AID Association initiatives dionysiennes
Tout changer pour que rien ne change ?

La France séduite par un coup d’état

par Bruno BOURGEON

mardi 11 juillet 2017 par JMT

La nouvelle monarchie présidentielle qui commence (et s’annonce sans doute encore pire que les précédentes) démontre l’ineptie du régime actuel, et la nécessité de fonder la 6e République.

La France séduite par un coup d’état

Nous avons changé d’époque : la mode n’est plus aux coups d’état violents d’autrefois. Pour renverser la République, plus besoin de prise de pouvoir armée : le système de la monarchie présidentielle joue son rôle. Dissimulé derrière une belle propagande médiatique d’abrutissement des masses, le putsch ne se remarque même pas. La mode est au « coup d’état enjôleur ».

Depuis la Révolution française, tous les ennemis de la République, qu’ils s’appellent légitimistes, orléanistes, bonapartistes ou vichystes, ont cherché le même objectif : étouffer la souveraineté populaire et bâillonner le parlementarisme. L’idée est toujours la même : le peuple ne doit pas exercer le pouvoir, la démocratie parlementaire est une nuisance ; il faut confier tous les pouvoirs à un exécutif fort, conduit par un homme seul, responsable devant personne, qui gouvernera – comme par hasard ! – toujours dans l’intérêt des puissants.

Ainsi on décrit l’arrivée au pouvoir de Macron. Derrière les sourires affables, perce un technocrate « ni de gauche ni de droite » ou « et de gauche et de droite » : nier le clivage gauche-droite, c’est nier la conflictualité sociale au seul profit des puissants.

Son premier geste est d’aller s’exprimer devant le Congrès où députés et sénateurs devront écouter la bonne parole présidentielle sans droit de réponse ; puis il se substitue au Parlement pour légiférer à sa place sur le code du travail.

Même son annonce d’une baisse du nombre de parlementaires, idée populaire, est un piège : dans le système actuel, réduire les parlementaires, c’est limiter les possibilités pour l’opposition d’être représentée au Parlement (moins il y a de sièges en jeu, plus les rares sièges restant en lice risquent d’aller aux partis dominants) : l’expression même de la ploutocratie.

Certes, on pourrait dire que les Français l’ont élu, lui conférant ainsi une légitimité démocratique. Erreur ! Le système électoral organise la dépossession de la souveraineté politique du peuple. Le mode d’élection du Président de la République est une supercherie. Nous vous en avions déjà touché un mot, voir www.aid97400.lautre.net, lorsque nous évoquions les résultats des présidentielles et des législatives.

En effet, quelle est la légitimité démocratique d’un scrutin dans lequel 90% des médias font campagne pour un candidat ? Quelle pertinence possède un scrutin qui, par le mot d’ordre du « vote utile », amène des millions d’électeurs à voter pour un candidat qui ne représente pas leurs idées, mais bien souvent celles des grands médias qui font campagne pour le « vote utile » ? Quelle légitimité a un candidat qui représente 18% des électeurs inscrits au premier tour à se prendre pour le monarque présidentiel ?

Le Parlement n’est guère mieux loti. La stupide inversion du calendrier électoral inféode les élections législatives au résultat de la présidentielle. Dans la quasi-totalité des démocraties européennes, c’est le résultat des élections législatives qui détermine le gouvernement. En France, c’est l’inverse ! On se retrouve ainsi avec des élections législatives auxquelles personne ne participe et des majorités parlementaires extravagantes, détenant 60 % ou 70% des sièges en représentant 15% des électeurs inscrits.

De plus, nous apprenons, cette information doit être confirmée, que (qui ?) l’on indique aux députés de La République en Marche comment voter par SMS, et qu’ils ont signé une sorte de contrat, de charte, leur stipulant de bien voter comme on leur dit. Ceci sous toutes réserves. Mais si cela était avéré, non seulement ce serait tout simplement illégal, mais aussi témoignerait du peu d’importance que concède l’exécutif au législatif. Ces députés godillots seraient des savates trouées.

La nouvelle monarchie présidentielle qui commence (et s’annonce sans doute encore pire que les précédentes) démontre l’ineptie du régime actuel, et la nécessité de fonder la 6e République.

Dr Bruno Bourgeon, président d’AID

D’après le Mouvement pour la sixième république

version imprimable :

PDF - 61 ko

MEDIAS LOCAUX

* Courrier des lecteurs de Zinfos974 du Mercredi 12 Juillet 2017 - 10:00

* Courrier des lecteurs (payant) dans Le Quotidien du 17 Juillet 2017

téléchargez la copie de l’article papier

LIENS INTERNES

* Adieu la démocratie ! Vive ( ?) la démocrature ! par Bruno BOURGEON, jeudi 22 juin 2017

* L’antinomie de Macron : la société post-croissance par Bruno BOURGEON, vendredi 16 juin 2017

* Changeons nos institutions ! par Bruno BOURGEON, mardi 13 juin 2017

*Les politiciens, le légal, le moral et l’éthique ! par Bruno BOURGEON, mardi 21 mars 2017

plus les Cafecos et LBSJS de ce premier semestre 2017 sur les élections

* CAFECO 230 - Résultats des législatives 2017 Présentation et débat par Bruno BOURGEON le mardi 20 juin 2017

* LBSJS 131 - Enjeux des législatives ? Présentation et débat par Bruno BOURGEON le mardi 06 juin 2017

* LBSJS 130- Présidentielle 2017 Second Tour : Et maintenant ? Présentation et débat par Bruno BOURGEON le mardi 9 mai 2017

* CAFECO 228 : Second tour des élections présidentielles 2017 Présentation et débat par Jean-Marc TAGLIAFERRI le mardi 25 avril 2017

* LBSJS 129 : "Premier tour de l’élection présidentielle de 2017 " Présentation et débat par Bruno BOURGEON le mardi 18 avril 2017

* LBSJS 128 : "MACRON : phénomène ou imposture ?" Présentation et débat par Bruno BOURGEON le mercredi 14 mars 2017

LIENS EXTERNES

* Mouvement 6ème république Site officiel

* Mouvement 6ème république Chaîne Youtube

* 6ème république Page Wikipédia


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2150212

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site CHRONIQUES DE LA MACRONESIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License