AID Association initiatives dionysiennes
Le mouvement gagne les autres pays européens....

COMMENT SORTIR DE LA CRISE DE LA PÊCHE ? (Suite)

On propose une solution intelligente ou on attend l’explosion ?

mardi 27 mai 2008 par JMT

Enfin des citoyens européens qui commencent à comprendre que nous sommes tous dans le même bateau..."européens d’en bas" face au bloc constitué par les gouvernements nationaux (qui constituent le conseil européen) et la commission, guignols empesés, aux ordres de l’oligarchie internationale d’où ils tirent leur pouvoir et leurs juteuses prébendes (pensez à tous les "pantouflages dans de juteux conseils d’administration que certains collectionnent !) .

Pendant ce temps, voyageant de Bruxelles à Strasbourg via Luxembourg, nos (très) chers députés européens font semblant d’avoir du pouvoir, confortent ce système inique et illégitime que nos MOCRIEs dénoncent bien que le citoyen de base soit toujours dans l’expectative.

On verra si cette apathie perdurera quand le baril va franchir de nouveaux seuils psychologiques et que passer à la pompe ou remplir sa cuve deviendra un vrai problème pour tous et non pas pour quelques uns.

La grogne des pêcheurs persiste en France et s’étend à d’autres pays de l’UE

AFP - lundi 26 mai 2008, 21h55

De nombreux pêcheurs ont poursuivi lundi un peu partout en France leurs actions contre la flambée du prix du carburant malgré la reprise du travail dans certains ports, alors que leur collègues d’autres pays européens commençaient à rejoindre ce mouvement.

Un appel à bloquer les ports pendant 48 heures à partir de mardi matin a été voté lundi par des représentants d’une dizaine de ports de la Manche et de la Méditerranée réunis à Boulogne-sur-Mer.

"Nos revendications sont toujours les mêmes : un gazole eurocompatible (prix unifié au niveau européen, ndlr) et une gestion raisonnable des quotas", a expliqué Thierry Leprêtre, président du comité local des pêches de Boulogne-sur-Mer.

Les pêcheurs du Guilvinec, premier port de pêche artisanale français, ont décidé lundi soir de poursuivre la grève, tout comme plusieurs autres ports bretons ou normands non représentés à Boulogne. "Le manque de confiance est intact. On a beaucoup de mal à comprendre les annonces du gouvernement", a expliqué la présidente du comité des pêches de Lorient, Liliane Cariou.

"Nous lançons un appel à la grève générale dans la baie de Saint Brieuc et partout ailleurs", a lancé pour sa part Yann Thomas, président du comité des pêches de la baie de Saint-Brieuc, qui a voté la poursuite de la grève.

Dans l’Ouest, qui a connu plusieurs opérations escargots sur les routes, les CRS sont intervenus dans la soirée pour dégager quelques 150 marins-pêcheurs et agriculteurs qui avaient bloqué toute l’après-midi la nationale à quatre voies entre Rennes et Brest près de Saint-Brieuc, provoquant de gros embouteillages.

A La Rochelle, la grève a été reconduite à une voix près mais le port de pêche a été débloqué "pour que les mareyeurs puissent travailler".

Par ailleurs, les accès de la raffinerie Total du Havre restaient bloqués, de même que ceux des dépôts de carburants de Port-la-Nouvelle (Aude) et de La Rochelle.

A l’inverse, les pêcheurs de l’ensemble des Pays-de-la-Loire ont repris le travail lundi, après le vote de La Turballe, dernier port de la région encore en grève.

Ceux des Sables d’Olonne, à l’origine du mouvement national, avaient voté samedi la "suspension pour un mois", le temps pour M. Barnier de mettre en oeuvre sa promesse de garantir un gazole à 40 centimes au lieu de 75 actuellement.

Mais le mouvement a continué lundi à faire tâche d’huile en Europe. Des pêcheurs de quatre pays -Italie, Portugal, France et Espagne- réunis pour la Foire Internationale de la Pêche à Ancône (côte adriatique) ont appelé à une grève illimitée à partir de mercredi pour protester contre la hausse du gazole.

Les pêcheurs de Catalogne (nord-est de l’Espagne) ont entamé une grève dès lundi matin, anticipant sur une manifestation nationale prévue vendredi à Madrid.

