AID Association initiatives dionysiennes
Alors que le pouvoir pékinois appelle à la "guerre populaire" contre le Dalaï-Lama

Devra-t-on boycotter les JO de Pékin ?

Infos et deux propositions d’actions

lundi 17 mars 2008 par JMT

L’appel de la Chine à « la guerre populaire » contre le Dalaï-Lama

source

Suite aux manifestations au Tibet, le gouvernement chinois a lancé un appel à la « guerre populaire contre le Dalaï Lama ». Si la ville de Lhassa a été maîtrisée par les forces de l’ordre, la révolte se serait étendue à d’autres provinces chinoises où se trouvent d’importantes communautés tibétaines.

Selon le gouvernement tibétain en exil, les violences au Tibet auraient fait quelques 80 morts depuis vendredi, la Chine ne parle que de 16 morts. D’autres provinces chinoises où se trouvent d’importantes communautés tibétaines ont suivi le mouvement de révolte. C’est le cas du Sichuan, du Qinghai ou du Gansu. Comme à Lhassa la répression est sévère. Dans le Sichuan par exemple, « la police n’aurait pas hésité à tirer sur des moines qui s’en prenaient à un commissariat » lit-on sur le site de RFI.

Les autorités chinoises ont lancé un appel à la « guerre populaire pour s’opposer au séparatisme et préserver la stabilité du pays ». Ce discours est relayé par l’agence de presse Chine nouvelle, qui dénonçait dans un éditorial « les actions criminelles, qui exposent au grand jour le visage odieux du Dalaï Lama et de sa clique », et par les dirigeants locaux et responsables religieux sous le contrôle du Parti communiste. De son côté, le Dalaï-Lama a demandé hier l’ouverture d’une enquête internationale sur la répression chinoise des manifestations au Tibet la semaine dernière. Il a dénoncé un « génocide culturel » dans la région.

En Inde, près de 2000 exilés tibétains ont participé à une marche d’une dizaine de kilomètres pendant laquelle ils ont brûlé des drapeaux chinois et brandi des affiches sur lesquelles on pouvait lire « Pas de meurtres au Tibet, pas de Jeux olympiques en Chine ». Dans deux semaines sera célébré le coup d’envoi des cérémonies pour les Jeux Olympiques et la flamme commencera sa course. Le président du Comité international olympique a fait savoir samedi qu’un boycott des JO en août ne « résoudrait » rien.

Etat de guerre au Tibet

Dimanche 16 Mars 2008 Par Christophe ISRAËL

leJDD.fr

Si le calme est revenu dans les rues de Lhassa, la contestation continue elle de s’amplifier. Alors que le dalaï lama dénonce un "génocide culturel", les manifestations de soutien s’étendent désormais aux provinces chinoises limitrophes du Tibet, et partout dans le monde les réactions condamnent unanimement les violences. Pékin appelle de son côté à une "guerre populaire".

Le dalaï lama a violemment tancé les autorités chinoises, coupables selon lui de mener un ’’génocide culturel’’ au Tibet. (Reuters)

Le calme est revenu. Tel est le message que le maire de Lhassa a très officiellement délivré ce dimanche dans un message qui se veut rassurant. Peut-être une des seules "informations" officielles à prendre au sérieux. Plusieurs habitants de Lhassa ont déclaré dimanche que les troupes anti-émeutes contrôlaient les rues et qu’elles perquisitionnaient les maisons des Tibétains."Il y a des policiers qui vérifient nos maisons et distribuent des avertissements", a déclaré un commerçant qui vit près du vieux quartier de Lhassa, théâtre de violentes émeutes. "Ce n’est pas le moment de parler" commente un autre habitant.

