AID Association initiatives dionysiennes

Le 1er MAI 2008, en France et dans le monde

vendredi 2 mai 2008 par JMT

salaires et prix alimentaires décriés, heurts en Turquie

AFP - jeudi 1 mai 2008, 19h30

Des interventions musclées de forces de l’ordre ont eu lieu jeudi en Turquie où 530 personnes ont été interpellées au cours des célébrations de la Fête du travail, marquée dans le monde par des défilés pour demander de meilleurs salaires, en pleine crise alimentaire mondiale.

A Istanbul, des heurts ont éclaté entre forces de l’ordre et manifestants qui voulaient se rendre sur une place hautement symbolique où, le 1er mai 1977, au moins 34 manifestants étaient morts dans des violences.

La police a interpellé 530 personnes et le nombre des blessés s’est élevé à 38, dont huit policiers, a déclaré le gouverneur d’Istanbul, Muammer Guler.

Des incidents se sont également produits au Chili, où des personnes masquées, qui s’étaient détachées de la colonne de 20.000 manifestants arpentant la principale avenue de Santiago, ont attaqué à coups de pierres et de bouteilles une succursale de banque, provoquant l’intervention des forces de l’ordre. Bilan : 45 interpellations, d’après la police.

La demande de meilleurs salaires était souvent au centre des revendications de dizaines de milliers de manifestants dans le monde, face à la hausse des prix, notamment alimentaires.

En Russie, où l’inflation galopante jette une ombre sur la prochaine investiture du président Dmitri Medvedev, le 7 mai, plus de deux millions de personnes ont participé aux traditionnels défilés du 1er mai, placés sous le signe du pouvoir d’achat .

A Jakarta, ce sont une dizaine de milliers d’Indonésiens, confrontés comme leurs compatriotes à une inflation de plus de 8% en raison de la poussée des prix des produits alimentaires, qui ont défilé, selon la police.

A Tokyo, où 12.000 personnes se sont rassemblées dans un parc, comme à Séoul, où 5.000 salariés se pressaient à un meeting, les syndicats ont exigé la sécurité du travail et de meilleures rémunérations pour les travailleurs précaires et à temps partiel.

En Thaïlande, 2.000 ouvriers ont protesté à Bangkok près du siège du gouvernement accusé de s’intéresser davantage aux questions constitutionnelles qu’au bien-être des travailleurs.

Au moins 20.000 Salvadoriens ont manifesté pour exiger des mesures "concrètes" en vue de réactiver la production agricole face à la menace d’une pénurie de produits alimentaires, tandis qu’au Guatemala, des milliers de personnes (25.000 selon les organisateurs) ont défilé dans le pays pour dénoncer les bas salaires.

En Allemagne, plus de 400.000 personnes ont participé, d’après des sources syndicales, aux différents rassemblements demandant l’instauration d’un salaire minimum généralisé.

En France, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté pour la défense du pouvoir d’achat et des retraites. Un millier d’étrangers, salariés mais sans papiers, s’étaient joints à la manifestation, réclamant leur régularisation.

A Dakar, 10.000 Sénégalais ont protesté contre la forte hausse des prix des produits de première nécessité.

A Nairobi, où le président kenyan Mwai Kibaki intervenait à l’occasion du 1er mai, des milliers de salariés l’ont mis au défi d’améliorer leur feuille de paie, en se plaignant de l’augmentation des prix des denrées alimentaires.

En Afrique du Sud également, les manifestants ont essentiellement axé leur revendications sur la vie chère.

En Italie, où près de 1.300 personnes meurent chaque année dans des accidents du travail, plus de 100 rassemblements et défilés ont été organisés sur, cette fois, le thème de la sécurité au travail.

Au Maroc, plusieurs milliers de personnes ont défilé à Casablanca pour, elles aussi, dénoncer les mauvaises conditions de travail, illustrées par un récent incendie meurtrier (55 morts) dans une usine.

