AID Association initiatives dionysiennes
Quid des vignes avec 2°C de plus ?

LBSJS 136 - L’impact du changement climatique sur la viticulture

Diaporama et débat par Bruno BOURGEON

mardi 7 novembre 2017 par JMT

RDV à « L’ArbraDélis’ » Mardi 14 Novembre 2017 de 18h à 22h30, 1 Place Sarda Garriga (Barachois) Tel 0262 56.96.22.

Repas partagé ensuite pour ceux qui désirent continuer à échanger sur ce thème

Navigation rapide

L’ArbraDelis

AFFICHE A4

PDF - 28.2 ko
Affiche LBSJS 136

MEDIAS LOCAUX

* Courrier des lecteurs de Zinfos974 du

* Imaz Press Réunion

* JIR

* Courrier des lecteurs de Clicanoo du

* Quotidien

Vignobles à Lanzarote (Canaries)

INTRODUCTION

Les conditions climatiques vont avoir de sérieuses conséquences sur la récolte de vin. Les vignobles français vont connaître en 2017 leur pire récolte depuis 1945.

Avec le réchauffement climatique, on constate la multiplication des accidents climatiques. Avec ces multiples épisodes de gel et de sécheresse, il y a des pertes extrêmement importantes dans beaucoup de régions : le Bordelais, les Charentes, le Jura.

Le réchauffement climatique provoque des pertes mais aussi des modifications du vin. Dans le Languedoc, ils ont pris 1,5 degré en 30 ans. Une conséquence que les vignerons tentent de limiter.

Lirac

L’équilibre aromatique d’un vin est extrêmement important. Trop de degrés d’alcool ça peut paraître une bonne nouvelle, mais ça ne l’est pas toujours sur l’équilibre et la qualité des vins.

Cette Parkérisation du goût, cette incitation à obtenir des vins puissants ne va pas dans le bon sens, car cela se fait au détriment des arômes.

Dégustation sur place offerte par AID aux participant.es. Dr Bruno Bourgeon

DIAPORAMA

* Diapositives

En ligne après la séance

*Commentaires

En ligne après la séance

REFERENCES

Livre

"Menace sur le vin, les défis du changement climatique", par Gilles Leers et Valéry Laramée de Tannenberg, Édition Buchet Chastel

La France est le premier producteur et le deuxième consommateur de vin dans le monde. Au-delà de son poids économique (deuxième secteur d’exportation), le vin est partie intégrante de notre culture, il en est l’un des symboles les plus forts.

Aujourd’hui, l’impact du changement climatique sur le vignoble ne fait plus débat, et entraîne un important bouleversement de toute la filière : depuis 30 ans, le vin a gagné un degré d’alcool par décennie, et cela va continuer.

A court terme, la hausse des températures le bonifie dans les régions les plus septentrionales. A long terme, en revanche, les enjeux socio-économiques étant majeurs, c’est tout un secteur qui doit s’adapter.

Or, le problème n’est pas simple, car il implique des acteurs aux intérêts économiques bien différents : en Champagne, dans le Bordelais ou dans les pays de la Loire, a fortiori en Californie, au Chili ou en Nouvelle-Zélande, les vignerons ne sont pas confrontés aux mêmes contraintes et leurs réponses seront donc très différentes.

Finalement quels vins boirons-nous dans les prochaines décennies ? Certains cépages résistent-ils mieux que d’autres au changement climatique ?

Comment adapter les techniques habituelles de culture et d’irrigation ? Jusqu’à quelles latitudes - et quelles altitudes - est-il possible d’adapter la culture de la vigne ? Et quels seront demain les nouveaux acteurs de la carte mondiale des vins ?

Radios en Vidéo

* Pourquoi le vin français est autant victime des aléas climatiques INVITÉ RTL - La production viticole française a baissé de 19% en 2017 par rapport à l’an dernier. Ce net recul s’explique par des conditions climatiques défavorables, note le critique gastronomique Périco Légasse.

* Vin : l’impact du réchauffement climatique sur les récoltes et la qualité INVITÉ RTL - Jérôme Agostini, directeur du CNIV, explique notamment que le réchauffement climatique a une grande influence sur l’équilibre du vin.

