AID Association initiatives dionysiennes
Que commémore-t-on exactement en ce jour ?

Le Huit Mai

Un jour diversement traité par les présidents de la 5eme République

jeudi 8 mai 2008 par JMT

Victoire du 8 mai 1945 :

2en Normandie, Sarkozy célèbre "la vraie France"2

AFP - jeudi 8 mai 2008, 15h23

Nicolas Sarkozy a célébré "la vraie France", celle de de Gaulle et des résistants, en commémorant jeudi sur une plage du Débarquement en Normandie, le 63e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945.

Rompant avec la traditionnelle commémoration sur les Champs-Elysées à Paris, la cérémonie, sobre et recueillie, s’est déroulée sur la plage de Ouistreham (Calvados), à l’endroit même où des milliers de soldats alliés, parmi lesquels les 177 Français du "Commando Kieffer", débarquèrent à l’aube du 6 juin 1944.

"En cette journée du 8 mai (...), j’ai voulu rendre hommage, au nom de la Nation tout entière, à ceux auxquels nous devons aujourd’hui d’être libres. Aux heures les plus sombres de notre histoire, quand tout semblait perdu, quand les chefs les plus prestigieux capitulaient devant l’ennemi, ils ont choisi de continuer le combat", a déclaré le chef de l’Etat.

"Plus on s’éloigne" de la fin de la seconde guerre mondiale "et plus la mémoire est compliquée à pérenniser. C’est la raison pour laquelle M. Sarkozy veut décentraliser les cérémonies du 8 mai" pour "marquer de façon plus forte les esprits", selon l’un de ses proches.

L’an prochain, elles pourraient se dérouler en Bretagne ou en Provence.

Nicolas Sarkozy, qui avait, dans la matinée, déposé une gerbe au pied de la statut du général de Gaulle sur les Champs Elysées, était accompagné du Premier ministre François Fillon, du ministre de la Défense Hervé Morin et du secrétaire d’Etat aux Anciens combattants Jean-Marie Bockel.

Sur la plage balayée par une légère brise et sous un soleil printanier, se tenaient plusieurs détachements militaires, notamment ceux du 1er Régiment d’infanterie de la Garde républicaine et de l’Ecole Polytechnique.

La tête couverte du béret vert des fusiliers-marins, six vétérans du commando Kieffer ont reçu un hommage particulier de M. Sarkozy. Dominique Kieffer, fille de celui qui fut leur chef, le capitaine de corvette Philippe Kieffer, était présente.

A cette occasion, a été présenté le fanion d’un futur 6e commando marine, unité des forces spéciales baptisée "commando Kieffer", qui sera créée officiellement à la date symbolique du 6 juin.

Dans un discours plus gaullien que chiraquien, le président Sarkozy, tout en affirmant qu’"aucune faute, aucun crime ne doit être oublié", a proclamé que "la vraie France n’était pas à Vichy, elle n’était pas dans la collaboration".

"La vraie France, la France éternelle, elle avait la voix du général de Gaulle, elle avait le visage des résistants", a-t-il lancé.

M. Sarkozy s’est montré ainsi fidèle à son refus réitéré de la "repentance", sans toutefois aller jusqu’à rompre avec le discours de son prédécesseur Jacques Chirac le 16 juillet 1995, lors la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv.

Alors que de Gaulle, puis François Mitterrand s’y étaient toujours refusés, Jacques Chirac avait été le premier président à reconnaître alors la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des Juifs. "La France, patrie des lumières et des droits de l’Homme (...) la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable", avait-il déclaré, tout en rendant hommage en plusieurs occasions ensuite à la France des résistants ou des Justes qui sauvèrent des Juifs.

De même, M. Sarkozy a salué jeudi la mémoire "des maquisards (...), de ceux qui cachaient les enfants juifs" comme les fermiers du Périgord, ou encore "les humbles pêcheurs de l’Ile de Sein" qui rejoignirent de Gaulle à Londres.

8 mai 1945 - L’hommage de Sarkozy au commando Kieffer

le 08/05/2008 - 15h19

Crédit Photo : AFP/M. DANIAU Nicolas Sarkozy sur une plage d’Ouistreham, à l’occasion des commémorations du 8 mai

Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi, à l’endroit où les hommes de Philippe Kieffer avaient débarqué le 6 juin 1944, la création d’un commando marine baptisé commando Kieffer.

A l’occasion des célébrations de la victoire alliée du 8 mai 1945, Nicolas Sarkozy s’est également rendu au cimetière canadien de Beny-Reviers, dans le Calvados.

