AID Association initiatives dionysiennes
Injonction européenne, volonté présidentielle......

SENIORS : FAUDRA BOSSER PLUS !

Pourquoi pas, mais à quelles conditions ?

vendredi 27 juin 2008 par JMT

Au final, qui veut travailler travaillera, il n’y aura plus de mise à la retraite d’office. La suppression de la dispense de recherche accordée aux chômeurs de plus de 57 ans avait déjà été confirmée. Les entreprises seront elles aussi impliquées dans la lutte pour l’emploi des seniors.

Avant la fin de l’année 2009, elles devront négocier et conclure des accords sur l’emploi des plus de 55 ans. Et celles qui n’emploieraient pas assez de « vieux » se verront sanctionner via une augmentation des cotisations retraites.

L’emploi et les séniors : le gouvernement présente son plan

Le Vendredi 27 Juin 2008 à 07h17

Le gouvernement a présenté hier la version finale de son plan pour favoriser l’emploi des seniors. Le taux d’emploi des 55-64 ans s’élève en France à 38,3% contre plus de 44% dans l’Union européenne.

Le plan reprend les mesures déjà présentées fin avril par le gouvernement, parmi lesquelles la possibilité de cumuler emploi et retraites sans délai de reprise d’emploi (contre 6 mois de délai aujourd’hui) ou la revalorisation de 5% de la retraite dès la première année de surcote (après de 65 ans).

Au final, qui veut travailler travaillera, il n’y aura plus de mise à la retraite d’office. La suppression de la dispense de recherche accordée aux chômeurs de plus de 57 ans avait déjà été confirmée. Les entreprises seront elles aussi impliquées dans la lutte pour l’emploi des seniors.

Avant la fin de l’année 2009, elles devront négocier et conclure des accords sur l’emploi des de 55 ans. Et celles qui n’emploieraient pas assez de « vieux » se verront sanctionner via une augmentation des cotisations retraites.

A l’annonce des mesures, les syndicats ont fait valoir l’insuffisance des négociations. « la concertation préalable a été largement de la frime » déclarait Jean-Christophe Le Duigou (CGT).

Bernard Devy (FO) regrette que le gouvernement ait « réduit le rendez-vous 2008 sur les retraites au seul dossier des seniors, mais même sans le sous-estimer, ce n’est pas l’essentiel des sujets que nous voulions évoquer ».

Les mesures seront insérées dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2009 prévu pour 2009.

MB

Emploi des seniors : le gouvernement présente la version finale de son plan

AFP - jeudi 26 juin 2008, 17h49

Le gouvernement a présenté jeudi devant les partenaires sociaux la version finale de son plan pour l’emploi des seniors, qui prévoit des sanctions pour les entreprises récalcitrantes et vise à rendre plus attractifs des dispositifs comme le cumul-emploi-retraite.

Pas moins de trois membres du gouvernement —la ministre de l’Economie Christine Lagarde, le ministre du Travail Xavier Bertrand et le secrétaire d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez— ont exposé jeudi à Bercy leurs derniers arbitrages, à l’issue d’une concertation critiquée par les syndicats.

Les mesures détaillées jeudi reprennent et détaillent les mesures déjà présentées fin avril et qui visent à redresser le taux d’emploi des 55-64 en France, qui plafonne à 38,3% contre une moyenne de plus 44% dans l’Union européenne.

Dès 2009, le cumul emploi-retraite sera plus attractif, sans plafond et sans délai de reprise d’emploi chez le dernier employeur.

La surcote sera revalorisée de 5% dès la première année. "Une personne qui travaillerait cinq ans, après 60 ans et au-delà de la durée nécessaire pour bénéficier d’une retraite à taux plein, verrait donc sa pension de retraite augmenter de 25%", explique ainsi le document transmis aux partenaires sociaux.

La suppression progressive à partir de 2009 de la dispense de recherche d’emploi (DRE), accordée aux chômeurs à partir de 57 ans et demi, est confirmée.

Les mises à la retraite d’office et les limites d’âge seront également supprimées et des mesures sont prévues contre les "préretraites de fait", négociés par les entreprises avec leurs seniors.

Pour tenir compte d’un rejet unanime par les partenaires sociaux, le gouvernement a renoncé à réserver les indemnités de départ à la retraite aux seuls assurés ayant eu une carrière complète.

Le gouvernement a détaillé jeudi ses intentions pour pousser les entreprises à jouer le jeu de l’emploi des seniors.

Les entreprises et les branches professionnelles devront négocier et conclure avant la fin de l’année 2009 des accords qui pourront traiter par exemple des actions en matière de recrutement, de l’organisation des secondes parties de carrière ou du tutorat.

Une "cotisation additionnelle" est prévue pour les entreprises qui n’auront pas conclu d’accord.

Alors que le gouvernement a affirmé avoir tenu compte des demandes des syndicats pour finaliser son plan, ceux-ci ont déploré une concertation en trompe-l’oeil.

Bernard Devy (FO) a regretté des "incertitudes sur les sanctions qui sont portées aux employeurs".

