AID Association initiatives dionysiennes
Aujourd’hui à Saint Denis 97400

L’enterrement du code du travail

Des décennies de lutte chamboulées au bénéfice du MEDEF !

jeudi 1er mai 2008 par JMT

Ils ont encore gagné une bataille....

Dans la guerre qu’ils nous mènent depuis des millénaires, les riches ont encore marqué un point et de taille. Le code du travail, ce grimoire hideux à leurs yeux qui ose prétendre que la populace a des droits et que nos bons mait’ ne peuvent pas exercer leur pouvoir de droit divin pour nous faire turbiner à leur profit vient de prendre une grande claque.

Sous prétexte de "simplification" et de "toilettage", ce sont les résultats de 150 ans de luttes qui viennent de voler en éclat. Gérard FILOCHE nous dit que certaines conséquences ne seront visibles que dans 20 voire 50 ans,

Car au delà du code, de modifications pas si mineures que ça faites en missouk et toujours au détriment des travailleurs, de la renumérotation des articles, du changement du sommaire, il faut songer à la masse de jurisprudence que les tribunaux de prud’hommes ont constituée et qui va se trouver bouleversée, car il va falloir revérifier comment ce qui fut jugé sous l’ancien code devenu obsolète le serait maintenant.

Et ne croyez pas que c’est anodin, car le camp adverse le sait et il en profite pour nous narguer. Il a choisi SCIEMMENT la date du premier mai, fête des travailleurs, pour l’entrée en vigueur du Code du travail version MEDEF2008 qui s’attaque frontalement à des droits essentiels.

Depuis plus de 3 ans, Gérard FILOCHE, inspecteur du travail, militant altermondialiste, membre de Démocratie et Socialisme s’époumone à mettre tout le monde en garde. Ce site a relayé largement ses mises en garde écrites et en vidéo, et nous en avons discuté en réunion publique. Dans l’indifférence totale des dizaines de militants et responsables syndicaux dument informés, qui doivent penser qu’il suffit de 20 secondes à la télé le premier mai pour que ce theme de combat majeur soit popularisé. Ou qu’il faut systématiquement attendre que les catastrophes soient accomplies pour essayer de lutter contre elles !

Les syndicats ont quitté les réunions de travail devant le caviardage qui y était pratiqué. Cela n’a pas arrêté le gouvernement qui a pu continuer ses petits tripotages !

Lors de la campagne présidentielle puis législative, bien rares ont été ceux qui ont repris ce thème vital... sont -ils aveugles ou complices du MEDEF et de l’UMP ?

Que faire ?

Avant tout se dire que tout n’est pas perdu et ne pas baisser les bras. Nous devons résister, parce que c’est le seul moyen de sortir l’humanité de l’animalité vers lequel elle va revenir si on laisse faire les riches. Car ils ne s’arreteront jamais....

Leur seule réelle "idéologie" est la frénésie : toujours plus, toujours plus vite, toujours plus fort......mais on est loin de la formule latine célèbre, devise des Jeux Olympiques, Citius, Altus, Fortus (plus vite, plus haut, plus fort). Car cette frénésie d’accumultation de richesses et de pouvoir au delà des limites de ce que un être humain peut utiliser même pendant plusieurs vies va mener le monde à l’abîme.

Résister, parce que nous ne sommes pas seuls. Plus Sarko et ses séides attaquent Mai 68, plus il tente de nous la jouer Margaret Thatcher ("TINA"), plus il y a de craquements et plus de gens commenent à exprimer leur ras-le-bol.

Les lycéens redescendent dans la rue, merci Sarko.... aurait-il compris que si on ne se révolte pas quand on est jeune on ne le fera jamais plus...sauf le couteau sous la gorge ? Rêve-t-il de régner sur des moutons enragés ? Pour le coup Laurence (Parisot) n’en a pas fini de "tomber de l’armoire" !

Les enseignants et les autres fonctionnaires vont défiler à nouveau le 15/1. Eux-aussi commencent à en avoir ras-le-bol, du mépris qui suinte des propos d’un président à moitié inculte et de ses ministres gonflés de leur suffisance, avocats d’affaires ou comptables boutiquiers... qui anônent comme des cancres "c’est la réforme qui fera les économies !"

Mais quelles économies ? l’argent de nos impôts est fait pour nous assurer d’abord un état qui fonctionne et des services publics efficaces à notre service. Il n’est pas fait pour subventionner les entreprises à perte sous le prétexte fallacieux de "renforcer leur compétitivité" ou de "garantir les emplois". Pour vous en convaincre , relisez la déclaration des droits de l’homme qui fait partie de notre "bloc de constitutionnalité" !

Si les capitalistes ne savent plus faire des affaires tous seuls, qu’ils s’en aillent, qu’ils fassent faillite, qu’on nationalise sans indemnité (leurs maigres investissements ayant souvent été remboursés plusieurs fois par les rendements royaux qu’ils s’octroient aux frais de la collectivité) ou qu’on transforme leurs anciennes entreprises en coopératives et qu’elles soient reconverties pour répondre aux besoins des salariés et des clients de proximité.