Pour sa part, le responsable des pêcheurs du Sud-Est de la France, Mourad Kahoul a annoncé une action des pêcheurs européens en fin de semaine à Bruxelles.

En première ligne dans ce conflit, le ministre de la Pêche Michel Barnier a souhaité que soit relevées les limites fixées par l’UE aux aides nationales versées à la pêche, lors d’un conseil des ministres européens de la Pêche en Slovénie. "Si l’on constate que le prix du gazole compromet l’existence même de la pêche européenne, ne faudrait-il pas poser la question du plafond de ces aides ?", a demandé M. Barnier.

Michel Barnier tente d’apaiser la colère des pêcheurs

REUTERS - vendredi 23 mai 2008, 14h05

RENNES (Reuters) - Des pêcheurs insatisfaits du plan gouvernemental visant à compenser la hausse du prix du gazole ont poursuivi vendredi leurs actions de protestation en France, dont le blocage de ports ou dépôts de carburant.

Confronté à un durcissement du mouvement, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche s’est rendu dans la matinée à Rennes pour tenter de convaincre les représentants des marins-pêcheurs bretons du bien-fondé de son dispositif.

Michel Barnier a répété avoir obtenu un "accord politique" de Bruxelles pour son plan tout en précisant "qu’une prochaine décision du Collège des commissaires formalisera cet accord d’un point de vue juridique."

Le Premier ministre, François Fillon, a également assuré de Copenhague que la France avait obtenu le feu vert de Bruxelles.

Michel Barnier a parallèlement assuré que l’aide sociale de 40 millions d’euros destinée à compenser la hausse du prix du gazole serait versée avant le 15 juin et surtout qu’elle serait "durable" et non limitée à six mois.

"Ce soutien durera au-delà des six mois. Nous allons continuer ce soutien d’une manière ou d’une autre", a-t-il insisté sur France 2.

2CHÈQUE DE COMPENSATION2

De nombreux marins demandent que le litre de gazole à la pompe leur soit directement facturé à 40 centimes, au lieu de 70 centimes, et refusent un mécanisme de compensation sociale qu’ils jugent complexe.

Mais à l’issue de la rencontre, la plupart des représentants des pêcheurs bretons se sont dits rassurés tout en renvoyant une décision sur la suite du mouvement dans leur région aux assemblées générales.

"Nous sommes plutôt satisfaits mais prudents, la base se prononcera", a dit Pascal Lecler, du comité local de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine).

"Le ministre nous a répété qu’il est impossible d’avoir le gazole à 40 centimes à la pompe à cause de la Commission européenne", a expliqué Robert Bourguéon, délégué du Guilvinec (Finistère).

"Mais nous avons réussi à trouver une autre voie pour que le gazole soit à 40 centimes. Il s’agit d’une mesure pérenne et définitive. Les patrons et les pêcheurs toucheront un chèque de compensation sur leur feuille de paie", a-t-il ajouté.

Michel Barnier tiendra comme il s’y était engagé une réunion sur la "formation et la transparence des prix dans la filière de la pêche le 29 mai" avec les marins pêcheurs, les mareyeurs et la grande distribution.

2Cependant, dans les ports, la tension restait vive.2

Une centaine des marins-pêcheurs ont vidé dans la matinée les étals de grossistes en poissons de la périphérie de Caen, dans le Calvados, avant de mener une opération "péage gratuit" sur l’autoroute A13, a rapporté la police.

A Boulogne-sur-Mer, 34 chalutiers ont pris la mer dans le détroit du Pas-de-Calais, où ils naviguent de front à une vitesse de trois noeuds pour obliger les autres navires à ralentir.

Les pêcheurs entendent ainsi "prouver leur détermination", a expliqué Bruno Margollé, responsable de la coopérative maritime d’Etaples.

Les manifestants protestent à la fois contre le prix du gazole et contre les quotas de pêche au cabillaud. "Quotas, gazole, même combat", pouvait-on lire sur une banderole.

Des blocus de dépôts pétroliers sont maintenus depuis jeudi à Port-la-Nouvelle, dans l’Aude, à La Rochelle, en Charente-Maritime.

Dans les Bouches-du-Rhône, une trentaine de marins-pêcheurs ont mené dans la matinée une opération péage gratuit sur l’autoroute A7 au péage de Lançon-de-Provence.