Le représentant de la CGT, Jean-Christophe Le Duigou s’est dit "interessé" par "l’idée de contrats dans l’entreprise". Mais il a regretté la libéralisation du cumul emploi-retraite, jugeant que la priorité était d’aider "les quatre millions de salariés qui n’arrivent pas jusqu’à l’âge de la retraite dans un emploi".

La CFTC a demandé que des sanctions soient également prévues pour les entreprises ayant un accord sur les seniors, mais ne le respectant pas.

De manière générale, les syndicats auraient souhaité un débat plus large sur les retraites, notamment sur de nouvelles sources de financement.

Les mesures détaillées jeudi concernent le secteur privé et elles trouveront principalement leur place dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2009, présenté à l’automne. Dans la Fonction publique, la concertation sur les seniors doit s’ouvrir le 15 juillet.

Pénalités pour les entreprises qui n’emploient pas de seniors

REUTERS - jeudi 26 juin 2008, 18h37

Les entreprises qui ne s’engageront pas à améliorer l’emploi des seniors s’exposeront à une pénalité financière à partir de 2010, a confirmé la ministre de l’Economie et de l’Emploi, Christine Lagarde.

Les entreprises de plus de 300 salariés et les branches professionnelles devront conclure des accords sur le sujet avant la fin 2009. Faute de quoi, une cotisation additionnelle à l’assurance vieillesse s’appliquera.

Le montant de cette cotisation sera fixé avant fin 2008, a précisé le ministre du Travail Xavier Bertrand lors d’une conférence de presse avec Christine Lagarde et Laurent Wauquiez, le secrétaire d’Etat à l’Emploi.

Cette mesure, qui figurera dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2009, s’inscrit dans le cadre d’un plan visant à augmenter le nombre de travailleurs de plus de 55 ans.

L’objectif du gouvernement est de réduire la discrimination dont sont victimes les seniors sur le marché de l’emploi et de limiter le coût social de leur prise en charge.

Le cahier des charges minimal des futurs accords sera fixé par voie réglementaire. "Il y a aura des engagements chiffrés, il ne faut pas que ce soit juste des bonnes intentions", a dit Laurent Wauquiez.

Les entreprises de moins de 300 salariés ne s’exposeront pas à cette nouvelle cotisation si elles-mêmes ou leur branche professionnelle signent un accord sur le sujet.

Cette mesure s’accompagne de plusieurs autres déjà annoncées comme la suppression progressive de la dispense de recherche d’emploi accordée aux chômeurs de plus de 57 ans et demi, la suppression des mises à la retraite d’office et celle des limites d’âge .

Le recours aux préretraites sera également rendu moins attractif par une harmonisation des régimes sociaux et fiscaux des indemnités de rupture du contrat de travail. Cette réforme doit figurer dans le projet de loi de finances pour 2009 ou le projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Les salariés seront d’autre part incités à travailler plus longtemps par le relèvement à 5% par an de la surcote appliquée sur le montant des pensions de retraite.

Les retraités pourront plus facilement travailler grâce à une simplification du dispositif de cumul emploi-retraite à partir du 1er janvier 2009. Le délai de carence de six mois avant la reprise d’un travail et le plafond de revenu - 160% du smic - seront supprimés.

Selon les données de l’Insee, le taux d’emploi des 55-64 ans était de 38,3% en France en 2007, un chiffre en amélioration depuis 2000 mais nettement inférieur à la moyenne de 44,7% dans l’Union européenne. L’UE a un objectif de 50% à l’horizon de 2010.

Jean-Baptiste Vey, édité par Thierry Lévêque

Des mesures obligatoires pour l’emploi des seniors

REUTERS - jeudi 26 juin 2008, 11h43

Le gouvernement devait annoncer jeudi des mesures obligatoires pour l’emploi des seniors, avec à la clé des sanctions financières pour les entreprises qui ne les respecteront pas à partir de 2010.

La ministre de l’Economie Christine Lagarde, le ministre du Travail Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez, le secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi, reçoivent les partenaires sociaux à Bercy dans l’après-midi pour finaliser ces dispositions et un point de presse est prévu en fin de journée.

L’augmentation de l’emploi des seniors vise tout à la fois limiter l’exclusion de ces personnes sur le marché du travail et diminuer le coût social de leur prise en charge.

Selon les données de l’Insee, le taux d’emploi des 55-64 ans était de 38,3% en France en 2007, un chiffre en amélioration depuis 2000 mais nettement inférieur à la moyenne de 44,7% dans l’Union européenne. L’UE a un objectif de 50% à l’horizon de 2010.

"Il n’est plus possible que syndicats et employeurs prennent avec les politiques de belles résolutions au niveau national et continuent, sur le terrain, de négocier des préretraites", affirme Laurent Wauquiez dans une interview publiée jeudi par le journal Les Echos.

La concertation avec les partenaires sociaux a permis de préciser le cahier des charges minimal que devront respecter les entreprises et les branches et qui sera inscrit dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2009, ajoute-t-il.