Si Pékin maintient un bilan officiel de dix "civils innocents", le gouvernement en exil en Inde parle lui de "plus d’une centaine de morts" et évoque plus de 70 blessés. Une source en contact étroit avec Lhassa cite un contact qui dit avoir compté "67 corps dans une seule morgue" à la suite des émeutes et de la répression qui a suivi. "Il l’a vu de es propres yeux". Pékin interdisant aux journalistes étrangers de couvrir les événements au Tibet, la vérification de ces "informations" sur le terrain reste impossible.

2Extension du domaine de la lutte2

Les autorités craignent par-dessus tout un embrasement des régions limitrophes du Tibet. Dans un comté du Sichuan, région du sud-ouest de la Chine, deux cents manifestants tibétains ont lancé des cocktails Molotov et incendié un commissariat de police, un marché et des habitations a ainsi rapporté un policier. Selon une ONG locale, les forces de l’ordre auraient non loin de là donné l’assaut à un monastère bouddhiste - une lamasserie - où les moines avaient hissé le drapeau tibétain et scandé des slogans en faveur de l’indépendance après les prières du matin.

Depuis son exil indien de Dharamsala, le dalaï-lama a dénoncé dimanche matin le "régime de terreur" imposé par les Chinois et a appelé la communauté internationale à réagir face à ce qu’il considère comme un véritable "génocide culturel" : "Une nation qui possède un héritage culturel ancien est en proie à de graves dangers" a-t-il ainsi déclaré. Un euphémisme lorsque l’on connaît la violence avec laquelle les autorités chinoises ont réagi aux émeutes de la fin de semaine dans les rues de la capitale. Le chef spirituel des Tibétains a en outre demandé qu’un "organisme international tente d’enquêter sur la situation au Tibet".

2Condamnation unanime des violences2

A l’étranger, les réactions se sont multipliées ce week-end pour dénoncer l’usage de la violence et appeler les autorités chinoises au dialogue. En Inde, 1500 personnes se sont rassemblées dans le principal temple bouddhiste de Dharamsala : "Nous manifestons notre solidarité avec les gens du Tibet. Nous sommes le dernier espoir de ceux de l’intérieur", a expliqué un manifestant qui dirige une grève de la faim près de la résidence du dalaï-lama. Navtej Sarna, porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, espère dans les colonnes du Hindustan Times que "tous ceux qui sont impliqués dans la crise oeuvreront à l’amélioration de la situation et à la disparition des causes des troubles au Tibet, qui est une région autonome de Chine, par le dialogue et des moyens non violents".

Washington a de son côté exhorté Pékin à reconnaître le droit de chacun à exprimer ses points de vue politiques et religieux. La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a directement demandé au gouvernement chinois de faire preuve de retenue au Tibet et a fait part de sa vive préoccupation face à l’étendue des violences, faisant écho aux inquiétudes déjà exprimées par l’Europe et l’Australie.

2Pékin appelle à une "guerre populaire"2

Devant la levée de boucliers de la communauté internationale et le soutien unanime aux bouddhistes, les autorités chinoises ont appelé dimanche à mener une "guerre populaire". Objectifs : renforcer la "sécurité" dans la région - par tous les moyens - et entamer le soutien populaire au dalaï lama, en l’accusant des pires maux. "Ce grave incident, ces combats, ces destructions, ces pillages et ces incendies ont été méticuleusement planifiés par des forces séparatistes réactionnaires ici et à l’étranger, et leur objectif était l’indépendance du Tibet", ont ainsi déclaré de hauts responsables de la région et de la sécurité réunis samedi, selon le quotidien officiel Tibet Daily, qui les cite dimanche. "Menez une guerre populaire pour vous opposer au séparatisme et préserver la stabilité (...), montrez et condamnez les actions malfaisantes de ces forces et exposez au grand jour le visage hideux de la clique du dalaï (lama)."

