AID Association initiatives dionysiennes
Triste Journée de l’Europe......

Le 9 MAI

..... toujours aussi impuissante face aux problèmes du monde

vendredi 9 mai 2008 par JMT

La Journée de l’Europe - qu’est-ce que c’est ?

source

2Un symbole européen2

Aujourd’hui, le 9 mai est devenu un symbole européen (journée de l’Europe) qui, aux côtés du drapeau, de l’hymne, de la devise et de la monnaie unique (l’euro), identifie l’Union européenne en tant qu’entité politique. Le Journée de l’Europe est l’occasion d’activités et de festivités qui rapprochent l’Europe de ses citoyens et ses peuples entre eux.

Le 9 mai est la Journée de l’Europe. Elle concerne tous les citoyens de l’Union européenne, car elle rappelle un certain 9 mai 1950....

2Le 9 Mai 19502

Ce jour-là, la presse fut invitée dans le Salon de l’Horloge du ministère français des Affaires étrangères, au Quai d’Orsay, pour une communication de la plus haute importance.

Les premières lignes de la déclaration du 9 mai 1950, rédigée conjointement par Robert Schuman, Ministre français des Affaires étrangères, et son conseiller et ami Jean Monnet, appellent la France, l’Allemagne et d’autres pays européens à mettre en commun leur production de charbon et d’acier pour jeter les premières bases concrètes d’une Fédération européenne.

Ce projet prévoyait donc de créer une institution européenne supranationale chargée de gérer les matières premières qui étaient à l’époque la base de toute puissance militaire, le charbon et l’acier. Pour les pays concernés, il impliquait de renoncer à la propriété - jusque-là purement nationale - du "nerf de la guerre". Et cela alors même que ces pays venaient à peine de se déchirer dans un conflit épouvantable, laissant derrière lui d’innombrables ruines matérielles et morales, avec leur lot de haines, de rancunes et de préjugés.

La proposition emporta l’adhésion, et le 9 mai 1950 fut ainsi à l’origine de la construction européenne, ce que les chefs d’Etat ou de gouvernement, lors du Conseil européen de Milan en 1985, ont convenu de commémorer chaque année par une "Journée de l’Europe", qui s’adresse à tous les citoyens de l’Union européenne.

En effet, cette journée ne concerne pas seulement les citoyens des pays fondateurs, mais ceux de l’ensemble des Etats membres, puisque chaque pays qui choisit démocratiquement d’adhérer à l’Union européenne s’engage à respecter les objectifs de paix, de progrès social, de développement économique et de solidarité proposés par la déclaration du 9 mai 1950 dans le vieux rêve d’unir le continent européen.

Certes l’Europe - ensemble de peuples conscients d’appartenir à une même entité, de partager certaines valeurs et des cultures proches ou complémentaires - existe depuis des siècles. Mais elle s’était développée jusqu’alors sans règles ni institutions, sans dépasser la simple et fragile coopération entre les Etats. Et la conscience de cette unité fondamentale n’avait jamais éviter les désastres. Aujourd’hui encore, certains pays qui appartiennent au continent européen mais pas à l’Union européenne ne sont pas à l’abri de tragédies.

Par ailleurs, ce qui dans les siècles ou les millénaires passés pouvait ressembler à une tentative d’union n’était en réalité que le fruit d’une victoire des uns sur les autres, que le "fédérateur" s’appelât Jules César, Charlemagne ou Napoléon. Leurs constructions ne pouvaient durer, car les vaincus n’avaient qu’une aspiration : recouvrer leur autonomie.

L’ambition est aujourd’hui tout autre. Cependant, comme toute oeuvre humaine d’envergure, l’intégration de l’Europe ne peut se construire en un jour ni même en quelques décennies. D’autant que l’entreprise amorcée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale est sans précédent dans l’histoire. Il s’agit, en effet, de bâtir une Europe qui respecte la liberté et l’identité de chacun des peuples qui la composent, tout en appliquant le principe selon lequel ce qui peut être mieux fait en commun doit l’être. Car seule l’union des peuples peut garantir à l’Europe la maîtrise de son destin et son rayonnement dans le monde.

Une idée neuve pour l’Europe : La déclaration Schuman - 1950 - 2000

Les célébrations

voir le site officiel français de la fete

site du Centre d’Information sur l’Europe (franco-européen)

Revue de presse du 9 mai 2008

9 mai : l’Europe est en fête

"Aujourd’hui, comme chaque 9 mai", les 27 Etats européens "célèbrent la journée de l’Europe" et mettent "l’accent sur les réalisations de l’intégration européenne" [Euractiv.com].

"Le 9 mai est l’anniversaire de la déclaration de Robert Schuman" de 1950 [Le Figaro]. Dans ce discours désormais célèbre, le ministre français des Affaires étrangères, "présenta sa vision d’une Europe unie après la Seconde guerre mondiale" [Euractiv.com]. L’idée de "la Communauté européenne du charbon et de l’acier, précurseur du marché commun" était née [Le Figaro].

Le coup d’envoi des festivités de la journée de l’Europe a été lancé à Lille jeudi 7 mai. Pour l’occasion, "Lille s’était mise à l’heure de l’Europe" [Le Figaro] en accueillant le "Rendez-vous des Européens" : une demi-journée de débats organisée par Jean-Pierre Jouyet, auxquels ont participé "un petit millier de participants : étudiants, décideurs et retraités".

Xavier Darcos, Rama Yade, Martin Hirsch mais également les députés européens Michel Rocard et Bronislaw Geremek, avaient fait le déplacement. "Cet événement centré sur la culture, les valeurs, et l’identité a été l’occasion pour Jean-Pierre Jouyet (…) de défendre le concept de ’présidence citoyenne’".

Le 9 mai, cette année, est placé sous le signe de "l’année européenne du dialogue interculturel". Ce sera donc l’occasion de "célébrer la richesse de la mixité culturelle européenne et de promouvoir le dialogue entre les personnes de cultures différentes vivant en Europe" [Euractiv.com].

Cette journée de l’Europe est aussi l’occasion pour les responsables politiques et associatifs investis sur les questions européennes de faire entendre leur voix. Ainsi "les socialistes et d’autres responsables politiques affirment que la célébration devrait offrir un débat plus politique sur la future orientation de l’Union" [Euractiv.com].

Dans Libération, Olivier Brachet directeur du "forum réfugiés" et Alexandra Ouraeff, chargé de mission Europe, profitent de la journée de l’Europe pour s’exprimer sur la politique européenne d’immigration. Ainsi, "sans remettre en cause l’aspect symbolique de cette journée, sans douter de la qualité des événements qui se dérouleront ces jours-ci", ils ne parviennent pas à se forcer, "à avoir le cœur à célébrer l’Union européenne". Ils remettent en cause la directive de Dublin, "qui impose aux demandeurs d’asile, de déposer leur demande dans le premier pays de l’Union européenne où ils mettent le pied".

Françoise Crouigneau, dans un éditorial des Echos, souligne quant à elle, que la fête de l’Europe qui "s’annonçait ensoleillée, prend des allures de "fête à la grenouille", évoquant ainsi "les nuages économiques qui s’accumulent" au dessus de l’Europe.

2Références :2

La fête à la grenouille de l’Europe [Les Echos, p. 14]

Journée de l’Europe : l’UE remet en question sa future orientation [Euractiv.com]

Pas de fête de l’Europe pour les réfugiés [Libération, p. 33]

Journée de l’Europe [Le Monde, p. 9]

La pédagogie de Jean-Pierre Jouyet [Le Figaro, p. 3]


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1778888

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site EUROPE  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License