AID Association initiatives dionysiennes
SIGNEZ ET DIFFUSEZ

PETITIONS RECOMMANDEES PAR AID n° 10

Période jusqu’au dimanche 27 Août 2017

dimanche 13 août 2017 par JMT

Nous vous suggérons de suivre :

a) les pétitions du site CYBERACTEURS avec qui nous sommes en contact depuis plus de 16 ans, pour adhérer ou faire un don . Vous pouvez regarder la vidéo de la dernière assemblée générale du 27/02/2016 de Cyberacteurs concernant l’exercice 2015

b) les pétitions du site AVAAZ qui à l’usage s’est avéré plus ouvert que ne le laissaient supposer ses bailleurs de fonds US initiaux. Allez sur les sites et inscrivez-vous pour signer plus facilement les pétitions quand vous en recevez l’avis directement par mél

c) les textes à signer particulièrement recommandés se trouvent ci-après :

Navigation rapide

PETITIONS EN COURS

Liste mise à jour le 13/08/2017

* (C) LISTE DES COLLECTES SOUTENUES PAR AID

* Collecte pour Cacao Péi (18 jours)

* Cagnotte pour Aziz et Larry (23 jours)

* À TOUS VENTS, un film de Michel Toesca sur la Roya, 2ème collecte ( 40j)

* Collecte solidaire avec les réfugiés de la Roya chez Cédric (47j restant)

* Collecte pour les frais judiciaires de Roya Citoyenne (357jours)

* Appel pour une collecte PERMANENTE de nourriture pour Roya Citoyenne

* Dons (défiscalisables) pour les victimes de l’Agent Orange (permanent) et le procès intenté par Madame Tran To Nga

* Et bien évidemment les dons (défiscalisables) à AID que vous pouvez flécher ensuite sur les collectes non défiscalisables (renseignements ici )

* (C) Trouvez un toit pour Larry,

22.828 (le 2/8 date de mise à jour, anciennement 20.802) signatures sur 25.000 ( lien pour signer )

Attention l’ancien lien n’est plus valable !

J’ai rencontré Larry, 13 ans et son père Aziz à la frontière franco italienne. Une semaine après ils me recontactent « On a fait notre demande d’asile à Lyon, on ne connaît personne, on dort dans la rue. »

J’essaie de les aider, étant membre d’une association venant en aide aux personnes migrantes. Pendant deux semaines, j’appelle tous les organismes publics et c’est toujours la même réponse : le 115 ! Et le 115 répond toujours la même chose : « on est débordé, c’est saturé, on peut pas... » Les jours et les appels s’enchaînent avec cet enfant qui dort dehors et j’ai vraiment l’impression de me battre contre des moulins à vent !

Quelques bénévoles d’associations locales et des membres d’un mouvement politique sont heureusement venus leur apporter des habits, couvertures, repas et un peu de chaleur humaine. Et depuis que j’ai lancé cette pétition, l’association « L’ouvre Porte » les héberge pour quelques semaines. Mais Larry et Aziz n’ont toujours pas de logement à moyen terme, sachant qu’ils peuvent attendre une année avant d’avoir une réponse pour leur demande d’asile.

De plus, à Lyon, plusieurs dizaines d’enfants dorment encore dans la rue ainsi que plusieurs centaines, voir millier de demandeurs d’asile. Je n’arrive pas à accepter cette situation dans une ville si riche et si grande ! Il faut arrêter de nier la réalité, de continuer comme si de rien était. Ces hommes, femmes et enfants sont là ! Sous nos yeux ! Accepter qu’ils dorment sous les ponts dans notre profonde indifférence, c’est les traiter de manière indigne et inhumaine.

De plus, ces gens ont vécu l’enfer pour arriver ici. Aziz et Larry ont fuit la Côte d’Ivoire car leur famille était persécutée. Ils ont ensuite été capturé et vendu trois fois aux marchés aux esclaves de Libye, puis ont traversé la Méditerranée sur un bateau de fortune. Malgré toutes ces épreuves, Larry, du haut de ses 13 ans, rêve de devenir ingénieur du son et son père se bat pour que ce rêve soit possible. Je veux y croire moi aussi !

Il faut que les autorités départementales, régionales et l’Etat assument leur responsabilité ou alors il faut enlever de nos frontons le mot « Fraternité » et rejeter la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dont je rappelle l’article premier : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. »

Monsieur Georges Képénékian,

En tant que maire de Lyon, il y aurait 24 000 m2 d’anciens appartements de fonction d’instituteurs qui sont vides dans l’agglomération lyonnaise. S’il vous plaît, agissez pour trouver un toit à Larry et son père, et à plus long terme toutes les personnes qui sont dans leur situation à Lyon.

Monsieur Gérard Collomb,

En tant que ministre de l’intérieur, cette situation est nationale et inacceptable, il est temps de prendre des mesures d’urgence pour accueillir les demandeurs d’asile avec dignité.

Stéphane CAZES Rennes, France

Avec le soutien de :

"L’ouvre porte" qui héberge temporairement Aziz et Larry en essayant de scolariser ce dernier. Plus d’info sur ce lien cagnotte

l’association Roya citoyenne

L’association Tous Migrants

RESF06

ADN (Association pour la Démocratie à Nice)

JEFS (Calais)

Transport People and Care (St Etienne)

L’Association Initiatives Dionysiennes vient de faire un premier don de 100€ sur le pot commun initial de 600€ d’une durée restante de 23 jours au 13/8/2017 (montant récolté 982€).

* (C) Pour l’ouverture aux réfugiés de l’ancien Hôpital Saint Roch à Nice

1630 signatures lien pour signer

À l’attention : de Christian Estrosi, maire de Nice

Hôpital Saint Roch à Nice

À Nice, la situation des demandeurs d’asile est critique. Ils arrivent, seuls ou en famille, en provenance de la frontière italienne, souvent par la Roya, sans aucune prise en charge par les pouvoirs publics le temps de leurs démarches administratives pour faire valoir leurs droits. Les premiers besoins relèvent des conditions d’accueil minimales dues à tout être humain : eau, nourriture, hébergement.

Dans le même temps l’ancien Hôpital Saint Roch reste inoccupé. Et si des projets d’aménagements sont en cours (crèche, commissariat) ils ne couvriront pas les 29 900 m2 du site.

Nous demandons au Maire de Nice, Christian Estrosi, d’ouvrir le site de l’ancien Hôpital Saint Roch à Nice pour y accueillir dignement et humainement les demandeurs d’asile. Auteur : David Nakache Créé le 19/07/2017

* (C) Soutien à Cédric Herrou

17.062 signatures lien pour signer Créé le 28/07/2017

À l’attention : de Messieurs Emmanuel Macron et Édouard Philippe

Monsieur le Président de la République et Monsieur le Premier Ministre,

Soutien à Cedric Herrou devant le palais de Justice de Nice

J’attire votre attention sur la situation que rencontre Monsieur Cedric Herrou face à la justice de notre pays, qui, pour ce fait, semble loin de la justice humaine. Cedric Herrou est mis en examen pour aider des migrants, par générosité, par bonté de cœur. Il n’est pas un malfrat. Il souhaite attirer l’opinion publique sur le sort de ces humains qui arrivent dans notre pays au péril de leur vie. Il met à mal sa citoyenneté simplement pour venir en aide à des êtres humains.

Messieurs, par cette pétition, je sollicite votre haute bienveillance afin d’apporter votre soutien à l’œuvre humaniste de Cedric Herrou.Il serait totalement injuste de condamner un français qui met en application la Déclaration des Droits de l’Homme.

Article premier : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Vous pourrez constater que Monsieur Herrou ne fait que respecter notamment ce premier article.

Je vous remercie par avance de votre bienveillance et vous prie d’agréer, Monsieur le President et Monsieur le Premier Ministre, mes respectueuses salutations.

Mlle Z.Ozkan

* (E) NON AU DEMARRAGE DE L’EXPLOITATION DES SABLES METALLIFERES DE CASAMANCE !

264 signatures Lien pour signer

A Macky SALL Président de la République du Sénégal, vous devez suspendre la décision de démarrage, aux élus et candidats et à l’opinion sénégalaise, mobilisez-vous !

Dune de Casamance

APPEL DE LA DUNE

Si rien n’est fait pour les stopper, les pelleteuses pourraient commencer à éventrer la dune de Niafrang (Casamance) dès octobre prochain, en quête de minéraux lourds, comme le zircon.

Pour l’Etat sénégalais, et surtout pour Astron, multinationale australienne basée en Chine (Hong-Kong), les bénéfices attendus se chiffrent en millions de FCFA. Pour les défenseurs de l’environnement, de la biodiversité, et du développement durable, l’enjeu est ailleurs : après la destruction de la forêt et des ressources halieutiques, la destruction des ressources naturelles de la Casamance se poursuit, pour répondre à une demande extérieure, chinoise pour l’essentiel, au détriment des populations.

Ce qui est en jeu à Niafrang, c’est la sauvegarde d’un écosytème riche et complexe, mais fragile, associant océan, mangrove et dune, qu’une aire marine protégée (AMP) devrait en principe sanctuariser. Sauf que, comme par miracle, l’AMP d’Abéné s’arrête officiellement là où commence la zone concédée à l’exploitant minier, laissant la porte ouverte aux atteintes à l’environnement… Notamment à la mangrove, l’un des écosystèmes les plus riches au monde, dont le littoral casamançais constitue la principale localisation au Sénégal. En absorbant du gaz carbonique, cette mangrove contribue à la lutte contre le réchauffement climatique. En freinant les vagues, elle ralentit l’érosion du littoral. Elle est un refuge unique de biodiversité, abritant de multiples espèces animales (poissons, coquillages, tortues de mer, singes, oiseaux…). Et elle fournit d’innombrables ressources (notamment alimentaires) aux populations de la zone.

Or, ce littoral est fragile : comme ailleurs au Sénégal, il est menacé de submersion par la montée du niveau de l’océan, aggravée par des phénomènes météorologiques de plus en plus violents et de plus en plus fréquents (que ne prend pas en compte l’étude d’impact officielle). Comme il est menacé par la salinisation des eaux et des sols qui en résulte.

C’est cette menace que l’exploitation minière ne ferait qu’aggraver, en accentuant les risques existants (résultant du réchauffement climatique), et en en créant de nouveaux :

par une déstabilisation de la dune (malgré les précautions prises), qui mettrait en péril toute la zone qu’elle protège : des milliers d’hectares de cultures, une quarantaine de villages, des milliers d’habitants ;

par une salinisation accrue des eaux et des sols résultant des pompages de la nappe phréatique, qui mettrait en péril cultures et populations.

par d’inévitables rejets polluants.

L’enjeu financier est tel que la société minière a utilisé, avec plus ou moins de succès, tous les moyens pour tenter d’emporter l’adhésion de populations souvent démunies et oubliées par les politiques publiques. Et il est tel que l’Etat sénégalais est jusqu’à présent resté sourd aux fortes oppositions qui se sont exprimées localement, et aux mises en garde de chercheurs et de spécialistes du monde entier. Il se fonde pour cela sur une étude d’impact environnemental et social très contestable par ses graves insuffisances, tant dans la forme (expert juge et partie) que dans le fond (insuffisances méthodologiques et scientifiques). Et il exclut de fait toute étude indépendante, comme s’il en craignait les résultats.