Le gouvernement a même mobilisé des moines bouddhistes jouissant de la faveur du pouvoir pour dénoncer les manifestations et le dalaï dama, rapporte le Tibet Daily. "Les politiques du Parti sur la liberté religieuse ont été très bien observées, mais des moines, dans certains monastères, n’ont pas bien étudié les écritures (...) et se coordonnent à distance avec la clique du dalaï lama" écrit ainsi l’un d’eux. Facette - connue de longue date - d’un communisme à la chinoise de plus en plus décomplexé, propagande, censure et désinformation à visage découvert semblent conserver les faveurs des autorités de Pékin. Avec une efficacité pour l’instant très relative...

Cyber @ction 250 : halte à la répression au Tibet

En défilant pour la liberté dans les rues de Lhassa et d’autres villes tibétaines au risque de leurs vies les moines et laïcs tibétains en appellent au monde entier. La police armée chinoise a répondu par des tirs d’armes à feu faisant plusieurs victimes et des dizaines de manifestants ont été brutalement interpellés. voir forum cyberacteurs

Comme il y a urgence à manifester notre soutien et faute d’avoir, comme à l’habitude, un partenaire pour rédiger une cyber @ction, nous vous proposons de vous inspirer librement de la proposition ci-jointe.

merci de votre participation et de la diffusion de cette cyber @ction

Alain Uguen Association Cyber @cteurs

2COMMENT AGIR ?2

Sur le site : Cette cyber @ction est signable en ligne

Par cette action, vous ferez connaître votre opinion au Président de la République populaire de Chine et à Cyber @cteurs pour nous permettre d’évaluer l’impact de cette action.

############

Prénom, Nom Profession : Adresse : code postal Localité :

Monsieur le Président de la République populaire de Chine,

aux bons soins de l’ambassadeur de la République Populaire de Chine en France

Au nom du droit des peuples et des êtres humains nous demandons à la Chine de renoncer à l’usage de la violence contre les manifestants Tibétains, de bannir toute forme de torture et de mauvais traitements à leur égard et de leur rendre la liberté sans tarder.

Avec Amnesty International nous vous demandons d’ autoriser une enquête indépendante des Nations unies sur les violences meurtrières au Tibet, qui ont fait 80 morts, selon le gouvernement tibétain en exil.

Dans l’attente de vous lire, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma plus haute considération.

############

Par courrier postal

Monsieur le Président de la République populaire de Chine Ambassade de la République Populaire de Chine en France 11 Avenue Georges V 75008 Paris

Massacres au Tibet

Interpellation des sponsors et partenaires français des JO à Pékin

proposition d’action de Luc Douillard

Chaque citoyen ou organisme attaché aux Droits humains est invité à interpeller directement les sponsors et partenaires français des JO à Pékin.

Selon l’appréciation qui vous semblera la plus efficace, vous pouvez leur demander :

- de s’associer à une demande d’annulation pure et simple des JO de Pékin,

- de cesser immédiatement leurs financements, fournitures et partenariats,

- d’intervenir réellement pour les respects des Droits humains en Chine et au Tibet.

...en précisant que vous considérez que tout partenaire institutionnel ou privé de Jeux olympiques tenus dans une dictature totalitaire peut être considéré comme complice moral et même juridique de celle-ci, comme à l’époque des jeux olympiques de Berlin en 1936.

(Une date symbolique à retenir : 24 mars 2008, allumage de la flamme olympique à Olympie, en Grèce, en vue de ces Jeux programmés à Pékin du 8 au 24 août.)

En raison de l’implantation de ces entreprises et sponsors dans chaque ville et région (Mac Donalds, EDF, Orange, groupe hôtelier Accor, Française des jeux...), il est possible d’y tenir spontanément des piquets d’interpellation.

En cliquant sur le site du Comité national olympique français,

au lien "Partenariats", on obtient la liste détaillée des sponsors et fournisseurs officiels, chaque logo renvoyant à leurs sites internet respectifs, c’est à dire :

Partenaires internationaux :

- Coca Cola

- Atos origin

- General electric

- Kodak

- Lenovo

- Manulife

- Mac Donalds

- Omega

- Panasonic

- Samsung

- Visa

Partenaires nationaux (France) :

- Adidas

- EDF

- Française des jeux

- Publicis

- Orange

- Tarkett

- Accor (c’est à dire entre autres : Sofitel, Pullman, Novotel, Mercure, Adagio, Ibis, Formule 1, Tickets restaurants, Cllub Med, groupe Lucien Barrière, Wagons lits..)

