier ministre et le ministre de la Défense, nous serons confrontés à des manifestations, il y a des protestations", a-t-il reconnu. Mais "il faut choisir" entre "une armée qui fait de l’aménagement du territoire et qui n’est pas opérationnelle" et une armée "qui assure la sécurité des Français", selon le chef de l’Etat.

377 MILLIARDS D’EUROS

Le gouvernement consacrera 377 milliards d’euros aux armées françaises d’ici 2020, dont 200 milliards pour leurs équipements. Il a ajouté que les armées disposeraient de trois milliards de crédits supplémentaires par an pour leurs équipements, soit une hausse de près de 20% de ces crédits.

"Ce n’est pas du luxe", a-t-il commenté. "C’est pour cela que ces réformes, il faut les faire : parce qu’on va réinvestir dans la défense tout ce que l’on aura économisé. Dans les matériels, mais aussi dans l’entraînement et dans la condition militaire. Le Premier ministre et moi, allons inscrire ce principe dans la loi de programmation militaire", a promis Nicolas Sarkozy.

RENOVER LES ACCORDS AVEC L’AFRIQUE

"Nous devons adapter nos moyens prépositionnés" a estimé le chef de l’Etat. "Tous nos accords de Défense seront désormais rendus publics. Nous allons revoir nos accords avec l’Afrique et revoir la position de nos bases.

Ceci ne veut pas dire que nous abandonnons l’Afrique à elle-même", a-t-il ajouté. "C’est tout le contraire". "Nous voulons coopérer avec tous les pays, européens et africains, qui partagent avec nous l’idée que l’Afrique est une clé du développement et de la sécurité internationale dans les années à venir", a précisé M. Sarkozy.

LA FRANCE REJOINT L’OTAN, MAIS LA DISSUASION RESTE NATIONALE

"Aujourd’hui, la Commission du Livre blanc conclut que rien ne s’oppose à ce que nous participions aux structures militaires de l’Otan", a déclaré Nicolas Sarkozy. "La France est un allié indépendant, un partenaire libre.

Les principes posés en son temps par le général de Gaulle, je les fais miens : la France gardera en toutes circonstances une liberté d’appréciation totale sur l’envoi de ses troupes en opération", a-t-il ajouté.

"La France ne placera aucun contingent militaire sous commandement de l’Otan en temps de paix. La dissuasion nucléaire de la France restera strictement nationale quand bien même, j’en ai la certitude, l’existence même de notre dissuasion est une contribution à la sécurité de toute l’Europe", a poursuivi le chef de l’Etat.

PRIORITE A L’EUROPE DE LA DEFENSE

"Quel que soit l’avenir du Traité de Lisbonne, je ne changerai pas d’avis, j’entends faire de la politique de défense et de sécurité un exemple de l’Europe concrète, de l’Europe qui répond aux besoins des Européens", a déclaré Nicolas Sarkozy.

"Priorité : construire, en Europe, de façon pragmatique, des capacités modernes, robustes, flexibles et interopérables, c’est-à-dire capables de travailler ensemble." Pour Nicolas Sarkozy, les Européens doivent notamment être capables de déployer 60.000 hommes, simultanément, dans des opérations lointaines.

"Ces capacités, nous ne les construirons pas sans des efforts de défense suffisants dans la durée. Mais ces efforts ne doivent plus être dispersés, concurrents, déséquilibrés", a-t-il fait valoir.

Videos

Défense : Sarkozy fait de la lutte contre le terrorisme une priorité

17 juin 2008 - 20h00

Nicolas Sarkozy a confirmé mardi une baisse substantielle des effectifs des armées, réduction qu’il a qualifiée de nécessaire pour affronter les nouvelles menaces, telles le terrorisme.

Quel avenir pour Luxeuil sans ses militaires ?

17 juin 2008 - 13h00

La nouvelle politique de défense de la France présentée par Nicolas Sarkozy mardi prévoit notamment une baisse des effectifs. En Haute-Savoie, on craint pour la survie de la base aérienne.

Livre Blanc : Sarkozy présente la Défense de demain

17 juin 2008 - 13h00

A Creil, Nicolas Sarkozy a présenté mardi matin les grandes lignes du Livre Blanc sur la Défense et la sécurité nationale. Extrait de son discours.

Défense : Ciel dégagé sur la base aérienne de Tours

17 juin 2008 - 12h18

A Tours, on se réjouit de la réforme de la Défense annoncée par Nicolas Sarkozy, puisqu’elle prévoit le renfort du nombre de pilotes.

Extraits du discours de Nicolas Sarkozy

17 juin 2008 - 12h17

Ecoutez quelques extraits du discours de Nicolas Sarkozyprononcé mardi 17 juin à l’occasion de la présentation du Livre blanc.

Le renseignement au coeur de la défense de demain

16 juin 2008 - 20h00

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale va officialiser une nouvelle fonction stratégique pour les armées françaises : le renseignement. Explications.

Quel visage pour la défense demain ?

16 juin 2008 - 20h00

Nicolas Sarkozy détaillera mardi les grandes lignes du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. Parmi les points qui seront présentés, la suppression de 54.000 postes en six ou sept ans.

Défense : Livre blanc : réactions socialistes

16 juin 2008 - 16h06

Les socialistes François Lamy et Paul Quilès réagissent au contenu du Livre blanc.

Sites web

Le Livre Blanc sur la Défense et la sécurité nationale du 17 juin 2008

Les trois parties du document sont à consulter ici au format pdf :

Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

Tome 1. 1e partie (2,5Mo)

Tome 1. 2e partie (2,2Mo)

Tome 2. Les débats (2,8Mo)

La Commission de la Défense Nationale et des Forces Armées de l’Assemblée Nationale

Le ministère de la défense comprenant la carte des zones où sont déployés des militaires français

Le secrétariat Général de la Défense Nationale

La Revue de la Défense Nationale

L’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale

L’organisation de la Défense Nationale sur France-Diplomatie

Défense Nationale (France) sur Wikipédia


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1813026

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Organisation de la République  Suivre la vie du site DEFENSE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License