Ce que nous refusons, ce n’est pas le développement, mais des logiques privilégiant la recherche du profit à court terme au détriment d’un développement durable car préservant les ressources pour les générations futures. Face à l’urgence climatique, l’heure n’est pas à une fragilisation accrue du milieu mais à la prévention et à l’adaptation : dans ce domaine, des alternatives endogènes existent, dont certaines sont en cours de réalisation, à commencer par le reboisement de la mangrove et de la dune.

Nous n’opposons nullement l’intérêt de quelques milliers de villageois à celui de 15 millions de Sénégalais : nous ne sommes pas contre tout projet minier, mais, sur la base d’informations scientifiques, nous sommes contre le démarrage de ce projet précis dans cet environnement précis, en raison des risques qu’il ferait courir à cet environnement et aux populations qui y vivent. C’est une question de choix de société : ce choix nous concerne tous !

C’est pourquoi :

nous appelons l’Etat à respecter ses engagements (transparence dans les dossiers miniers, concertation, développement durable), tant envers ses citoyens qu’envers les institutions internationales (Nepad, COP21…), et donc à suspendre le démarrage des travaux dans l’attente d’une étude d’impact indépendante :

nous appelons la société civile et les représentants des populations, ou ceux qui aspirent à le devenir, à signer cet appel et à tout faire pour s’opposer pacifiquement au démarrage des travaux et pour qu’un véritable débat s’engage, sur la base d’une information objective.

Le 15 juillet 2017

Premiers signataires :

* le collectif des 34 chercheurs et spécialistes signataires de la lettre ouverte au président de la République de septembre 2015 (https://www.facebook.com/appeldeladune/), à l’origine de cet appel. D’autres chercheurs l’ont rejoint : . Pape Chérif Bertrand Bassène Akandijack (historien, université de Ziguinchor), Patrick Chevalier (économiste, Ziguinchor), Luc Descroix (hydrologue, Dakar), . Ashley Fent (géographe, université de Californie, Los Angeles), Céline Labrune-Badiane (historienne, Paris), Philippe Meguelle (historien, université de Ziguinchor), Albinou Ndecky, (sociolinguiste, université de St Louis, Sénégal), Mamadou Niokane (environnementaliste, Ziguinchor), Bill Benoît Tendeng (environnementaliste, université de Chicoutimi, Canada)

* les ONG : Advocates for Community Alternatives (Ghana), Objectif Transition (France), Casamance Horizons (Niafrang), SOS Casamance (Paris), IDEE Casamance (Ziguinchor), IEFR (France)

* les associations :Y’en a marre (Dakar), Comité de lutte international contre le zircon en Casamance (Niafrang), Association des étudiants pour le développement de la Casamance (Dakar), Association des fils de la Casamance pour la paix et le développement (Paris)

* les personnalités : Abdou Sané, ancien député, conseiller départemental de Ziguinchor, président de l’Association africaine pour la promotion de la réduction des risques de catastrophe

* (C) #JeSuisAnna - Mon violeur toujours dehors et non jugé après 6 ans de procédure.

123.485 signatures sur 150.000 lien pour signer

Je m’appelle Anna Circé (nom d’auteure), je suis forte et invincible. Mais si vous regardez d’un peu plus près, vous pouvez apercevoir une faille, deux failles, des dizaines de failles. Il y a 6 ans, ma vie a basculé dans l’horreur. Un viol, un enfermement, personne pour me secourir.

Anna Circé

Malgré les preuves (identification de l’auteur grâce à l’ADN et de ses aveux du non consentement de ma part), mon agresseur est toujours en liberté, mène une vie paisible, s’est marié et travaille.

Et de mon côté ? Quatre ans après l’agression, j’ai subi un syndrome de stress post traumatique. Du jour au lendemain je ne pouvais plus rester seule, je ne pouvais plus m’éloigner de chez moi, je ne pouvais plus manger normalement, je rêvais toutes les nuits de mon agression et je me sentais en danger partout, pensant que personne ne viendrait me secourir si un problème survenait. Depuis presque un an et demi, je me bats contre l’agoraphobie, les peurs inexpliquées, les blocages...

Le procès aux Assises devrait se tenir en 2018, mais au point où j’en suis maintenant, il arrive trop tard. La justice m’a laissée tomber, a permis à mon agresseur de détruire ma vie même une fois l’acte commis et je croise sa route plusieurs fois par mois. Jamais je n’ai cessé le combat, jamais je n’ai pu me résigner à m’effondrer, j’ai écrit un roman, j’ai mené des projets solidaires. Je ne suis pas à terre mais je frôle le sol depuis un an et demi.

À tous ceux et toutes celles qui sont révoltés par ce système qui protège les agresseurs et qui laisse sur le bas côté des victimes qui ne cessent de se battre malgré tout. À vous tous qui savez que la solidarité et les partages sur les réseaux sociaux peuvent faire bouger une telle injustice. Merci de partager et de signer afin que mon histoire parvienne à sensibiliser l’opinion publique et surtout Le Tribunal de Caen. Si je me montre aujourd’hui c’est que je suis à bout de souffle, obligée de survivre au quotidien à cause d’un homme qui court encore tous les jours dans les rues de ma ville.

Le parquet de Caen avait 13 mois de retard pour transmettre son avis au juge Lalès. Grâce à la pétition, le parquet a rendu son avis et a décidé d’envoyer mon agresseur devant les Assises. Le juge Lalès avait alors un mois pour donner à son tour son avis et confirmer les Assises. Mais deux mois et demi se sont écoulés malgré les interventions de mon avocate qui insistait auprès de lui sur l’urgence de la situation et la gravité de mon état.

J’aurais pu espérer voir mon agresseur aux Assises en décembre 2017 ou mars 2018, mais avec ce retard, combien de temps vais-je devoir souffrir encore ? D’autant que mon agresseur n’a pas respecté son contrôle judiciaire et est venu à quatre reprises travailler dans mon immeuble. Malgré ma détresse face à cette situation et mes signalements, il aura fallu attendre que le juge Lalès parte en congés pour que la juge "de garde" rappelle à mon agresseur ses obligations et envoie enfin le contrôle judiciaire au commissariat de ma ville, qui n’avait jamais reçu le document depuis avril 2014 !

Ce que je souhaite obtenir aujourd’hui avec cette pétition, c’est que le juge Lalès rende son avis et qu’on me donne enfin une date de procès, après presque 6 ans de procédure. Anna CIRCÉ France

* (C) Une place en IME pour Baptiste, adolescent autiste

43.601 sur 50.000 lien pour signer

Notre fils Baptiste est un adolescent autiste de 16 ans. Nous habitons en Haute Savoie. Il a été scolarisé en milieu ordinaire avec AVS jusqu’en décembre 2015, en classe de 4e SEGPA.

Laurence et Baptiste Rivat

Après un grave accident (double fracture de la jambe) induisant une très longue immobilisation et remise à la marche, notre enfant a été déscolarisé jusqu’à aujourd’hui. Inoccupé à la maison, un état dépressif s’est installé. Cette situation est devenue invivable pour lui comme pour nous, ses parents et ne peut plus perdurer.

Comme tout adolescent, Baptiste a besoin d’être socialisé pour progresser et lui-même nous demande de retourner à l’école.Une rescolarisation n’étant plus envisageable, nous avons fait une demande d’orientation en IME. Malheureusement pour notre fils, il n’y a aucune place disponible en Haute Savoie, ni en Savoie. Les listes d’attente sont importantes.

Il y a urgence, nous sommes déjà en juillet, il nous faut absolument une solution pour la rentrée de septembre. Nous ne lâcherons rien et sommes bien décidés à tout faire pour l’avenir de Baptiste. Nous comptons sur vous : signez notre pétition et partagez la. Laurence RIVAT

* (C) La Turquie vient d’arrêter Özlem, un membre de l’équipe d’Avaaz. Libérons-la !

1.001.055 sur 1.500.000 lien pour signer

Özlem est détenue sans chef d’accusation, après avoir participé à une réunion de défenseurs des droits humains.Pour le gouvernement turc, elle n’est qu’une anonyme victime de la répression contre la société civile.

Ozlem Dalkiran

Mais si nous faisons naître une gigantesque pétition internationale et utilisons les médias pour rendre Özlem célèbre, elle deviendra un casse-tête qui n’en vaudra pas la peine pour un gouvernement en pleine crise politique.

Nous venons de remettre notre pétition à la Haute représentante européenne pour les Affaires étrangères, mais nous devons maintenir la pression avant le prochain sommet entre l’UE et la Turquie — alors signez maintenant et libérons Özlem

* (C) Pour que l’Union Européenne en fasse plus pour la santé

418 signatures sur 500. Lien pour signer

La protection de la santé risque de ne plus trouver de place dans l’agenda européen à partir de 2020. C’est ce que laisse craindre le Livre Blanc sur l’avenir de l’Europe présenté récemment par le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker. Le « Programme de financement consacré à la santé » et la « Direction générale Santé de la Commission européenne » pourraient en particulier être supprimés. France Assos Santé fait partie des 39 associations européennes et nationales qui ont co-signé une lettre adressée au Président Juncker pour demander le renforcement de la place de la santé au sein des politiques européennes, conformément aux souhaits des citoyens de l’UE. Nous invitons tous les membres de France Assos Santé à se joindre à cette initiative en signant la pétition "EU : do more for health" (www.change.org/p/eu-do-more-for-health).

(NB : s’agissant d’une action entreprise au niveau européen et diffusé dans tous les pays membres de l’Union, la langue utilisée pour la pétition et les éléments qui l’accompagnent est l’anglais)

Bien cordialement, Marc PARIS, Responsable communication et animation réseau Tél. : 01 40 56 94 42 / 06 18 13 66 95

* (C) Soutien à Frédéric Fromet

54.082 signatures (lien pour signer)

À l’attention : du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) & France Inter

Suite à sa chanson « Humour noir et banderilles » sur le décès du torero Ivan Fandino, diffusée vendredi 23 juin 2017 dans l’émission « Si tu écoutes, j’annule tout » sur France Inter, un signalement auprès du CSA a été fait par Tierras Taurinas contre Frédéric Fromet.

Nous demandons au CSA et à France Inter de ne pas prendre de sanction envers Frédéric Fromet, au nom de la liberté d’opinion et d’expression.

(voir la vidéo sur le site de signature)

* (E) Pour que vive le loup et que vive le pastoralisme !

141.728 signataires (lien pour signer)

À l’attention : de Monsieur Nicolas Hulot, le Ministre de la Transition écologique et solidaire

La France s’est lancée dans la chasse aux loups, espèce protégée, alors que 75% des Français trouvent inacceptable qu’on abatte cette espèce*.Nous interpellons, afin qu’il écoute la demande de la majorité des citoyens, et qu’il mette fin à cette campagne de haine contre les loups et ceux qui les protègent.

Nous demandons à Monsieur Nicolas Hulot :

- De mettre fin à la politique des tirs et de faire appliquer une véritable protection du loup. Il faut réaffirmer clairement son statut d’espèce protégée. La destruction systématique de loups ne doit plus être envisagée comme un mode de gestion. Les tirs ne résolvent en rien les difficultés des éleveurs et torpillent la cohabitation entre le pastoralisme et le loup.

