AID Association initiatives dionysiennes
L’environnement c’est à la fois très simple et très compliqué

Arche de Noé Végétale et exponentielles ? quel rapport ?

dimanche 2 mars 2008 par JMT

Deux infos concernant l’environnement et les méfaits que le traitement "technologique" de processus naturels peut lui apporter :

a) l’affaire de "l’Arche de Noé végétale " : Une banque de semences a été inaugurée le 26 Février au Svalbard (Ile Norvégienne de l’Arctique à1000km du pôle Nord) par Wangari Maathai, ex-ministre adjointe de l’environnement kenyane et prix nobel de la Paix 2004 et par le président de la commission européenne. Le financement vient, directement ou indirectement de multinationales. Des polémiques se développent autour de ce projet controversé depuis le lancement des travaux en 2006 !

b) un très intéressant article sur les limites physiques incontournables aux processus exponentiels et notamment de la démographie

Le Réseau Semences Paysannes remet en cause “L’Arche de Noé végétale” .Semences Paysannes est un réseau constitué d’organisations paysannes et d’agriculture biologique nationales, d’organisations spécialisées, d’artisans, de paysans, d’associations semencières ou pépiniéristes, d’associations de développement et d’associations de conservation de la Biodiversité. .

.

.

“L’Arche de Noé végétale” : qui aura la clé de la porte ?

(Spitzberg, le 25 février 2008)

Comme l’ont rêvé tous les pirates des siècles passés, les plus grandes fortunes mondiales vont enterrer en un lieu sûr le plus beau des trésors que la terre et nos ancêtres ont légué à l’humanité et à nos enfants : les semences de toutes les plantes cultivées. Mais nous ne savons pas qui aura la clef de la porte blindée qui va les protéger.

Le 26 février 2008 aura lieu l’inauguration de « L’Arche de Noé végétale » dans un des lieux les plus reculés du monde, à Svalbard, dans le Spitzberg, en Norvège. Ce projet destiné à rassembler toutes les semences du monde dans une chambre forte est le fruit d’un accord tripartite entre le gouvernement norvégien, le « Global Crop Diversity Trust » et la « Nordic Gene Bank ». Le « Trust » — financé et soutenu notamment par la Fondation Bill et Milinda Gates, La Fondation Rockefeller, Dupont/Pioneer, Syngenta AG, la Fondation Syngenta et la Fédération Internationale des Semences, les plus importants lobbies de l’industrie des semences – financera les opérations de « l’Arche ».

Le Réseau Semences Paysannes est particulièrement préoccupée par cette initiative qui concentre en un seul lieu de la planète le futur de notre alimentation.

Il constate que bon nombre d’institutions et d’entreprises industrielles multinationales qui financent ce projet de cave de la fin du monde, mettent tout en oeuvre pour diminuer l’accès aux ressources génétiques vivantes actuelles et contribuent à leur anéantissement. En effet,

1 – Elles imposent partout des lois qui remettent en cause les droits des paysans de conserver, utiliser, échanger et vendre les semences reproduites à la ferme. Après avoir pris gratuitement dans les champs les semences sélectionnées par les paysans, l’industrie semencière y a imprimé ses empreintes génétiques(1)destinées à marquer sa « propriété intellectuelle » protégée par des Certificats d’Obtentions Végétales ou des brevets. De plus, au nom du « libre marché », les lois interdisent peu à peu aux paysans d’échanger leurs propres semences. Elles les obligent ainsi à acheter celles de l’industrie, seules à pouvoir être inscrites dans les catalogues officiels requis pour toute vente. Dans de nombreux pays, les paysans n’ont même plus le droit de ressemer leur récolte.

2 – Elles confortent l’abandon des politiques publiques destinées à financer les collections nationales de semences au nom de la liberté du commerce des services (2). Les collections qui ne sont pas simplement jetées à la poubelle sont concentrées dans d’immenses banques internationales où les semences ne sont inventoriées que par des numéros illisibles pour les paysans qui voudraient retrouver celles qui ont été prises dans leurs champs. Elles sont aussi réduites à des listes de gènes numérisées dans des ordinateurs destinés à préparer les manipulations génétiques assistées par marqueurs moléculaires.