"MODE DE GESTION PASSÉISTE"

"La gestion prévisionnelle des emplois devra concerner les salariés dès 45 ans, le tutorat devra être encouragé, et les accords devront prévoir des aménagements (temps et conditions de travail) pour les fins de carrière. Les entreprises devront aussi prendre des engagements chiffrés de progression de l’emploi des seniors", énumère le secrétaire d’Etat.

"Nous faisons confiance aux partenaires sociaux, mais nous serons attentifs au contenu et à la qualité des accords", prévient-il. Ainsi la loi définira-t-elle les sanctions financières, en substance des surcotisations, pour les entreprises qui n’auront pas signé d’accord fin 2009.

Interrogé sur le cas de certains groupes comme Arcelor ou Altadis qui continuent de proposer des préretraites, il répond : "S’il s’agit d’acheter la paix sociale en mettant sur le carreau des salariés de 50 ans, c’est inconcevable".

Pour Laurent Wauquiez, il faut "rompre avec ce mode de gestion passéiste et faire comprendre aux salariés eux-mêmes qu’ils n’y ont pas intérêt".

C’est l’objet, selon lui, de la suppression progressive de la dispense de recherche d’emploi pour les salariés âgés ou des mesures incitant à prolonger son activité comme l’augmentation de la surcote dès la première année supplémentaire cotisée et la libération du cumul emploi-retraite pour les salariés ayant une carrière complète.

Le secrétaire d’Etat dit avoir pris acte de l’hostilité des syndicats à la perception de la surcote sous la forme d’un capital. "Ils considèrent que la surcote en capital est très difficilement compatible avec notre système de retraite. J’ai bien entendu leur message", déclare-t-il.

Laurent Wauquiez estime par ailleurs que le nouveau service public de l’emploi, issu de la fusion entre l’ANPE et l’Unedic, "peut faire baisser le chômage d’un point" en gagnant en efficacité.

Véronique Tison, édité par Pascal Liétout

Emploi des seniors : les entreprises devront prendre des engagements chiffrés

AFP - mardi 17 juin 2008, 16h10

Le secrétaire d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez a insisté mardi sur l’exigence d’"engagements chiffrés" des entreprises pour améliorer l’emploi des seniors, comptant jouer notamment sur leur "image" et leur "porte-monnaie" pour les faire évoluer.

Dans le projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS) à l’automne sera prévue une hausse de cotisations retraite dès 2010 pour les entreprises n’ayant pas signé d’accord sur l’emploi des seniors. Ces accords devront comporter une "obligation d’engagements chiffrés d’amélioration", a-t-il déclaré devant l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis).

Interrogé sur ces engagements, il a évoqué "le nombre de postes occupés par des seniors ou le pourcentage des seniors gardés après 55 ans". "Une entreprise ayant aujourd’hui 25 salariés de 55 ans pourrait avoir l’objectif d’en emmener 23 jusqu’à 60 ans", a-t-il expliqué.

"Il y aura un dispositif de contrôle de la réalité de ces plans" par les directions départementales du travail, selon lui.

Le secrétaire d’Etat a souhaité "enclencher dès la rentrée des partenariats avec des entreprises qui acceptent de faire auditer leur gestion des ressources humaines et d’embauche des seniors et de mettre en place ensuite un plan pour augmenter le taux d’emploi des seniors".

Cela "va commencer par les plus avancées sur la gestion des seniors, comme Renault Trucks, Areva ou Atoll pour montrer à tous qu’on peut avancer".

Comme pistes d’évolution en faveur des seniors, il a cité des engagements en formation dès 45 ans, le passage de postes avec beaucoup de manutention physique à des postes plus légers comme chez Michelin, un investissement dans l’appareil productif pour réduire la pénibilité comme chez Renault Trucks, le tutorat comme chez Bouygues.

Pour faire changer les comportements des entreprises, M. Wauquiez compte sur "le porte-monnaie" et "l’image", car une entreprise qui n’embauchera pas de seniors va devenir une entreprise brigand" et la fin du "pacte secret entreprises-syndicats-politiques sur le dos des seniors".

La France fait figure de mauvais élève en Europe avec un taux d’emploi des 55-64 ans de 38,3% en 2007, contre 44,7% dans l’ensemble de l’UE

VIDEOS

Les seniors au secours des jeunes actifs

27 juin 2008 - 13h00

Une association qui regroupe 4000 retraités bénévoles aide les jeunes actifs à créer leur entreprise. Reportage à Narbonne.

Renault Trucks soigne ses seniors

26 juin 2008 - 20h00

Certaines entreprises n’ont pas attendu les injonctions du gouvernement pour s’occuper de leurs salariés âgés. C’est le cas du fabricant de camions Renault Trucks.

Beauté-La revanche des mannequins seniors 24 juin 2008 - 13h00

Le magazine Notre Temps organisait lundi son 4e concours de mannequins seniors. Une belle façon de montrer qu’on n’est pas obligé d’avoir 20 ans pour défiler sur les podiums.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1798162

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site TRAVAIL  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License