- De favoriser un élevage responsable et compatible avec la conservation de la biodiversité. Aimer le loup n’est pas délaisser le berger ! Les aides financières liées au loup permettent leur embauche et la réfection des cabanes : le loup crée de l’emploi et fait revivre les alpages, ne l’oublions pas. L’État doit encore mieux accompagner les éleveurs volontaires pour développer des techniques pastorales alternatives aux tirs, en accord avec les enjeux écologiques et les attentes de la société.

- De ne plus indemniser les éleveurs qui ne gardent pas ou ne protègent pas suffisamment leurs troupeaux. Les très grands troupeaux mal gardés entraînent une dégradation écologique de nos montagnes et concentrent l’essentiel des difficultés de cohabitation avec le loup. D’autre part, l’élevage ovin ne survit que grâce aux subventions publiques et reçoit chaque année plusieurs centaines de millions d’euros (hors aides spécifiques liées au loup). Les contribuables sont en droit de demander des comptes sur ce que l’on fait de leurs deniers.

- De faire cesser la haine qui sévit autour du loup et de ses protecteurs. Des (ir)responsables politiques n’hésitent pas à mentir au sujet du loup pour s’attirer les faveurs d’un public sensible. Nous demandons à ce que cesse cette désinformation malhonnête, et nous sommes à la disposition des médias pour une information plus objective sur ce dossier. Protéger les loups, c’est protéger le patrimoine naturel de tous les Français !

*sondage IFOP septembre 2013 pour l’ASPAS et One Voice Téléchargez la brochure Loup : pour en finir avec les contre-vérités sur le pastoralisme et sur la chasse

* (C) BNP et le génocide au Rwanda : le secteur de la finance doit rendre des comptes !

157.921 sur 200.000 (lien pour signer)

Ce scandale dépasse l’entendement.En acceptant la demande de la Banque Nationale du Rwanda (BNR) en juin 1994, en plein embargo sur les armes au Rwanda, BNP Paribas aurait transféré les fonds servant à des criminels de guerre pour acheter des armes ayant servi à la perpétration du génocide des Tutsi.

Sans ce transfert de fonds qu’aurait autorisé la BNP, 80 tonnes d’armes n’auraient probablement jamais été livrées au Rwanda et n’auraient, de fait, pas servi à la perpétration du génocide de 800 000 Tutsi, femmes et enfants compris. Une autre banque a pourtant refusé de transférer la somme d’argent nécessaire au colonel Bagosora, commandant hutu, pour réaliser cet achat illégal d’armes en violation de l’embargo de l’ONU. La BNP aurait donc été la seule banque à accepter ce transfert.

Ces révélations ont certainement de quoi vous indigner. La bonne nouvelle est que nous avons le moyen d’agir. Au lendemain du début d’une nouvelle mandature, nous disposons d’un formidable moyen de pression populaire pour pousser les nouveaux élus à renforcer la régulation des acteurs de la finance tels que BNP. Demandons à ce que la lumière soit faite sur cette affaire et à ce que le gouvernement ainsi que les nouveaux députés renforcent la régulation des acteurs de la finance, afin que ceux-ci soient tenus responsables de leur implication dans des violations de droits humains.

Les divers éléments récoltés depuis 1994 amènent l’ONG Sherpa, le CPCR et Ibuka France à considérer que la BNP ne pouvait ignorer qu’en procédant à ce transfert, elle pouvait se rendre complice de génocide. Ces associations ont, pour cette raison, déposé une plainte avec constitution de partie civile contre le géant bancaire pour complicité de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. C’est la première fois qu’une plainte est déposée sur ce fondement en France.

Si les faits étaient avérés, cette plainte permettrait de mettre en lumière la responsabilité potentielle des investisseurs en matière de crimes de guerre, et plus largement en matière de violation de droits humains.Avec Sherpa, le CPCR et Ibuka France, SumOfUs demande ainsi à ce que les acteurs de la finance soient responsabilisés afin que tout individu soit assuré que son épargne ne puisse jamais servir à une opération financière permettant la perpétration de telles violations.

Plus jamais ça : soyons nombreux à exiger que la lumière soit faite sur cette affaire et que les acteurs de la finance soient eux-aussi tenus responsables de leur implication dans des violations de droits humains. Les membres de SumOfUs ont déjà réussi à faire adopter des lois faisant passer l’humain et la planète avant les profits des multinationales. Il y a toute juste un an, nous étions plus de 500 000 à obtenir l’interdiction historique des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles en France, ouvrant la voie à une interdiction dans l’UE et au Canada. Il est temps aujourd’hui de pousser le gouvernement et les nouveaux élus à étendre les obligations des multinationales en matière de respect des droits humains aux investisseurs tels que BNP. Chaque voix sera cruciale dans cette bataille.

* (E) @Nespresso : l’aluminium cause la déforestation. Stop aux dosettes

251.303 signatures sur 300.000 (lien pour signer)

À la direction de Nestlé, Nespresso et autres distributeurs de café

Madame, Monsieur,

De grandes quantités d’aluminium sont utilisées pour la fabrication de vos capsules de café. L’extraction de la bauxite et la production d’aluminium se font au détriment de la forêt tropicale. L’extraction de la bauxite est réalisée à ciel ouvert. De grandes zones de forêt tropicale sont détruites pour cela au Brésil. La fusion de la bauxite est extrêmement nocive pour l’environnement et énergivore : 14 000 kilowatt-heure d’électricité sont nécessaires pour produire une tonne d’aluminium brut. En Amazonie brésilienne, de grandes centrales hydroélectriques sont construites pour les usines d’aluminium. Les rivières sont bloquées ou détournées, les forêts tropicales rasées et inondées. Et les populations autochtones sont expulsées de leurs terres.

Les capsules en aluminium finissent en majorité à la poubelle. Affirmer qu’un grand nombre d’entre elles sont recyclées n’est à mes yeux que stratagème de communicants. Rejeter la responsabilité du recyclage sur le consommateur est incompatible avec une stratégie d’entreprise responsable. Des emballages aussi inutiles et nocifs pour l’environnement doivent être bannis. Il n’y a pas besoin d’aluminium pour faire un bon café. Je vous demande en conséquence de retirer les capsules de café de votre catalogue.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.

* (E) Bloquons l’attaque contre Greenpeace

755.192 signataires sur 1.000.000 pour signer

La plus grande compagnie forestière canadienne attaque Greenpeace en justice : elle réclame plus d’un quart de milliard de dollars ! Si elle l’emporte, elle enverrait le signal à toutes les multinationales du monde qu’elles peuvent réduire au silence ceux qui tentent de les défier. Mais nous avons un moyen de les en empêcher.

S’il y a une chose qui compte pour cette entreprise, ce sont ses profits. Et certains de ses plus gros clients sont des maisons d’édition, qui défendent habituellement la liberté d’expression et sont fermement engagées pour une planète durable. Dans quelques jours, les plus grandes maisons d’édition se réunissent pour un grand rendez-vous du livre — faisons retentir un immense appel leur enjoignant de changer de fournisseur, à moins que la procédure judiciaire ne soit abandonnée.

* Non à la hausse de la CSG pour les retraités !

66.143 signatures lien pour signer

À l’attention de Monsieur le Président de la République

A partir de 1200€ de revenu mensuel, des millions de retraités vont voir leur CSG augmenter. Avec 1200€ de retraite, vous allez payer 245€ de CSG en plus par an, avec 1500€ ce sera 306€, pour 1700€ 346€ supplémentaires et pour 2000€ le montant à payer en plus sera de 408€.

Cette mesure servira à financer la baisse des cotisations chômage et maladie destinées aux actifs. Les employés vont payer plus de CSG et voir leurs cotisations diminuer c’est bien mais qu’en est-il des retraités ? Les seniors vont payer plein pot la CSG mais ne vont pas voir leur pension augmenter. Finalement, les retraités seront les seuls perdants …

voir le site seniors en forme

Et il faut arrêter de dire que seuls les retraités privilégiés seront concernés car avec 1199€ de retraite on n’est pas milliardaire, non ?

* (E) Bayer : abandonnez les poursuites

1.516.453 signatures sur 2.000.000 (lien pour signer)

Wow. Bayer a déposé une plainte contre la Commission européenne pour qu’elle retire les restrictions imposées à l’utilisation de pesticides qui tuent des millions d’abeilles à travers le monde.

C’était grâce à d’intenses pressions de la part du public que nous avions réussi à obtenir ces restrictions importantes : nous ne pouvons donc pas rester les bras croisés pendant que les multinationales des pesticides s’affairent à les faire annuler et que les abeilles sont en danger de disparition.

Bayer et Syngenta, deux des plus importants groupes d’agrochimie au monde, soutiennent que cette interdiction est « injustifiée » et « disproportionnée ». Néanmoins, il a été prouvé scientifiquement que leurs produits contribuent à la surmortalité des abeilles, ce qui met en péril toute notre chaîne alimentaire.

Récemment, 37 millions d’abeilles sont mortes dans une seule ferme au Canada. À moins que nous ne passions à l’action dès maintenant, les abeilles continueront de mourir. Il faut faire comprendre à Bayer que nous ne tolérerons pas le fait qu’ils fassent passer leurs profits avant la santé de notre planète. Ce serait un véritable désastre pour les abeilles si cette multinationale parvenait à soumettre l’Europe à sa volonté.

Signez la pétition pour dire haut et fort à Bayer et à Syngenta de retirer dès maintenant leurs plaintes.

Les dangereux produits chimiques que Bayer fabrique sont des néonicotinoïdes, ou néonics. Les graines sont enduites de néonics qui se répandent ensuite à travers la plante et tuent les insectes qui s’y posent pour prendre une bouchée. Ces pesticides sont aisément remplaçables par d’autres produits chimiques dont l’effet n’est pas aussi dévastateur sur la chaîne alimentaire. Malgré tout, certaines multinationales comme Bayer et Syngenta engrangent des fortunes en vendant des néonics et elles feront tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger leurs profits.

L’Union européenne a interdit ces produits mortels pour les abeilles en mai 2013, après qu’une immense campagne ait sensibilisé les organismes décisionnels et que l’Autorité européenne de sécurité des aliments ait établi scientifiquement que les néonics posent d’importants risques pour les populations apicoles. Tout au long du processus, Bayer s’est battu contre l’imposition de restrictions en empruntant les tactiques de l’industrie du tabac : se payer à coup de millions d’euros des lobbyistes et des études non scientifiques pour s’assurer que les décideurs ne passent pas à l’action.

Maintenant, nous devons défendre ces restrictions décisives pour la survie des abeilles et pour notre approvisionnement alimentaire. Signez la pétition dès maintenant pour dire à Bayer et Syngenta de retirer leurs plaintes abusives !

Il faut maintenant, en Europe et partout à travers le monde, défendre l’interdiction européenne de ces dangereux pesticides. Les restrictions ne sont en place que pour deux ans, après quoi elles feront l’objet d’une réévaluation. Si nous permettons à ces entreprises d’intimider les autorités européennes en toute impunité, la pression pour renverser l’interdiction sera immense. Ce serait une grande victoire pour l’industrie du poison et une terrible défaite pour les abeilles et pour nous tous. N’importe quelle réglementation environnementale deviendrait plus difficile à instaurer parce que les entreprises qui n’arrivent pas gagner sur le terrain des faits peuvent utiliser leurs énormes profits pour financer des actions en justice à la fois coûteuses et sans fondement.