2L’hommage de Nicolas Sarkozy au commando Kieffer2

Les célébrations de la victoire alliée du 8 mai 1945, décentralisées cette année, se sont tenues jeudi à Ouistreham en présence du président de la République Nicolas Sarkozy. Sur la plage même où avait débarqué le 6 juin 1944 le commando Kieffer, formé de jeunes Français résistants, le chef de l’Etat a passé les troupes en revue, suivi du Premier ministre François Fillon et des ministre et secrétaire d’Etat à la Défense Hervé Morin et Jean-Marie Bockel. Sous un soleil radieux, devant une mer étincelante et calme, le président est ensuite allé saluer les survivants du commando Kieffer.

Ils étaient 177 volontaires français, les "bérets verts" dont le commando portait le nom de leur chef, le capitaine de corvette Philippe Kieffer. Ils avaient débarqué à la brèche de Colleville, qui portait le nom de code Sword Beach. Alors que les barges approchaient de la côte, le commandement britannique avait laissé celle qui les transportait passer en tête, leur laissant l’honneur de fouler les premiers le sol national.

2"Nous célébrons avant tout une victoire morale"2

Pour leur rendre hommage, à l’endroit même où ils avaient débarqué, Nicolas Sarkozy a annoncé ce jeudi la création d’un 6ème commando marine, une unité des forces spéciales baptisée commando Kieffer. Le président de la République a remis symboliquement le fanion de ce nouveau commando au contre-amiral Marin Gillier, commandant des fusiliers marins et des commandos. C’est lui qui avait dirigé sur le terrain, au large des côtes somaliennes, les opérations militaires ayant permis la libération des 30 otages du Ponant, le 11 avril.

Outre cet hommage aux 177 jeunes volontaires, Nicolas Sarkozy, dans son discours, a voulu englober dans une même reconnaissance tous les grands résistants : "Nous ne célébrons pas seulement une victoire militaire, nous célébrons avant tout une victoire morale", a lancé le chef de l’Etat. "Aucune faute, aucun crime ne doit être oublié, mais la France, qui tant de fois dans son histoire s’est battue pour la liberté et la dignité des hommes, la France dont nous pouvons apprendre à nos enfants à être fiers, la vraie France, elle n’était pas à Vichy, elle n’était pas dans la collaboration", a-t-il martelé. "La vraie France, elle n’était pas dans la milice, la vraie France, la France éternelle, elle avait la voix du général de Gaulle. La vraie France, la France éternelle, elle avait le courage de Jean Moulin", "le visage lumineux de Germaine Tillion, de Lucie Aubrac, d’Honoré d’Estienne d’Orves, de Tom Morel, du commandant Kieffer".

Nicolas Sarkozy s’est ensuite rendu au cimetière canadien de Beny-Reviers, dans le Calvados, où il a rendu un hommage appuyé aux soldats canadiens morts "pour participer à la libération de la France". En début de journée à Paris, à quelques mètres de l’Elysée, le chef de l’Etat avait déposé une gerbe aux pieds de la statue du général de Gaulle.

D’après agence

2Les missions du futur commando Kieffer2

Le commando Kieffer développera de nouvelles capacités opérationnelles, pour faire face aux nouvelles menaces sur les théâtres d’opérations extérieures, comme l’Afghanistan. Parmi les 32 soldats qui le composeront initialement, figureront des maîtres-chiens dont les animaux seront spécialisés dans la recherche des "explosifs improvisés", des spécialistes des drones (avions sans pilote), de la guerre électronique, du déminage ou du combat en environnement NRBC (nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique).

Vidéo :

8 mai 1945 : Sarkozy rend hommage au commando Kieffer 08 mai 2008 - 12h10

Le chef de l’Etat a rendu hommage jeudi ces Français qui avaient rejoint le général de Gaulle à Londres, et qui ont été parmi les premiers à débarquer en Normandie, le 6 juin 1944.

8 mai 1945 - 8 mai 1945 : le bleuet, symbole des anciens combattants 08 mai 2008 - 13h00

Comme chaque année, la collecte du bleuet de France a lieu en ce 8 mai. Les fonds servent à financer l’aide aux anciens combattants. Reportage à Strasbourg.

Massacres de Sétif et Guelma

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Les massacres de Sétif et Guelma sont des répressions sanglantes d’émeutes nationalistes qui sont survenues en 1945 dans le département de Constantine en Algérie durant la période coloniale française.

Elles débutent le 8 mai 1945 : pour fêter la fin des hostilités et la victoire des Alliés sur les forces de l’Axe, un défilé est organisé. Les partis nationalistes algériens, profitant de l’audience particulière donnée à cette journée, décident par des manifestations pacifiques de rappeler leurs revendications patriotiques.

Après des heurts entre policiers et nationalistes, les manifestations dégénèrent en émeutes et provoquent d’abord des massacres d’Européens dans les régions de Sétif et Guelma. L’armée française exerce alors une répression qui va prendre des proportions considérables et durer plusieurs semaines........la suite


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1905619

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pas En Notre Nom ! - 974  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License