3– Elles mobilisent des milliards de dollars pour financer les biotechnologies destinées à marquer les semences avec des gènes brevetés, et à les rendre stériles pour que les paysans ne puissent plus ressemer leur récolte. Le rêve fou affiché est de fabriquer la totalité des plantes de demain avec des gènes synthétiques : les nouveaux pirates espèrent ainsi n’avoir même plus besoin de la clef du coffre de l’Arche de Noé, mais seulement de celle de l’ordinateur où seront stockés la totalité des séquences génétiques des graines qui y sont enfermées.

4- Elles généralisent la culture des organismes génétiquement modifiés (OGM) par des stratégies commerciales agressives mettant en danger la diversité des semences fermières. Ces OGM brevetés sont aujourd’hui dispersés autour des dernières collections, dans les banques de semences et dans tous les centres d’origine et de diversification des plantes cultivées qu’ils contaminent les uns après les autres.

Le Réseau Semences Paysannes demande, conformément aux accords internationaux sur la biodiversité (3) :

- Que chaque pays de la planète reconnaisse et protège activement dans ses lois nationales et dans ses politiques agricoles les droits des paysans de conserver, utiliser, échanger et vendre les semences reproduites à la ferme.

- Que toutes les semences enfermées dans les collections soient mises à la disposition des pays et des paysans et paysannes à qui elles ont été prises, et que la priorité soit accordée à la conservation et au développement de la biodiversité dans les champs.

- Que les sommes aujourd’hui consacrées aux recherches en biotechnologies végétales soient suspendues et reconverties pour financer les programmes de sélection participative destinés à permettre aux paysans de continuer à contribuer à la conservation dynamique des variétés végétales et au renouvellement de la biodiversité en plein air, dispersés dans les millions de terroirs de la planète.

[*Enfermée dans une grotte, la biodiversité périra si elle ne peut en ressortir pour être cultivée. Elle ne sera sauvée que si elle est librement conservée et renouvelée dans les champs des paysans.*]

Pour plus d’informations :

Nicolas Supiot : 0 (033) 6 50 01 13 29 Guy Kastler : 0 (033) 6 03 94 57 21

(1) « Homogénéité et stabilité » pour le COV, « évènement génétique » pour le brevet

(2) Accord Général sur le Commerce des Services

(3) Convention sur la diversité biologique, Traité International pour les Ressources Phytogénétiques pour l’Agriculture et l’Alimentation

Liens pour en savoir plus :

Inauguration en Arctique du "coffre fort de l’apocalypse"

Video de l’inauguration sur LCI.fr

Une "Arche de Noé verte" voit le jour dans l’Arctique (msn source AFP)

Dr. Albert Bartlett : Arithmetique, Population et Energie

Le professeur de physique retraité de l’Université du Colorado à Boulder examine l’arithmétique de la croissance exponentielle sur des durées modestes dans un environnement fini. Ces concepts sont applicables à la démographie et aux carburants fossiles comme le pétrole et le charbon.

.

.

.

.

Bien, vous dites, qu’est ce que la fonction exponentielle ?

C’est une fonction mathématique que vous dessineriez si vous étiez sur le point de décrire l’évolution de n’importe quoi qui grandirait régulièrement. Si vous aviez quelque chose qui grandissait de 5% par an, vous dessineriez la fonction exponentielle pour montrer comment grandirait cette quantité année après année. Ainsi nous parlons d’une situation où l’hypothèse requise est que la quantité qui s’accroît le fait à un rythme constant de 5% par an. Le 5% est une fraction fixée, les trois ans une durée fixée. Ainsi ce dont nous voulons discuter, c’est juste d’une croissance régulière ordinaire.

Bien, si il faut une durée fixe pour grandir de 5%, il s’ensuit qu’il faut une durée fixe plus longue pour grandir de 100%. Ce temps plus long est appelé le temps de doublement et nous avons besoin de savoir calculer ce temps de doublement. C’est facile.