Bayer est une énorme entreprise, propriétaire de nombreuses marques connues. Les néonics contribuent grandement à sa rentabilité, mais elle ne peut pas se permettre d’avoir une mauvaise image véhiculée à l’échelle mondiale. Si le grand public apprend que Bayer est en train de détruire notre écosystème et de menacer la survie d’un insecte qui pollinise un tiers de toutes les cultures, l’entreprise n’aura d’autres choix que de faire marche arrière.

SumOfUs était déjà mobilisé lors de la campagne mondiale pour sauver nos abeilles. Nous nous sommes unis en 2013 pour dénoncer Bayer dans une immense exposition horticole à Chicago, commanditée par le producteur agrochimique allemand. Des dizaines de milliers de membres de la communauté SumOfUs ont exigé que des grandes chaînes nord-américaines comme Home Depot (numéro 1 mondial du bricolage) arrêtent de vendre des produits chimiques mortels pour les abeilles. Nous devons continuer de faire face à Bayer si nous voulons gagner.

Signez la pétition pour dire à Bayer et à Syngenta de retirer dès maintenant leurs plaintes qui mettent en danger les abeilles.

***********

Plus d’information :

Abeilles : Syngenta et Bayer contre-attaquent, Sciences et Avenir, 27 août 2013

Abeilles : Bayer saisit la justice sur la suspension de ses pesticides, Le Parisien, 27 août 2013

*

(E) Pour les abeilles : Oui à l’arrêt définitif des néonicotinoïdes !

217.674 signataires /250.000 Lien pour signature

Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

Après des années de protestations et d’alertes, la Commission européenne propose enfin l’interdiction complète des néonicotinoïdes à l’air libre rapporte le quotidien britannique Guardian. Ces très dangereux pesticides neurotoxiques sont particulièrement mortels pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. Les États-membres de l’UE doivent se prononcer en vue d’une décision pouvant avoir lieu dès ce mois de mai.

En février dernier, l’ONU a alerté sur les conséquences catastrophiques des pesticides sur la nature et sur l’homme : selon ses experts, 200.000 décès seraient provoqués par leur usage chaque année. Cette situation est d’autant plus intolérable que, selon la rapporteuse spéciale pour le droit à l’alimentation Hilal Elver, « l’utilisation de plus de pesticides n’a rien à voir avec la réduction de la faim [dans le monde] ».

Merci de signer et de diffuser notre pétition adressée à l’Union européenne et ses États-membres.En vous remerciant pour votre attention, Sylvain Harmat, Sauvons la forêt

* (E) Ne sacrifiez pas nos forêts pour les JO !

163.990 signataires /200.000 Lien pour signature

Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

Tokyo souhaite mettre en avant l’esprit de « Fair-play pour la planète » pour les Jeux Olympiques d’été dont elle sera l’hôte en 2020. C’est mal parti puisque du contreplaqué tropical provenant de l’état malaisien du Sarawak est utilisé pour la construction du village et du stade olympiques.

Rendez-vous compte : des arbres géants sont abattus en Malaisie afin de servir de vulgaires panneaux de coffrages sur les chantiers de JO annoncés « durables » !

La grande entreprise forestière Shin Yang, connue pour déboiser sans aucun égard pour la nature ou pour les populations autochtones comme les Penan, est pointée du doigt par différentes ONG dans cette affaire.

Nous devons faire connaître au monde entier ce cas de déforestation tropicale. Et faire pression au plus vite sur le gouvernement japonais et sur le comité d’organisation des jeux olympiques. Le fair-play dans le sport c’est bien, pour l’homme et la nature c’est beaucoup mieux ! Merci de signer et de partager notre pétition :

En vous remerciant pour votre attention, Sylvain Harmat, Sauvons la forêt

* (GPII) Agressions physiques, violations de domiciles, menaces, mensonges, etc : STOP aux exactions des installateurs de compteurs LINKY !

Auteur : Stéphane Lhomme, Conseiller municipal de Saint-Macaire (Gironde), animateur du site web : Refus Linky Créé le 07/04/2017

24.158 signatures lien pour signer

NB : AID soutient financièrement le travail militant de Stéphane LHOMME car elle soutient les mêmes combats (. Vous pouvez y contribuer aux conditions habituelles.) Voir l’article du CAFECO 226 : « Stop au Linky et aux compteurs communicants » du 21 Mars 2017 Présentation et débat par Gweltaz L’HARIDON

À l’attention : des candidats à l’élection présidentielle, puis du Président élu et de son gouvernement

La population française refusant le compteur communicant LINKY de façon de plus en plus massive, l’industriel Enedis tente d’imposer ce compteur par les moyens les plus abjects :

- agressions physiques

- violations de domiciles

- menaces, intimidations, mensonges ! (voir quelques exemples ci-dessous)

Il faut dire STOP à la campagne de violence d’Enedis pour imposer le compteur LINKY

Faut-il attendre un drame encore plus grave pour intervenir ? Voici quelques exemples des méthodes de voyous utilisées par les installateurs de Linky :

Violences physiques : Ouest-France / Le Télégramme - 7 avril 2017 Blessé à 73 ans en s’opposant à Linky Côtes-d’Armor. Une altercation lors de l’installation d’un compteur Linky

Coupures sauvages d’électricité : 20minutes - 5 avril 2017 Un Aixois opposé à Linky se retrouve privé d’électricité

Violations de domiciles : France3 - 27 mars 2017 Linky : violations de domiciles à Niort par les installateurs

Violence physique + Violation de domicile : Ré à la Hune Un pompier qui refuse Linky au Tribunal à La Rochelle le 18 avril (Attention : l’audience prévue au tribunal de La Rochelle mardi 18 avril 2017 est reportée à une date ultérieure non connue à ce jour.) Ce pompier était tranquillement chez lui quand les installateurs, assistés par les gendarmes (qui ne protègent donc pas les habitants mais les industriels) ont pénétré dans son logement, bousculés les deux époux, posé le linky... et porté plainte contre leurs victimes.

Les consignes de la honte :

Nous avons pu mettre la main sur la fiche confidentielle de consignes d’Enedis à ses installateurs, pour les pousser à violer les propriétés et imposer les Linky aux nombreux citoyens qui n’en veulent pas : Lire ici

Rumeurs mensongères :

Par ailleurs, Enedis et ses installateurs font courir des rumeurs mensongères pour intimider les citoyens et les contraindre à accepter le Linky. Non, si vous refusez ce compteur, vous n’aurez pas d’amendes, vous n’aurez pas à la payer plus tard ou à payer une somme mensuelle, on ne vous coupera pas l’électricité, etc : Lire ici

Habitants, citoyens, élus, ne nous laissons pas agresser par les milices d’Enedis !

Réagissons tout de suite car autrement chacun de nous subira ces exactions (Enedis a prévu d’imposer Linky à tous les logements de France, et donc au votre !)

Organisons ou rejoignons les collectifs Stop-Linky, et interpellons les candidats à l’élection présidentielle puis le président élu et son gouvernement : ils doivent dénoncer les méthodes d’Enedis !

Habitants, élus, informez vous sur notre site (Site gratuit et qui ne vend rien !)

* (E) Nous avons besoin de notre terre, pas de l’huile de palme !

160.883/200.000 pour signer

Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

Le gouvernement des Philippines veut développer à grande échelle les cultures d’huile de palme sur les îles de Palawan et Mindanao. La réalisation de ce plan détruirait non seulement les dernières forêts vierges mais aussi le mode de vie traditionnel et la culture des populations indigènes.

Palawan est classée Réserve de biosphère de l’UNESCO depuis 1990. Afin de préserver ce trésor naturel de l’exploitation, des communautés indigènes et paysannes se sont unies pour demander un moratoire sur les plantations d’huile de palme. Elles ont remis une pétition de 4.200 signatures au président Duterte peu de temps après sa prise de fonction en juillet 2016.

N’ayant obtenu aucune réponse satisfaisante à ce jour, elles font appel à notre soutien pour obtenir ce moratoire. Aidons-les à conserver l’exceptionnelle biodiversité des Philippines !

En vous remerciant pour votre attention, Sylvain Harmat Sauvons la forêt

*(C) Changez 2017 par Change.org

1.326.794 supporters 130 pétitions pour signer

* (C) Plus jamais sans ascenseur !

32.367/35.000 pour signer

Dans les quartiers populaires, ne pas pouvoir jouir de son ascenseur quotidiennement tend à devenir une norme. La métaphore de l’ascenseur social bloqué s’exprime ainsi au sens propre pour les habitants de centaines d’immeubles collectifs.

Soumis à l’inertie des bailleurs et des ascensoristes, des milliers de parents d’enfants en bas âge, des femmes enceintes, des grands-parents dont les familles ne vivent pas à proximité, de personnes à mobilité réduite, subissent un véritable calvaire, non seulement physique mais aussi psychologique et social.

Pas d’ascenseur, c’est moins, voire plus du tout, de mobilité et d’autonomie. C’est moins de lien social. C’est l’isolement, voire le danger. Originaire de Seine-Saint-Denis, je milite depuis plus de vingt ans pour une meilleure intégration des habitants de banlieue. A travers mon engagement, j’ai pu constater à quel point la relégation dans un territoire commençait par ce qui peut sembler de prime abord dérisoire, voire routinier.

C’est ce qui m’a conduit à militer au sein du collectif citoyen "Plus sans ascenseur", lequel se bat contre ces situations inacceptables de pannes récurrentes. Car sous prétexte que les urgences sociales se multiplient, les autorités nationales et locales, et plus encore les bailleurs, rechignent à engager des démarches fortes pour résoudre ce problème qui va bien au-delà d’un simple service.

Ils oublient ainsi que l’une des libertés fondamentales en France est celle de pouvoir aller et venir, et que beaucoup d’habitants, coincés chez eux, en sont aujourd’hui privés. En 2017, quatre mois pour réparer un ascenseur est tout bonnement inconcevable.

Je veux rappeler l’évidence : le problème que nous pointons est loin d’être insoluble. Ce n’est ni plus ni moins qu’une question de volonté. Avec le collectif "Plus sans ascenseur", nous dénonçons cette situation aussi humiliante qu’insoutenable.

Nous demandons aux candidats à l’élection présidentielle de se saisir avec force de cette problématique concrète - loin des grandes promesses - et de s’engager pour un service public de l’habitat prenant pleinement en considération le cadre de vie de tous les citoyens. Nous appelons tous les citoyens de France, qu’ils vivent ou non dans les quartiers populaires, à se mobiliser en signant la présente pétition.

Fouad Ben Ahmed

* (E) Stop à l’arnaque du kérosène à l’huile de palme dans les avions !

144.607 /150.000 pour signer

Chers ami(e)s de la forêt tropicale, l’industrie aéronautique est enfin obligée de se pencher sur les impacts environnementaux des avions. Il était temps ! Néanmoins, pas question pour elle de renoncer à la course au développement et à la croissance exponentielle du trafic aérien. Voler plus en polluant moins : l’impossible solution

Sachant qu’aucune solution technologique satisfaisante n’a encore été trouvée aux émissions de gaz à effet de serre, cette équation est impossible à résoudre. Mais l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), agence attachée à l’ONU, prétend le faire grâce au système de crédits-carbones et à l’usage de bio-kérosène où l’huile de palme jouera un rôle incontournable.

