AID Association initiatives dionysiennes
Quarante ans déjà !

MAI 68

Breve anthologie par François SOLTIC

mercredi 26 mars 2008 par JMT

Il y a 40 ans débutait Mai 68

contre une société qui craquait de partout

22 MARS 2008- PARIS (AFP) — Initié par les "baby-boomers" qui ont bousculé, par leur seul nombre, une société craquant de partout, le Mai-68 français provient d’un mouvement de fond, culturel et politique, entamé des années auparavant à l’étranger.

"C’est la rencontre entre une vague internationale - partie des Etats-Unis et de Grande-Bretagne, amplifiée par la guerre du Vietnam, avec la rythmique de la rock music -, et une crise française", résume Serge July, ex-patron de Libération, dans l’album récemment paru "La France en 1968" (éd AFP/Hoëbeke).

"Sur l’humus de la pop music et de la contestation esthétique et vestimentaire, une plante politique va pousser, aux fleurs d’un rouge éclatant", a écrit l’actuel directeur de l’ancien journal gauchiste, Laurent Joffrin, dans son essai "Mai-68".

En 1964, le soulèvement de l’université californienne de Berkeley donne le coup d’envoi de contestations estudiantines contre l’ordre établi et "l’impérialisme américain". Elles vont toucher, dans des contextes politiques différents, la Tchécoslovaquie et la Pologne, le Mexique et le Japon ou encore l’Allemagne et l’Italie. L’année 68 (marquée sur le plan international par la grande offensive vietcong du Têt qui commence fin janvier) sera particulièrement agitée dans de nombreux pays, dont les Etats-Unis.

En France, la courbe des naissances s’est envolée spectaculairement dès 1942. Ce fut le début des "Trente Glorieuses", période de reconstruction et d’installation de la société de consommation qui a permis à la jeunesse de grandir dans une atmosphère de croissance rapide. Cette longue période de fécondité concerne d’ailleurs l’ensemble des démocraties occidentales.

Dans leur "roman vrai" des années 60 et 70, "Génération", Hervé Hamon et Patrick Rotman constatent qu’à partir de la fin de la guerre d’Algérie (1962), "la France est en paix" mais ajoutent : "c’est un soulagement et une inquiétude". Et de s’interroger en substance : les jeunes, qui s’apprêtent à découvrir en vrac Jean-Luc Godard, les Beatles ou la mini-jupe, vont-ils supporter longtemps le modèle social, paternaliste, autoritaire et conservateur, qu’on leur impose ?

Dans ces étouffantes années 60, les femmes ne sont pas autorisées à travailler en pantalon, la pilule n’est pas en vente dans les pharmacies, le divorce par consentement mutuel n’existe pas, les congés payés ne sont pas généralisés. En 1964, une présentatrice de télé, Noëlle Noblecourt, est licenciée pour avoir trop montré ses genoux. La censure, notamment à la télévision, veille. Godard est contraint de changer en "Une femme mariée" le titre de son film "La femme mariée" pour éviter "tout rapprochement avec toutes les épouses françaises" !

Alors que le nombre d’étudiants français ne cesse de grossir (500.000 en 1968 contre 50.000 en 1936), le journaliste politique du Monde Pierre Viansson-Ponté, écrit dans un article célèbre, paru le 15 mars 1968, que "la France s’ennuie". "La prospérité généralisée des années 60 a donné (aux jeunes) une nouvelle visibilité : ils représentent désormais un groupe à part entière, avec un mode de vie et une culture qui n’est plus celle des générations précédentes", note-t-il.

Une semaine plus tard, la crise estudiantine, finalement plus sociétale que politique, qui culminera en mai, démarre à Nanterre où, non loin de la faculté, des bidonvilles abritent 400.000 Maghrébins, manoeuvres sur les chantiers de la croissance.