Ils laissent passer gratuitement les automobilistes dans le sens Nord-Sud et distribuent des tracts expliquant leur action aux usagers.

"On n’abandonnera pas. On veut un litre de gazole à 40 centimes à la pompe et ne pas faire une avance pour être remboursés trois mois plus tard", a déclaré Frédéric Matéo, président du syndicat des chalutiers de Martigues.

Pierre Henri Allain avec les correspondants régionaux

Intensification des actions des pêcheurs

REUTERS - mercredi 21 mai 2008, 09h03

PARIS (Reuters) - Les pêcheurs ont intensifié leurs actions en bloquant de nouveaux dépôts pétroliers, le terminal des ferries de Calais et en manifestant violemment à Paris, alors que débutait une réunion entre leurs représentants et le ministre de l’Agriculture et de la pêche Michel Barnier.

Les pêcheurs demandent de nouvelles mesures d’aide pour compenser l’effet de la hausse des prix du gazole, qui les met selon eux en danger de mort économique.

Le terminal Transmanche de Calais a été bloqué par 80 chalutiers qui ont pris position dans la matinée à son entrée, et le trafic avec l’Angleterre était totalement paralysé, a-t-on appris à la capitainerie.

Des incidents entre policiers et pêcheurs ont éclaté dans la matinée près du ministère de l’Agriculture, dans le VIIe arrondissement de Paris. Selon la préfecture, quatre policiers ayant reçu des projectiles ont été blessés dont trois grièvement.

Les pêcheurs ont aussi bloqué dans la matinée les accès à de nouveaux dépôts pétroliers à Fos-sur-Mer et à Berre, dans les Bouches-du-Rhône, a-t-on appris de source syndicale.

Une centrale d’achat de la grande distribution a aussi été prise pour cible près de Nantes, dans la matinée.

D’autres dépôts pétroliers sont bloqués depuis mardi à Bassens près de Bordeaux, à Caen, ou encore près de Sète. Les grands ports de pêche ainsi que des ports de commerce étaient aussi bloqués dans l’attente du résultat de la réunion à Paris.

Dans une lettre adressée mardi au président du Comité national des pêches, Nicolas Sarkozy a affirmé sa "détermination à défendre ce secteur essentiel" et annoncé une "adaptation" des aides existantes, mais pas de mesures nouvelles.

Ségolène Royal, son ex-rivale à la présidentielle, devait se rendre dans la journée à La Rochelle pour soutenir les pêcheurs, a-t-elle annoncé sur RMC.

2TECHNIQUES FRANÇAISES2

Le gouvernement parle d’une mise en oeuvre "accélérée" du plan d’aide de 310 millions d’euros sur trois ans décidé en janvier, pour lequel un feu vert de Bruxelles est attendu dans les prochains jours.

Les pêcheurs déclarent déjà ne pas s’en contenter et interpellent fréquemment le chef de l’Etat dans leurs manifestations avec des banderoles "Sarko menteur, les marins meurent".

Sur fond d’une crise de "surpêche" qui menace selon les scientifiques la reconstitution des stocks de poisson, les 24.000 marins-pêcheurs français se disent en danger de mort économique en raison de la hausse des prix du gazole - son prix a doublé en quelques mois à 0,80 euros le litre - conjuguée à des prix de vente à la criée selon eux en baisse.

Le problème est aggravé par l’état souvent vétuste de la flotte et les techniques de pêche privilégiées en France, avec des filets dérivants, qui sont très consommatrices en carburant.

Le dossier est sensible pour Nicolas Sarkozy, qui s’était engagé auprès des pêcheurs lors de deux visites mouvementées au Guilvinec (Finistère) en novembre et à Boulogne-sur-Mer en janvier.

La première a abouti au plan d’aide, financé par une taxe de 2% sur le prix du poisson mise en place au 1er janvier. Trente millions d’euros ont déjà été versés, selon l’Elysée.

Lors de la seconde visite, le chef de l’Etat avait évoqué une suppression ou un assouplissement des quotas de pêche par espèces, destinés à protéger la ressource et approuvés en décembre par la France. Il n’a pour l’instant donné aucune suite à cette déclaration.

Les pêcheurs réclament de leur côté une action directe sur le prix du carburant et le prix du poisson et dénoncent avec virulence les quotas, injustifiés selon eux.

Thierry Lévêque avec les correspondants régionaux de Reuters


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1921007

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License