Foin des fadaises du commerce international à grande distance dans lequel on veut lancer des PME pour qu’elles aillent se faire gruger sur des marchés où elles n’ont plus de chance de décrocher des pactoles. Car tout le monde partout désormais produit quasiment la même chose. Qu’on échange les excédents cela sera bien le maximum qu’on pourra faire quand les frais de transport seront devenus prohibitifs

Il est illusoire de croire que chacun va travailler dans ou créer LA société qui trouvera le produit miracle. 90% des gens continueront à faire des services de proximité, du logement, du transport intérieur, de l’alimentation, de l’enseignement, de la santé, etc....

Il nous faut donc compter comme depuis des millénaires sur nos propres forces, sortir des illusions d’un peu plus d’un siècle de capitalisme conquérant.

C’est ici et maintenant que le combat devra être mené et gagné. L’amérique du sud , ou du moins une fraction "éclairée" s’engage à nos côtés par avance, sachant que la grande majorité de la population des autres pays d’amérique du sud, mais aussi d’afrique n’attend qu’un signal pour rejeter aussi ce capitalisme financier. Et même en Asie, le modele US/Chinois ne fait pas que des heureux

L’enterrement du code du travail

Suite à la réforme CRS (Chirac-Raffarin-Sarkozy) le Code du travail est devenu obsolète et a donc été remplacé le 1/5/2008 par le nouveau Code MEDEF 2008. Nous avons donc jugé qu’on ne pouvait laisser partir l’ancien code sans lui faire des obsèques dignes.

Nous avons donc fait (merci Annie et Véro) un magnifique cercueil, fort léger (à l’image d’un code qu’on vide de sa substance).

Nous portions une tenue blanche et noire (les deux tenues de deuil les plus courantes !), des masques blancs de la commedia dell ’arte pour rappeler que la politique sarkozienne est une vaste et sinistre pantalonnade .

Nous avions des pancartes rappelant les nouveaux principes du code du travail (voir affiche du dernier cafeco du 23 Avril).

Les militants de la CGTR avaient des pancartes rappelant les attaques contre le code du travail, aussi nous avons défilé derrière eux

Notre animatrice-présidente, Véro, a déambulé avec un somptueux couvre-chef (normal,c’est le chef !) avec la couronne mortuaire ornée d’alter-coquelicots.

Partis de la place de Metz (jumelée depuis 1986 avec Saint Denis), nous avons descendu la Rue de Paris et la Rue de la Victoire

avant d’aboutir aux jardins de la préfecture, en passant devant la statue de Mahé de La Bourdonnais, devant lequel nous faisons notre MOCRI/MOKALI les mercredis soirs à 18h.

Après les discours des syndicalistes et l’achèvement de la distribution de nos 500 tracts, nous nous sommes retrouvés à l’ombre derrière Mahé pour pique-niquer avec les assiettes-dégustation de cuisine comorienne de notre amie Amina, présidente de l’ACTC.... assiettes fort appréciées également par un groupe de militants de Sud-Education.

Seule ombre au tableau de cette journée passée sous un soleil de plomb, le manque manifeste de manifestants : la CFDT pique-niquait à Saint Leu et FO était absente. Et il faut ajouter dans la très pratiquante Réunion le même jour les fêtes de l’Ascension avec des messes un peu partout.......qui ont eu au moins deux fois plus de emps d’antenne à la télé...où notre cercueil a été remarqué :-)


Forum

  • L’enterrement du code du travail
    2 mai 2008

    Paix au défunt Code du Travail... mais surtout pas au nouveau, ni à ceux qui l’ont concocté !

    La réforme des retraites est elle aussi en marche : 42 annuités sont "une incontournable nécessité" pour notre gouvernement. Dès lors, que ces personne si savantes, si intègres, qui ont usé leurs fonds de culotte sur les bancs des écoles de l’élite d’une nation élitiste, m’expliquent comment il se fait que, avec un ratio actif/retraité qui a varié depuis 1978 de quelque chose comme 3/1 à 2/1, tandis que le PIB du pays se voyait multiplié par plus de 2, il est aujourd’hui impossible d’assurer aux anciens ce qui était possible il y a trente ans ???

    J’ai vu quelque part (chiffres à confirmer) que les retraites utilisaient à la fin des années 70 environ 12% du PIB français, pour un niveau de vie souvent inférieur à celui des actifs du moment (carrières au régime général courtes, puisque celui-ci a été essentiellement instauré après guerre). Aujourd’hui, il en faudrait 18%, et ceci pour maintenir le niveau de vie des retraités à parité avec celui des actifs actuels.Une augmentation donc de 50% de l’assiette des retraites dans le PIB. Or, le PIB a plus que doublé durant ces 30 années. Puisque le gâteau augmente plus vite que la part relative dévolue aux retraites, où donc est la difficulté d’assurer une retraite confortable à 60 ans ?

    Le calcul du gouvernement se base uniquement sur une approche monétaire et comptable, dans un monde dominé par la monnaie privée. La charge indue des intérêts de la dette ponctionne à elle seule plus que ce qui serait nécessaire pour assurer les retraites des Papy Boomers. L’interdiction faite à l’Etat de créer sa propre monnaie fait le reste, en réduisant la marge de manoeuvre budgétaire pour l’investissement matériel et/ou social (santé, éducation, justice).

    Bref, les banquiers tiennent le monde, et ce n’est pas demain qu’ils le lâcheront, si nous ne prenons pas l’initiative de les mettre dehors.

    Brieuc

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2020746

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site RESISTANCE  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License