Liens

* Grafittis de Mai 68

*MAI 68 à RFI

* Mai 68 : archives de l’INA

* "L’an 01" à Bordeaux et autres manifs

* Le blog de Mai (agenda)

* CODHOS (autre agenda)

* 29 affiches

* Les maximes de Mai 68

* De Gaulle et Mai 68

* Le mai 68 de Jean-Charles

* Aux origines du mouvement de mai 1968, à l’université de Nanterre : une révolte contre la répression de la sexualité

* L’insurrection situationniste

* Histoire de Mai 68

* "Il n’y a pas eu de mort en mai 68"

Des événements

2Festival de cinéma à l’université Paris-X sur Mai-68.2

Du 25/27 mars et 1/3 avril, 17h Organisé par les étudiants du Département d’Arts du spectacle, la Bibliothèque de Documentation internationale contemporaine, la Bibliothèque Universitaire.

Projections suivies de débats sur les grands thèmes de mai 68 avec Hélène Fleckinger (doctorante en histoire du cinéma), Jean Roy (critique et historien du cinéma), Jacques Willemont (réalisateur), Nicolas Hatzfeld (maître de conférence en histoire), Gwenaele Rot, (maître de conférence en sociologie), Sébastien Layerle (docteur en histoire du cinéma) et Jean Pottier (photographe).

Voir le programme. Contact : Service audiovisuel de la BDIC : 01 40 97 79 63

Université Paris-X Nanterre, Amphi B2 (rdc bât. B, voir le plan), entrée libre. http://www.nonfiction.fr/article-478-lagenda_de_nonfictionfr.htm

20-24 Mars 2008 : Avant-première de “68”, un film de Patrick Rotman (en présence du réalisateur).

A 18 heures, Amphithéâtre B2 - Université de Nanterre ; 200 avenue de la République ; RER A direction Saint-Germain-en-Laye, station Nanterre-Université

contact : audiovisuel@bdic.fr Tél. 01 40 97 79 63 http://www.desobeir.net/agenda-actus.htm

Projection/ débat/ anniversaire sur mai 68 le samedi 10 mai à Paris www.cnt-f.org/fte

2 Du 16 avril 2008 au 18 avril 2008, Paris, INA,2

83-85 rue Patay, 75013, Paris : Images et sons de mai 68 (1968-2008)

2Jeudi 24 avril 2008, Université Marc Bloch Strasbourg 2 :2

Les spectacles de 68

2Samedi 10 mai à 20h30 : Projection/débat/anniversaire sur mai 682

au local parisien de la CNT : 33 rue des Vignoles, Paris 20ème, métro Avron ou Buzenval.

« Grands soirs et petits matins » William Klein filme au jour le jour des assemblées, débats improvisés, barricades, bagarres de rues, palabres, utopie en marche, résignation, malentendus. Ce documentaire est une passionnante chronique qui allie la chaleur lyrique du "direct" au recul ironique et critique. Filmé en noir et blanc, caméra au poing, c’est le document le plus précieux, le plus juste et le plus troublant sur ces évènements historiques. Des facs jusqu’aux usines, des AG aux barricades... l’Etat, la hiérarchie et le capitalisme sont contestés par des millions de grévistes, étudiants et salariés. Garçons de café, retraités, illuminés, immigrés, ménagères, étudiants, syndicalistes, touristes des beaux quartiers, cadres en mal de conscience, enragés de tous poils et de toutes tendances forment partout des tables rondes ambulantes... Pavés de bonnes intentions, rumeurs et révélations, rêves et discours les plus fous, analyses correctes et aberrantes, coups de théâtre, complots, confessions, crises de conscience, tripes et psychodrames...

2Débat : CNT STE 92 le mercredi 19 mars 2008 à 21h552

Quelques idées :

Sommes-nous tous des soixantes-huitard-e-s ?

Quels sont les acquis et les échecs de 68 ?

Quelles leçons pouvons nous tirer de ce mouvement ?

Qu’est-ce qu’être révolutionnaire aujourd’hui ?

https://paris.indymedia.org/article.php3 ?id_article=96750&id_mot=64

Mai 68 en vidéo

* Mai 68 : soyez réalistes, demandez l’impossible

* Mai 68 en BD

* Mai 68

* Manifestation étudiante de Mai 68

François SOLTIC 06 63 58 40 02


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2047432

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site RESISTANCE  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License