AID Association initiatives dionysiennes
Trump pète de l’art renommé :-)

Adieu la démocratie ! Vive ( ?) la démocrature !

par Bruno BOURGEON

jeudi 22 juin 2017 par JMT

Enfin nous avons fini le marathon électoral, des primaires de la droite au deuxième tour des législatives, 8 mois de campagne, de mensonges, de coups bas et autres fariboles censées nous représenter la démocratie.

Concluons avec Aldous Huxley, dans "Le Meilleur des Mondes" (1932) :"La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude." On ne saurait mieux dire...

SURTITRE

Merci à Georges Brassens "Les Trompettes de la renommée" (live officiel) | Archive INA

voir les paroles

L’ami Georges répond ainsi ironiquement à sa maison de disques qui se plaignait qu’il ne fît point d’efforts pour sa promotion... On est très loin de Macron :-) mais pas si loin que ça de Trump finalement ..."Un p’tit peu d’alpinism’ sur son mont de Vénus ?" ça ne vous rappelle rien ? Sauf que Trump ce n’est pas de la gaudriole !

Adieu la démocratie ! Vive ( ?) la démocrature !

Enfin nous avons fini le marathon électoral, des primaires de la droite au deuxième tour des législatives, 8 mois de campagne, de mensonges, de coups bas et autres fariboles censées nous représenter la démocratie.

Censées dis-je, car avec in fine l’apothéose du record d’abstentions, on se demande bien quelle légitimité ont nos élus :

- Macron élu avec 43% des suffrages des inscrits, donc pas mieux élu que les trois présidents précédents, son "malheur" étant le contraste avec son score au deuxième tour (plus de 66 % des exprimés). Il dispose avec son équipe du pouvoir exécutif.

- Une assemblée élue avec 61,56% d’abstentions, de votes blancs et nuls. De quel pourcentage d’inscrits dispose le(a) moindre élu(e) ? A La Réunion, la moins mal élue est Huguette Bello avec 26,49% des inscrits, un peu plus d’un électeur sur quatre, et la plus mal élue est Nadia Ramassamy, juste devant Jean-Hugues Ratenon, avec 16,37% des inscrits, soit moins d’un électeur sur six !

Belle représentativité ! Ce pouvoir législatif est non seulement illégitime, mais aussi inexpérimenté avec les têtes nouvelles de La République en Marche qui totalise 306 députés sur 577 : une Assemblée, au moins au début, faite de vrais godillots, qui suivront comme un seul homme, en marche, les projets de Loi et autres ordonnances sans sourciller. Un pouvoir législatif absent.

- Un pouvoir judiciaire dont l’indépendance, sous la cinquième République, laisse à désirer, dès lors que les juges d’instruction sont nommés et remplacés à l’envi par l’exécutif. Un pouvoir judiciaire aux ordres.

- 95% d’un pouvoir médiatique privé dans les mains de dix groupes et douze milliardaires, au chiffre d’affaires global de 12,5 milliards d’euros, dont au moins trois soutenaient mordicus la campagne du futur président (avec les moyens financiers en appui) : BNP (Pierre Bergé, Xavier Niel, Matthieu Pigasse), le Groupe Altice (Patrick Drahi), le Groupe Bouygues-TF1 (Martin Bouygues).

Les 5% restant sont les maigres presses locales (dépendantes de la publicité toutefois) et les sites médiatiques indépendants, ils ne sont pas nombreux, citons juste Médiapart, BastaMag, Regards, et @si (Arrêt sur Images). Fi donc du pouvoir médiatique.

- Que reste-t-il au peuple, dont le nom grec -demos- est contenu dans démocratie (littéralement "le pouvoir au peuple") ? Rien. Sinon le cinquième pouvoir, la Rue. Et là, quand cela éclatera, rien ne l’arrêtera.

Voilà pourquoi nous ne sommes plus en démocratie, mais en démocrature, une dictature camouflée, une démocratie truquée. Où les oligarques tiennent le peuple par la ploutocratie. Où les institutions et les médias sont manipulés.

Une preuve ? En Turquie, depuis le coup d’état avorté du 14 juillet dernier, Erdogan installe progressivement sa démocrature avec une fois entré en vigueur, l’état d’urgence permettant à l’homme fort de Turquie de faire passer de nouvelles lois et de restreindre les droits et libertés de ses concitoyens. Cela ne vous rappelle rien ? Cette propension à vouloir faire entrer l’état d’urgence dans le droit commun ?

Concluons avec Aldous Huxley, dans "Le Meilleur des Mondes" (1932) :"La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude." On ne saurait mieux dire...

Dr Bruno Bourgeon, président d’AID

version imprimable :

PDF - 11 ko

MEDIAS LOCAUX

* Zinfos974-Courrier des lecteurs du Jeudi 22 Juin 2017 - 17:39

* Clicanoo.re - Courrier des lecteurs du 22 Juin 2017

Médias : pourquoi 10 milliardaires contrôlent-ils notre information ? – Blabla #07

http://osonscauser.com/medias-pourquoi-10-milliardaires-controlent-ils-notre-information/

Des vidéos et les liens des sources.