Fournisseurs officiels :

Aristeia

Brossard

Elis

Haribo

Mennen

Prestataire officiel :

DPPI

(Merci de rediffuser ce message urgent.)

Campagnes populaires

Un drapeau pour le Tibet

Campagne des citoyens pour le drapeau tibétain


Forum

  • SIGNEZ LA PETITION AVAAST
    19 mars 2008, par JMT

    PLus de 191000 signatures sur la pétition AVAAST. IL en faut un million !

    Cliquez pour signer en ligne

    Après des décades de répression par la loi chinoise, la frustration du peuple tibétain a explosé dans les rues sous forme de protestations et d’émeutes. Avec les feux de la rampe braqués sur les Jeux Olympiques à venir en Chine, les tibétains réclament au monde un changement.

    Le gouvernement chinois a dit que les protestataires qui ne se sont pas encore rendus "seront punis". Ses leaders sont en ce moment même en train de faire un choix crucial entre l’escalade de la brutalité ou le dialogue qui pourrait déterminer le futur du Tibet et de la Chine.

    Nous pouvons influer sur ce choix historique. La Chine tient à sa réputation internationale. Il est nécessaire que le président chinois Hu Jintao entende que le succès du logo "made in China" et aussi les prochains Jeux Olympiques ne sera assuré que s’il fait le bon choix. Mais il faudra une énorme mobilisation internationale pour attirer son attention - et nous en avons besoin dans les 48 heures qui suivent-Le lauréat tibétain du Prix Nobel de la Paix et leader spirituel, le Dalai Lama, a appelé à la retenue et au dialogue : il a besoin d’un soutien international. Cliquez maintenant ci-dessous pour signer cette pétition -et faites passer le message à un maximum de personnes- notre but est d’obtenir 1 million de voix pour le Tibet.

    http://www.avaaz.org/fr/tibet_end_the_violence/13.php

    L’économie chinoise est totalement dépendante des exportations ’Made in China’ que nous achetons et le gouvernement veut absolument faire des Jeux Olympiques à Pékin cet été une célébration de la nouvelle Chine, respectée comme un pouvoir mondial. La Chine est aussi un pays très divers avec un passé brutal et a des raisons d’être inquiète à propos de sa stabilité. Certains des émeutiers tibétains ont tué des gens innocents. Mais le Président Hu doit reconnaître que le plus grand danger pour la stabilité chinoise et son développement vient des jusqu’au-boutistes qui conseillent l’escalade de la répression et non pas des tibétains qui recherchent le dialogue et la réforme.

    Nous délivrerons notre pétition directement aux officiels chinois à Londres, New York et Pékin mais il nous faut un nombre massif avant de pouvoir donner la pétition. S’il vous plaît, faites suivre cet e-mail à vos contacts avec un message expliquant à vos amis pourquoi c’est important ou utilisez notre outil ’Parlez-en à vos amis’ pour écrire à votre carnet d’adresse, qui apparaîtra après votre signature de la pétition.

    Le peuple tibétain a souffert en silence pendant des décades. Il est finalement temps pour eux de parler, nous devons les y aider.

    Avec espoir et respect,

    Ricken, Iain, Graziela, Paul, Galit, Pascal, Milena, Ben et toute l’équipe d’Avaaz.

    Voici quelques liens avec plus d’information sur les protestations tibétaines et la réponse chinoise : http://www.cyberpresse.ca/article/20080318/CPMONDE/80318018/1014/CPMONDE

    http://www.liberation.fr/actualite/monde/316223.FR.php

    http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp ?id=67306&1736

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1778360

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pas En Notre Nom ! - 974  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License