Seule la diminution du trafic permettra à l’aviation de réduire son impact sur le climat. Merci de signer et de partager notre pétition adressée à l’OACI. En vous remerciant pour votre attention, Sylvain Harmat Sauvons la forêt

* (GPII) Non à la mine d’or industrielle en forêt guyanaise !

165.718 signatures sur 150.000 lien pour signature

En toute discrétion, l’Etat français encourage l’industrialisation de la filière aurifère en Guyane. Le projet Montagne d’Or, prévu pour 2018, deviendrait la plus grande mine du territoire français. Il aurait de graves impacts humains et environnementaux et ouvrirait la porte aux autres multinationales minières en attente ! D’où cette lettre au Président et au gouvernement de la France Ne laissez pas détruire l’exceptionnelle biodiversité guyanaise !

Merci d’arrêter Montagne d’Or et tous les autres projets de mines d’or industrielles en Guyane. Un monstre industriel : le projet « Montagne d’Or » s’inscrit sur 190 km2 de concessions et prévoit une fosse de 2,5 km de long, 500 m de large et 400 m de profondeur. Son usine de traitement de minerai par cyanuration exige l’énergie de 20 % de la consommation annuelle de la Guyane.

Les sites industriels de ce type détruisent immanquablement la forêt et les écosystèmes sur lesquels ils s’implantent et bien au-delà, du fait du drainage minier acide. Le risque majeur repose sur le stockage en digue de millions de tonnes de boues cyanurées. Au moins 25 ruptures de digue ont eu lieu depuis 2000 dans le monde. En 2015, le Brésil a connu un accident similaire considéré comme l’une des pires catastrophes écologiques.

La Guyane inclut une partie encore intacte de la forêt amazonienne, poumon de notre planète, et zone de biodiversité extraordinaire. Ce territoire doit absolument être préservé d’activités aussi destructrices. L’exploitation minière de l’or n’est pas indispensable. Les besoins industriels représentent seulement 8 % de l’or extrait. La filière du recyclage en a fourni 3 fois plus en 2015. Si la France autorise l’exploitation à grande échelle de ce premier gisement, elle s’exposera nécessairement à la multiplication de projets miniers équivalents.

Ce choix de société n’est pas une solution de développement pérenne. La population n’a d’ailleurs pas été consultée et les procédures imposant de recourir au Conseil Consultatif des Populations Amérindiennes et Bushinengué n’ont pas été respectées.

Le collectif Or de question qui regroupe des ONG locales et nationales, demande au gouvernement français l’arrêt immédiat des projets de méga-industrie minière. L’économie guyanaise doit s’orienter vers un développement écologiquement et socialement soutenable. Merci de le soutenir en signant la pétition

* (E) L’UE doit mettre fin au commerce de l’ivoire, tout de suite !

359.250/400.000 pour signer

Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

L’UE est profondément impliquée dans le commerce de l’ivoire dont des tonnes sont importées, exportées et négociées sur son territoire. Ce faisant, l’Europe ne se comporte pas en défenseur des éléphants mais comme aide aux braconniers.

La vente, l’importation et l’exportation d’ivoire ancien sont légales en Europe. Une véritable aubaine pour les criminels ! L’existence d’un marché légal leur permet d’écouler l’ivoire illégal issu du braconnage.

Exigeons de l’UE l’interdiction totale et sans restriction du commerce de l’ivoire, comme l’ont décidé de nombreux pays du monde. C’est la seule manière pour mettre un terme au braconnage, condition nécessaire pour offrir une chance de survie aux éléphants :En vous remerciant pour votre attention, Sylvain Harmat Sauvons la forêt

* (E) Sauvons Makatea, arche de Noé de la Polynésie française

154.898 sur 200.000 pour signer

Imaginez une île lointaine, à l’autre bout du monde, dans le Pacifique. Une île soulevée par la tectonique des plaques il y a des millions d’années. Imaginez de hautes falaises. Et, perchée en haut de ces falaises, une forêt vierge, improbable, devenue refuge pour les animaux et les plantes d’une Polynésie dont les atolls disparaissent sous la montée du niveau de l’océan. Cette île existe, vous ne rêvez pas : bienvenue à Makatea !

Les superlatifs manquent pour évoquer cet atoll de 28 km2 situé dans l’archipel des Tuamotu. Sa forêt primaire, peuplée de dizaines d’espèces animales et végétales endémiques, est exceptionnelle. Certains, comme le cinéaste Michel Huet (voir ses vidéos dans l’onglet contexte), en parlent même comme d’une arche de Noé pour la Polynésie française…

Aujourd’hui Makatea est en grand danger. L’industrie lorgne sur l’un de ses trésors : son phosphate naturel. D’une grande pureté, celui-ci offre aux habitants de l’atoll une végétation luxuriante synonyme de ressources vivrières et d’une agriculture 100% bio. Les gisements sont énormes. Des milliards sont en jeu. La pression monte. Les investisseurs trépignent. L’assaut est prévu en 2017.

Les décideurs du gouvernement de Papeete sont sur le point d’accorder un permis minier, sans avoir jamais visité Makatea. Et les croqueurs de phosphate ont construit un dossier en « trompe l’œil » où l’atoll est présenté comme un rocher blanc, stérile, surchauffé par le soleil.Les habitants de Makatea veulent de l’emploi, mais ils savent que la réponse se trouve ailleurs que dans la destruction de leur île. Soutenus par des organisations locales, ils appellent les autorités de Polynésie et de France métropolitaine à rejeter la demande de permis de SAS Avenir Makatea. Soutenez-les avec votre signature !

* (E) En prison pour défendre la forêt : Libérez Clovis Razafimalala !

122.552 signatures sur 150.000 pour signer

Après 10 mois de prison préventive, Clovis Razafimalala a été condamné le 24 Juillet à 5 ans de prison avec sursis. il va faire appel. Continuons à signer !

(source:article du Monde du 25/07/2017)

À Madagascar, des hommes se battent pour préserver ce qui reste d’un patrimoine naturel exceptionnel. Armand Marozafy, un guide touristique, a passé l’an dernier 5 mois en prison pour avoir dénoncé les trafics. Aujourd’hui, c’est son ami Clovis Razafimalala du collectif Lampogno qui est injustement emprisonné. Faisons libérer Clovis

Madagascar abrite les seules populations sauvages de lémuriens et la moitié des espèces de caméléons de la planète. La majeure partie de sa flore est endémique. L’île, dont 80% de la forêt originelle a déjà disparu, est chaque jour un peu plus menacée par les incendies, l’agro-pastoralisme et l’exploitation forestière illégale.

Depuis 2009 et le coup d’état contre Marc Ravalomana, les institutions du pays ont été grandement fragilisées. Profitant de cette situation, des trafiquants ont commencé à exploiter le bois de rose dans les espaces protégés comme le Parc National de Masoala, un site naturel classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le bois de rose prend la direction de la Chine, son premier consommateur mondial. Il est utilisé dans la marqueterie de luxe. Le commerce de vanille est de plus en plus utilisé pour blanchir l’argent du trafic, créant des tensions entre les mafias et les exploitants de vanille.

C’est dans ce contexte qu’ont eu lieu à la mi-septembre 2016 des manifestations à Maroantsetra au nord est de l’île. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées pour exiger la libération d’un exploitant de vanille emprisonné pour un contentieux avec un trafiquant de bois. Un adolescent au moins aurait été tué durant cette émeute.

Clovis Razafimalala, militant écologiste connu de l’administration malgache, a été convoqué au bureau du district. Incapable de faire cesser le rassemblement, il a été accusé d’en être l’organisateur, alors qu’il était pourtant absent de la manifestation. Il est aussi accusé d’avoir provoqué plusieurs incendies de bâtiment publics. Clovis a été aussitôt emprisonné. Ses amis craignent pour sa sécurité, certains militants ayant déjà fait l’objet de tentative de meurtre. Défendre les forêts n’est pas un crime ! Signez pour la libération de Clovis

* (E) Urgence en Amazonie : signez l’appel du peuple Suruí

165.336 signatures sur 200.000 pour signer

Le peuple indigène Paiter Suruí vient de lancer un appel de détresse à la communauté internationale. Bûcherons, orpailleurs et chercheurs de diamants armés ont envahi leur forêt en Amazonie. Et sont en train de la détruire.

Stop à la déforestation ! Demandons au gouvernement brésilien d’agir au plus vite. Les Paiter Surui vivent sur un territoire de 250 000 hectares dans la forêt amazonienne. Ils ont lancé un appel à l’aide au monde entier.

Ci-suit la traduction abrégée de cet appel (version intégrale dans l’onglet contexte) :

Rondônia, Brésil, le 13 octobre 2016

Je suis Almir Narayamoga Surui, chef du peuple Paiter Surui. Notre population vit dans l’État du Rondônia au Brésil.

Ceci est mon cri d’alarme, s’il vous plaît, entendez-moi ! Depuis début 2016, nous subissons une invasion massive de bûcherons et de chercheurs d’or et de diamants. Tous les jours, plus de 300 camions sortent de notre territoire remplis de bois, ce qui représente 600 hectares de forêts dévastés.

Or, le déboisement des réserves indigènes est illégal selon la Constitution brésilienne. Sur le terrain, les déforesteurs ont de grands moyens, avec des machines Caterpillar. Nous avons constaté du mercure et du cyanure dans les 3 rivières du territoire Surui à cause des orpailleurs !Les répercussions sont terribles. En plus des dégâts écologiques et la remise en cause de notre mode de vie, ces invasions mettent en danger directement nos familles et nos enfants. Soit on collabore, soit ils nous mettent le fusil sur la tempe ! En plus, ils tentent de corrompre une partie de mon peuple avec de l’argent. La situation est terrible !Malgré nos appels à l’aide contre cette mafia, le nouveau gouvernement ne réagit pas. De par son silence, il est le complice silencieux de cette déforestation et de la mise en danger de notre peuple !

Nous ne savons plus quoi faire, à l’aide !

1- Écrivez aux ambassades brésiliennes de vos pays

2- Boycottez tous les produits brésiliens

3- Demandez aux instances politiques de créer une mission internationale d’observation de la déforestation

4- Diffusez cet appel à tous vos contacts et sur les réseaux sociaux

* (E) Stop au pillage du bois de vène au Nigéria !

148.399 sur 150.000 pour signer

Les bûcherons sévissent à un rythme impressionnant dans l’État de Taraba pour expédier le bois de vène vers la Chine. Depuis environ un an, ils s’enfoncent toujours plus profond dans les forêts, coupent les arbres en haut des collines, font rouler les troncs jusqu’en bas, endommageant la végétation sur leur passage. « Tout ce qui pousse est abattu, (…) laissant un désert presque sans vie » rapporte l’écologue Hazel Chapman. Les entreprises forestières se moquent bien du fait que le vène (Pterocarpus Erinaceus - aussi appelé palissandre du Sénégal) soit protégé et son abattage interdit.

Le bois de vène joue un rôle central dans l’écosystème des savanes à la limite du Sahel. Les forêts offrent un habitat aux chimpanzés et aux hocheurs. Les naturalistes peuvent y observer de nombreuses variétés de papillons et d’oiseaux.

La population y trouve pâturages pour ses animaux d’élevage, plantes médicinales et colorants pour les textiles. Elle préserve la nature.La frénésie des bûcherons, qui abattent tout ce qu’ils peuvent, fait penser à la ruée vers l’or.