Les travailleurs colombiens ont, de leur côté, réclamé que la sécurité des syndicalistes soit mieux assurée dans leur pays. Une vingtaine d’entre eux ont en effet été assassinés au cours des quatre premiers mois de 2008, soit autant que pendant toute l’année dernière, affirment leurs organisations.

A Prague, environ 2.000 militants et sympathisants du Parti communiste tchèque (opposition) ont profité des célébrations du 1er mai pour fustiger le projet des Etats-Unis d’installer sur le sol tchèque et en Pologne des éléments de leur bouclier antimissile.

En Chine, l’un des rares pays d’Asie où le 1er mai est chômé, aucun défilé n’était prévu. Cependant, des manifestations antifrançaises se sont déroulées dans cinq villes, dont Pékin, devant les magasins Carrefour pour critiquer la position de la France sur le Tibet.

A La Havane, le président Raul Castro a présidé le traditionnel défilé du 1er mai sur la place de la Révolution où des centaines de milliers de Cubains arboraient des portraits du nouveau chef de l’Etat et de son frère Fidel, le père de la révolution cubaine.

Salaires, retraites et sans-papiers au coeur des défilés du 1er mai en France

AFP - jeudi 1 mai 2008, 18h06

Les cortèges du 1er mai, autour du pouvoir d’achat et des retraites, ont réuni jeudi entre 119.600 et 200.000 personnes dans toute la France, une mobilisation équivalente à celle de 2007, avec une plus grande unité syndicale, alors que d’autres rassemblements sont prévus en mai.

Selon le ministère de l’Intérieur, les 301 manifestations organisées en France ont rassemblé 119.600 personnes, contre 117.000 l’an dernier. La manifestation parisienne unitaire (CGT, CFDT, FSU, Solidaires), a rassemblé 15.000 personnes, selon la même source.

De son côté la CGT a compté 30.000 participants à cette manifestation et "plus de 200.000 personnes" dans tous les défilés où elle était présente dans le pays, un chiffre équivalent à son décompte national de 2007.

A Paris, le rassemblement a été marqué cette année par la présence, pour la première fois, de très nombreux salariés sans papiers.

Selon la CGT, qui soutient activement leur demande de régularisation, 4.000 à 5.000 d’entre eux ont défilé jeudi, au lendemain de l’annonce des premières régularisations de salariés sans papiers dans les Hauts-de-Seine depuis le lancement d’une grève coordonnée dans plusieurs entreprises d’Ile-de-France le 15 avril.

Autre nouveauté, le leader de la CFDT François Chérèque a manifesté aux côtés de son homologue de la CGT Bernard Thibault, ce qui n’était plus arrivé depuis 2003.

"Quand les syndicats français arrivent à travailler en commun, on est toujours plus efficace", a relevé M. Chérèque. Il a estimé que le gouvernement devait "revoir" son projet de réforme sur les retraites et que le président Nicolas Sarkozy n’avait "fait qu’aggraver" les inégalités sociales.

Cette mobilisation "laisse à penser que les prochains rendez-vous revendicatifs prévus en mai vont être très importants", a déclaré M. Thibault, qui a appelé à "continuer à travailler dans l’unité" syndicale.

Outre une manifestation sur les retraites prévue le 22 mai par l’ensemble des syndicats, lycéens et fonctionnaires seront aussi dans la rue le 15 mai.

Parmi la foule parisienne, des salariés du quotidien Le Monde, masqués et vêtus de tee-shirts blancs, ont protesté contre un plan de suppression de 129 emplois, non loin de Tamouls en costume traditionnel dénonçant "l’oppression" au Sri Lanka.

D’autres organisations syndicales avaient manifesté dans la matinée à Paris. Plus de 6.000 militants de la CFTC, 2.500 selon la police, se sont retrouvés pour une "véritable augmentation générale du pouvoir d’achat". Un mot d’ordre également partagé, avec les retraites, par Force Ouvrière qui a réuni entre 400 et 2.000 personnes, selon les sources.

