AID Association initiatives dionysiennes

Les enseignants du secondaire appelés à la grève contre les restrictions budgétaires

mardi 18 mars 2008 par JMT

AFP - mardi 18 mars 2008, 06h21

Les enseignants et autres personnels des collèges et lycées publics sont appelés ce mardi à la grève par une intersyndicale pour protester contre les restrictions budgétaires, la réforme de l’enseignement professionnel et le rapport Pochard sur la condition enseignante.

Mercredi, ce sont les professeurs des écoles qui sont appelés, par le SNUipp-FSU (majoritaire) à "une journée nationale d’action" (manifestations, distributions de tracts, simulacres de classes des années 50, mais pas d’appel à la grève), pour "protester contre les mauvais choix ministériels" faits pour l’école.

Mardi, "nous attendons 30 à 35% de grévistes", a déclaré lundi Claudie Martens, cosecrétaire générale du Snes-FSU (majoritaire dans le second degré), à l’origine de cet appel, avec la CGT, FO et Sud (minoritaires).

Des manifestations ou des rassemblements devant les rectorats ou les inspections académiques sont prévus en province. A Paris, un cortège partira à 14H00 de la place de la République en direction de Bastille.

L’appel n’est pas suivi, au niveau national, par le Sgen-CFDT (2e dans les collèges-lycées) - en revanche sa section locale parisienne sera dans la manifestation - ni le Snalc-Csen (3e). En outre, contrairement aux précédentes journées de grève (20 novembre, 24 janvier), le mouvement ne s’inscrit pas dans une journée d’action plus large de la fonction publique.

Le mot d’ordre pourrait cependant être bien suivi localement, dans la mesure où chaque établissement scolaire a désormais pris connaissance des suppressions de postes qui l’attendent pour la rentrée prochaine, et qui se compte parfois en plusieurs dizaines sur une seule cité scolaire. Ces derniers jours, de nombreux mouvements de protestation ont éclaté, en région parisienne - Yvelines, Seine-et-Marne, Val-de-Marne - mais aussi dans l’Hérault, à Roanne (Loire), Toulouse, Lille...

Au total, 11.200 postes dont 8.830 dans les collèges et lycées publics disparaîtront à la rentrée, et selon le Snes, "80.000 suppressions d’emplois sont programmées" d’ici 2012 dans l’Education, motif principal du mouvement de mardi.

Selon l’intersyndicale, cela "met en péril l’organisation des enseignements" et "dégrade les conditions de travail des personnels et des élèves". Elle craint de surcroît, au travers du rapport Pochard sur la condition enseignante, que la "revalorisation" promise par le candidat Nicolas Sarkozy en campagne se traduise en réalité par la polyvalence des enseignants et la refonte de l’organisation de leur temps de travail, ce qui serait "porteur de dangers pour les statuts et les missions des enseignants".

Ce rapport a été remis début février au ministre de l’Education, lequel doit annoncer ses décisions sur ce sujet en avril-mai. Les organisations syndicales, soutenues par parents d’élèves et lycéens, entendent par ailleurs "rappeler (...) leur refus de la généralisation des baccalauréats professionnels en trois ans".

Une réforme en cours de ces derniers, doit aboutir à la rentrée 2009 à une formation en trois ans au lieu de quatre actuellement, par le biais et la suppression de certains BEP selon les secteurs d’activité. Le 24 janvier, journée d’action qui avait également concerné les écoles primaires et à laquelle appelaient la quasi-totalité des syndicats, les grévistes étaient entre 34,21% selon le ministère et 54% selon les syndicats.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1972184

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Education   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License