AID Association initiatives dionysiennes
On commence par ficher à la maternelle......

FICHAGE OU FLICAGE ?

puis la police vient expulser les parents ?

mercredi 4 juin 2008 par JMT

On se demande pourquoi garder un ministère de l’Education ? celui de l’Intérieur suffit bien, tellement ses méthodes débordent sur tous les secteurs de l’activité gouvernementale (y-aurait-il une raison pratique ?)

Bientôt on "agréera" des enseignants uniquement sur la base de leurs compétences académiques mais non de leur expérience pédagogique (à eux de se démerder s’ils veulent mériter leurs primes de rendement !) .

On les emploiera quand les "établissements autonomes" auront de quoi les payer (grâce aux sponsors ?), éventuellement au rabais, pour des cours qui le seront tout autant, afin de justifier les "cours de soutien" privés payants que des boites comme Acadomia commercialisnet déjà...

Et pour faire le tri dans ce qu’il restera d’enseignement public, le fichage sera la règle, tout moyen étant bon pour mettre à l’index et "dépister" au plus tôt les délinquants en puissance qui iront remplir des prisons privées lucratives (plus besoin de délocaliser en Chine si on a de la main d’oeuvre corvéable bon marché sur place,comme aux USA...n’est-ce pas Nicolas ?).

Pour la culture, la télé du copain Bouygues est là, et sinon les opérateurs téléphoniques préparent pour très bientôt le "tout dans le (téléphone) portable" en attendant la puce directement enfichée sous la peau.....ça existe déjà....aux USA (autorisé) et dans des boites de nuit espagnoles à l’usage de noctambules qui veulent pouvoir consommer sans risque de se faire voler leur moyen de paiement en cas d’imbibition trop poussée !

Que voilà un avenir radieux !

S’il vous donne toutefois quelques boutons, commencez par mettre votre nez là où vous en avez le droit, et notamment voyez ci-après pour glaner quelques idées d’action quand vous serez assez remonté(e)

La conférence de presse de Saint Denis

mercredi 4 Juin 2008, d’après des notes d’Annie.

Etaient présents :

* SAIPER

* SNUIPP

* SUD éducation

* SCENRAC-CFTC

* AID

* les 3 journaux. (JIR, QUOTIDIEN, TEMOIGNAGES)

FCPE, CFDT, SNUDI FO sont solidaires mais excusés

l’accent a été mis sur :

-le flou complet autour de ce fichage :

les directeurs ont reçu ces fiches sans explications préalables, c’est grâce à l’attention et aux réactions de quelques uns que le voile se lève peu à peu.

les parents reçoivent seulement maintenant une notice explicative, conformément aux préconisations de la CNIL, ce qui est tardif puisque 12 communes sont maintenant concernées ici

- le risque d’utilisation des données du fait de l’accès donné aux maires dans le cadre de la loi de prévention de la délinquance :

les directeurs n’ont pas à effectuer un travail d’auxiliaires de justice, et à renseigner des fichiers nationaux

l’école n’a pas cette mission

- des doutes quant à la sécurisation des accès

- la pression exercée sur les collègues directeurs qui sont réticents ou refusent ( menaces de sanctions (en métropole en tout cas)

- Rappel de la non conformité de cette base de données avec la loi européenne et la convention internationale des droits de l’enfant cf doc

Un appel à la vigilance est lancé aux associations parents, aux citoyens qui s’interrogent et s’inquiètent de ce fichage généralisé afin de créer un collectif à La Réunion.

« Base élèves premier degré », Une entreprise irrégulière de fichage, d’envergure nationale

par Vincent Fristot, conseiller municipal de Grenoble, parent d’élèves du premier degré, représentant la Ville de Grenoble aux conseils des écoles maternelle et élémentaire Nicolas Chorier à Grenoble.

PDF - 62.3 ko

pour télécharger le dossier complet pdf

Le ministère de l’Education nationale (MEN) a décidé de mettre en place une nouvelle base de données nationale « Base élèves premier degré » concernant nos enfants des écoles maternelles et primaires. Ce large fichier informatique pose des problèmes majeurs pour les libertés fondamentales, avec un risque d’atteinte aux fondements démocratiques par un fichage généralisé des enfants, des parents et des citoyens.

Il faut d’abord souligner qu’aucun texte législatif ou réglementaire, aucun arrêté ministériel, aucun décret, n’a mis en place ce traitement informatique « base élèves premier degré » qui concerne de nombreuses données personnelles confidentielles.

Le seul acte administratif concernant ce fichage « base élèves » est une simple déclaration du ministère de l’Education nationale à la Commissionnationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en date du 24 décembre 2004.

Afin de connaître et analyser les risques liés à ce nouveau fichier national, il a été demandé au ministre de l’Education nationale de fournir l’ensemble des échanges de courriers avec la CNIL, relatifs au dossier « base élèves premier degré », ces documents étant des documents administratifs communicables à tout citoyen qui en fait la demande.

Dans un premier temps, le ministre a refusé de communiquer ces documents. C’est seulement après saisine de la Commission d’accès aux documents administratif, que le ministre a transmis à l’auteur, courant janvier 2008, les documents demandés.

Liens

* Site LDH Toulon : Big Brother > “base élèves”

Prenez connaissance de tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Base élèves : Un dossier très complet ouvert depuis Septembre 2006

avec notamment les commentaires divers :( mais plutôt franchement contre !)