Ces industriels milliardaires qui possèdent des médias

publié par Benoit Daragon Mardi 26 Mai 2015

Bernard Arnault

Niel, Pigasse et Bergé prennent le contrôle du Nouvel Obs

Par Enguérand Renault Mis à jour le 08/01/2014 à 14:57 Publié le 07/01/2014 à 23:30

"Le meilleur des Mondes"

présentation par Sity

Dans ce livre visionnaire écrit dès 1932, Aldous Huxley imagine une société qui utiliserait la génétique et le clonage pour le conditionnement et le contrôle des individus.

Dans cette société future, tous les enfants sont conçus dans des éprouvettes. Ils sont génétiquement conditionnés pour appartenir à l’une des 5 catégories de population. De la plus intelligente à la plus stupide : les Alpha (l’élite), les Bétas (les exécutants), les Gammas (les employés subalternes), les Deltas et les Epsilons (destinés aux travaux pénibles).

Le "meilleur des mondes" décrit aussi ce que serait la dictature parfaite : une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves "auraient l’amour de leur servitude"...

Extraits :

Dans un dialogue entre l’Administrateur général du Meilleur des Mondes et l’un des rares dissidents, Huxley avait parfaitement imaginé les principes du contrôle social moderne...

"- La population optimale est sur le modèle de l’iceberg : huit neuvièmes au-dessous de la ligne de flottaison, un neuvième au-dessus.

- Et ils sont heureux, au-dessous de la ligne de flottaison ? En dépit de ce travail affreux ?

- Ils ne le trouvent pas tel, eux. Au contraire, il leur plait. Il est léger, et d’une simplicité enfantine.

Pas d’effort excessif de l’esprit ni des muscles. Sept heures et demie d’un travail léger, nullement épuisant, et ensuite la ration de soma, les sports, la copulation sans restriction, et le Cinéma Sentant.

Que pourraient-ils demander de plus ?"

*************

"- Shakespeare est interdit parce qu’il est vieux. Ici, nous n’avons pas l’emploi des vieilles choses.

- Même si elles sont belles ?

- Surtout si elles sont belles. La beauté attire, et nous ne voulons pas que l’on soit attiré par les vieilles choses. Nous voulons qu’on aime les neuves.

- Mais les neuves sont si stupides, si affreuses ! Ces spectacles, où il n’y a rien que des hélicoptères volant de tous cotés, et où l’on ressent les gens qui s’embrassent ! Des boucs et des singes !

- Des animaux bien gentils, pas méchants en tout cas..."

**************

"- On ne peut demander qu’à un Epsilon de faire des sacrifices d’Epsilon, pour la bonne raison que pour lui, ce ne sont pas des sacrifices : c’est la ligne de moindre résistance.

Son conditionnement a posé des rails sur lesquels il lui faut marcher. Il ne peut s’en empêcher ; il est fatalement prédestiné."

**************

"- Le monde est stable à présent. Les gens sont heureux ; ils obtiennent ce qu’ils veulent, et ils ne veulent jamais ce qu’ils ne peuvent obtenir. (...) Ils sont conditionnés de telle sorte que, pratiquement, ils ne peuvent s’empêcher de se conduire comme ils le doivent. Et si par hasard quelque chose allait de travers, il y a le soma.

Il nous faut choisir entre le bonheur et ce que l’on appelait autrefois le grand art. Nous avons sacrifié le grand art. Nous avons à la place le Cinéma Sentant et l’orgue à parfums.

- Mais ils n’ont aucun sens !

- Ils représentent pour le spectateur un tas de sensations agréables. (...) Cela exige l’habileté la plus énorme. Nous fabriquons des voitures avec le minimum d’acier, et des oeuvres d’art avec pratiquement rien d’autre que de la sensation pure."

**************

"- Ce n’est pas seulement l’art qui est incompatible avec la stabilité. Il y a aussi la science. La vérité est une menace, et la science est un danger public. Nous sommes obligés de la tenir soigneusement enchainée et muselée. (...) Elle nous a donné l’équilibre le plus stable de l’histoire. Mais nous ne pouvons pas permettre à la science de défaire ce qu’elle a accompli. Voila pourquoi nous limitons avec tant de soins le champ de ses recherches. Nous ne lui permettons de s’occuper que des problèmes les plus immédiats du moment. Toutes les autres recherches sont soigneusement découragées."

Aldous Huxley, "Le meilleur des mondes"

LIENS

* Wikipédia : Aldous Huxley

* Wikipédia : Presse quotidienne nationale française

* Wikipédia : Concentration des Médias


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1813026

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site CHRONIQUES DE LA MACRONESIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License