La destination des arbres coupés est l’extrême orient. Les exportations de bois de vène et d’ébène d’Afrique de l’Ouest vers la Chine ont explosé au cours des dernières années : +700% entre 2010 et 2014. Les négociants en bois ont encaissé 216 millions de dollars au cours du premier trimestre 2016.

Malgré sa bonne volonté, l’État de Taraba à l’est du Nigéria semble incapable de stopper les destructions. Son cas n’est pas isolé : les bûcherons sévissent dans tout le pays. Une entreprise chinoise aurait même obtenu un permis forestier à l’intérieur d’une zone protégée dans l’état du Plateau. Demandons à la ministre de l’environnement du Nigéria Amina J. Mohammed d’interdire sans attendre l’exportation du bois de vène.

PETITIONS TERMINEES OU STAGNANTES OU SANS OBJET

NB : si vous n’avez pas lu les articles de pétitions recommandées par AID précédentes, vous pourrez peut-être y trouver dans les pétitions terminées, stagnantes ou sans objet certaines, toujours actives, qui vous intéresseront

* (E) AGRICULTURE BIO : NON A LA BAISSE DES AIDES !

85.350 signataires lien pour signer

Le ministre de l’Agriculture prêt à sacrifier la bio française !!!

Petition Aide à la bio

La bio représente 5,7% des surfaces agricoles françaises mais ne bénéficie que de 2% des aides européennes… et le gouvernement trouve ça encore trop !!! En plein cœur de l’été (période faste en décisions impopulaires !) le Ministre de l’Agriculture s’apprête à limiter les aides à la conversion et au maintien des agriculteurs biologiques. En totale incohérence avec les objectifs affichés au lancement des Etats généraux de l’alimentation il y a moins d’une semaine ( !), le ministre est prêt à porter un coup fatal à la dynamique qui porte depuis près de 2 ans les conversions en bio.

L’agriculture biologique connaît pourtant un véritable engouement. Pas moins de 21 fermes se convertissent à la bio chaque jour. Les ventes de produits issus de l’agriculture biologique ont bondi de 20% en 2016 et les surfaces agricoles passées en bio de 16%. 2% des aides pour 5,7% des surfaces… !

L’enveloppe budgétaire consacrée à l’aide à la conversion et au maintien est pourtant notoirement insuffisante. La raison en est simple : elle a été fixée à 90 millions d’euros en 2012 (portée progressivement à 160 millions d’euros) et n’a pas suivi la dynamique de conversion. Résultat : les caisses sont vides et les paysans qui ont pris la risque de se convertir à la bio attendent les aides promises… en 2015 !!!

Ces 160 millions d’euros ne représentent qu’à peine 2% des aides européennes versées par l’Europe à l’agriculture française (7,44 milliards d’euros), alors que la bio représente 5,7% de la surface agricole utile. A peine 2% et pourtant, c’est encore trop pour le syndicat majoritaire qui réclame l’arrêt d’une partie du versement des aides à la bio. Demande inacceptable mais qui semble rencontrer une écoute attentive du ministre de l’agriculture.

D’ici au 1er août, le ministre va notifier à la commission européenne une répartition des aides qui risque de tuer la filière bio !!! Cette décision enverrait un signal négatif au monde agricole et risque de stopper net le nombre d’agriculteurs prêts à s’engager dans une transition écologique. Il y a pourtant urgence !

C’est pourquoi nous demandons instamment au ministre de l’Agriculture de s’engager à flécher 3% supplémentaires du budget du 1er pilier de la PAC vers le second, spécifiquement sur la bio (conversion et maintien), et ce sans préjuger des montants supplémentaires nécessaires pour les autres mesures environnementales et territoriales.

Interpellez le ministre de l’agriculture maintenant en signant la pétition initiée par Agir pour l’Environnement et soutenue par la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique !

Profitez en pour adhérer à Agir Pour L’Environnement !

*(C) Inéligibilité pour les élus coupables de violences faites aux femmes

96.520/150.000 pour signer

PETITION CLOSE. L’AMENDEMENT ROSSIGNOL A ETE VOTE PAR LE SENAT

Le procès Baupin n’aura pas lieu. Prescription. Classement sans suite. Pour autant le parquet a choisi ses mots : "les faits étaient susceptibles d’être qualifiés pénalement" Denis Baupin dans son communiqué de presse a immédiatement parlé de "son innocence prouvée".

Non Monsieur Baupin, cette décision de justice ne vous innocente pas. Le lendemain, Denis Baupin annonce qu’il va porter plainte contre ses victimes. Nous en sommes donc là en 2017, c’est ainsi que les femmes sont respectées ? Il y a quelques jours, était enfin votée à l’Assemblée la loi qui allongeait les délais de prescription, notamment pour les violences faites aux femmes. Par contre, la proposition d’inéligibilité pour les élus coupables de violences envers les femmes a été refusée. En 2017, il nous parait fondamental que les candidats à la présidence de la république s’engagent afin qu’aucun élu coupable de violences envers les femmes ne puisse continuer son mandat ou même le commencer !

Avec le #14etdesmilliers, clamons haut et fort notre soutien à ces femmes qui ont osé parler et notre volonté que nos candidats s’engagent ! 14 ont parlé, nous sommes des milliers à les soutenir !

Qui suis-je et quelle est ma démarche ? En tant que femme, citoyenne engagée, militante pour les droits des femmes, Maire-adjointe, il ne me semble pas possible qu’en 2017, en France, un élu coupable de violences faites aux femmes puisse encore conserver ses fonctions. Il me semble fondamental d’interroger les candidats à l’élection présidentielle sur cette question et de leur demander de s’engager.

( NDR : j’ai eu le privilège de travailler avec plusieurs des « 14 », je peux attester de leur honorabilité et je les soutiens depuis que j’ai appris cette triste affaire. JMT)

* (C) Pétition Pour une politique française en Syrie indépendante et respectueuse du droit

lien pour signer

747 Signataires

source sur le site Investigation

Pour:Président de la République française ; journal Libération

Pour une politique française en Syrie indépendante et respectueuse du droit

Monsieur le Président,

Vous avez déclaré que vous ne souhaitiez pas la destruction de l’Etat syrien et qu’avec vous au pouvoir, on en aurait fini avec les “néoconservateurs importés”. Plus récemment, au sortir du G20, vous avez de nouveau précisé votre détermination à œuvrer pour une sortie politique du conflit excluant le préalable d’une mise hors jeu de l’actuel Président de l’Etat syrien. Vous interrompez le soutien financier et logistique que la mandature précédente accordait à des forces combattantes terroristes qu’elle qualifiait de ‘modérées.’ Ce réalisme a été imposé par l’échec d’une politique d’ingérence illégitime et désastreuse. Le peuple syrien avec toutes ses composantes, en particulier une opposition authentique de l’intérieur, certes pas celle d’une poignée d’exilés exhibés à quelques occasions, s’est rangé derrière Bachar el Assad pour lutter contre la désintégration de sa nation. Avec l’aide de pays amis, il est en train de mettre fin à l’existence d’un Etat takfiriste. Parmi ceux qui ont accueilli votre présidence avec scepticisme, beaucoup espèrent voir dans cette position une politique qui permettrait à la France d’entamer une diplomatie indépendante. Elle se déploierait fermement dans les intérêts conjoints des peuples de la région, martyrisés et décimés, et du peuple français qui n’en a récolté comme effet tangible que des attentats terroristes sur son territoire et l’instauration d’un Etat d’urgence sans cesse reconduit. Elle saurait rester insensible aux imprécations telles que celles développées dans une lettre ouverte à Libération (1). Ce véritable appel à la guerre cautionne la tentative de déstabilisation d’un Etat souverain au mépris de la loi internationale. Il se présente sous la forme d’un chantage moral habituel qui consiste à culpabiliser ceux qui refusent la guerre, en les accusant de faire de la France la « complice » des crimes imputés sans preuve au gouvernement syrien. Bien au contraire, des preuves irréfutables s’accumulent qui mettent en évidence la responsabilité des forces terroristes dans les différents événements chimiques qui ont émaillé la scénarisation d’une dictature sanguinaire qui assassine son peuple. Nous sommes opposés à toute guerre d’ingérence franche comme celle qui a détruit la Libye et déstabilisé l’Afrique sub-sahélienne mais plus encore contre cette forme insidieuse d’agression menée par la France en Syrie à l’insu du peuple français. Aussi nous vous mettons en garde instamment contre la tentation de création de couloirs humanitaires, prétexte toujours invoqué pour établir une installation militaire étrangère dans un pays souverain.

Monsieur le Président, Nous attendons de la part de votre gouvernement que la France réaffirme sa vocation d’indépendance et de respect du droit en matière de politique internationale, à savoir :

- Qu’elle s’oppose aux guerres visant à des « changements de régime », qui sont en réalité des guerres visant à la destruction d’États souverains qui n’agressent personne ;

- Qu’elle refuse de suivre les « diktats » de tous ceux, néoconservateurs ou « humanitaires » auto-proclamés, qui mèneraient à des guerres sans fin, illégales au regard du droit international ;

- Qu’elle fonde le prestige de la France sur sa capacité de compréhension et de médiation des conflits, ce qui est dans l’intérêt véritable des Français et des peuples du monde entier ;

Comme premier geste concret, nous vous demandons de lever les sanctions qui frappent le peuple syrien et de rétablir les relations diplomatiques avec l’Etat syrien. Cela permettrait au moins de coordonner les actions contre les takfiristes européens recrutés en Syrie et en voie de retour pour commettre des attentats.

(1) (http://www.liberation.fr/debats/2017/07/02/monsieur-le-president-maintenir-assad-c-est-soutenir-le-terrorisme_1581057) ; Le drapeau syrien reconnu internationalement comporte deux étoiles vertes et une bande rouge contrairement à celui figurant sur cette pétition qui fut celui de la Syrie coloniale.