En province, l’une des manifestations les plus importantes a réuni à Grenoble environ 4.200 personnes selon la police, 7.000 selon la CGT. Des lycéens conduisaient le cortège, brandissant une banderole sur laquelle était écrit : "Pour la paix et le progrès social".

Entre 2.500 et 30.000 personnes, selon les sources, ont manifesté à Marseille. A Lyon, où 2.700 à 5.000 manifestants ont défilé, les lycéens ont notamment scandé "Un seul poste à supprimer : c’est celui de l’Elysée".

A Bordeaux entre 2.000 et 4.000 personnes ont manifesté, et à Lille entre 1.000 et 1.500, selon les sources.

A Strasbourg, où défilait le secrétaire général de l’UNSA, Alain Olive, le cortège a rassemblé 2.000 personnes, selon la police et 3.000 selon les organisateurs.

Représentativité syndicale - Les Français font confiance à leurs syndicats

le 01/05/2008 - 09h31

Crédit Photo : DR

Selon un sondage CSA, 57% des personnes interrogées estiment que les syndicats français défendent bien les intérêts des salariés. Sur la capacité des syndicats à "faire évoluer la société française dans le bons sens", 42% des Français disent ne pas avoir confiance.

Alors que les syndicats battent le pavé ce 1er mai, voilà un sondage qui devrait conforter les leaders syndicaux dans leurs actions. 57% des Français déclarent faire "confiance" aux syndicats pour "bien défendre les intérêts des salariés", et 53% pour "faire évoluer la société française dans le bon sens", selon un sondage CSA pour le site internet leparisien.fr publié jeudi.

Concernant la défense des intérêts des salariés, 36% des Français indiquent ne pas faire confiance, 7% ne se prononcent pas. Par catégorie, 62% des salariés (public et privé) disent faire confiance aux syndicats pour la défense de leurs intérêts, contre 35% qui n’ont pas confiance et 3% qui ne se prononcent pas. Les salariés du public font confiance à 61% aux syndicats (34% non et 5% ne se prononcent pas), et ceux du privé à 62% (35% non, 3% ne se prononcent pas).

Sur la capacité des syndicats à "faire évoluer la société française dans le bons sens", 42% des Français disent ne pas avoir confiance, 5% ne se prononcent pas. 56% de l’"ensemble des salariés" leur font confiance sur cette question, contre 40% qui n’ont pas confiance et 4% qui ne se prononcent pas. Chez les fonctionnaires, 51% déclarent faire confiance aux syndicats sur l’évolution de la société (44% non et 5% ne se prononcent pas), et du côté du privé, ils sont 58% à avoir confiance (38% non, 4% ne se prononcent pas).

Sondage réalisé par téléphone les 29 et 30 avril, auprès d’un échantillon national représentatif de 1003 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef du ménage).

D’après agence

Vidéos

2Manifestations : Un 1er mai de lutte et de violence dans le monde2

A l’occasion de la fête du travail, plusieurs manifestations étaient organisées à travers le monde. Au coeur des protestations, la hausse des prix et la crise alimentaire.

01 mai 2008 - 20h00

2Manifestations : Les syndicats promettent un mois de mai chargé2

Les défilés du 1er mai pourraient n’être qu’une répétition générale avant les grands rendez-vous du 15 et 22 mai pour lesquels les syndicats appellent à manifester.

01 mai 2008 - 20h00

2 Des milliers de manifestants pour le pouvoir d’achat2

A Paris, près de 30.000 personnes ont défilé à l’occasion du 1er mai. Dans le cortège, des lycéens mobilisés contre les suppressions de postes, mais aussi des salariés sans papiers qui réclament leur régularisation.

01 mai 2008 - 20h00

2 1er mai sous le signe de la contestation2

La manifestation unitaire contre la réforme des retraites aura lieu le 22 mai. En attendant, les syndicats manifestent tour à tour jeudi dans toute la France.

01 mai 2008 - 13h00


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1797745

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site RESISTANCE  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License