Prenez juste le nombre 70, divisez le par l’accroissement en pourcents par unité de temps et cela vous donne le temps de doublement. Ainsi dans notre exemple de 5% par an, vous divisez 70 par 5 et vous trouvez que la quantité qui s’accroît double en taille tous les 14 ans.

Bien, vous pous pouvez demander, d’où vient ce 70 ? Et bien la réponse est que 70 c’est approximativement cent multiplié par le logarithme naturel de 2. Si vous voulez le temps de triplement vous utiliseriez le logarithme naturel de 3. Ainsi tout cela est très logique. Mais vous n’avez pas besoin de vous souvenir d’où cela vient, souvenez vous juste de 70.

J’aimerais que chaque personne fasse ce calcul mental à chaque fois que nous voyons un taux de croissance de n’importe quoi dans les media. Par exemple si vous voyez une histoire qui explique que des trucs ont augmenté de 7% par an depuis quelques unes de ces dernières années, vous ne bronchez pas d’un cil. Mais quand vous voyez un gros titre qui dit que le crime a doublé en 10 ans vous dites « Mon Dieu que se passe-t-il ? ».

OK, que se passe-t-il ? Sept pourcents de croissance par an, divisez 70 par 7, le temps de doublement est 10 ans. Mais notez que si vous voulez écrire un gros titre pour attirer l’attention des gens, vous n’écririez jamais que le crime augmente de 7% par an, personne ne saurait ce que cela signifie. Maintenant, savez vous ce que sept pourcents signifient ?

Prenons un exemple, un autre exemple du Colorado, le coût d’une journée de remontées mécaniques à Vale. Il a augmenté de environ 7% par ans depuis que Vale a ouvert en 1963. A ce moment vous payiez 5$ pour la journée. Quel est le temps de doublement pour une croissance de 7% ? Dix ans. Alors quel était le coût dix ans plus tard en 1973, dix ans plus tard en 1983 et dix ans plus tard en 1993, qu’était-il en 2003 et à quoi devez-vous vous attendre ? (Rires dans l’audience).

Voilà ce que signifie une croissance de 7%. La plupart des gens n’en ont aucune idée.

Regardons un graphe générique de quelque chose qui s’accroît régulièrement. Après un temps de doublement la quantité qui s’accroît a le double de sa taille initiale, deux temps de doublement et c’est quatre fois la taille initiale, et ça continue jusque 8-16-32-64-128-256-512, et en dix temps de doublement c’est mille fois plus grand qu’au début. Vous pouvez voir que si vous essayez de dessiner un graphe de ceci sur une page de papier normale, le graphe va tout droit en dehors de la feuille.

la suite


Forum

  • Arche de Noé Végétale et exponentielles ? quel rapport ?
    2 mars 2008

    Bonjour Jean-Marc,

    Je ne suis pas pessimiste, ni un forcené du "grand complot", mais cette histoire de "l’Arche de Noé végétale", ça me fait penser à Barjavel et "Une rose au paradis".

    En lisant ce texte, je ne peux m’empêcher de songer que ces gens, en fait, préparent un mauvais coup, du style ils mettent à l’abri, pour eux-mêmes, des semences, avant de se débrouiller pour stériliser la Terre (avec des plantes qui ne produisent rien, ou qui dégénèrent à quelques jours de la récolte, qui sait ? Ou encore en décimant les abeilles et autres pollinisateurs, voire par une bonne guerre totale). Ensuite, ils ressortent de leurs abris, avec NOS fruits et légumes sous le bras, et s’en vont recoloniser la Terre désormais vide, ou occupée par un résidu d’humanité retourné à la barbarie néolithique.

    Et si ce scénario était vrai ? A frémir d’horreur... surtout si cela arrive vraiment, sans même avoir été préparé ! A ce sujet, l’article proposé en deuxième partie est très intéressant.

    Brieuc

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1783337

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE  Suivre la vie du site Science et Technologie   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License