Premiers Signataires : Claude Beaulieu, président du Comité Valmy ; Badiaa Benjelloun, médecin, directrice de l’espace Maymana ; Ahmed Bensaada, enseignant, auteur et essayiste ; Joseph Berbery, retraité de l’enseignement, Canada ; Geneviève Blache, membre de la direction du Comité Valmy ; Jean Bricmont ; Vladimir Caller, journaliste, analyste politique ; Michel Collon, journaliste, écrivain, fondateur d’Investig’Action ; Comité Valmy ; Alain Corvez, conseiller en stratégie internationale ; Bruno Drweski, enseignant-chercheur, historien, géopolitiste, ARAC ; Bernard Gerbier, professeur des Universités émérite ; Bruno Guigue, ex-sous-préfet de la République, analyste politique ; Youssef Hindi, écrivain, analyste politique ; Investig’Action ; Diana Johnstone, journaliste, écrivaine ; Claude Karnoouh, philosophe, anthropologue, retraité CNRS ; Jacques Kmieciak, journaliste ; Simone Lafleuriel-Zakri, professeur retraitée, écrivaine, historienne ; Jean Lévy, Comité Valmy (direction), ancien responsable CGT Banques ; Jacques Maillard, physicien, bureau national du Comité Valmy ; Alexandre Moumbaris, éditions Démocrite ; Marie-José Moumbaris, éditions Démocrite ; Majed Nehmé, journaliste franco-syrien, directeur de Afrique-Asie ; Jean-Pierre Page, syndicaliste, ancien dirigeant national CGT ; Maria Poumier ; Jean-Pierre Robert, administrateur du site Palestine-Solidarité ; Yves Vargas, Philosophe ; Jean-Michel Vernochet, journaliste ; Isabelle Voltaire, Comité Valmy (direction) ; Michel Raimbaud, ambassadeur de France (ret.), conférencier ; Francis Arzalier, historien ; Roger Akl ; Richard Labévière, rédacteur en chef du magazine en ligne prochemoyenorient.ch ; Claude Gaucherand, contre-amiral (2 S) ; Michel Debray, vice-amiral en 2e section ; Pierre Lévy, Rédacteur en Chef de Ruptures ; Hugues-Antoine Suin, diplomate à la retraite ; Hassan Hamdane, sociologue, professeur à l’Université libanaise, Beyrouth ; Ali Ibrahim, citoyen syrien, licencié es-littérature française ; Dominique Dionisi ; Guy Chayvialle ; Laurence Potier, Chef d’entreprises ; Hubert de Gevigny, contre-amiral (2 S) ; Charles Hoareau, président Association nationale des communistes ; Sylvia Cattori, journaliste indépendante ; Marie-Catherine Andreani ; Jacques Lacaze, ancien conseiller municipal Liévin (62) ; Jean-Pierre Garnier, sociologue ; Bernard Maillard ; Claude Deffontaine ; Hélène Lequien ; Mouna Alno-Nakhal, ex-biologiste ; Odile Hage, retraitée de l’enseignement ; Halima Sadki, enseignante, membre du Comité Valmy ; Mezri Haddad, ancien ambassadeur de Tunisie auprès de l’UNESCO ; Bernard Gaveaux ; Nadia Gaiddon ; Christian Bouteau ; Denis Lemercier ; Nathalie Waibel, citoyenne éclairée donc libre ; Laurent Dauré, journaliste ;

* (C) « M.Macron, pas de fausses promesses pour la taxe sur les transactions financières ! »

11.629 signataires sur 25.000 lien pour signer

La discussion sur l’adoption de la taxation des transactions financières (TTF) a été retirée de l’ordre du jour de la dernière réunion des ministres des finances de l’UE (ECOFIN) du 22 mai, à la demande de la France. M. Macron, lors de la campagne présidentielle, vous refusiez l’étiquette d’ancien banquier et de candidat de la finance. A peine élu, vous offrez pourtant une nouvelle victoire aux grandes banques, vent debout contre une mesure dont l’objectif est de lutter contre la spéculation au cœur de leur activité.

Nous déplorons vivement cette obstruction qui saborde le résultat de plus de trois années de négociations, alors que l’un de vos objectifs déclarés est de renforcer la coopération européenne. L’accord était en vue pour l’adoption du projet de directive sur la TTF, négocié dans le cadre d’une coopération renforcée entre dix pays européens, dont l‘Allemagne, l’Italie et l’Espagne. Ce projet est soutenu par la plupart des ONG ainsi que par la majorité des citoyens européens, comme le montrent les enquêtes.

Outre la lutte contre la spéculation, cette taxe doit contribuer au financement de la transition énergétique. L’ancien président Hollande avait proposé que les revenus tirés de cette taxe, estimés à environ 35 milliards d’euros, soient en partie utilisés pour abonder le Fonds vert, destiné à aider les pays du Sud à lutter contre le réchauffement climatique dont ils sont les principales victimes.

Voulant profiter du Brexit, les places financières de Paris et Francfort cherchent à prendre des parts de marché à la City britannique. Une de leurs armes, dans la bataille pour tirer parti du Brexit, est d’organiser un véritable dumping fiscal, au profit des grandes banques. M.Macron, en faisant échouer le projet de TTF, vous tomberiez clairement le masque d’un président au service de l’industrie financière, et non de l’intérêt général. Avec la majorité des citoyens européens en faveur de la TTF, nous refusons que soient sacrifiées sur l’autel de la finance, d’une part, la lutte contre la spéculation, à l’origine des crises financières, et d’autre part, la lutte contre le réchauffement climatique dans les pays du Sud.

Mardi 6 juin, vous avez fait part aux ONG climat, de votre volonté de revenir sur votre décision et vous êtes engagé à mettre en place la TTF européenne d’ici la fin de l’été.Nous demandons que vous transformiez vos paroles en acte en adoptant l’accord préparé par l’Autriche, lors du prochain sommet européen ECOFIN au mois de juillet. Nous ne voulons pas d’une TTF au rabais !

Dominique Plihon, porte-parole d’Attac France et Peter Wahl, cofondateur d’Attac Allemagne

* (C) Rendons visibles les prisonniers palestiniens en grève de la faim

lien

Les signatures sont à envoyer à Thomas Vescovi (v-sko@hotmail.fr) ou Dominique Vidal (dominique.vidal-sephiha@orange.fr).

Depuis le 17 avril, entre 1 600 et 1 800 prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim. Le mouvement a été initié par le leader Marwan Barghouti et des détenus de toutes tendances politiques. Ils exigent, en priorité, des conditions de détention plus dignes.

Rappelons qu’à ce jour, 6 500 palestiniens sont détenus dans les prisons militaires israéliennes, dont 536 dans le cadre d’une détention dite « administrative », c’est-à-dire sans qu’ils aient été formellement inculpés ou jugés. Des milliers de Palestiniens manifestent en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza en signe de solidarité. Le 23 mai, un appel à la grève générale a été massivement suivi, symbole du caractère populaire du mouvement.

Face à cela, le gouvernement israélien a opté pour l’épreuve de force. D’abord par les mots, à l’image du ministre israélien de la Défense et des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, qui a appelé à suivre le modèle de Margaret Thatcher face aux grévistes de la faim irlandais. Puis par les actes, en réprimant les mobilisations palestiniennes et en tentant par tous les moyens de briser la grève : isolements, privations de visite, harcèlement physique et moral…

Lors de la visite dans les Territoires Palestiniens occupés du président des Etats-Unis Donald Trump, la question des prisonniers palestiniens n’a semble-t-il même pas été évoquée. Il est donc plus qu’urgent d’agir, avant que Marwan Barghouti ne devienne le Bobby Sands de notre époque.

Nous, chercheurs et journalistes spécialisés, consacrons l’essentiel de notre vie professionnelle au Proche et Moyen-Orient. C’est pourquoi nous ne pouvons plus nous taire face au danger de mort qui menace, comme une épée de Damoclès, les prisonniers palestiniens engagés dans une grève de la faim de plus en plus dure.

Il est des moments comme celui-là où la distance nécessaire du chercheur et du journaliste par rapport à son terrain de travail doit laisser place à l’engagement :

- pour que les médias brisent le mur du silence et informent l’opinion sur la tragédie qui se joue en Israël-Palestine ;

- pour que le nouveau président et le nouveau gouvernement exercent les pressions nécessaires sur les autorités israéliennes.

* (E) Face au retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris, exemplarité, fermeté et solidarité

lien pour signer

À l’attention d’Emmanuel Macron

Monsieur le Président de la République,

Au cours de la campagne présidentielle, vous avez clairement exprimé votre détermination à prendre des mesures fortes dans la lutte contre le réchauffement climatique, n’hésitant pas à vous opposer explicitement à Donald Trump.

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris, adopté à l’issue de la COP21, il est grand temps de passer des paroles aux actes - en faisant preuve d’exemplarité, de fermeté et de solidarité.

La lutte contre le réchauffement ne doit plus attendre. Elle doit devenir être une priorité majeure de votre mandat. Pour cela, vous devez prendre des mesures aussi fortes que claires :

- geler définitivement tout développement de nouveau projet fossile en France (métropolitaine comme outre-mer, incluant les eaux territoriales françaises, forages exploratoires inclus)

- cesser d’investir de l’argent public dans le secteur des combustibles fossiles (en particulier via la Caisse des dépôts), conformément à la résolution pour une société bas carbone adoptée par l’Assemblée nationale en novembre 2015

- mettre fin à toutes les subventions versées à l’industrie fossile, ainsi qu’aux exonérations fiscales dont elle bénéficie, afin de réorienter les financements vers les renouvelables et le soutien aux pays les plus affectés par le changement climatique.

En signant cette pétition vous montrez que vous continuerez de vous battre pour le climat, et 350.org transmettra votre message à Emmanuel Macron et aux dirigeants de la planète.

*(C) En Tchétchénie, la police séquestre et assassine les homos.

156.595 signatures sur 200.000 Lien pour signature

Pendant le week-end, nous avons appris une nouvelle qui donne froid dans le dos : plus de 100 hommes ont été arrêtés, accusés d’homosexualité. On rapporte qu’ils ont été torturés, passés à tabac et contraints à révéler des informations sur les autres gays de la région. Au moins trois d’entre eux ont été exécutés. La réponse officielle des autorités tchétchènes est glaçante : « Il n’y a pas d’homosexuels en Tchétchénie ».

All Out organise également une levée de fonds d’urgence pour aider le Réseau LGBT russe à évacuer et soutenir les hommes gays qui sont actuellement pourchassés, détenus et torturés en Tchétchénie. Vous pouvez faire un don ici.

Exigeons que les pouvoirs publics russes lancent une enquête immédiate sur ces atrocités et traduisent en justices tous les responsables des arrestations, des tortures et des assassinats perpétrés envers les homosexuels de Tchétchénie.

Cette campagne a été lancée en coopération avec le Réseau LGBT russe

Publié le 4 avril 2017. AID a participé pour 200€.

* (C) Ferrovial doit arrêter de profiter des abus sur les réfugiés à Nauru

lien pour signature

à M. Inigo Meiras Amusco, PDG de Ferrovial

« Nous n’avons pas de vraie vie ici, nous ne faisons que survivre. Nous sommes des âmes mortes dans des corps vivants. Des coquilles vides. Nous avons perdu tout espoir, toute motivation. » - Une femme bloquée à Nauru.

Le désespoir pour certains, des bénéfices pour d’autres

Pour plus d’un millier de réfugiés et de demandeurs d’asile, Nauru est une île de désespoir sur laquelle ils ont été déportés simplement pour avoir cherché à se mettre en sécurité en Australie. Pourtant, pour l’entreprise multinationale espagnole Ferrovial, Nauru est une île au trésor qui lui permet de faire des millions de dollars de bénéfices.

L’Australie a mis en place un système de « centres de traitement pour les réfugiés » offshore, à Nauru, État insulaire du Pacifique, et sur l’île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ce système inflige une cruauté délibérée envers les réfugiés et les demandeurs d’asile, y compris des enfants, qui s’apparente à de la torture. Ils sont victimes d’humiliation, de négligence et de violences, ce qui a entraîne une dégradation de leur santé physique et mentale.

Piégés dans des conditions inhumaines

Leurs souffrances sont exacerbées par le fait qu’elles sont bloquées sur l’île : elles ne peuvent pas partir, même après avoir officiellement obtenu le statut de réfugié. Ces personnes ne savent pas si et quand l’Australie ou Nauru les autoriseront à quitter l’île.

Ferrovial est l’actionnaire unique de Broadspectrum, l’entreprise australienne qui gère les centres de traitement pour les réfugiés à Nauru et sur l’île de Manus, et donc qui permet le fonctionnement de ce système abusif. Ferrovial fait des millions de dollars de bénéfices, tout en étant parfaitement au fait des conditions épouvantables dans lesquelles vivent les réfugiés et demandeurs d’asile sur l’île.

