AID Association initiatives dionysiennes
Une décision courageuse dans le monde du tout routier

Le Grand Londres "déclare la guerre" aux poids lourds diesel

par Christophe Magdelaine pour notre-planete.info

lundi 11 février 2008 par JMT

Depuis le 4 février 2008, Londres s’est doté d’une Zone à faibles émissions polluantes (Low Emission Zone - LEZ) à destination des poids lourds qui contribuent à la pollution de l’air de la capitale anglaise. Ce plan évolutif, vise à diminuer la pollution en particules induite par les moteurs diesel.

"Malgré des améliorations importantes ces dernières années, la pollution de l’air à Londres est pire que dans toute autre ville du Royaume-Uni et parmi les pires d’Europe. Les émissions dues au trafic sont la cause principale des émissions polluantes à Londres.

La Zone à faibles émissions polluantes réduira la pollution liée au trafic en dissuadant les camions, autobus, autocars, minibus et grandes camionnettes à moteur diesel les plus polluants de circuler dans notre ville.

Une moindre pollution liée au trafic permettra d’améliorer la santé et la qualité de vie des personnes qui vivent, travaillent ou sont de passage à Londres, en particulier celles qui souffrent de maladies respiratoires ou cardiovasculaires réduisant leurs activités quotidiennes." introduit Ken Livingstone, le Maire de Londres, dans la brochure explicative de Transport for London (responsable du réseau de transports londonien) sur le fonctionnement de cette nouvelle zone de faibles émissions.

Low Emission Zone

un dispositif contre la pollution particulaire générée par les moteurs diesel

La LEZ est conçue pour fonctionner toute l’année et à chaque heure, contrairement à la zone centrale de Londres soumise à la Congestion Charge.Rappelons que depuis le 17 février 2003, automobiles, poids lourds et camionnettes s’acquittent d’un droit d’entrée compris entre 7 et 10 livres (entre 9,3 et 13,3 euros) pour pouvoir circuler chaque jour de semaine, entre 07h00 et 18h30, dans le centre de Londres.

La LEZ s’adresse uniquement aux véhicules "utilitaires" : camion, autobus, autocar, autocaravane, grande camionnette, minibus et autres véhicules spécialisés à moteur diesel dérivés des camions et camionnettes.

Ce plan a donc pour objectif de s’attaquer aux polluants atmosphériques locaux et notamment aux particules fines très polluantes qui sont émises par les véhicules diesel. Ces particules ont des effets dramatiques sur la santé humaine : selon des études recensées en 2005 et relayées par la Commission européenne, quelque 386 000 Européens meurent prématurément chaque année et 110 000 hospitalisations graves par an sont enregistrées à cause des émissions de particules. A Londres, plus de 1 000 personnes sont mortes et autant furent hospitalisées en 2005 à cause de la qualité médiocre de l’air dans la capitale.

La LEZ est particulièrement incitative puisque les véhicules qui ne satisfont pas aux normes Euro III pour les particules devront s’acquitter d’une redevance quotidienne de 200 livres (environ 266 euros) pour pénétrer dans la LEZ. Transport for London considère que tous les véhicules neufs à compter du 1er octobre 2001 répondent à ces normes en 2008. De plus, les resquilleurs s’exposent à une amende pouvant atteindre 1 000 livres (environ 1 326 euros). Bien sûr cette obligation est valable quelque soit le pays du véhicule qui entre dans le Grand Londres.

Ce projet sera introduit par étapes à compter du 4 février 2008 jusqu’en janvier 2012. Les règles les plus restrictives s’appliquent aux camions les plus lourds et donc potentiellement les plus polluants. Au fur et à mesure, des véhicules diesel de plus en plus légers seront touchés et des mesures de plus en plus strictes seront appliquées. Pour l’instant, seuls les véhicules diesel de plus de 12 tonnes sont concernés.

Dès le 7 juillet 2008, les poids lourds à moteur diesel dont le poids est compris entre 3,5 et 12 tonnes seront contraints de se conformer à la norme Euro III ou bien de payer la redevance ...

Enfin, à partir du 3 janvier 2012, les normes d’émissions requises seront l’Euro IV pour les particules. Transport for London considère les véhicules neufs à compter du 1er octobre 2006 répondent déjà à cette norme.

"Ni barrières ni péages"

La LEZ qui couvre la quasi totalité du Grand Londres s’adresse donc à plus 7,5 millions d’habitants sur une superficie de 1 579 km². A titre de comparaison, la petite couronne francilienne (Paris et départements limitrophes) compte environ 6,5 millions d’habitants sur une superficie de 762 km².

Des panneaux situés en bord de route indiquent aux conducteurs de poids lourds qu’ils pénètrent dans la LEZ. Il n’existe donc ni barrières ni péages mais un réseau de caméras fixes et mobiles qui lisent le numéro d’immatriculation des véhicules qui circulent dans la LEZ.

Les numéros sont ainsi relevés et confrontés aux données dont disposent les autorités. Celles-ci vérifient ensuite si le véhicule répond à la norme Euro III ou bien si il bénéficie de dérogations ou encore si il paye une taxe sur la journée.

Territoire concerné par la Low Emission Zone (c) Transport for London 2008

Une bouffée d’air frais ?

"Selon ses partisans, la nouvelle taxe "verte" permettra une réduction de 16% des rejets les plus polluants d’ici à 2012, ce qui devrait se traduire par un allègement de 250 millions de livres (331 millions d’euros) de la facture de santé, en particulier pour des problèmes respiratoires." note l’Agence France Presse.

En revanche, les organisations de chauffeurs routiers notamment représentés par la Freight Transport Association (FTA, association du transport de fret) montrent beaucoup moins d’enthousiasme. Ils estiment dans un communiqué que plus de 10 000 véhicules sur les 50 000 qui travaillent dans le Grand Londres ne satisfont pas aux exigences de la LEZ.

Gordon Telling, responsable de la zone de Londres pour la FTA y affirme que "les Londoniens et les chauffeurs routiers devront payer un prix énorme - environ 250 millions de livres - pour une amélioration dérisoire de la qualité de l’air. La plus grande partie de la pollution provient du trafic des voitures et le plan ne s’en préoccupe pas. Ainsi, nous avons dorénavant un réseau important et coûteux de panneaux et de caméras dont les coûts auraient pu être mieux utilisés en investissant directement dans le matériel et l’équipement des poids lourds".

Toujours est-il qu’une telle mesure, vouée à évoluer, représente sans aucun doute une décision courageuse dans le monde du tout routier. Ce plan de réduction de la pollution atmosphérique par les particules incite les transporteurs à réviser leur matériel ou à acquérir des véhicules plus récents pour travailler dans le Grand Londres. Nous pouvons même espérer que la LEZ puisse induire quelques reports modaux ou des optimisations dans le transport.

Soulignons enfin que la LEZ "prétend agir sur la mauvaise qualité de l’air, pas sur le changement climatique" comme l’indique la brochure qui lui est dédiée. Ce n’est pas le cas du "bonus, malus" écologiques mis en place en début d’année 2008 en France et qui se contente des émissions de CO2 mais ignore les autres polluants pourtant plus problématiques à court terme.

A quand des mesures globales pour les principaux polluants et véhicules routiers ?

Source notre-planete.info voir les compléments


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE  Suivre la vie du site Environnement   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License