* base élèves, Sconet ... une affaire qui nous concerne tous ! date de publication : jeudi 5 juillet 2007

* tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Base élèves date de publication : jeudi 23 août 2007

* base élèves : objection ! date de publication : lundi 5 novembre 2007

* derrière base élèves, la loi de prévention de la délinquance... date de publication : vendredi 16 novembre 2007

* base élèves : entreprise irrégulière de fichage, d’envergure nationale date de publication : lundi 7 avril 2008

* Base-élèves en désordre

sans oublier :

* [rapport de la cnil du 10 Avril 2008->www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics064000885/index.shtml] : ça éclaire assez bien le cercle vicieux mis en place pour avoir la caution (CNIL) sans le contrôle !

UN FILM TELECHARGEABLE SUR BASE ELEVES

Nous ne sommes pas un numéro

dimanche 18 mai 2008

Durée : 26 minutes - Réalisation : Frédéric Vidal - Production : Aime le mot dit

Téléchargez le film au format DivX [168 Mo] - Projections militantes libres ! Cliquez ici

Base Élèves est un fichier informatique, centralisé et partageable, qui regroupe des informations sur les enfants tout au long de leur scolarité. A partir de la conférence qui a eu lieu à l’IUFM de Marseille le 1er avril 2008 à l’initiative de la Ligue des droits de l’homme, et du rassemblement au Parc Chanot le 2 avril 2008 à l’appel du collectif Stop Fichage 13, ce film donne un apperçu des problèmes posés par la mise en place de cette base données.

source et voir aussi "non à base eleves" en 31

“Base élèves” fait un couac à Saint-Denis

CLICANOO.COM

Contrairement aux préconisations de la Commission nationale informatique et libertés, les documents préparés par le rectorat n’expliquent pas aux parents à quoi serviront les renseignements demandés. Les enseignants du Saiper refusent de distribuer les fiches de renseignements.

La jeune directrice d’école primaire ne décolère pas. “Moi, je refuse de distribuer ces fiches”. Jeudi dernier, elle devait en urgence se rendre à l’inspection de la circonscription Saint-Denis 5, pour y chercher les fiches de renseignements à distribuer aux parents de ses élèves.

Mais la secrétaire générale du Syndicat alternatif des instituteurs et professeurs des écoles de La Réunion constate, furieuse : "ce document ne respecte pas les préconisations de la Commission nationale informatique et libertés."

Car nulle part, dans ces deux feuillets, n’est mentionné l’objet du fichier ainsi constitué. Faute de lettre d’accompagnement, les parents ne savent même pas que ces renseignements seront centralisés dans le désormais célèbre logiciel “Base élèves 1er degré”, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre.

Après le tollé suscité lors de son lancement, plusieurs questions ont été supprimées (lire par ailleurs). Mais la méfiance des enseignants et des associations s’est encore aggravée lorsque nos confrères du Canard enchaîné ont prouvé, en juin dernier, que n’importe quel internaute astucieux pouvait accéder à toutes ces données prétendues confidentielles.

Depuis, les concepteurs de “Base élèves” ont revu leur copie. Le rectorat assure que le niveau de sécurité est désormais similaire à celui des sites web des banques, et que toutes les informations ne sont pas accessibles aux mairies et aux caisses d’allocations familiales. Admettons.

LE RECTORAT RECONNAÎT UNE LACUNE

La circonscription Saint-Denis 5 (1), désignée pilote à La Réunion, aurait dû sereinement distribuer ces feuillets aux parents. Mais là encore, il y a un couac : les parents ne savent pas ce qu’ils signent ! Même si le principe de la fiche de renseignements informatisée n’est pas contesté (tout le monde conçoit que les directeurs d’écoles aient besoin d’enregistrer les adresses des responsables légaux, ainsi que les téléphones à appeler en cas d’urgence), la militante du Saiper exige une stricte application de la loi.

“Heureusement, à La Réunion, nous ne sommes pas encore concernés par les arrestations de parents sans-papiers. Mais nous ne voulons pas que ce fichier y participe”, prévient-elle. C’est pourquoi le Saiper a très officiellement averti la Ligue des droits de l’homme de Toulon, qui avait centralisé une pétition contre “Base élèves” : “Nous ne nous conformerons pas à la diffusion de ces fiches” annonçaient rageusement les militants, le 25 avril dernier, alors que tout doit être collecté cette semaine.

Au rectorat de Saint-Denis, on reconnaît une lacune dans l’information. “Promis, on fera mieux ; on ajoutera une information aux parents”, suggérait hier le service concerné

Véronique Hummel

(1) La circonscription Saint-Denis 5 comprend les quartiers Bas-de-la-Rivière, La Montagne, Bellepierre, Camélias et Trinité).

- Les parents doivent savoir ce qu’ils signent

Depuis le projet de départ, le logiciel “Base élèves” a beaucoup évolué. Ce fichier contient des informations sur l’élève et sa famille (adresses, téléphones…), sur sa scolarité (classe, langue vivante…) et ses activités péri-scolaires (transport, garderie, cantine…)

Il ne comprend plus aucune information sur la nationalité, la date d’arrivée en France des membres de la famille ainsi que la langue parlée à la maison.

Les parents doivent être avertis de l’usage qui sera fait du document qu’ils signent. La fiche de renseignements doit comporter les mentions prévues par la loi “informatique et libertés”, à savoir l’objet poursuivi par le fichier, le caractère obligatoire ou facultatif des réponses, les destinataires des données et l’existence du droit d’accès et de rectification.

Source : www.cnil.fr


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1971584

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Education   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License