* Vins : la mauvaise récolte va mener à des "difficultés de trésorerie" INVITÉ RTL - Le millésime 2017 constitue la plus petite production jamais enregistrée de l’après-guerre, explique le viticulteur Jérôme Despey.

Radio

* Quand le changement climatique modifie la production de vin

43 minutes. Le téléphone sonne, France-Inter Mardi 15 Aout 2017

Les changements de températures, du fait du réchauffement climatique, dessinent de nouveaux contours au parc viticole français.

Vignobles autour du château de Tirolo dans le val Venosta, (Italie) © AFP / Francesco Bergamaschi / Robert Harding Premium

Parmi les différents effets pervers du réchauffement climatique, l’un des moins commentés reste probablement son impact profond sur les vignobles français. La vigne est l’une des cultures les plus sensibles aux fortes variations de température : ces dernières peuvent altérer le taux d’alcool comme les arômes.

Plus que la chaleur, le manque d’eau est la principale menace. Les vendanges se font désormais deux à trois semaines plus tôt en France qu’il y a trente ans. Le phénomène risque de se poursuivre avec la hausse prévue des températures attendue d’ici 2050. Sur cette période, les températures pourraient grimper de 4 à 5 degrés supplémentaires.

Un secteur français

Inutile d’évoquer ici le fort rapport qu’entretiennent historiquement les Français et leurs vignes. Véritable fierté nationale, la qualité des cépages français contribue grandement à la renommée internationale du pays. Plus concrètement, et en chiffres : le vin en France représente plus de 500 000 emplois, 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires et plus de dix millions de touristes font le voyage jusqu’à nos régions, chaque année, à la recherche de nouvelles saveurs .

Les premiers effets du réchauffement sont déjà visibles : dans le bordelais par exemple : le Cabernet Sauvignon profite des étés chauds, au contraire du Merlot qui est menacé. La floraison se fait aussi plus tôt (ce qui peut s’avérer problématique en cas de gel).

Changements profonds

Autres indicateurs : le rendement a plus que triplé en trente ans du seul fait des températures plus élevées. Géographiquement, le Sud jusqu’alors maître de la culture de vignes, pourrait progressivement perdre son presque monopole au profit des régions du Nord, désormais adaptées à certains cépages comme le Chardonnay ou le Pinot Noir.

En plus de ce phénomène de dé-zonage, l’impact sur le degré d’alcool et sur les arômes inquiète. Il existe des solutions pour faire baisser le taux d’alcool, mais elles sont coûteuses et compliquées, et peuvent mener à une perte de caractère des vins. L’activité viticole traduisant toujours une identité culturelle et régionale forte, les professionnels du secteur redoutent que les procédés destinés à pallier les effets négatifs du changement climatique ne mènent inévitablement à une uniformisation des productions, et, de facto, à une perte d’identité.

Diaporama

* La vigne et le vin face aux changements climatiques Kees van Leeuwen et Philippe Darriet

document pdf à télécharger :

PDF - 1.1 Mo
La vigne et le vin face aux changements climatiques

Articles

*Le vignoble Français est-il menacé par le changement climatique ? Par Fabien Humbert

Yves Leers (à droite), en compagnie du viticulteur Jean-Pierre Nesme et d’un antique flacon de Morgon.

* Avec le réchauffement climatique, le vin sera-t-il meilleur ? par Xavier Demeersman, Journaliste

L’enquête suggère que les meilleurs vins coïncident avec les années aux printemps plus pluvieux que d’ordinaire et aux étés chauds et plus secs en fin de saison. © Elizabeth Wolkovich, université d’Harvard

* Vins français : le réchauffement climatique inquiète la filière Le Parisien> Week-End>Grand angle|Benjamin Jérôme| 31 août 2017, 16h58 | MAJ : 01 septembre 2017, 8h00

L’une des parcelles plantées par l’Institut français de la vigne et du vin sur le domaine de l’Espiguette (Gard).(Nanda Gonzague pour Le Parisien Magazine)

LE PARISIEN MAGAZINE. En cette fin d’été, les vendanges ont encore pris de l’avance ! Alors que le réchauffement climatique affecte les parcelles, vignerons et spécialistes redoublent d’imagination pour préserver la filière.

