AID Association initiatives dionysiennes
Derrière le discours apparemment raisonnable, les provocations continuent

L’hyperprésident persiste et signe dans ses projets

mais les syndicats n’ont pas l’intention de le laisser faire....

lundi 2 juin 2008 par JMT

A l’occasion d’un pseudo-anniversaire (toujours très bling-bling) qui laisserait à penser que notre éducation nationale est inchangée depuis 200ans (il a carrément effacé Mai 68 de sa mémoire, c’est freudien :-), l’hyperprésident qui fait aussi le boulot de ses ministres nous la joue Louis XIV convocant le ban et l’arrière-ban de la noblesse enseignante pour leur faire entendre de vive voix sa divine parole....

Il est vrai que lorsqu’il commet des "circulaires" diffusées à des centaines de milliers d’exemplaires (bonjour le Grenelle de l’environnement :-) à la piétaille enseignante qui l’insupporte parce qu’elle ne marche pas au pas comme certains de ses flics chéris, seul un reste de respect pour la fonction présidentielle empêche un vaste éclat de rire, tellement la dichotomie (oui oui !) entre les discours de propagande et les actes (textes officiels, lois et décrets) transparaît.

Serait-ce en réalité la revanche de tous ceux qui ont raté leurs études ou n’ont pas jugé bon d’en faire faute de motivation ou bien trop agités pour attendre d’avoir emmagasiné un minimum de savoirs avant de partir à la conquête du monde ou bien qui haissent les "sachants" car ils résistent à leurs rêves de gloire en ne les suivant pas au pas de charge comme au pont d’Arcole ?

Mais il ne suffit pas d’avoir voulu "occuper" la Rue de Rivoli (même délocalisée à Bercy, pâle copie bling-bling déjà ! :-) pour en avoir gagné ne fut-ce que la bataille et au bout de l’épopée hollywoodienne il y a Waterloo et Ste Hélène ...... et une catastrophe de plus pour le pays :-(

En attendant voilà qui nous promet encore de belles grèves et manifestations ? D’autant que les enseignants sont loin d ’être les seuls fonctionnaires sur lesquels les foudres élyséeennes s’abattent avec répétition.

Propositions de Sarkozy sur la formation des maîtres, le bac, le lycée

PARIS (AFP) - 02/06/08 07:54

Nicolas Sarkozy devrait annoncer de nouvelles modalités pour le baccalauréat général et professionnel lundi devant les cadres de l’éducation nationale et évoquer la formation des maîtres sur laquelle des propositions seront faites "avant l’été", selon l’Elysée.

Photographe : Eric Feferberg AFP/Archives :: Nicolas Sarkozy prononce un discours, le 15 mai 2008 à l’Elysée

A l’occasion du bicentenaire du décret napoléonien du 17 mars 1808 organisant le système éducatif, M. Sarkozy recevra lundi après-midi "l’ensemble des cadres dirigeants de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur", recteurs et inspecteurs d’académie, inspecteurs généraux ou présidents d’université.

Cette rencontre intervient alors que les différents secteurs de l’éducation se sont mobilisés à plusieurs reprises récemment contre la politique gouvernementale.

M. Sarkozy évoquera "les perspectives de sa politique éducative pour les années à venir".

Sera notamment abordée la question de la formation des enseignants, sur laquelle "des propositions" seront faites "avant l’été", selon l’Elysée. Le président devrait confirmer l’allongement de la formation des enseignants au niveau master (bac+5).

En contrepartie, la rémunération des professeurs en début de carrière sera revalorisée, et ce "à partir de 2012", selon l’Elysée, qui rappelle la promesse du président : que la moitié des gains réalisés par le non-remplacement des fonctionnaires du secteur partant à la retraite retourne aux enseignants.

La "mastérisation" de la formation des professeurs devrait "entraîner, à terme, la disparition des IUFM" (Instituts universitaires de formation des maîtres), précise la présidence.

Autres sujets qui devraient être abordés par le chef de l’Etat : la réforme des études au lycée, qui sera mise en place dans les classes de seconde dès 2009, et le "baccalauréat nouvelle formule" qui en découlera trois ans plus tard, "en 2012".

"Le baccalauréat prépare mal à l’enseignement supérieur. Nous n’avons pas assez de jeunes diplômés du supérieur en France, la série S est trop recherchée, les volumes horaires sont très importants, jusqu’à 36 heures par semaine. Il faut aller vers un lycée plus diversifié où les élèves se préparent davantage à l’enseignement supérieur", explique une source proche du dossier à la présidence.

Changement de formule également pour le baccalauréat professionnel : dès septembre 2009, les élèves passeront ce type de bac "sur trois ans". Cette "revalorisation", selon l’Elysée, "répond à un besoin de notre économie, car nous n’avons pas suffisamment de techniciens spécialisés".

Photographe : Patrick Kovarik AFP :: Des enseignants, des élèves et leurs parents défilent contre la politique gouvernementale en matière d’éducation, le 24 mai 2008 à Paris

M. Sarkozy devrait également redire que "le but" de son gouvernement est de "diviser par trois - et même davantage - l’échec scolaire d’ici 2012".