Pas de complicité ou de profit sur base de violences

Aucune entreprise ne devrait se rendre complice ou tirer profit d’actes de torture et de violences. Interpellez Ferrovial et exigez que l’entreprise mette fin à ses activités à Nauru et sur l’île de Manus au plus vite.

* (C) PAYSANS ET PAYSANNES : UNE PROTECTION SPÉCIFIQUE EST NÉCESSAIRE !

10.465 sur 30.000 signatures lien pour signer

Les paysan-ne-s, pêcheu-se-rs, berger-e-s et les autres personnes travaillant en milieu rural produisent la majeure partie de la nourriture saine et diverse que nous mangeons chaque jour.

En Europe et dans le monde entier, ils jouent un rôle primordial pour assurer la souveraineté alimentaire de nos communautés et pour garantir la résilience de notre système alimentaire face au changement climatique.

Pourtant, chaque jour les petites fermes disparaissent et l’agriculture paysanne est menacée face à l’expansion de l’agriculture industrielle, l’accaparement de terres et le démantèlement des systèmes de soutien public.

Les paysan-ne-s et autres travailleurs ruraux font face à une discrimination systématique et les femmes rurales sont particulièrement touchées. Ils ont besoin de votre soutien pour continuer à créer une alternative agroécologique qui résiste à l’agriculture industrielle et développer des systèmes alimentaires locaux sains et durables, indispensables à la survie de notre planète.

Rejoignez le mouvement pour les droits des paysan-ne-s et demandez à l’UE et ses États membres de participer activement et de collaborer de bonne foi à l’élaboration de la « Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales ».

Demandez à votre Ministre des Affaires étrangères de reconnaître les droits des paysan-ne-s, y compris les droits à la terre, aux semences, à la diversité biologique, à un revenu et des moyens de subsistance décents et aux moyens de production. Exigez le droit des peuples à la souveraineté alimentaire maintenant en signant cette pétition.

Vous pouvez également aller plus loin à la Réunion :Collectif Oasis-Réunion

* (C) L’eau est un droit humain, stop à la privatisation de l’eau en Grèce !

195.115 signatures sur 200.000 lien pour signer

A Michel Sapin, Ministre français de l’Économie et des Finances, et à tous les Ministres des finances de l’Eurogroupe

Cette pétition vous est adressée par réseau de solidarité avec la Grèce.

Texte de la pétition

Nous demandons à la Commission européenne de tenir sa promesse et de ne pas privatiser les services des eaux !

Nous demandons à ce que cessent les demandes faites à la Grèce de privatiser son eau, pour servir les intérêts de grandes entreprises, et qui va à l’encontre de la volonté du peuple !

Nous demandons la divulgation et la publication de tous les échanges écrits ainsi que des procès-verbaux des négociations orales entre le gouvernement grec et les institutions concernant le transfert d’EYDAP et EYATH au super-fonds.

Pourquoi est-ce important ?

La Grèce se voit imposer la privatisation de ses deux plus grandes sociétés d’eau, celle de Thessalonique et celle d’Athènes. La colère de la population est grande et le mouvement de lutte prend de l’ampleur. « L’eau : un droit humain. L’eau est un bien public et non une marchandise. »

En raison de cet appel signé par près de 2 millions de citoyen-ne-s en 2013, l’UE a écarté l’eau de ses projets de privatisation, mais pas dans les pays du sud où la troïka fait pression sur les pouvoirs publics pour qu’ils privatisent également les services des eaux. Ainsi le parlement grec a-t-il dû accepter le transfert des grandes sociétés d’eau EYDAP et EYATH au nouveau super-fonds de privatisation contrôlé par les créanciers, faute de quoi les prochains crédits ne seraient pas versés.

Cela veut dire que les institutions de l’UE entreprennent une nouvelle tentative de privatisation de l’eau en Grèce. En 2014, la population avait réussi à stopper ce projet. À Thessalonique, un référendum contre la privatisation du service des eaux avait recueilli 213 508 voix, soit plus de 98% des suffrages exprimés.

Suite à une plainte, le Conseil d’État grec avait déclaré la privatisation de l’eau inconstitutionnelle, car le service touche aux besoins vitaux des citoyens que l’État doit protéger. Or, ceci est impossible si des groupes multinationaux sont propriétaires des services d’approvisionnement en eau.

Comme le montrent de nombreux exemples de villes d’Europe, la privatisation s’est soldée par une détérioration des services et une hausse des prix. Mais une hausse des prix signifierait en Grèce qu’une grande partie de la population n’aurait plus ou plus suffisamment accès à l’eau. Actuellement, les tarifs sont encore échelonnés selon des critères sociaux et tiennent donc compte de la situation financière des habitants. Même les personnes qui ont tout perdu en raison de la crise et de la politique d’austérité radicale ne se voient pas couper l’eau car elle représente un besoin vital. Les grands groupes comme Suez et Veolia intéressés par l’eau en Grèce ont déjà déploré son prix trop bas.

La dégradation des services accompagnée d’une augmentation des prix de l’eau suite à la privatisation sont la raison pour laquelle de nombreuses municipalités de divers pays ont déployé des efforts considérables pour recommunaliser les services des eaux. Les exemples les plus récents en sont des villes du Portugal et d’Espagne qui avaient été également forcées par la troïka à appliquer cette politique catastrophique et avaient enregistré une hausse du prix de l’eau allant jusqu’à 400%. La Slovénie, quant à elle, agit préventivement en inscrivant l’eau en tant que bien public dans la Constitution, la mettant ainsi à l’abri de la privatisation.

L’une des premières communes à avoir été forcée par la pression des habitants à revenir sur la privatisation de l’eau est la ville de Berlin. À Berlin, les pouvoirs publics étaient restés propriétaires de 51% des parts, mais les contrats tenus secrets garantissaient aux entreprises des bénéfices énormes pendant 30 ans. Résultat : hausse du prix de l’eau. Berlin est aussi un bon exemple du succès que peut avoir la lutte.

Soutenons la lutte de la population grecque !

Pour le réseau de solidarité avec la Grèce (Netzwerk Griechenland Solidarität)

Georg Brzoska (Berlin), Marianna Grigoraskou (Thessaloniki), Claus Kittsteiner (Berlin), Imke Meyer (Frankfurt), Monika von zur Mühlen (Cologne)

La pétition originale en allemand

* (C) NUTRISCORE : les consommateurs français demandent maintenant aux industriels de l’afficher !

47.192 signataires sur 50.000 lien pour signature

Logo Nutriscore

Le logo destiné à mieux informer les consommateurs sur la qualité nutritionnelle des biscuits, pizzas, plats préparés et autres produits alimentaires industriels a été sélectionné. Le 15 mars, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé que le format retenu pour l’étiquetage nutritionnel simplifié prévu par l’article 14 de la loi de modernisation de notre système de santé est le Nutriscore (l’arrêté est attendu avant fin avril).

Appelé aussi logo 5 couleurs (ou 5C), il va du vert au rouge, en fonction de la qualité nutritionnelle du produit (cf aussi photo ci-dessus). C’est l’option qui a été retenue officiellement sans ambigüité par les pouvoirs publics parmi quatre propositions. Ce qui était (est) aussi une victoire par rapport à la pétition que j’avais lancée en décembre 2015 (sur cette même plateforme, Change.Org) et que j’ai portée en qualité de citoyen pendant plus d’1 an.

Faut-il rappeler que 5C/Nutriscore est validé scientifiquement depuis longtemps, et sa pertinence pour amener à des décisions d’achat favorisant une alimentation plus saine a été confirmée par l’expérimentation en magasins de septembre à décembre dernier ? En outre plus de 250 000 consommateurs de toute la France ont exprimé via la (ma première) pétition leur soutien clair en sa faveur.

Mais voilà, Il sera facultatif, c’est ainsi, la Ministre n’y peut rien, la France n’y peut rien, il reste facultatif en vertu de la réglementation européenne actuelle (sur pression des lobbies industriels qui ont ‘’bien’’ fait leur travail en amont pour verrouiller). Les fabricants vont rester libres de décider de l’appliquer, ou pas.

Et à ce jour les 2 organisations représentant les industriels en France, l’ANIA (Association nationale des industriels alimentaires) et la FCD (Fédération du commerce et de la distribution) n’ont pas dit qu’elles acceptaient le « verdict ». Seuls 2 fabricants, à titre ‘individuel’, le groupe Intermarché (pour ses MDD) et la société Fleury-Michon se sont engagés publiquement à apposer le Nutriscore sur l’ensemble de leurs produits. Il faut saluer la décision de ces deux groupes d’entreprendre une telle démarche de santé publique. Mais ce ne sont que deux ‘marques’ parmi des centaines.

Je suis moi-même un simple citoyen (consommateur) de ce pays, père, j’ai des enfants, et je souhaite avec ma famille vivre en conscience, en particulier sur le sujet de mon alimentation, et je lance donc cette pétition pour interpeller solennellement l’ANIA et la FCD.

Nous, consommateurs français, avons voté pour ce système coloriel simple et lisible (le Nutriscore), il va faciliter nos actes d’achat, il a été adopté par les pouvoirs publics, nous demandons maintenant aux fabricants de se positionner publiquement en indiquant clairement qu’ils afficheront le modèle officiel, sur tous les produits dans nos magasins. Merci

INITIATIVES CITOYENNES EUROPEENNES

Voir le site officiel

* (E) Sauvons nos sols

pour signer

Pourvoyeurs de sécurité alimentaire, de préservation de la biodiversité et de régulation du changement climatique, les sols constituent l’une des ressources les plus stratégiques de l’Europe. Il est temps d’en assurer la protection sur notre continent.

REGARDEZ ET DIFFUSEZ LA VIDEO : One Million People 4 Soil (Signez l’Initiative Citoyenne Européenne !)

Principaux objectifs :

* reconnaître que les sols constituent un héritage commun qui doit être protégé au niveau de l’UE dans la mesure où ils procurent des bienfaits essentiels en lien avec le bien-être de l’homme et la capacité de résistance de l’environnement ;

* élaborer un cadre juridiquement contraignant pour répondre spécifiquement aux principaux risques qui menacent les sols, à savoir l’érosion, l’imperméabilisation, l’appauvrissement en matières organiques, la perte de biodiversité et la contamination ;

* intégrer aux politiques de l’UE les objectifs de développement durable des Nations unies relatifs aux sols ; comptabiliser correctement et réduire les émissions de gaz à effet de serre produites par les secteurs agricole et sylvicole.

Pourquoi est-ce important ? À chaque minute qui passe les sols sont étouffés, contaminés, exploités, empoisonnés, maltraités et consumés. En Europe, il n’existe pas encore de loi commune défendant les sols. La protection des sols par la législation est le seul moyen de protéger les hommes, la faune et la flore.

Sans une terre saine et vivante notre avenir est compromis. Une terre saine et vivante nous protège des catastrophes naturelles, du changement climatique et de l’empoisonnement alimentaire..

Plus de 400 associations sont unies sous la bannière de People4Soil qui demande à l’UE d’élaborer des normes spécifiques permettant de protéger les sols qui sont aussi indispensables que l’eau et l’air. Sauvez les sols avec votre signature.

Cette campagne est organisée par People4Soil qui est un réseau libre et ouvert d’ONG européennes, d’instituts de recherches, d’associations d’agriculteurs et de groupes environnementaux.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1967246

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site PETITIONS ET ICE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License