* Vendanges : le réchauffement climatique est-il bon pour le vin ? Par Fiorenza Gracci Le 08 oct 2016 à 15h26

© Blaye Côtes de Bordeaux/ Flickr/ CC-BY-SA 2.0

La hausse des températures, longtemps bénéfique pour la vigne, a atteint un niveau tel qu’elle produit aujourd’hui des effets négatifs.

* Le réchauffement climatique a-t-il un impact sur le vin ? Par Philippe Bidalon, publié le 03/09/2015 à 07:00

Le dérèglement climatique pourrait remettre en question la hiérarchie des terroirs et, à terme, redessiner les aires de productions AOC Getty Images/iStockphoto.

A l’heure des vendanges et en plein débat sur le climat, c’est la question du moment : quels sont les effets du réchauffement sur le vignoble et le profil des vins ? Les réponses varient selon les experts et les régions.

* Le vrai (et le faux) des conséquences du réchauffement climatique sur la vigne et les vins 01/12/2015 06:49 CET | Actualisé 05/10/2016 16:28 CEST Alexandre Boudet, Journaliste politique au HuffPost

AFP

ENVIRONNEMENT - Le réchauffement climatique a ses marqueurs. La fonte des glaces et la hausse du niveau des océans en sont un. L’évolution des vignes dans le monde en est un autre. Il est peut-être moins évident mais tout aussi symbolique dans la mesure où cette plante est un révélateur idéal des changements climatiques qui sont au cœur des discussions de la COP21, particulièrement ce mardi puisqu’il sera question d’agriculture au Bourget.

"La vigne est en effet une plante pérenne qui permet aux scientifiques de faire des comparaisons d’une année sur l’autre. Aussi, cette plante a des stades de croissance bien définis et tout à fait liés aux températures, que ce soit le bourgeonnement, la floraison, la formation des grappes et bien sûr les vendanges. Les conséquences de ces changements sont largement visibles depuis plusieurs années", confirme Hervé Quenol.

Ce chercheur au CNRS, expert scientifique auprès de l’Organisation internationale de la vigne et du vin est l’un des deux scientifiques que Le HuffPost a sollicités pour tenter de démêler le vrai du faux des conséquences du changement climatique sur la vigne. L’autre se nomme Jean-Marc Touzard. Il est directeur de recherche à l’Inra et co-animateur du projet Laccave qui imagine comment adapter le vignoble au réchauffement. Les conclusions de sa mission seront remises au printemps 2016. En attendant, voici quelques réponses.

la suite sur le site

NOS CAVISTES LOCAUX

  Les Caves de la Victoire, rue de Paris, Saint-Denis

  Nicolas, rue de Paris, Saint-Denis

  Les Vendanges, Boulevard de la Providence, Saint-Denis

PROCHAINES SEANCES PROGRAMMEES

* Mardi 28 Novembre 2017 Cafeco 235 : « Les conventions citoyennes de Jacques Testart » avec un film, présenté par Michel Roullot et Raphaël Vazquez

* Mardi 12 Décembre LBSJS 137 : « Bilan de l’année 2017 »

* Pause annuelle des séances du LBSJS et du Cafeco.

* Mardi 13 Février 2018 : LBSJS 138 : « Bilderberg » par Bruno Bourgeon

Contacts GSM : Bruno BOURGEON : 0692 05 45 05 ou JMT : 0692 02 92 71

Contacts mél : bruno.bourgeon@gmail.com ou jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr

Retrouvez le Repaire et sa documentation sur le site web : www.aid97400.lautre.net

Le Repaire de Là-bas si j’y suis, un collectif de l’Association Initiatives Dionysiennes. Contact : aid97400@orange.fr

Connaissiez-vous l’émission « modeste et géniale » de Daniel MERMET sur France-Inter ? elle continue sur le net : http://www.la-bas.org/


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2150412

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Repaire de Là-bas Si J’y Suis   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License