Plusieurs mesures sont envisagées dans le primaire pour y parvenir : réorganisation du temps scolaire, meilleure évaluation (l’une en CE1, l’autre en CM2), création de nouveaux programmes "plus simples, plus clairs, plus lisibles".

Dans les collèges, l’accompagnement éducatif (études dirigées après 16H00) devrait être généralisé.

"L’éducation est une priorité absolue pour le président de la République", fait-on valoir à l’Elysée, où l’on plaide "pour une démocratisation réelle de notre école", alors que "15% des élèves sortent du primaire avec des lacunes qu’ils ne rattraperont jamais" et que seuls "40% des enfants d’ouvriers accèdent à l’enseignement supérieur, contre 80% pour les enfants de cadres supérieurs".

L’éducation sera également le thème d’un déplacement du président Sarkozy, jeudi, en province.

Education Nationale : Nicolas Sarkozy annonce sa réforme

Le Dimanche 01 Juin 2008 à 07h33

Nicolas Sarkozy présente aujourd’hui sa réforme de l’Education nationale. Au menu notamment : refonte du bac et des formations des maîtres.

Nicolas Sarkozy présente son projet de réforme de l’Education nationale à l’Elysée aujourd’hui, devant recteurs, inspecteurs d’académie, inspecteurs généraux et présidents d’université.

Grâce à cette réforme, le président veut diviser par trois l’échec scolaire d’ici 2012. 15% des élèves sortent actuellement du primaire avec des lacunes les vouant quasi certainement à l’échec au collège.

64% des élèves d’une classe d’âge ont aujourd’hui leur bac, contre 20% en 1968. Mais la reproduction des élites reste forte. 40% des enfants d’ouvriers accèdent aujourd’hui à l’enseignement supérieur, contre 80% des enfants de cadres supérieurs.

2Ce que doit changer la réforme2

« Baccalauréat nouvelle formule ». Un nouveau bac devrait être mis en place en 2012, après l’instauration d’une nouvelle classe de seconde en 2009.

Réorganiser le passage du bac. Le président veut mettre fin au mois de juin chômé par les lycéens de secondes et premières qui sont souvent mis dehors de leurs établissements pour cause d’organisation des épreuves du bac.

Bac professionnel. Le bac pro devrait se passer en trois ans à partir septembre 2009.

« Accompagnement éducatif ». Cette aide à l’élève actuellement expérimentée dans 20% des collèges devrait être généralisée à la rentrée prochaine.

La formation des professeurs. Nicolas Sarkozy doit émettre des propositions sur ce sujet d’ici la fin de l’été. Il souhaite notamment rallonger d’une année la formation des candidats au concours d’enseignement. Détenir un bac 5 (Master) deviendrait indispensable. En échange, les professeurs seraient mieux payés dès le début de leur carrière. Le président souhaite aussi ,à terme, la disparition des IUFM (Institut de formation des maîtres). La formation de professeur devrait donc être dispensée en université.

Carte scolaire. Nicolas Sarkozy devrait confirmer les mesures d’assouplissement entamées l’an dernier.

Marie Billon

Emploi - Appel à une grève des fonctionnaires le 10 juin

le 29/05/2008 - 17h08

Crédit Photo : TF1/LCI

La CGT, FSU, Solidaires appellent à une semaine d’action la semaine du 9 juin pour l’emploi et contre les réductions d’effectifs. Et le mouvement pourrait s’étendre. La CGT cheminots a proposé jeudi aux autres syndicats de la SNCF une grève nationale reconductible contre le volet social de la réforme du fret à partir du mardi 10 juin.

Objets de leur grogne : le projet de loi facilitant la mobilité des fonctionnaires, la révision générale des politiques publiques et la baisse de leur pouvoir d’achat.

Trois syndicats de la fonction publique, la FSU, la CGT et Solidaires appellent dans un communiqué commun à "faire de la semaine du 9 au 13 juin, une semaine d’actions et du 10 juin un nouveau temps fort de mobilisation par une journée puissante de grèves et de manifestations".

Le projet de loi sur la mobilité qui doit être examiné en juin à l’Assemblée nationale comporte "toutes les mesures dont les organisations syndicales ont unanimement demandé le retrait", écrivent-elles.

Quant à la révision générale des politiques publiques, ils la considèrent comme "un outil de casse sans précédent pour l’ensemble de la fonction publique".

2"Imposer sans débat"2

A ces projets s’ajoutent "les pertes de pouvoir d’achat des personnels et le nouvel écrasement des carrières qui va résulter de la conjugaison du relèvement du smic et de l’insuffisante revalorisation du point d’indice", poursuivent les syndicats.

Ils critiquent également la réforme des retraites que "le gouvernement prétend imposer à tous sans débat". "Nos organisations appellent d’ores et déjà à participer aux initiatives unitaires pour une véritable réforme solidaire des retraites", écrivent la FSU, la CGT et Solidaires.

Et le mouvement pourrait s’étendre. La CGT cheminots a proposé jeudi aux autres syndicats de la SNCF une grève nationale reconductible contre le volet social de la réforme du fret à partir du mardi 10 juin.

(D’après agence)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1778100

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Education   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License